156 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Quelques mots dans la marge , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
156 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

John McCann, un homme qui juge le monde à l’aune d’un livre de comptes, a une ambition suprême dans la vie : obtenir, vivre et profiter des bénéfices de sa fonction de cadre supérieur. Mais il se heurte à un léger problème : les migraines vont empirer s’il ne fait pas un changement drastique dans sa vie. Il lui faut un ‘retour au vert’, s’acheter un petit commerce tranquille en pleine campagne, se poser et se trouver des occupations plus saines pour meubler son temps...


Même si John sait que le médecin a raison, il ne peut pas se résoudre à lâcher le boulot pour lequel il s’est tant battu. Concédant que le sacrifice d’une année sabbatique ne devrait pas lui être trop dommageable, il se retrouve à la tête de Marges, une petite librairie pittoresque, secondé par Jamie, le fils de son précédent propriétaire. John espère mettre cette année à profit pour gérer son stress avant de retourner au front.


Ce qu’il ne pouvait pas prévoir c’était l’attirance que Marges et ses habitants exerceraient sur lui, en particulier cet homme négligé et silencieux qui se réfugie dans le vieux fauteuil en cuir de la section des livres d’occasion. Les envies de John de passer une année simple et sans attaches s’effilochent quand il rencontre David, ce qui le force à réévaluer le sens de la vie, de l’amour et de ce qu’il en attend réellement. John et David sont obligés de faire la paix avec leurs passés respectifs, tout en luttant pour savoir quel futur ils pourraient bien construire ensemble.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 avril 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782375742495
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Isabelle Rowan
Quelques mots dans la marge


Traduit de l'anglais par trad

Julianne Nova

MxM Bookmark
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
A note in the margin
MxM Bookmark © 2016, Tous droits réservés
Dreamspinner press @ 2016, Tous droits réservés
Traduction © Julianne Nova
Relecture @ Isabelle Tavernie
Correction © Emmanuelle Lefray
Illustration de couverture @ MxM Créations
À ceux qui prennent le temps d’écouter et de découvrir l’histoire des autres.
Chapitre Premier


La fenêtre du petit café était recouverte de buée et John avait bien du mal à apercevoir la librairie de l’autre côté de la rue, mais il continuait malgré tout à la regarder. Son regard restait dans le vague, il n’apercevait pas vraiment les cadres en bois autour des fenêtres ou l’affichage coloré d’auteurs australiens qu’on recommandait. La serveuse remplit en silence sa tasse de thé et sourit brièvement quand il releva les yeux, affichant l’expression penaude d’une personne surprise en train de rêvasser.
Il prit une gorgée de son thé, soupira et regarda de nouveau vers la boutique. Cette fois, ses yeux se posèrent sur un petit écriteau à côté de la porte. Il ne pouvait pas le lire à cette distance, mais il savait que l’écriture soignée indiquait « Nouveau propriétaire ».
— Nouveau propriétaire, marmonna John en secouant la tête d’un air mécontent. Tu parles d’un changement d’air.
Après s’être frotté les yeux d’une main lasse, John se souvint des paroles de son médecin : « Les migraines vont continuer à empirer à moins que vous changiez radicalement votre style de vie. Ce dont vous avez besoin, c’est de « changer d’air »… En d’autres mots, renoncer au stress constant de votre emploi actuel et quitter Melbourne. Achetez peut-être une jolie petite boutique à la campagne ou le long de la côte, installez-vous, faites quelque chose de plus simple pour occuper votre temps… »
— Espèce de connard condescendant, jura John tout bas.
Mais malgré l’opinion qu’il avait de ce médecin « aux airs de branleur », John avait su qu’il avait raison. Il avait aussi su qu’il ne pouvait pas simplement démissionner de cet emploi pour lequel il s’était si durement battu, mais il était disposé à prendre un congé sabbatique d’un an, à « changer d’air » sans quitter la ville, avant de se remettre au travail.
Il était donc là désormais, à regarder la « jolie petite boutique » qu’il venait d’acquérir. Elle ne se trouvait pas à la campagne, mais ça aurait tout aussi bien pu être le cas, ainsi située dans une ruelle calme parsemée de magasins spécialisés et de cafés pittoresques, du genre qui aurait pu être classifiés comme bohèmes sans être tout à fait à la mode.
John vida sa tasse, paya l’addition et traversa la petite rue. Une clochette retentit quand il poussa la porte, annonçant son arrivée à la femme qui triait des marque-pages sur le comptoir à l’entrée. Elle leva les yeux. Ce qu’elle aperçut en premier fut un costume de designer, des chaussures en cuir fabriquées à la main et des cheveux blonds et courts tout aussi impeccables. Sa présentation générale était celle d’une personne s’attendant à impressionner les autres. En se rapprochant, Maggie ne put s’empêcher de se demander ce que cherchait cet homme dans son petit magasin. Quand il s’approcha du comptoir, elle lui sourit et demanda :
— Monsieur McCann ?
John lui rendit son sourire.
— John, s’il vous plaît.
— Ah. Bienvenue, John. Je suis Maggie. Nous avons parlé au téléphone, dit-elle en contournant le comptoir et le menant à la petite cuisine où elle lui indiqua de prendre place à table.
— Voudriez-vous une tasse de thé ou de café ? proposa-t-elle en faisant glisser une petite boîte de cookies faits maison dans sa direction.
John déclina les deux poliment, tira un dossier de sa mallette, et en étala le contenu en une ligne bien ordonnée sur la table. Maggie regarda les feuilles et son expression s’attrista. Avec un petit soupir, elle s’assit devant les papiers et regarda John.
— Vous savez, abandonner cet endroit est beaucoup plus difficile que je l’aurais cru.
John essaya de lui lancer un sourire qui lui montrait qu’il comprenait. Il était conscient que Margins avait été une affaire familiale et que seule la mort de son mari avait décidé Maggie à vendre pour retourner en Angleterre vivre avec sa sœur.
— Au moins Jamie restera pour garder un œil sur cet endroit pour moi.
Elle laissa échapper un petit rire, sachant parfaitement que son fils préférerait sans doute garder le séduisant nouveau propriétaire à l’œil. John avait rencontré Jamie précédemment, étant donné que Maggie préférait rester en dehors de l’aspect opérationnel des choses, et il savait qu’il connaissait parfaitement la boutique.
— Je suis sûr qu’il me sera d’une grande aide pour me montrer les ficelles et s’assurer que je ne fais pas n’importe quoi.
Maggie sourit et tapota la main de John.
— Je n’en suis pas si sûre. Mais il aime être ici et je n’ai pas réussi à le convaincre de rentrer en Angleterre avec sa vieille maman. Jamie est né ici ; mon mari et moi faisions partie des « passagers assistés 1 » au début des années soixante. Êtes-vous ici depuis longtemps ? demanda-t-elle, reconnaissant l’accent du nord de l’Angleterre de John.
— Depuis quelques années maintenant, répondit John de façon évasive, lui faisant clairement comprendre que sa vie privée ne serait pas un sujet de discussion.
Ici, c’étaient les affaires.
Maggie regarda le stylo que John lui tendit à travers la table et soupira ; elle savait ce qu’il fallait faire et cette petite conversation n’avait servi qu’à repousser l’inévitable. En s’emparant du stylo, elle se dit pour la énième fois que c’était la bonne chose à faire et signa enfin les derniers papiers.
— Je finirai de débarrasser l’appartement de mes affaires au cours des prochains jours, donc il devrait être disponible pour vous d’ici une semaine.
Maggie sourit doucement au changement soudain d’expression de John.
— N’ayez pas l’air aussi inquiet, John. C’est vraiment pour le mieux. Vous verrez.
Elle rassembla les documents en deux tas ; un pour elle et un pour lui.
— Bien, annonça-t-elle en repoussant sa chaise et en se levant. Je m’en vais, alors ; s’il vous plaît, dites à Jamie que je reviendrai à l’heure du thé.
Elle récupéra ses copies signées du bail, tapota l’épaule de John puis, après un dernier regard, passa la porte de la boutique. John entendit la petite clochette tinter et commença à se sentir mal.
Il s’affaissa sur sa chaise et regarda fixement sa signature sur les documents soigneusement empilés.
— Hé, n’ayez pas l’air aussi inquiet, le taquina Jamie en entrant dans la cuisine.
John sourit au charmant jeune homme, et même s’il avait décidé qu’il ne tenterait rien, il n’était pas complètement insensible aux yeux bruns effrontés de Jamie et à ses boucles sombres en désordre.
— C’est ce que votre mère m’a dit aussi, grogna-t-il avant de relever les yeux vers la silhouette sur le pas de la porte. Allez, montrez-moi comment ça marche.
— Il est temps d’impressionner le nouveau patron, n’est-ce pas ? demanda Jamie en souriant.
— Ou au moins de me rassurer que ce n’est pas la chose la plus stupide que j’aie jamais faite dans ma vie.
John secoua la tête et suivit Jamie jusqu’à la boutique.
Même si l’impression initiale était celle d’un petit magasin encombré, il était en fait assez grand – il aurait pu y avoir encore plus de bazar. Margins avait tendance à ressembler à un terrier de lapin, avec de petites alcôves consacrées aux différents formats ou genres, donnant l’impression d’entrer dans des pièces séparées. Remettant en place un livre d’images, John comprit que son attirance envers le magasin était due à sa similarité avec celui qu’il fréquentait quand il était enfant, même s’il n’avait jamais pu se permettre d’y acheter quoi que ce soit.
— C’est un putain de paradis pour voleurs à l’étalage, grommela John tout bas, secouant la tête pour se débarrasser de ce pincement nostalgique.
Jamie fit semblant de ne pas avoir entendu son commentaire et le guida jusqu’à la section suivante.
John laissa courir ses mains sur le bois sombre et poli à l’extrémité de l’une des bibliothèques ; elle paraissait vieille et robuste sous ses doigts. Ce genre de meubles le calmait et lui donnait l’impression d’être en sécurité. Mais il n’était pas pratique.
— Ces vieilles étagères sont un problème ; nous ne pourrons pas les déplacer facilement.
Jamie fronça les sourcils.
— Allez, John. Donnez une chance à cet endroit. Nous nous en sommes sortis jusqu’à maintenant sans rien bouger.
John comprit qu’il avait touché un point sensible et sa voix s’adoucit.
— Je vois que vous offrez une bonne gamme de livres…
— Les gens apprécient que nous nous spécialisions dans les livres difficiles à trouver et les petits éditeurs locaux, l’interrompit Jamie.
— Oui, mais est-ce que c’est rentable ? dit John d’une voix irritante et autoritaire.
— Vous avez vu les comptes ; la plupart du temps, on fait mieux que rentrer dans nos frais. Les gens reviennent nous voir.
John savait qu’il valait mieux laisser tomber le sujet pour le moment et posa sa main sur l’épaule de Jamie.
— Allez, à quoi passons-nous ensuite ?
Jamie le mena à une section à l’arrière du magasin, remplie de livres d’occasion, principalement de la fiction, mais avec quelques étagères dédiées à la littérature non-romanesque. John fronça les sourcils en découvrant deux vieux fauteuils en cuir et nota mentalement de s’en débarrasser. Il voulait que les clients achètent des livres et partent, pas qu’ils s’attardent comme si c’était une bibliothèque.
— Cette section occupe beaucoup de place sans faire beaucoup de rendement, marmonna John pour lui-même. Ce serait peut-être un bon endroit pour les promotions sur le stock restant.
John remarqua le regard dégoûté de Jamie mais laissa tomber ; il se sentait en réalité soul

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text