140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Trois dures leçons , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Lorsqu’un inconnu lui donne 30 000 dollars pour passer la nuit avec elle, elle ne peut refuser son offre. Mais cette nuit pourrait bien bouleverser son existence.


Je suis une femme que des hommes paient des milliers de dollars juste pour avoir le privilège de coucher avec moi. Je fais ce que j’aime, et je suis très douée pour ça. Et aussi pour garder mes distances.
Quand cet homme entre en scène et pose 30 000 dollars sur le tapis pour discuter et me ramener chez lui, j’accepte.


Mais en une seule nuit, il met toute ma vie sens dessus dessous et me fait enfreindre mes règles une par une.


Une chose est sûre, je vais vite apprendre trois leçons :
1) Ne pas le provoquer.
2) Ne pas lui donner de limite.
3) Et surtout, ne pas croire qu’on peut choisir de qui on tombe amoureux.


#Sexy #Torride

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juillet 2021
Nombre de lectures 18
EAN13 9791038106789
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Nikki Sloane 
Trois dures leçons
Blindfold Club - T.2  




Traduit de l'anglais par Violette Vernet      
Collection Infinity
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
Three hard lessons  
Collection Infinity © 2021, Tous droits réservés
Illustration de couverture ©  MxM Créations
Traduction © Violette Vernet 
    Suivi éditorial  ©  Leonor Carlus et Alex Loiseau
  
  Correction ©   Emmanuelle Raux

Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal. 
ISBN : 9791038106789
Existe en format papier


Avertissement
Ce roman comporte des scènes pouvant heurter la sensibilité de certain•e•s lecteur•rice•s.
 
 


Chapitre 1
 
Bordel, ce bruit !
Je n’avais jamais vu des embouteillages pareils sur la voie rapide de Lake Shore Drive. J’aurais dû éviter de m’y aventurer un jour de Black Friday . Michigan Avenue était loin d’être en vue, on était au point mort. Je jetai au lac un regard assassin et détournai les yeux alors que le soleil aveuglant commençait sa descente dans le ciel à ma gauche.
Mon téléphona vibra ; je venais de recevoir un texto. Je jetai un coup d’œil à l’écran. C’était ma meilleure amie, Evie.
 
Logan est malade. On va devoir annuler. Désolée :(
 
Absolument génial… Je répondis à son message, lui disant que ce n’était pas grave, mais je mentais. J’avais attendu toute la semaine d’aller boire un verre avec elle et Logan. Depuis leurs fiançailles, je voyais de moins en moins ma meilleure amie. Toujours est-il que j’étais heureuse pour elle. Logan était un chic type. Hot , bien monté, et fou d’amour pour elle. Du bout de mes ongles manucurés, je pianotai sur le volant de ma Jaguar, contemplant les feux arrière de la voiture devant moi, et envisageai les différentes possibilités qui s’offraient à moi. Il était hors de question que je reste seule chez moi ce soir-là.
Joseph décrocha immédiatement.
— Salut, chérie, quoi de beau ? s’enquit-il d’une voix douce et plaisante.
Mon manager avait toujours été très doué pour me faire sentir spéciale, pas juste une cocotte de luxe comme tant d’autres.
— Ce que j’avais prévu ce soir vient de tomber à l’eau, tu peux me mettre sur la liste ? lui dis-je.
— Bien sûr, j’appelle M. Vermillon pour lui faire savoir que tu es disponible ?
J’entendis un bruit de papier froissé. POUAH… Non , pensais-je intérieurement, et à haute voix, je lui demandai de ne pas faire ça.
—  Oh ? Est-ce qu’on a un problème ?
— Il faudrait que quelqu’un d’autre s’occupe de lui, il commence à s’attacher, dis-je.
Joseph savait que ce n’était pas mon truc de s’attacher. M. Vermillon avait de l’argent et j’aimais l’argent, mais pas assez pour me laisser enchaîner. Du moins, pas au sens figuré, parce qu’au sens propre, c’était l’argent qui m’enchaînait au club BDSM où je travaillais.
— M. Vermillon est spécial, Payton, me mit en garde Joseph, il sera difficile de le convaincre d’essayer quelque chose de nouveau. C’est quelqu’un de puissant.
Son ton se fit plus pesant que d’habitude, comme s’il avait… peur ? Cela ne me surprit pas, j’avais compris qu’il était un poids lourd puisqu’il se vantait de posséder la moitié de la ville au moment où j’avais mes lèvres autour de sa queue.
— Il va me demander de le suivre chez lui. Comme à chaque fois.
— Une femme superbe comme toi doit souvent se l’entendre dire, contra Joseph.
C’était le cas, mais quand même…
— Il me dit qu’il est amoureux de moi, ça va tourner au vinaigre quand il n’aura pas ce qu’il veut. J’ai besoin de prendre mes distances, protestai-je.
C’était certain qu’il n’obtiendrait jamais ce qu’il voulait de moi. Je ne pouvais pas l’aimer. Et j’étais plutôt sûre que j’étais incapable d’aimer qui que ce soit.
— Claudia te ressemble pas mal, peut-être que je peux l’inciter à l’essayer.
— Merci, dis-je sincèrement.
Je savais que c’était une situation particulièrement épineuse pour Joseph. Nous avions eu notre lot de clients collants, mais aucun qui ne soit un poids lourd comme M. Vermillon.
— Tu n’as pas à me remercier, chérie. Je suis content que tu viennes ce soir, mais je te préviens, ça risque de tourner au ralenti, me mit-il en garde.
C’était une façon de me dire subtilement que je devrais accepter n’importe quelle offre qui se présenterait, parce qu’il se pourrait très bien qu’il n’y ait qu’un seul client ce soir-là.
— Ça ne tourne jamais au ralenti quand je suis dans les parages, dis-je avec un sourire mauvais dansant sur mes lèvres.
La circulation commençait enfin à gagner en fluidité et mon pied trouva sa place tout naturellement sur l’accélérateur.
— Ah, ça oui, Payton ! dit-il en riant.
 
***
Ce soir-là, Joseph avait choisi Nina pour être mon assistante commerciale. Comme Scarlett Johansson, Nina avait une voix rauque et grave qui contrastait vivement avec sa petite taille et ses formes résolument féminines. Elle était blonde comme ScarJo pouvait l’être parfois. Et elle et moi formions une équipe de choc. Quelqu’un allait poser beaucoup d’argent sur la table ce soir ; au moins ma soirée ne serait-elle donc pas totalement foutue en l’air.
Le peignoir de soie tomba de mes épaules et je le saisis d’une main avant d’aller le poser sur la patère au dos de la porte. La salle no 1 ressemblait à toutes les autres. Les murs étaient tendus de tissu texturé masquant les dalles d’isolation phonique qui couvraient aussi le plafond, et l’absence de couleurs me poussait toujours à regarder le chandelier de cristal qui surplombait la table placée au centre de la pièce. C’était l’étrange et unique source de lumière de la pièce, mais il avait aussi une autre fonction. Renforcé, on pouvait y accrocher une quantité de menottes et de lanières de cuir aux bras de fer dissimulés sous les pendeloques transparentes. Nina attendait près de la table que je la rejoigne, un agréable sourire aux lèvres alors qu’elle me balayait du regard.
— Bon Dieu, Payton, qu’est-ce que je ne donnerais pas pour tes seins…
Un petit rire m’échappa.
— Arrête, je t’ai vue à poil au moins une dizaine de fois et qu’est-ce que je ne donnerais pas pour ton cul…
— C’est facile, la méthode Pilates jusqu’à ce que tu aies tellement mal que tu ne puisses plus bouger et que tu aies envie de mourir si tu essayes… fit-elle.
Tout comme Nina, je tenais obsessivement à garder la ligne. Joseph se préoccupait peu de cela. Une fille devait avoir perdu beaucoup de tonus pour qu’il s’en inquiète, mais à dire vrai, nous voulions toutes donner le meilleur de nous-mêmes. Être le genre de personne pour qui l’on est prêt à dépenser une fortune. Et évidemment, une compétition saine s’était établie entre nous. J’aimais à me dire que j’avais les plus beaux pare-chocs de notre groupe, et nous étions toutes au naturel. Peut-être aussi que j’avais les plus belles jambes. J’étais un peu plus grande que la moyenne et plus d’une fois on les avait complimentées.
Tandis que je m’asseyais sur la table capitonnée de cuir, je repoussai une mèche derrière mon oreille. Je faisais un joli contraste avec Nina qui était aussi blonde que j’étais brune. Ma couleur de cheveux étant trop foncée pour que l’on puisse dire que j’étais auburn, mais au soleil, ou entre autres en ce moment à la lueur tamisée du chandelier, apparaissaient quelques reflets roux.
Le cuir noir grinça sous ma peau nue alors que je m’allongeais sur le dos. Bien que les tables soient toutes identiques dans les six pièces, ce matelas une place me semblait plus moelleux que les autres. Nina me fit enfiler le bandeau noir et je me dépêchai d’ajuster les deux élastiques à l’arrière de ma nuque. Je tirai légèrement pour le mettre sur mes yeux et fus d’un coup plongée dans l’obscurité familière.
Ma respiration s’accéléra, non pas que j’étais excitée par ce que la personne qui viendrait dans la pièce allait me faire, mais plutôt parce que j’espérais. J’espérais que le frisson de le faire me reviendrait. Cela faisait au moins deux mois que je n’avais rien ressenti de plus qu’un intérêt minime durant une session. Je n’avais presque vu que M. Vermillon. Peut-être que ça avait un lien.
Nina se saisit délicatement de l’un de mes poignets et se prépara à refermer les entraves satinées. Elle me demanda de sa voix rauque si j’étais prête. J’acquiesçai et elle prit mon autre poignet en refermant le Velcro qui me maintenait à la table. Je mis à l’épreuve les entraves qui ne me permettaient que quelques centimètres d’amplitude de mouvement et Nina dut en être satisfaite, puisque je l’entendis dire dans son oreillette que la salle no 1 était prête et que l’on pouvait faire venir le client.
Ses talons cliquetèrent sur le sol quand elle alla s’installer dans la bergère blanche au coin de la pièce. Elle ne resterait pas assise très longtemps, à moins que l’une des filles dans l’une des autres salles ait un rendez-vous avec un membre. Joseph ne permettait pas qu’il y ait plus d’un client dans le couloir en même temps de façon à respecter leur vie privée.
Les yeux bandés et dûment attachée, je n’avais plus rien d’autre à faire que d’attendre et réfléchir. Je m’illusionnais en me disant que mon désintérêt venait d’avoir trop souvent vu M. Vermillon ces derniers mois. Je ne voulais pas admettre ce qui s’était passé quand j’avais demandé à Evie et Logan de partager leur lit avec moi deux mois auparavant. Ça avait été génial, putain, et tellement hot, mais ça avait créé en moi un feu qui couvait lentement et que je ne pouvais pas éteindre.
Je ne regrettais pas ce qui s’était passé et il semblait qu’eux non plus, mais bordel… j’enviais ce qu’ils avaient. Il y avait une connexion entre eux deux. Je voulais avoir u

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text