118 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Loup y es-tu ? , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
118 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


« Choisis tes alliés à la couleur de leur fourrure, pas à la longueur de leurs crocs. »


L’ombre d’un Gévaudan plane sur la forêt de Saint-Leu : les Loups doivent unir leurs forces pour défendre leur territoire. Pourtant, Isabeau la terrible ne l’entend pas de cette oreille, elle a ses propres comptes à régler et l’addition sera salée.


Stephen, plus chien que Loup, peine à trouver ses marques au sein de la meute. Et cela d’autant plus quand Jason, son guide, lui bat froid. À trop vouloir l’apprivoiser, à trop essayer d’atteindre le cœur du Grand méchant loup, Stephen risque d’y laisser plus qu’une touffe de poils.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782375745649
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Candice Ulrik
Loup y es-tu ?
(Going Wild - T.2)




MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
MxM Bookmark © 2018, Tous droits réservés
Suivi éditorial © Marc Philipps
Correction © Porte-Plume
Illustration de couverture © Mirella Santana
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal.
ISBN : 9782375745649
Existe aussi en format papier
Le loup erre au cœur de la forêt. Le feuillage hirsute des buissons caresse son poil soyeux. L’odeur sucrée de l’été mourant titille son museau humide. La lune, sa plus fidèle compagne, garde un œil bienveillant sur lui. Son corps, souple et gracieux, se faufile discrètement entre les arbres. Il en frôle l’écorce comme un amant joueur, en chahute les racines de pattes taquines. Ses muscles puissants roulent sous une robe illuminée par sa complice, pleine et généreuse. Ses coussinets, légers, dansent sur l’herbe et les mousses gorgées d’eau. Le vent, dont le souffle encore chaud flatte sa fourrure, murmure des secrets à son oreille attentive. Il ne fait pas de bruit, ce prince glorieux de la nuit. Il respecte la sonate silencieuse de l’astre nocturne, le murmure muet de la forêt. Il ne laisse trace de son passage ; dans le sillon de ses pattes aucune souillure. Il est dans son élément, et l’élément l’abrite, l’accueille en son sein. Il a le cœur gaillard, le sang vaillant ; il est libre et dominant.
Le brouhaha de la ville ne s’entend pas aussi loin de Saint-Leu, mais le loup est aux aguets. La musique d’une discothèque, installée en périphérie dans un vieux manoir laissé à l’abandon depuis des décennies, se répercute d’arbre en arbre. Des notes cacophoniques pour une ouïe si fine. Un rythme endiablé martèle ses tympans, les sons vibrent sous ses pattes. Le flash intermittent des stroboscopes déchire la nuit et meurtrit les yeux éclatants. Le loup n’apprécie pas la présence de l’Homme sur son territoire, mais il sait s’en accommoder. La patience est une vertu qui ne lui a jamais fait défaut. Il ne pénétrera pas la bergerie, pas cette nuit ; il attendra malgré la faim canine. Parmi le troupeau sortira un Petit Chaperon rouge – le premier pétale sanglant.
Des rires précèdent les bruits de pas. Les brebis égarées ont perdu tout instinct de préservation. Trois jeunes filles déambulent le long de la route, légèrement vêtues, des bracelets phosphorescents dans les cheveux et autour de leurs bras. Aussi lumineuse soit-elle, cette lumière ne les guidera pas vers leur berger, mais plutôt dans la gueule du loup.
L’une, la petite blonde au rire communicatif, trébuche sur un obstacle invisible, clairement éméchée.
— Tu as vraiment trop bu ce soir, la réprimande la plus grande et la plus sobre.
— Je fais ce que je veux, baragouine le petit bout de femme blond.
— Elle fait ce qu’elle veut ! répète la troisième, complètement imbibée.
— Non, elle noie son chagrin, ce n’est pas pareil !
— J’ai le droit de noyer mon chagrin ; il m’a plaquée comme une vieille chaussette !
— Comme une vieille chaussette trouée et puante !
— Allez, ça suffit, vous deux ! On se relève et on rentre !
Je ne crois pas, s’amuse le loup, car qui se fait brebis… Il se pourlèche déjà les babines, l’eau à la bouche. Puis il entame avec aisance sa danse macabre. Ses pattes expertes tombent lourdement sur l’herbe ; sous ses coussinets craquent les quelques branches qui jonchent le sol – une mise en scène parfaite pour rendre l’ambiance inquiétante et lugubre. Loin de lui l’idée de ne pas se faire remarquer ou d’en finir rapidement : il veut savourer, terrifier, chasser ses proies. Il a ce besoin viscéral de sentir la terreur la plus pure naître dans leurs entrailles, les couvrir d’une sueur froide délectable, avant de dévorer, enfin, leur dernier hoquet paniqué.
— J’ai entendu quelque chose, souffle la longue et jolie chevelure blonde.
Ces fils d’or seront bientôt boueux et maculés de sang.
— Avec tout ce que tu as descendu ce soir, tu n’entendrais même pas Justin Bieber te chanter des mots doux à l’oreille ! la taquine celle qui a dû boire pour les trois réunies.
Le loup se rapproche, discret comme un troupeau d’éléphants.
— Non, Fiona a raison, j’ai entendu quelque chose aussi ! s’écrie la grande perche.
La peur vous fait dégriser en un temps record. Le loup va bien s’amuser ce soir. Les défis ne lui font pas peur : il ne se donne pas plus de dix minutes pour planter ses crocs dans cette chair fraîche, déchirer ces petits ventres souples et recouvrir l’asphalte de confettis sanglants. Il aimerait faire durer le plaisir, mais il ne faut pas qu’il se fasse prendre.
— Dépêchons-nous, insiste Fiona.
Fiona, la blanche… Ce prénom la destine à un rouge écarlate. Un prénom de plus qui sera gravé dans le marbre morne des pierres tombales du cimetière de Saint-Leu, doucettement lavé par le temps et oublié de tous. À notre fille adorée , ornera bientôt un grand bouquet de roses immaculées. À notre amie Fiona, partie trop tôt , décorera une gerbe de gerberas criards. Oh, on les pleurera dans les chaumières, ces trois petits anges, ces trois fleurs à peine écloses ! Elles sont des cibles parfaites.
Les jeunes filles accélèrent le pas ; l’heure de la chasse a sonné. Le loup les laisse s’éloigner, prend le temps de faire jouer ses coussinets sur la terre et s’élance, joyeux, sur la cible la plus proche, la plus sobre et la plus dangereuse. Il se réserve la plus jolie pour la fin. Voir ses traits déformés par la peur, entendre sa fine gorge crier de terreur, lécher avec appétit ses entrailles avant de la couvrir de pétales vermillon lui donnera grande satisfaction.
Petit Chaperon rouge, comme tu as un sang bien chaud !
Chapitre 1
« Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé »

Contrairement à la plupart des adolescents, Stephen ne vouait pas une haine viscérale à l’Éducation nationale, il ne rêvait pas plus de faire du vaudou sur des poupées à l’effigie de ses professeurs. Il avait toujours été bon élève, parmi les premiers de sa classe, et chaque jour de présence en cours avait été une victoire sur la maladie. Il voulait avoir son baccalauréat, faire des études et devenir architecte-paysagiste. À force d’avoir été enfermé entre quatre murs stériles durant son enfance, son imagination avait développé tout un univers extérieur que ses mains recréaient avec plaisir sur le papier. Et même quand la médecine le condamnait, il avait décidé de voir ses rêves en grand : un jour, ses dessins prendraient vie !
Pourtant, cette année, même si la terminale exigeait de lui concentration, abnégation et travail – quelle idée avait-il eu de s’inscrire en mathématiques renforcées ! – il se surprenait à aller au lycée en traînant les pieds. Les cours, même ceux de philosophie, ne lui posaient aucun problème, là n’était pas la question. Il avait toujours eu des facilités à étudier et tout le temps du monde pour s’y atteler. L’ennui était que, depuis la rentrée, il avait à peine vu Jason. Son guide était très occupé et son emploi du temps plus chargé que celui d’un ministre. En plus d’avoir à se soucier de ses études, il avait de nouveau été nommé capitaine de l’équipe de basket et devait organiser les entraînements et gérer les matchs de sélection. Et comme si toutes ces obligations ne l’accaparaient pas déjà suffisamment, l’Alpha de la meute avait exigé sa présence plus fréquemment à la Tanière. Pour couronner le tout, Jason refusait de lui accorder la moindre seconde d’attention au sein de l’établissement où il l’ignorait royalement et le traitait comme un parfait inconnu. En somme, ils ne se parlaient plus ou uniquement par onomatopées lors des Tanières.
Et tout cela était sa faute. Comme Stephen regrettait son audace de cet été ! Qu’est-ce qui lui avait pris d’embrasser Jason durant l’une de leurs patrouilles ? Il se rappelait encore le choc gravé sur le visage de son guide. Pire que la surprise ; la terreur. Jason, ce Loup courageux et téméraire, avait pris peur ! Il ne lui avait rien dit, ni oui, ni non, ni merde. Il s’était contenté de reprendre leur ronde, le cœur battant la chamade, les jambes chancelantes. Stephen aurait préféré se manger un râteau plutôt que de subir pareil silence.
Depuis, Jason s’était renfermé sur lui-même. Il avait coupé tout contact en dehors des besoins de la meute. Stephen avait bien essayé de lui parler, de régler ce différend, de s’excuser tout simplement. Mais les mots, l’argumentation, le face-à-face verbal n’avaient jamais été les points forts de Jason. Il refusait toute communication. De quoi avait-il peur ? De le blesser ? De faire une erreur ? De le haïr ? Stephen avait-il pu se tromper à ce point sur l’évolution de leur relation ? Imaginer tous ces regards complices échangés ? Ces sourires timides ? Ces caresses discrètes ? Était-ce le lien lunaire qui l’avait induit en erreur ? Avait-il été trop faible face aux exigences de son propre loup ? Avait-il tout gâché ?
Il refusait cette éventualité. Sa bête noire, cette redoutable ennemie, lui avait au moins appris une chose : tant qu’il y avait de la vie, il y avait de l’espoir. Alors qu’il savait ses années comptées, ses mois, ses jours même, il avait été mordu par un Loup et, depuis, vivait normalement. Impossible alors de baisser les bras, Stephen voulait obtenir une réponse : quelle qu’elle soit. Il était assez grand pour accepter que Jason ne partage pas ses sentiments, ses aspirations, mais il ne savait pas gérer l’hypothétique, les peut-être. Il avait besoin d’être fixé. Il avait besoin que Jason revienne dans sa vie, même en tant que « simple » guide.
Soupirant comme une âme en peine, il se traîna jusqu’à la sortie du lycée pour aller déjeuner. Son meilleur ami l’y attendait déjà.
— Ça a l’air d’être la forme, toi, dit-il en voyant le visage radieux de Sébastien.
— Un peu que c’est la forme, la très très g

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text