122 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Oh non ! Déjà Noël ! , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
122 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fraîchement trentenaires, Maisie et Cam vont bientôt se marier. Mais avant cela, elle va devoir lui avouer pourquoi tous les ans elle s’envole loin de lui au moment des fêtes de Noël.

En se rendant à Brighton, ville côtière d’Angleterre, pour fêter ce troisième réveillon de Noël sans Cam, Maisie est bien loin de se douter que celui-ci s’avérera à la fois mémorable, salvateur et diablement scandaleux.
Entre quiproquos, situations absurdes et malentendus, cette fois, Maisie le sait, elle n’en sortira pas indemne.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9791034818938
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Oh, non ! Déjà Noël !

 
 
 
 
 
 
 
Line Gagliano
 
 
Oh, non ! Déjà Noël !
 
 
Couverture : Cloé S.
 
 
Publié dans la Collection Aime
 
 

 
 
© Evidence Editions  2021

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
Chapitre 1

Maisie
 
 
 
Depuis que je suis en âge de comprendre et de décider par moi-même, je fais tout pour éviter ma famille. Enfin, mes parents. En réalité, je n’ai pas vraiment d’autre famille qu’eux. Non pas qu’ils soient de mauvais parents, bien au contraire, je crois n’avoir jamais manqué de rien. Mes assiettes étaient toujours pleines de bonne nourriture alléchante, ma chambre débordait de jouets en tous genres et j’avais la chance de pouvoir m’habiller à la pointe de la mode, même étant enfant. Je ne manquais de rien, pas même d’amour, ou plutôt de démonstration d’affections maladroites et dérangeantes, définition de l’amour par mes parents. J’ai reçu une éducation, certes peu commune, mais plutôt bonne, qui m’a rendue ouverte d’esprit, tolérante et bienveillante de manière générale. Mais à l’évidence, pour mes parents, partager un repas par jour avec des artistes hippies, des musiciens engagés ou encore des acteurs pour films pornos était quelque chose de normal pour une fillette de six ans. Et pour moi aussi, je n’avais jamais connu que ça. Les pétards gros comme le doigt qu’ils faisaient tourner autour de la table, les looks anticonformistes des amis de mes parents et les conversations ouvertes sur le sexe me faisaient franchement rire. Je ne comprenais pas forcément toujours tout, mais je riais quand même de bon cœur. Je dois bien reconnaître que ce fut drôle un temps jusqu’à me rendre compte, bien plus tard, que tout cela était malsain et que je ne voulais plus de cette vie un peu folle et barrée.
En réalité, au plus grand désarroi de mes parents, je ne leur ressemblais pas. Plus je grandissais, plus je me rendais compte que mes parents étaient étranges et que connaître le nom de toutes les positions du Kamasutra à dix ans n’était pas franchement la norme. J’en avais pris conscience à temps et, depuis, chaque jour qui fait mon existence, je m’efforce de repousser à grands coups de pied au cul la moindre ressemblance avec ma mère ou mon père, même physiquement, jusqu’à teindre mes cheveux roux en blond.
Et je dois reconnaître que j’y arrive plutôt bien.
Contrairement à la leur depuis que j’ai décidé d’y foutre mon grain de sel à l’âge de dix-huit ans, ma vie est tout ce qui a de plus rangée, de plus stable, de plus conforme, de plus normale. Et j’aime ça, j’adore ça même. Je me reconnais dans cette normalité et je m’y plais véritablement. Je respire à pleins poumons, je suis enfin moi. Dix ans que j’ai pris la décision de les quitter et dix ans que je n’ai jamais été aussi libre et heureuse. Je prends un pied monstre à vivre cette vie que je me suis créée de toutes pièces. J’ai un boulot que j’aime grâce à de belles études dans le commerce et le marketing qui me permet de vivre très correctement et de grimper les échelons à force de travail acharné. J’ai un super loft à Londres qui possède l’immense avantage d’être loin de mes parents, ce qui est non négligeable. J’ai des amis formidables, un patron aussi compréhensif que prévenant, et surtout, j’ai un Cam. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde, croyez-moi.
J’ai un Cam. Et, tous les matins, je prends quelques minutes pour le regarder afin de me prouver qu’il est bel et bien à moi, comme à cet instant. Ce bonheur que je vis avec lui depuis bientôt trois ans est si puissant que j’ai peur qu’un rien ne le brise. Trouver l’homme qui nous rend heureuses, le même qui nous fait jouir chaque soir de la semaine et qui est à mi-chemin entre un dieu vivant, une allure de PDG et un physique de mannequin, ce n’est pas donné à tout le monde, je crois. Alors, je le regarde, consciente que cet homme-là est celui dont j’ai besoin pour le restant de ma vie.
Il dort encore, nu comme un ver dans notre immense lit de notre chambre qui n’a ni mur ni porte. Sur le dos, un de ses bras est coincé sous sa tête, ce qui lui fait ressortir ses biceps parfaitement dessinés. Ses cheveux châtains sont dans une pagaille folle et lui tombent un peu partout sur le visage. Je me retiens de me jeter sur lui afin d’y passer la main dedans. La couette coincée entre ses jambes puissantes, il est fascinant.
Seigneur, qu’il est beau, mon homme !
— Hum…
Il remue dans notre lit, s’entortille autour de la couette avant de se l’enlever d’un geste vif et de s’asseoir au bord du lit. Ainsi, j’ai une vue parfaite sur son magnifique corps sculpté. Je m’humecte même les lèvres.
— Maisie… T’es flippante à me regarder dormir, dit-il en se frottant les yeux. Tu fais ça tout le temps, c’est étrange comme hobby.
Je hausse les épaules, l’air détaché.
— C’est un hobby comme un autre. Le jour où je ne le ferai plus, pose-toi des questions.
Il se met à sourire et à plisser son nez droit, les yeux encore mi-clos et m’attrape le poignet pour m’attirer contre lui. Je tombe sans même lutter et me laisse enivrer par son odeur qui me rappelle pourquoi je l’aime. Je ferme les yeux et je m’abandonne dans le creux de son cou. Ses mains se baladent sur mon corps, partout sous mon pyjama.
Voilà le réveil auquel j’ai droit depuis trois ans.
— Tu sais que t’es sacrément bandante dans mon tee-shirt ? Il couvre parfaitement ton petit cul de déesse et je dois dire que j’adore ça.
Je ris sur lui, embrassant la peau piquante et mal rasée de ses joues pendant que ses mains me pelotent le derrière sans délicatesse.
— Dis donc, Cam ! T’es bien réveillé à ce que je vois…, insinué-je en le sentant dur et prêt sous mes hanches.
Il grommelle comme un goujon et ce son ne manque pas de faire mouiller ma petite culotte.
— Ouais… C’est ce tee-shirt aussi, j’y peux rien !
Ses yeux marron se plissent et lui donnent cet air malicieux que j’aime tant chez lui et un sourire étire sa belle bouche. Ses mains parcourent ma peau un peu partout, je gémis et me laisse emporter dans ses bras jusqu’à ce que le réveil nous ramène à la réalité. Ben oui, nous sommes vendredi. On profitera mieux demain.
— On se rattrapera ce soir, je te promets ! minaudé-je en le couvrant de baisers. Je ne peux pas arriver en retard, pas aujourd’hui !
Je me lève dans la précipitation pendant que Cam se redresse dans le lit et m’assène d’une tape sur les fesses qui me fait rougir.
— J’y compte bien. N’oublie pas, ce soir, on dîne dehors.
Je me dirige vers mon dressing lorsque je jette un regard par-dessus mon épaule.
— Tu me parles de ce dîner depuis une semaine, Cam. On a un truc à fêter ?
Il m’offre le plus beau des sourires avant de se laisser retomber dans le lit de tout son poids.
— Peut-être bien.
 

 
Fière de moi, je ne suis finalement pas en retard ce matin. Je pousse la porte de l’entrée de l’immeuble, le sourire collé au visage après mon doux réveil avec Cam. Bien que l’air glacial de Londres me bousille carrément le cerveau et que mon nez devienne rouge pivoine, faute à ma peau de rouquine, je m’efforce de garder des pensées positives pour la journée que je m’apprête à vivre. En réalité, j’ai hâte d’être à ce soir. Cam me parle de ce dîner depuis des lustres, et j’ignore pourquoi il est si important pour lui. Nous sortons très souvent manger dehors, plusieurs fois par semaine, pourtant, ce soir m’a l’air différent. Depuis le début de la semaine, il m’en parle à plusieurs reprises et ne cesse de me rappeler qu’il lui tarde d’y être. Et même si je suis tout aussi impatiente que lui, je dois dire que je suis nerveuse. Quoi qu’il ait à m’annoncer, je sais que je vais encore tout gâcher. C’est aussi précisément ce soir-là que je vais annoncer à Cam que, pour la troisième année consécutive, nous ne passerons pas Noël ensemble.
J’ignore comment il va réagir, mais, à l’évidence, je n’ai pas d’autre choix. Chaque année, je me promets que c’est la dernière année que nous passerons les fêtes loin l’un de l’autre, mais, cette fois-ci, ça l’est vraiment. L’année prochaine, quoi qu’il en coûte, quoi qu’il en soit, je passerai Noël avec mon petit ami.
Mais pas cette année, je ne suis pas encore assez forte pour ça.
Bordel, pourquoi diable doit-on fêter Noël ?
Est-ce vraiment important ?
Je hais Noël !
Pas la fête en elle-même ou encore la naissance du petit Jésus, ça, je peux gérer. Les pères Noël déguisés, les décorations scintillantes dans les rues à deux pas de chez moi, les gens joyeux, Hamley’s en fête ou encore les marrons chauds et aut

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text