166 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
166 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Durant des années, les métamorphes ont vécu cachés. Aujourd’hui, il est temps de dévoiler leur existence au monde et de créer le premier groupe d’intervention interespèces : la Coalition.


Après avoir fait taire les sceptiques et démontré son efficacité, la Coalition poursuit son chemin. L’entente est parfaite ; le bonheur est à son apogée.


Mais Tristan le sait : chaque nouvelle mission comporte des risques et rien n’est jamais joué d’avance.


Alors quand l’inévitable se produit, c’est toute l’équipe qui voit son équilibre bouleversé.


Pour surmonter cette épreuve et son terrible lot de conséquences, ils n’auront d’autre choix que de rester soudés. Sont-ils seulement assez forts pour vaincre le pire ennemi qui soit : le chagrin ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 décembre 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9782375212271
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Lora Ly
Tristan
Coalition
Tome 3
Mix Éditions
 
 
N° ISBN Papier : 978-2-37521-226-4
N°ISBN Numérique : 978-2-37521-227-1
© Mix Éditions 2021, tous droits réservés.
© Mix éditions et Adobe stock, pour la présente couverture.
Suivi éditorial et correction : Jennifer Verbeurgt
Dépôt légal : Décembre 2021
Date de parution : Décembre 2021
Mix Éditions :
200 route de Bordeaux, 40 190 Villeneuve de Marsan
Site Internet : www.editionsharo.fr
 
Art L122-4 du CPI : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.
 
Art L335-2 du CPI : Toute édition d'écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon et toute contrefaçon est un délit. La contrefaçon en France d'ouvrages publiés en France ou à l'étranger est punie de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende. Seront punis des mêmes peines le débit, l'exportation, l'importation, le transbordement ou la détention aux fins précitées des ouvrages contrefaisants. Lorsque les délits prévus par le présent article ont été commis en bande organisée, les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 750 000 euros d'amende.
 
Art L335-3 du CPI : Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi. Est également un délit de contrefaçon la violation de l'un des droits de l'auteur d'un logiciel définis à l'article L. 122-6.
Première partie
Chapitre 1
Avril 2073
Mary-Anne observait son fils avec fierté. Il en avait fait du chemin depuis son enfance. Les coups durs de la vie n’avaient servi qu’à renforcer son caractère. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. Elle se souvenait encore de la rage qui lui avait agrippé les tripes lorsqu’elle avait compris que son fils, son si gentil garçon, était martyrisé à l’école. Et pour quelles raisons ? Le fait qu’il soit chétif ? Ou le peu de moyens financiers dont sa famille disposait pour l’habiller à la dernière mode ? La bêtise humaine, et surtout la méchanceté enfantine, n’avait pas d’explication. Les forts s’en prenaient aux plus faibles, ainsi allait le monde. Malheureusement.
Si Christophe avait fléchi à de nombreuses reprises, il n’avait pas abandonné et s’était relevé, plus fort, plus décidé. Aujourd’hui, personne ne le maltraiterait sans en payer le prix. Christophe Arrilo était un homme qui ne se laisserait plus jamais marcher sur les pieds. Les ennemis qui se fieraient à sa taille moyenne et le penseraient faible – écrasable – s’en mordraient les doigts.
Mary-Anne pouvait dormir sur ses deux oreilles, certaine qu’il s’en sortirait toujours. Et s’il faiblissait, elle connaissait un métamorphe qui donnerait tout pour le booster, lui apporter son soutien et terrasser ses détracteurs. Mika se révélait être le beau-fils parfait, l’homme qui prendrait soin de son enfant jusqu’à ce que la mort les sépare.
Ses yeux s’embuèrent lorsque Christophe pivota vers elle, fringant dans son uniforme de parade, fier comme un paon.
— Qu’est-ce donc ?
Il s’approcha en deux enjambées et posa les mains sur ses épaules.
— Pas de larmes, maman. Je parie que ton mascara n’est même pas waterproof ! Interdit de m’accompagner devant la foule avec des yeux de panda.
Elle renifla.
— Imbécile. Ne dis pas de sottises ! Bien sûr que mon mascara est waterproof. Quelle mère indigne serais-je si je n’avais pas prévu de pleurer de joie lors de l’union de mon fiston ?
— De joie, parce que tu te débarrasses enfin de moi ?
— Pour quelle autre raison ?
Il l’entoura de ses bras et lui baisa les cheveux.
— Je t’aime, maman.
— Bien sûr que tu m’aimes, je suis la meilleure ! pavoisa-t-elle d’une voix éraillée.
Elle lui caressa la joue du revers de la main et fit demi-tour, la tête haute, pour percuter une poitrine dure.
Mika la retint.
— Ça va, Mary-Anne ?
— Bon sang, Mika. Un mur de béton serait moins solide que toi… Tu ne peux pas regarder où tu mets les pieds ? marmonna-t-elle quand il lui céda la place pour franchir le seuil.
Une fois seul avec son compagnon, Mika écarta les bras.
— Les chiens ne font pas des chats.
Christophe plissa les yeux.
— Ce qui veut dire, boule de poils ?
— Que tu es aussi adorable que tes parents ! se rattrapa Mika. Normal que je t’apprécie.
— Tu m’apprécies ? Vraiment ?
Mika l’inspecta. Christophe était sublime dans sa tenue blanche de cérémonie. Quoiqu’il le trouverait encore plus beau sans tous ses vêtements. Son sexe et son loup approuvaient, enthousiastes.
— Tu es plutôt appétissant, microbe. Si nous passions tout de suite au dessert ? murmura-t-il d’une voix rauque.
Il franchit la distance qui les séparait, souleva son menton et l’embrassa.
Christophe se perdit dans le doux baiser. Il s’agrippa à la nuque de son compagnon et se frotta contre sa cuisse. Un grondement le galvanisa. Depuis leur rencontre, quelques mois auparavant, la simple présence de Mika activait son corps, le moindre contact faisait bouillir son sang.
— Non, non, pas question, les gars ! s’indigna Bella, la louve Alpha.
Elle plaça ses mains entre leurs torses, les désunit et s’interposa.
— Lana et Manuel sont prêts. Tout le monde attend. Bougez-vous et soyez sages jusqu’à ce soir !
— Ce soir ? gémit Christophe. T’as vu mon mec ?
Bella détailla Mika de haut en bas. Vêtu d’un costume beige de créateur sur une chemise gris anthracite, sans cravate, les cheveux libres sur ses épaules, il rayonnait. Mais ses habits n’en étaient pas responsables. Celui qui l’illuminait était le jeune humain à ses côtés. Et l’amour qu’ils ressentaient l’un pour l’autre.
— Mouais… réfléchit-elle, je lui accorde un bon neuf. Mon homme vaut un dix ! Tu peux le garder.
— Björk ? frissonna Christophe avec une grimace de dégoût pour faire bonne mesure. Le type qui se prend pour le maître du monde ? Ma pauvre vieille, t’as aucun goût ! cria-t-il, indigné, au moment où elle disparaissait au coin du couloir avec un reniflement de dédain.
Mika éclata de rire, saisit sa main et l’entraîna à sa suite.
Ils se placèrent derrière Lana et Manuel, puisque les deux couples célébraient leurs unions ce même jour.
Christophe ricana en sourdine, les yeux posés sur le dos de Lana. Mika le toisa.
— Qu’est-ce que tu manigances encore ?
— Rien du tout. Je me posais juste une question.
Mika soupira.
— OK, lâche-toi !
— T’as vu les attaches de sa robe ? indiqua Christophe d’un geste de la tête. Il doit bien y avoir cent cinquante petits boutons. Tu penses que Manuel sera assez patient pour tous les défaire, ou qu’il va perdre la tête et tout arracher ?
Le couple se retourna.
— Il va tout défaire…
— Je vais tout arracher…
Leurs réponses simultanées et opposées firent rire Christophe aux éclats.
Lana plissa les paupières.
— Que viens-tu de dire ?
— Allez, ma puce, geignit Manuel. Il a raison. Ces boutons vont me rendre fou.
— Que penses-tu du plaisir de l’anticipation ?
— Ce n’est pas de ma faute si tu es trop irrésistible, ma chérie, se rattrapa-t-il avec un clin d’œil lancé par-dessus son épaule à ses amis.
Le soupir qui suivit ne cédait pas de suspens sur les réelles pensées de Lana.
— Alors, on prend les paris ? interrogea malgré tout Christophe à l’oreille de Mika.
Lequel le cogna de l’épaule. Parvenus au pied de l’estrade, il lui intima de se taire.
— Mes amis, nous sommes rassemblés afin de fêter l’union de Lana et Manuel ainsi que celle de Christophe et Mika, officia Björk. Notre meute est bénie par la Mère Lune. Elle s’agrandit de nouveaux membres, de nouveaux partenaires qui la renforceront et de nouveaux amis. Chacun ici connaît les difficultés que nous venons de traverser. Nous en ressortons plus forts, plus unis. Après les temps de peine s’ensuivent les temps du sourire, de l’espoir et du bonheur.
Après une pause, le temps d’englober la totalité de la foule du regard pour que tous sachent qu’il les rattachait à la meute – humains comme métamorphes –, il commença :
— Lana, Manuel, avancez et faites face à notre famille.
Le couple grimpa sur l’estrade afin de prononcer leurs vœux d’union.
Vint ensuite le tour du couple suivant. Mika prit la parole :
— Christophe, mon cœur ne bat que pour toi, débuta-t-il, ses mains entrelacées avec celles de Christophe. Avant de te rencontrer, je sombrais peu à peu, passant à travers les années tel un automate, las de tout, prêt à terminer ma trop longue existence. Un jour de printemps, un souffle a frôlé ma peau, mon corps a absorbé sa douce chaleur et s’en est gorgé. À l’époque, même si je ne croyais pas le mériter, je m’y suis lové. Me battre pour ton sourire, pour ton attention, m’a sorti de la morosité, m’a sauvé. Tu t’es approprié mon cœur, mon âme et mon loup. Je t’aime et je m’offre à toi, devant nos familles, nos amis. Pour les années futures, jusqu’au retour à la terre.
La foule applaudit, puis le silence récupéra ses droits. Christophe avait la gorge serrée. Ce qu’il lisait dans les yeux de Mika n’était pas nouveau. Mais ici, devant leurs proches, cela semblait tellement plus.
Mika pressa ses mains pour l’encourager. Hébété, il cligna des paupières et comprit que tous retenaient leur souffle, en attente de son propre discours.
— Merde, jura-t-il sous les rires de ses collègues. Quand Björk m’a parlé de la cérémonie et de la phrase rituelle, je n’ai pas capté qu’il serait sympa d’y ajouter ma touche personnelle. Du coup, je n’ai pas pondu de discours. Va falloir improviser !
Mika leva leurs bras at

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text