162 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mine, tome 1 : La posséder , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
162 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le mal incarné a tout arraché à Abbygaël : elle plaque ce qui faisait son quotidien pour recommencer sa vie à New York, mégalopole où elle espère se fondre dans un anonymat salvateur.


Son nouveau job dans un restaurant huppé lui offre une chance de se reprendre en main. Oui mais... Un grain de sable vient enrayer sa routine bien huilée. Un roc même : beau, charismatique, arrogant et affreusement sexy, Bradley est un talentueux architecte, régulièrement sous le feu des projecteurs.


Aussi célèbre pour ses innombrables conquêtes que pour son travail, et peu habitué à ce qu’on lui résiste, Abbygaël éveille l’instinct du chasseur par sa froideur.


Devenir sa proie ? Jamais de la vie. S’attacher à ce Casanova inconstant ? Encore moins. D’autant plus que le diable rôde et qu’il n’a pas dit son dernier mot.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 21
EAN13 9791097125844
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Mine
 
Tome 1 : La posséder
 
 
Caroline Gaynes
 
 
 
L'auteur est représenté par Black Ink Editions. Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de ce livre ou de quelque citation que ce soit sous n'importe quelle forme.
 
Nom de l'ouvrage : Mine, tome 1 : La posséder
Auteur : Caroline GAYNES
Suivi éditorial : Sarah Berziou
 
© Black Ink Editions
Dépôt légal Février 2019
 
Couverture : © Black Ink Editions – Réalisation Lana Graph. Crédit photos Shutterstock
ISBN 979-10-97125-84-4
 
Black Ink Editions
23 chemin de Ronflac
17440 Aytré
Numéro SIRET 840 658 587 00018
 
Contact :  editions.blackink@gmail.com
Site internet :  www.blackinkeditions.com
 
 
Table des matières
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33
Chapitre 34
Chapitre 35
Remerciements

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il existe deux choses qui empêchent une personne de réaliser ses rêves : croire qu'ils sont irréalisables, ou bien, quand la roue du destin tourne à l'improviste, les voir se changer en possible au moment où l'on s'y attend le moins.
Paulo Coelho
 
 
 
 
Chapitre 1
 
 
Abbygaël
 
Me voilà d’attaque pour ma première journée de travail.
Mon état d’esprit ? Super anxieuse ! Je n’ai pas le droit à l’erreur cette fois-ci.
Ce poste dans un restaurant de luxe en plein cœur de Manhattan est une aubaine obtenue grâce à mon amie Jessy, « miss Cocktail » pour les intimes. Une véritable pro en la matière, elle n’en rate jamais un. Il nous est arrivé un nombre incalculable de fois, ses amies et moi, de prendre des lignes droites pour des courbes sinueuses grâce à ses succulents mojitos.
Il est dix-huit heures trente et le briefing commence dans trente minutes. La boule qui a élu domicile dans le creux de mon estomac ne fait que grossir, d’heure en heure, depuis ce matin. La peur de ne pas être à la hauteur. Pour m’en persuader, je répète en boucle dans ma tête : «  Je vais y arriver, je vais y arriver ». La méthode Coué a fait ses preuves chez certains, pourquoi pas chez moi ?
Au loin, j’aperçois le directeur, Andrew Smith. C’est lui qui m’a fait passer mon entretien d’embauche il y a quelques jours.
Pour l’occasion, j’avais enfilé ma plus belle robe noire. Classique, mais chic, donc efficace à mon goût. Un coup de fer à lisser pour dompter ma longue chevelure ondulée blonde, un peu de blush sur mes joues, un trait de liner noir pour faire ressortir le bleu azur de mes yeux et pour finir, un rouge flashy sur mes lèvres pour le côté femme qui s’assume. Ma mère m’a toujours appris à mettre en valeur mes atouts avec classe et élégance. Mon côté raffiné et perfectionniste m’a souvent valu les regards de convoitise de nombreux admirateurs, suscitant par la même occasion la jalousie de mes copines. Cette façade savamment calculée pour camoufler ma maladresse chronique ne l’empêche malheureusement pas de venir souvent gâcher mon image de femme parfaite. En revanche, mon apparence est un bon moyen de masquer mon manque de confiance en moi. Je comptais donc bien l’utiliser pour réussir à obtenir ce poste !
Après un dernier regard dans le miroir, j’étais satisfaite du résultat.
Mes clés en main, je suis partie en direction du métro. C’était une très belle journée ensoleillée d’avril, les gens commençaient à remplacer leurs manteaux par des tenues beaucoup plus légères.
Comme à mon habitude depuis que je me suis installée dans la grosse pomme, avant de débuter ma journée, j’ai fait un petit crochet au Starbucks. Mettre toutes les chances de mon côté en buvant un latte macchiato me semblait être LA SOLUTION. À chacun ses petits rituels !
Sur la route, en pensant à la façon dont allait pouvoir se dérouler l’entretien, j’ai eu un haut-le-cœur.
Tout va bien se passer, tout va bien se passer !
Le destin ne pouvait pas jouer en ma défaveur deux fois, non ?
Arrivée devant « The Empire Restaurant », j’ai pris une grande inspiration et me suis jetée à l’eau.
Une belle blonde filiforme, logée derrière un pupitre en bois massif aux contours dorés, m’a accueillie. Un modèle de classe. J’ai failli lui demander l’adresse de son coiffeur, devant son tie and dye tellement parfait, mais je me suis retenue.
Elle m’a accompagnée jusqu’au bureau de monsieur Smith, un homme d’une cinquantaine d’années. Brun, assez grand, son visage souriant m’a immédiatement inspiré confiance. Il m’a semblé être aux antipodes de ce scélérat de Rob, mon ancien patron. Je ne suis restée que six mois dans son restaurant miteux de la 4th avenue. Malgré ce laps de temps plutôt court, j’aurais mérité une médaille. Entre les mains aux fesses des clients (mes cours de self défense, pris il y a un an et demi, se sont avérés plutôt utiles pour tenir à distance les pires spécimens), l’odeur de graillon qui me parfumait les cheveux même après trois lavages, et surtout le caractère exécrable de Rob, travailler là-bas n’avait pas été une mince affaire. Mais, avec un loyer à payer, je n’avais pas vraiment le choix. Heureusement, j’ai des amies en or qui se sont pliées en quatre pour m’aider à sortir de ce calvaire. Dont Jessy, qui m’a parlé de cette place qui se libérait dans le restaurant où elle bossait .
Devant mon enthousiasme, elle a soumis ma candidature à monsieur Smith qui m’a immédiatement rappelée pour me proposer un entretien.
J’ai tout de suite compris que ce dernier était quelqu’un de très professionnel, respirant la rigueur et l’ordre. Ce restaurant était toute sa vie. En me faisant visiter les lieux, monsieur Smith m’a raconté que tout l’aménagement de la salle et la décoration, des chaises en bois naturel aux tringles en laiton, avaient été pensés par un architecte de grande renommée, Adrian O’Connell, un ami proche.
Le restaurant peut accueillir une soixantaine de couverts par service et monsieur Smith n’a eu de cesse de me répéter ses mantras : «  le client est roi », « sourire aux lèvres, en toutes circonstances » et « il faut être la plus disponible possible ».
Il a également évoqué le salon privé du restaurant, lieu très prisé par le gratin new-yorkais : ambassadeurs, guest stars... Tout ce qui se dit là ne doit pas sortir de ces murs. La discrétion est le maître mot. Pour servir là-bas, il faut cumuler de l’expérience en salle. En gros, j’ai compris que je n’irais pas tout de suite.
Le feeling est très bien passé entre nous, et après une série de questions sur mes expériences passées, il m’a serré la main en me signifiant que le poste était pour moi.
Et me voilà aujourd’hui, deux semaines plus tard, prête à commencer. J’approche du groupe qui fait face à monsieur Smith. Il me présente comme la nouvelle recrue qui remplace Eléonora.
—  Je compte sur vous pour qu’Abbygaël s’intègre et soit opérationnelle rapidement. Je vous rappelle aussi que ce soir, nous recevons monsieur O’Connell. Je vous demande donc d’être encore plus irréprochables que d’habitude, l’enjeu étant de le fidéliser.
Monsieur Smith paraît anxieux. Est-ce dû à la présence de ce O’Connell ? Ce nom m’évoque vaguement quelque chose. Ah oui ! Il m’en a parlé l

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text