149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Motel. Pool. , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au milieu des années 50, Jack Dayton fuit son avenir au sein de la classe ouvrière d’Omaha et se rend à Hollywood, convaincu qu’il sera le nouveau James Dean. Mais les promotions canapé ne lui apportent pas la célébrité, et le désespoir le mène tout au long d’une série de mauvaises décisions au bout desquelles il est retrouvé sans vie au fond de la piscine d’un motel miteux sur la Route 66.


Soixante ans plus tard, Tag Manning, ayant perdu tout espoir et joie de vivre, fuit sa dernière mauvaise décision amoureuse en date en prenant la route. Ayant fait un grand détour en direction de Las Vegas, il s’arrête pour se reposer dans un coin isolé de la Route 66. Cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus ni motel ni piscine, mais quand Tag reprend la route, il réalise qu’il a pris un auto-stoppeur fantomatique.


Jack et Tag se découvrent un ami dont ils avaient bien besoin, mais l’un est un esprit et l’autre est étrangement maudit. Le temps presse pour tous les deux, et ils doivent affronter la réalité : un futur ensemble n’est pas seulement un pari osé... c’est peut-être une partie perdue d’avance.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 avril 2018
Nombre de lectures 5
EAN13 9782375744390
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Kim Fielding
Motel. Pool.


Traduit de l'anglais par Delphine Desusclade


MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
Motel. Pool.
MxM Bookmark © 2018, Tous droits réservés
Copyright © 2014, by Dreamspinner Press
Published by Arrangement with Dreamspinner Press, 5032 Capital Circle SW, Ste 2, PMB# 279, Tallahassee, FL 32305-7886 USA
Traduction © Delphine Desusclade
Suivi éditorial © Mary Lange
Correction © Emmanuelle Lefray
Illustration de couverture © Paul Richmond
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal.
ISBN : 9782375744390
Existe aussi en format papier
Pour Dennis, qui parvient encore à me surprendre.
Un

1955

— J’ai envie de piquer une tête.
Jack bondit de son lit, ignorant le petit élancement dans ses fesses, et sourit par-dessus le matelas. Sam portait toujours la plupart de ses vêtements, même si sa chemise était froissée et son pantalon défait.

— Il fait trop froid dehors, gamin, fit Sam.
— Froid ? Il fait au moins vingt !
Chez lui, au Nebraska, tout le monde était encore emmitouflé dans des manteaux épais et des bonnets de laine, jurant en glissant sur le verglas ou en pelletant le trottoir pour la centième fois. Ils l’auraient tellement mauvaise s’ils voyaient Jack avec son bronzage !
Sam zippa et boutonna son pantalon, boucla la ceinture, et vida le tumbler de whisky qu’il avait laissé sur sa commode. Il fouilla un moment dans un des tiroirs avant de saisir quelque chose et de le jeter à Jack.
Jack attrapa aisément le tissu.
— Un maillot de bain ? lui demanda-t-il lorsqu’il le déplia. Je croyais que tu me préférais comme ça.
Il écarta largement ses bras, s’exposant entièrement. Il savait ce que Sam voyait : des muscles fins, une silhouette svelte, un sexe d’une taille décente.
Jack tourna sur lui-même, montrant à Sam le cul qui, disait-il, était si extraordinaire qu’il aurait voulu le mettre sur grand écran. « Je ferais des posters de ce cul, disait-il. Mieux que les jambes de Grable ou les seins de Monroe. »
Puis il pressait fermement ou donnait une bonne claque à la partie du corps précitée. Cette fois, cependant, il se contenta de grogner.
— Doris est là.
Clignant légèrement des yeux, Jack passa le maillot de bain. Il était bleu sombre avec des passepoils blancs, et serré même pour lui. Il était impossible qu’il aille à Sam, autrefois beau et bien bâti – Jack avait vu des photos – mais à présent doté d’une bedaine considérable. Et d’un début de calvitie crânienne qui menaçait de conquérir le reste de son cuir chevelu.
— Je croyais qu’elle était à New York.
— C’était le cas.
Sam sourit et utilisa ses paumes pour tendre la seconde peau sur ses fesses.
— Elle a abattu pas mal de travail. Elle se cache ici en attendant que les bleus disparaissent. Ne le dis à personne. Top secret, OK ?
— Ouais. Bien sûr.
Jack baissa les yeux sur le vêtement.
— C’est à qui ?
— À toi désormais. Joyeux Noël.
— OK, mais…
— Comment tu veux que je le sache ? Sûrement quelqu’un qui me l’a envoyé. Les compagnies m’envoient toujours plein de trucs en espérant que je les mette dans un de mes films.
Cela n’expliquait pas comment le maillot de bain avait atterri dans sa commode. Mais les commissures de la bouche de Sam se déformaient vers le bas, aussi Jack laissa tomber.
— Tu viens avec moi ?
— Nan. J’ai des coups de fil à passer.
Il donna un coup de menton en direction de la porte.
— Dégage.
Ignorant la brutalité avec laquelle il était congédié, Jack descendit rapidement le long couloir. Comme toujours, il s’émerveilla de la moquette couvrant l’intégralité du sol. Le bois rayé et le lino usé de chez lui étaient bien loin. Un jour, quand il achèterait sa propre maison à Beverly Hills, il mettrait des tapis partout – même dans la salle de bains.
Il dérapa pour s’arrêter lorsqu’il atteignit la cuisine et y découvrit Doris, assise à la table, feuilletant un magazine. Son peignoir bleu était parfaitement assorti à ses iris. Ses cheveux blonds, d’ordinaire soigneusement coiffés, étaient relevés en queue de cheval, et les cernes sous ses yeux lui donnaient l’air fatigué. Elle lui adressa un large sourire.
— Salut Jacky ! Quand est-ce que tu es arrivé ?
— Il y a quelques heures. Désolé – je ne savais pas que tu étais là.
— J’étais encore au lit. Sommeil réparateur, teint frais pour être belle …
Elle retroussa ses lèvres avant d’avaler une gorgée du verre devant elle. Cela ressemblait à du jus d’orange, mais Jack aurait parié qu’il contenait une bonne dose de vodka.
— Pfft. Tu es déjà beaucoup trop belle.
Elle était toujours belle, en réalité. Lorsqu’elle avait épousé Sam, c’était une véritable bombe – Jack avait aussi vu ces photos-là – bien que pas suffisamment charismatique pour les premiers rôles féminins. Elle jouait en général la sœur ou la meilleure amie. Bien sûr, elle n’était plus apparue dans quoi que ce soit depuis des années, même si parfois, après quelques verres, elle expliquait qu’elle prévoyait un come-back. Sam se contentait de lever les yeux au ciel et de tirer sur son cigare.
— Tu es plutôt mignon, toi aussi, jeune homme, dit Doris. Tu es là pour donner des frissons à une vieille dame ou tu allais à la piscine ?
— Tu n’es pas vieille, mais pourquoi pas un peu des deux ?
Il haussa les sourcils d’un air suggestif.
Elle éclata de rire et agita sa main en le désignant.
— File. Va faire quelques brasses avant que Sam ne te traîne de nouveau dans sa chambre.
Il sentit ses joues se colorer avant de sortir par la porte vitrée. La première fois que Sam l’avait ramené chez lui – dans sa maison à Los Angeles, pas celle-là, sur Palm Springs – Jack s’était félicité d’avoir attiré son attention. Même au Nebraska, tout le monde savait qui était Sam Richards. Enfin, il avait été nominé deux fois comme meilleur réalisateur ! Mais lorsqu’il était entré dans la propriété, Jack avait à peine eu le temps de s’émerveiller que Doris avait fait irruption dans le salon, un verre à la main. Jack était presque mort de honte. Pourtant, elle avait été adorable avec lui à ce moment-là, et plus tard durant la nuit, dans l’intimité de la chambre, Sam lui avait expliqué que lui et sa femme avaient un accord. Elle ne disait rien concernant ses petits amis, et il continuait à l’approvisionner raisonnablement en objets de luxe.
— C’est une sorte de contrat d’affaires, avait conclu Sam. Ça convient à tout le monde.
Même maintenant, près d’un an plus tard, Jack se sentait toujours déconcerté lorsque Doris reconnaissait ouvertement que Sam couchait avec lui. Mais elle persistait à le traiter gentiment, aussi supposait-il que ce n’était pas bien grave qu’elle sache.
La piscine était de cette couleur turquoise exceptionnelle qui semblait n’exister qu’en Californie, et le soleil s’y reflétait si fortement qu’il regretta de ne pas avoir pris de lunettes. Il saisit une serviette sur le petit meuble en tek à côté de la maison et l’étala sur une chaise. OK, il faisait sans doute un peu frais pour nager. Mais la piscine était ce qu’il aimait le plus, dans cette villa, et il ne ratait jamais l’occasion d’y plonger. À Omaha, il n’avait jamais rencontré personne qui ait une piscine dans son jardin. Il était possible que personne dans tout l’État du Nebraska ne possède sa propre piscine. Il allait forcément en acheter une – une immense – quand il aurait sa propre maison.
Il étendit les bras , puis les leva, inspira profondément et plongea dans l’eau.
L’eau froide tétanisa son corps un bref instant. Si ses testicules n’avaient pas déjà été fermement écrasés par son slip moulant, ils auraient tenté de remonter dans son ventre. Mais il commença à nager avec des mouvements fluides et réguliers. Il était passé à la fois par le club de natation e

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text