Un été ravissant à Vert-Cottage , livre ebook

icon

190

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2022

Écrit par

traduit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

190

pages

icon

Français

icon

Ebook

2022

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nos chaleureux remerciements à Sarah McGurk, docteure en médecine vétérinaire et membre de l’ordre des chirurgiens vétérinaires.   Pour la véritable Helen Steer, une amie très chère. S OMMAIRE Titre Dédicace Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11 Chapitre 12 Chapitre 13 Chapitre 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Chapitre 17 Chapitre 18 Chapitre 19 Chapitre 20 Chapitre 21 Chapitre 22 Chapitre 23 Chapitre 24 Chapitre 25 Chapitre 26 Chapitre 27 Chapitre 28 Chapitre 29 Chapitre 30 Copyright Collection CHAPITRE 1 – Voilà, je viens de finir avec notre dernier patient, annonça Helen Steer en entrant dans le refuge de Vert-Cottage. Un autre après-midi chargé à la clinique vétérinaire Animal Ark, où Helen travaillait comme infirmière, touchait à sa fin. C’était toujours une joie, à l’issue d’une longue journée de travail, d’emmener à Vert-Cottage Lucy, son retriever à poil plat, pour jouer avec les autres protégés canins. Si le refuge était ouvert depuis presque deux ans maintenant, il sentait toujours le neuf, le bois chaleureux des poutres soutenant son toit arqué, et étrangement, il semblait toujours déborder de paix. À la gauche d’Helen, l’immense baie vitrée ouvrait sur la lande escarpée où des moutons blancs et duveteux paissaient parmi les bruyères. – Mme Ballantyne est enfin venue chercher Dylan ?
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

25 mai 2022

Nombre de lectures

0

EAN13

9782810437054

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Nos chaleureux remerciements à Sarah McGurk, docteure en médecine vétérinaire et membre de l’ordre des chirurgiens vétérinaires.
 
Pour la véritable Helen Steer, une amie très chère.
S OMMAIRE
Titre
Dédicace
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Copyright
Collection
CHAPITRE 1

– Voilà, je viens de finir avec notre dernier patient, annonça Helen Steer en entrant dans le refuge de Vert-Cottage.
Un autre après-midi chargé à la clinique vétérinaire Animal Ark, où Helen travaillait comme infirmière, touchait à sa fin. C’était toujours une joie, à l’issue d’une longue journée de travail, d’emmener à Vert-Cottage Lucy, son retriever à poil plat, pour jouer avec les autres protégés canins.
Si le refuge était ouvert depuis presque deux ans maintenant, il sentait toujours le neuf, le bois chaleureux des poutres soutenant son toit arqué, et étrangement, il semblait toujours déborder de paix. À la gauche d’Helen, l’immense baie vitrée ouvrait sur la lande escarpée où des moutons blancs et duveteux paissaient parmi les bruyères.
– Mme Ballantyne est enfin venue chercher Dylan ? demanda Mandy Hope, l’une des vétérinaires de la clinique et propriétaires du refuge, en levant les yeux vers Helen, un sourire aux lèvres.
La jeune femme blonde était accroupie à côté d’un petit terrier brun au museau noir et aux yeux vifs. Mandy avait quitté la clinique pour commencer ses corvées du soir au refuge, laissant Helen s’occuper des derniers animaux en postopératoire.
– Oui, enfin, confirma Helen.
Elle avait été plutôt soulagée de voir partir le golden retriever turbulent. Il avait passé l’après-midi à aboyer dans son chenil et à cause de l’énorme collerette qu’Helen lui avait mise, il avait fait tomber toutes les chaises de la salle d’attente avant d’atteindre la porte. Pour rien au monde elle n’aurait voulu se trouver à la place de Mme Ballantyne, qui devrait tenter de le calmer pour la nuit.
Mandy se redressa, les yeux rivés sur le terrier qui la fixait.
– Bon chien, Bobby, dit-elle.
Elle lui donna une friandise et la queue brune et touffue du petit animal se mit à remuer d’avant en arrière sur le sol.
– Tu le sors ? demanda Helen.
Mandy acquiesça.
– Avec Flit. Peux-tu garder Bobby pendant que je vais la chercher ?
Helen attrapa la laisse et sourit à Mandy. Malgré son mètre soixante-dix, Helen se sentait toujours petite à côté de Mandy, qui frôlait le mètre quatre-vingt. Les épais cheveux bruns et les yeux noisette d’Helen contrastaient avec les traits scandinaves de Mandy, mais elles partageaient le même amour des animaux et la même passion pour leur travail.
– On se rejoint dehors !
Arrivée il y a peu au refuge, Flit était un joli colley gallois aux yeux intelligents et à l’oreille tombante, mais elle avait tendance à être facilement surexcitée. Helen savait que Mandy prendrait son temps pour apaiser la chienne agitée avant de la sortir du chenil.
– Tu peux prendre Sky aussi ? lança Mandy en ouvrant la porte du chenil. Vas-y, Sky.
Des griffes résonnèrent sur les dalles lorsque Sky, le magnifique colley de Mandy, bondit de son panier posé dans le coin. Elle se précipita à travers la pièce pour rejoindre Lucy, qui attendait patiemment à la porte.
C’était une belle journée d’été. Helen et les trois chiens rejoignirent le paddock par l’arrière. Le temps d’arriver au portail, Mandy apparut, accompagnée de Flit. Les oreilles de la chienne se dressèrent et elle se mit à aboyer en voyant ses trois congénères.
Mandy s’arrêta.
– Assis, dit-elle au colley remuant.
Elle se pencha et déposa au sol une friandise, forçant Flit à attendre la permission de la manger. Une fois la chienne calmée, Mandy lui donna du mou sur la laisse pour la laisser saluer les chiens, et tous ensemble, ils franchirent le portail.
– Tu peux laisser Bobby sans laisse, dit Mandy.
Helen détacha le petit terrier qui se mit à remuer la queue et lécher sa main, avant de partir au galop pour rejoindre Lucy et Sky, qui couraient déjà dans l’herbe sous les pommiers.
Même si le soleil commençait à se coucher, il faisait encore très chaud. Au loin, l’affleurement rocheux d’Axwith Tor semblait paisible sous l’arc du ciel bleu. À côté d’Helen et Mandy, Flit haletait alors qu’elles s’arrêtaient près du mur qui marquait la fin du champ. Elles escaladèrent le stile en pierre et continuèrent leur ascension de la côte jusqu’à un buisson d’aubépine tordu poussant sur un rocher.
Helen se percha sur l’énorme caillou et admira le village de Welford. Au-delà de la clinique et du cottage où Mandy avait grandi, la flèche de l’église s’élevait au-dessus des toits en ardoise. Ses yeux suivirent la route menant au Beacon, à l’autre bout du village. Des fermes parsemaient la colline et des noms familiers lui vinrent à l’esprit : Upper Welford Hall, Old Dyke, Black Tor et Bleak Fell.
Elles reprirent le chemin inverse. Flit marchait bien maintenant, mais elle était encore un peu nerveuse. Comme elles se rapprochaient de l’enclos, elle commença à tirer sur sa laisse. Une vache jersiaise à la face bombée et aux longs cils les regardait avec une curiosité tranquille, par-dessus le mur. Mandy s’accroupit à côté du colley agité.
– Ce n’est que Foloupette, lui dit-elle.
La vache était l’une des nouvelles protégées du refuge de Mandy, arrivée d’une ferme pédagogique à Sheffield qui avait dû fermer quand ses propriétaires se firent trop âgés. Beaucoup d’animaux étaient partis dans un autre centre dans la banlieue de Leeds, mais Foloupette avait atterri à Vert-Cottage, accompagnée d’un lapin géant des Flandres appelé Laitue.
– Tu n’as pas encore trouvé d’autre nom ? protesta Helen, le nom de la vache étant devenu entre elles un sujet de plaisanterie. Pourquoi pas Miel ? Ou Ronce ? Ou…
– Foloupette lui va très bien, insista Mandy.
Helen leva les yeux au ciel, mais c’était difficile de la contredire. Au-dessus de son visage placide, Foloupette arborait une touffe de poils des plus ridicules.
– Pauvre chérie, souffla-t-elle.
Une camionnette vert foncé remonta le chemin de terre et tourna dans l’allée menant à Animal Ark.
– Seb est là, annonça Helen à Mandy, toujours accroupie près de la chienne.
Seb et Helen sortaient ensemble depuis deux ans. Elle le regarda sortir de la camionnette et les saluer avant de disparaître derrière le refuge. Un instant plus tard, il apparut à la porte donnant sur le verger et se dirigea vers elles.
– Tu viens à la fête de départ de Gemma ? demanda Helen à Mandy.
– Bien sûr, répondit-elle en se relevant. Elle va me manquer au bureau de poste. Gemma est toujours au courant de tout ce qui se passe.
Helen s’esclaffa. « Toujours au courant de tout ce qui se passe » était une façon polie de dire que Gemma avait les potins les plus juteux du village.
Gemma Moss était la meilleure amie d’Helen. Elle travaillait au bureau de poste de Welford depuis cinq ans, mais partait sous peu pour des vacances d’été prolongées.
– Ça a l’air d’être une aventure incroyable, ajouta Mandy. Traverser la France à cheval avec son cousin… Et tu es incroyablement généreuse de lui prêter Clair de Lune.
Clair de Lune appartenait à Helen, c’était une jument warmblood grise d’un mètre soixante au garrot. Helen et Clair de Lune avaient chevauché de nombreuses fois avec Gemma, et bientôt, cette dernière l’emmènerait en France et Helen ne la verrait pas pendant presque trois mois.
– Clair de Lune va s’éclater, dit-elle, le cœur un peu serré, car sa jument adorée allait lui manquer au moins autant que Gemma.
Et c’était vraiment sympa de la préparer pour ce périple.
Elles avaient partagé de nombreuses longues promenades dans les landes. Lucy les avait accompagnées, courant à leur côté.
– Peut-être que vous devriez faire une randonnée à travers l’Europe l’année prochaine, suggéra Mandy.
– Il y a trop à faire ici, rétorqua Helen en secouant la tête.
– C’est bien vrai, admit Mandy en faisant un signe à Seb, qui traversait le paddock dans leur direction. La clinique et le refuge ne pourraient plus fonctionner sans toi… Je dois ramener les chiens et changer de pantalon, ajouta-t-elle en baissant les yeux sur son jean couvert de poils. Je reviens dans une minute. On pourra aller jusqu’au pub ensemble !
– Lucy, au pied ! appela Helen.
Lucy courut jusqu’à sa maîtresse et s’assit. Helen caressa sa tête lisse et bombée. C’était magique de chevaucher Clair de Lune à travers les landes avec Lucy sur leurs talons. Des deux mains, elle lissa les oreilles soyeuses de la chienne. Par ce temps, être à cheval toute la journée serait paradisiaque. Gemma avait bien de la chance, songea-t-elle.
– Tu es où là ?
La voix de Seb interrompit sa rêverie. La queue de Lucy se mit à remuer.
– Désolée, quoi ? lança Helen en plissant les yeux.
Seb se tenait devant elle dans un halo de lumière. Ses cheveux blond cendré hérissés entouraient son visage aux traits doux. Il lui souriait, de minuscules rides se formant aux coins de ses yeux d’un brun profond.
– Tu semblais à mille lieues d’ici, précisa Seb. Tu pensais à quoi ?
Il tendit une main et l’aida à se relever. Helen sourit.
– J’étais juste en train de me dire que Gemma allait passer un super été.
Seb se tourna pour se tenir à côté d’elle, tous deux face à la vallée, puis glissa le bras autour de sa taille.
– C’est vrai, concéda-t-il en la serrant et en embrassant ses cheveux. Et si nous descendions ? Ce serait dommage de rater la fête. Viens, Lucy, appela-t-il alors qu’ils s’engageaient sur la pente verdoyante.
 
 
Dix minutes plus tard, ils étaient devant le Fox and Goose , un ancien relais de poste au cœur de Welford. Des pots de fleurs en terre cuite dé

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text