Mon éternité: Mon Tourmenteur : tome 4
283 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mon éternité: Mon Tourmenteur : tome 4 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
283 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

J’ai lutté contre le destin et j’ai gagné. J’ai passé un marché avec le diable pour la garder.



C’était censé être fini. Nous devions être heureux.



Dommage que mes ennemis en aient décidé autrement.



Remarque : Il s’agit de la conclusion de l’histoire de Peter et Sara. Il est fortement recommandé de lire les trilogies L’Enlèvement et Capture-Moi avant de vous lancer dans ce livre, car il contient des révélations importantes pour l’intrigue de ces séries.

Informations

Publié par
Date de parution 18 juin 2019
Nombre de lectures 635
EAN13 9781631424632
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0020€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Mon éternité
Mon Tourmenteur : tome 4


par Anna Zaires

♠ Mozaika Publications ♠
Table des matières



Partie I


Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Chapitre 9

Chapitre 10

Chapitre 11

Chapitre 12

Chapitre 13

Chapitre 14

Chapitre 15

Chapitre 16

Chapitre 17

Chapitre 18

Chapitre 19

Partie II


Chapitre 20

Chapitre 21

Chapitre 22

Chapitre 23

Chapitre 24

Chapitre 25

Chapitre 26

Chapitre 27

Chapitre 28

Chapitre 29

Chapitre 30

Chapitre 31

Chapitre 32

Chapitre 33

Chapitre 34

Chapitre 35

Chapitre 36

Chapitre 37

Chapitre 38

Partie III


Chapitre 39

Chapitre 40

Chapitre 41

Chapitre 42

Chapitre 43

Chapitre 44

Chapitre 45

Chapitre 46

Chapitre 47

Chapitre 48

Chapitre 49

Chapitre 50

Chapitre 51

Chapitre 52

Chapitre 53

Chapitre 54

Chapitre 55

Chapitre 56

Partie IV


Chapitre 57

Chapitre 58

Chapitre 59

Chapitre 60

Chapitre 61

Chapitre 62

Chapitre 63

Chapitre 64

Chapitre 65

Chapitre 66

Chapitre 67

Chapitre 68

Chapitre 69

Chapitre 70

Chapitre 71

Chapitre 72

Chapitre 73

Chapitre 74

Chapitre 75

Chapitre 76

Chapitre 77

Chapitre 78

Chapitre 79

Chapitre 80

Chapitre 81

Chapitre 82

Chapitre 83

Chapitre 84

Chapitre 85

Chapitre 86

Chapitre 87

Chapitre 88

Chapitre 89

Chapitre 90

Chapitre 91

Chapitre 92

Chapitre 93

Chapitre 94

Chapitre 95

Chapitre 96

Chapitre 97

Chapitre 98

Chapitre 99

Épilogue


Extrait de Liaisons Intimes

À propos de l'auteur
Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les incidents sont le produit de l’imagination de l’auteur ou employés de manière fictive, et toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou mortes, des sociétés, des événements ou des lieux ne serait qu’une coïncidence.

Copyright © 2019 Anna Zaires et Dima Zales
www.annazaires.com/book-series/francais/

Tous droits réservés.

Sauf dans le cadre d’une critique, aucune partie de ce livre ne peut être reproduite, scannée ou distribuée sous quelque forme que ce soit, imprimée ou électronique, sans permission.

Publié par Mozaika Publications, une marque de Mozaika LLC.
www.mozaikallc.com

Traduction : Laure Valentin

Couverture par Najla Qamber Designs
www.najlaqamberdesigns.com

e-ISBN :  978-1-63142-463-2
ISBN-13 : 978-1-63142-464-9
Partie I
1

H enderson
— Qu’est-ce que tu fais  ?
La voix anxieuse de Bonnie me tire de mes prévisions et je lève les yeux, rangeant le dossier que j’examinais dans une pile de documents sur mon bureau, tout en m’apprêtant à lui répondre par un mensonge plausible.
Sauf que la femme qui partage ma vie depuis vingt et un ans ne me regarde pas.
Elle a les yeux rivés sur l’ordinateur derrière moi, où la photo d’une belle mariée aux cheveux bruns, souriante au bras de son charmant époux, occupe la majeure partie de l’écran.
Merde. Je croyais avoir fermé cet onglet. Les muscles de mon cou se contractent et la bile me brûle la gorge quand je vois Bonnie commencer à trembler.
— Pourquoi as-tu cette photo ?
Sa voix monte dans les aigus tandis que ses yeux accusateurs se posent sur moi.
— Pourquoi as-tu la photo de ce monstre sur ton écran ?
— Bonnie… Ce n’est pas ce que tu crois.
Je me lève, mais elle recule déjà en secouant la tête. Ses longues boucles d’oreilles se balancent autour de son visage fin.
— Tu m’avais promis. Tu m’as dit que nous serions en sécurité.
— Et nous serons en sécurité, dis-je.
Mais il est trop tard.
Elle est déjà partie.
Dans le refuge de son lit, de ses cachets et de sa télé-réalité abrutissante.
Là où les enfants et moi ne parvenons jamais à l’atteindre.
Je me laisse retomber sur mon fauteuil et je fais rouler ma tête sur le côté. La tension insoutenable qui me crispe la nuque s’estompe un peu. Je sors à nouveau le dossier. Le nom à l’intérieur me saute aux yeux. Chaque lettre me provoque, attisant les braises amères de ma rage brûlante.
Peter Sokolov.
Je suis la dernière personne sur sa liste. La seule qu’il n’a pas encore tuée pour ce qui s’est passé dans ce village minable du Daghestan. Une seule erreur, un ordre irréfléchi, et voilà le résultat. Pendant des années, il m’a traqué, ma famille et moi, torturant nos amis et nos êtres chers afin de m’atteindre. Mes enfants le voient dans leurs cauchemars et il détruit nos vies à tous les égards.
Maintenant, grâce à l’influence de son ami Esguerra sur notre gouvernement, il a le droit d’évoluer en liberté. D’épouser ce joli médecin aux cheveux couleur noisette et de vivre aux États-Unis, comme si tout était pardonné et oublié.
Comme si j’étais censé croire sa promesse de ne pas me tuer.
Mon regard se pose sur les autres noms dans le dossier.
Julian Esguerra.
Lucas Kent.
Yan et Ilya Ivanov.
Anton Rezov.
Les alliés de Sokolov – des monstres, chacun d’entre eux.
Ils doivent payer pour ce qu’ils ont fait.
Comme Sokolov, ils doivent être mis hors d’état de nuire.
Ce n’est qu’à ce moment-là que nous serons vraiment en sécurité.
2

S ara
Quand je me réveille, c’est pour me rappeler avec émerveillement que je suis mariée.
Mariée à Peter Garin, alias Sokolov.
L’homme qui a tué George Cobakis, mon premier mari, après être entré par effraction chez moi pour me torturer.
Mon harceleur.
Mon ravisseur.
L’amour de ma vie.
Mon esprit revient à la soirée de la veille et la chaleur se répand dans tout mon corps – un mélange de honte et d’excitation. Il m’a punie hier. Il m’a punie parce que j’ai failli lui faire faux bond à l’autel.
Il m’a prise avec brutalité, m’arrachant des aveux.
Il m’a fait avouer que je l’aime – que j’aime tout ce qui le constitue, y compris les zones d’ombre.
Que j’ai besoin de ses ténèbres… j’ai besoin qu’il me les inflige, afin de surmonter la honte et la culpabilité de savoir que je suis tombée amoureuse d’un monstre.
En ouvrant les yeux, je fixe le plafond à la peinture blanche neutre. Nous sommes toujours dans mon petit appartement, mais je suppose que nous déménagerons bientôt. Et ensuite ? Des enfants ? Des promenades au parc et des dîners avec mes parents ?
Suis-je réellement sur le point de bâtir une vie avec l’homme qui a menacé de tuer tous les invités de notre mariage si j’y renonçais ?
Il doit préparer le petit-déjeuner, parce que je sens de délicieux effluves en provenance de la cuisine. C’est appétissant, savoureux, et mon estomac gronde quand je me redresse. Les muscles de mes cuisses endolories me font grimacer.
Si nous devons souvent baiser dans des positions exotiques, je ferais bien de reprendre le yoga.
Secouant la tête pour chasser cette pensée ridicule, je file sous la douche et je me brosse les dents. Quand je ressors, enveloppée dans un peignoir, j’entends la voix de Peter qui m’appelle avec son accent subtil.
Il emploie mon surnom de « ptichka ».
— Je suis là, dis-je en entrant dans la cuisine.
Soudain, des bras incroyablement forts me soulèvent et je reçois un baiser si intense qu’il me coupe le souffle.
— Je vois ça, murmure enfin mon mari en me remettant sur mes pieds. Tu es là et tu n’iras nulle part.
Ses grandes mains se posent sur ma taille dans un geste possessif. Ses yeux gris scintillent comme des billes d’argent sur son visage obscurci par un début de barbe. Même s’il porte déjà un tee-shirt et un jean, i

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents