772 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les Arcanes de l'éternité , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
772 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Découvrez les 3 tomes de la série fantasy à suspense "Les Arcanes de l'éternité" de Alessia Dan en Intégrale !




Tome 1 : Midnight Detective


Luc Bourdin est un homme complexe. Journaliste brillant mais surtout connu pour son caractère exécrable, il mène sa vie sans concessions. Traînant dans ses valises une enfance sordide et une solitude qui le ronge, le meurtre brutal de son meilleur ami, colocataire et ancien amant, le plonge au cœur d’un monde dont il ne soupçonnait rien.


Épaulé dans son deuil par son ami Lisandru, lieutenant de police de son état, Luc va apprendre que la nuit cache bien plus d’ombres qu’il n’aurait pu en soupçonner. Qui sont ces étranges détectives privés en qui Lisandru semble avoir toute confiance ? Et qu’est-ce que c’est que ces conneries d’aura et de spiritisme ? Comme si ça pouvait faire avancer leur enquête et permettre de coincer l’assassin de Thibault !


Sauf que, dépassé par les événements, poursuivi par le tueur qui semble à la recherche d’un mystérieux objet dont il ignore tout, Luc se retrouve au cœur de la tourmente. Et surtout bien forcé de regarder la réalité en face : Nefer, cet enfoiré d’Égyptien arrogant avec ses yeux soulignés de khôl et sa mèche blanche, hé bien ce gars-là n’est peut-être pas un charlatan.


Pour ne rien arranger, entre eux crépite une attirance immédiate et électrique à laquelle se mêlent les secrets du passé et ceux du monde surnaturel. Nefer semble habité d’un chagrin d’un autre temps, tandis que Luc est lui-même trop abîmé pour sacrifier son indépendance sans se rebeller, même quand il devient évident que seul le hasard n’a pas réuni les deux hommes.


Cernés par la mort, ils ne pourront compter que sur eux-mêmes et leurs amis pour survivre à la longue nuit qui s’annonce. Et peut-être enfin comprendre ce qui les lie.





Tome 2 : La Mer s'habille de rouge


Il est de ces blessures qui ne cicatrisent pas : elles suintent encore, bien des années après, pourrissent, se nécrosent, et il n’y a d’autre choix que de vivre avec. Luc a essayé. Il a tenté de composer avec son enfance difficile et la maltraitance subie, la disparition brutale de son meilleur ami et la découverte du monde surnaturel, là, juste sous son nez.


Il a échoué. Contrairement à son père, Luc ne se contente pas d’entendre des voix. Les morts se matérialisent devant lui, le hantent sans répit, ne lui laissant rien d’autre que la certitude de sombrer dans la folie, à son tour.


Nefer, Mickaël et Stéfano ne sont pas de cet avis : Luc a simplement besoin de maîtriser ses nouvelles capacités. Rien qu’un peu de soutien et d’ouverture d’esprit ne sauraient résoudre, mais difficile de manœuvrer quand l’unité du groupe est mise à mal par les problèmes de chacun.


Nefer doit agir, les réunir. Et quoi de mieux que de tous les enfermer sur un bateau de croisière pour cela ?


Se retrouver, oui, mais lorsque la mer s’habille de rouge et que la rumeur d’une disparition à bord court, il devient vital de ne surtout pas se perdre.


Y parviendront-ils seulement ?





Tome 3 : Les Murmures de l'ombre


Un an après leur périlleux voyage à bord de l’Alcyon et le drame survenu dans le monde vampirique, chacun doit se rendre à l’évidence : le danger n’a jamais été si proche.


Le mal rôde et déplace ses pions ; les fils de la vie se croisent et s’emmêlent : même les cœurs les plus amoureux ne peuvent échapper aux murmures de l’ombre.


Les arcanes de l’éternité n’auront bientôt plus de secrets pour eux, car il est des destins que même la mort ne saurait corrompre.


Sauf si...


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2023
Nombre de lectures 0
EAN13 9782493747495
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Les Arcanes de l’Éternité
Intégrale
Alessia Dan
Les Arcanes de l’Éternité
Intégrale
Milo
Éditions Haro
N°ISBN Numérique : 9782493747495
© Éditions Haro 2023, tous droits réservés.
© Éditions Haro et Adobes Stock, pour la présente couverture.
© Milo est une marque des Éditions Haro
Suivi éditorial et correction : Jennifer Verbeurgt
Date de parution : Janvier 2023
Éditions Haro :
200 route de Bordeaux, 40 190 Villeneuve de Marsan
Site Internet : www.editionsharo.fr
 
Art L122-4 du CPI : Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.
 
Art L335-2 du CPI : Toute édition d’écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon et toute contrefaçon est un délit. La contrefaçon en France d’ouvrages publiés en France ou à l’étranger est punie de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. Seront punis des mêmes peines le débit, l’exportation, l’importation, le transbordement ou la détention aux fins précitées des ouvrages contrefaisants. Lorsque les délits prévus par le présent article ont été commis en bande organisée, les peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et à 750 000 euros d’amende.
 
Art L335-3 du CPI : Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d’une œuvre de l’esprit en violation des droits de l’auteur, tels qu’ils sont définis et réglementés par la loi. Est également un délit de contrefaçon la violation de l’un des droits de l’auteur d’un logiciel définis à l’article L. 122-6.
 
 
Midnight Detective
Tome 1
Nous ne sommes que les maillons éphémères d’une chaîne que traîne à ses pieds un fantôme nommé Temps qui court à l’infini droit sur le néant.
Yasmina Khadra
 
Chapitre I
Luc, installé en équilibre sur sa chaise, les pieds sur le bureau, regardait la pluie ruisseler contre les vitres en une kyrielle de gouttes hyalines. Son esprit vagabondait à leur poursuite, incapable de se concentrer sur son article, un énième détournement de fonds par un politicien peu scrupuleux. Ce n’était pas avec ça qu’il ferait un scoop. La vie était d’un ennui par moment… Même l’envie de draguer le laissait tomber ce soir. Il avait beau essayer de penser à tous ces petits culs bien moulés dans leurs pantalons sexy qui n’attendaient que son bon vouloir, rien ne frémissait à l’étage inférieur. Il allait vraiment falloir qu’il se remue s’il ne voulait pas finir ses jours dans la peau d’une vieille pédale fadasse et solitaire.
Mais cela attendrait le week-end, car Luc était un chasseur patient et opiniâtre, et ce mec qu’il avait reluqué l’autre soir en boîte ne lui passerait pas sous le nez deux fois. Samedi, il le baiserait si profond que l’autre finirait par déclamer une ode à sa bite. Dire qu’il l’avait laissé filer pour raccompagner son meilleur ami, accessoirement ex-amant, complètement torché ! Putain, on pouvait dire qu’il lui avait gâché sa nuit, celui-là ! Quelle idée de se mettre dans un état pareil alors qu’un gentil monsieur pépère l’attendait sagement auprès de ses pantoufles ! Enfin, Luc ne faisait que le supputer puisque Thibault ne se donnait pas la peine de lui présenter son nouveau mec. Ça aussi, ça le gonflait sévère. Il en avait ras le cul de voir un gars qu’il ne connaissait même pas tenter de lui piquer son colocataire.
Une cigarette au bord des lèvres, plus avachi qu’assis, Luc contournait joyeusement la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics. D’ailleurs, pouvait-on encore considérer que le journal était public puisqu’il était désert à cette heure de la nuit ? Autour de lui, un nuage nauséabond voguait dans l’air comme une barque sur les flots calmes. Ses yeux à peine clos suivaient par moment le panache tourbillonnant libéré par le joint qu’il tenait mollement au bout de ses doigts, et qui alimentait l’atmosphère brumeuse enveloppant de sa soie le haut de son corps. Ses pupilles dilatées passaient de la fumée aux carreaux trempés, incapables de se fixer, tout comme ses pensées.
La tête rejetée en arrière, il passa une main dans les mèches brunes indisciplinées qui retombaient sur son front dans une folle pagaille. « Indiscipliné, un qualificatif qui lui allait comme un gant », se plaisait à dire sa sœur. Dhyâna était bien la seule à pouvoir se permettre ce genre de privautés avec lui. Elle le taquinait souvent sur son caractère impétueux qui refusait de plier face à l’autorité. Sa force d’âme se lisait d’ailleurs parfaitement sur le visage du jeune homme. Un nez droit et pointu, un menton volontaire, des joues un peu creuses qui durcissaient ses traits, des lèvres pleines souvent boudeuses, et surtout des yeux verts dans lesquels brillait constamment une lueur insolente.
Il se redressa en soupirant, puis attrapa une petite boîte carrée de couleur argent bien planquée dans le fond du tiroir de son bureau. Elle lui servait à écraser ses mégots afin de ne laisser aucune trace de son forfait. Et ce fut exactement l’usage qu’il en fit avant de la ranger, là où elle attendrait patiemment son prochain écart de conduite. Il avait également laissé la fenêtre entrebâillée pour ne pas emprisonner l’odeur suspecte. Néanmoins, pour faire bonne mesure, il préféra l’ouvrir en grand malgré la froidure de ce mois de novembre qui annonçait un hiver rigoureux. Devant le linteau, il resserra ses bras autour de son torse pour aider son énorme pull écru à garder un peu de la chaleur de son corps, et en profita pour jeter un œil indolent sur la rue deux étages plus bas, pratiquement déserte. La grande horloge, suspendue sur le mur face à son bureau, affichait vingt-deux heures. Sans doute serait-il plus sage de rentrer puisqu’on ne lui paierait même pas d’heures supplémentaires… Après tout, il ne lorgnait pas une promotion, alors pas la peine de faire de zèle. Il serait toujours le plus compétent de ce canard, même en ne fournissant que le minimum syndical.
Alors qu’il allait se détourner des trottoirs humides sans grand intérêt, il lui sembla entrevoir un mouvement furtif dans l’un des nombreux recoins obscurs. Il s’y attarda, fouillant la nuit avec attention, et reconnut sans peine la pointe désagréable qui perfora un instant sa poitrine, altérant sa respiration : l’angoisse. Depuis des semaines, il se sentait épié… Pourtant, à chaque fois qu’il cherchait un éventuel pisteur du regard, il ne rencontrait que le vide, un calme apparent qui le rendait malade. Il détestait cette sensation d’être constamment suivi. De sentir des ombres autour de lui. Comme s’il percevait deux dimensions superposées qui ne le laissaient jamais totalement seul.
Et bien que n’étant pas d’un caractère peureux, il commençait à trouver cela vraiment flippant. Pas seulement parce que quelqu’un pouvait lui vouloir du mal, mais parce qu’il doutait de sa santé mentale, ce qui était à ses yeux beaucoup plus grave. Un ennemi, on s’en défaisait en l’attaquant, mais contre la folie, on ne gagnait jamais. Devenait-il aussi parano que son connard de père ? Voyait-il des adversaires sournois et vindicatifs qui n’existaient que dans sa tête ? Imaginait-il des choses ? Après tout, la schizophrénie pouvait être héréditaire et c’en était peut-être les premiers signes. Certainement même… Pourquoi le suivrait-on ? Il n’était sur aucune affaire sensible en ce moment. Sa vie était même d’une banalité affligeante en dehors de ses sorties nocturnes libertines qui n’intéressaient personne. Une existence de gay moderne et libéré. Peut-être un pervers alors ? Ou quelqu’un qu’il avait remballé et qui lui en voulait ? C’était stupide, il se donnait trop d’importance…
Avec un frisson qui n’était pas dû au froid, Luc referma la fenêtre et retourna près de son ordinateur. L’écran lumineux semblait le narguer. Un court texte s’affichait sur Word, et il était loin de suffire. Sachant qu’il ne tirerait rien de plus de son cerveau embrumé par l’herbe et ses préoccupations, Luc enregistra le début de son article, puis éteignit tout son bazar avant d’enfiler son manteau hors de prix et d’ajuster son écharpe. Il se glissa le long des couloirs jusqu’à l’extérieur d’un pas fatigué en se frottant les yeux. Le manque de sommeil se faisait durement sentir ces derniers temps. Qu’est-ce qu’il ne donnerait pas pour deux jours entiers passés à dormir ! Sans boulot, sans chieurs et sans cauchemars.
Sur le pas de la porte, le jeune homme observa la nuit quelques secondes, le nez en l’air. Il savait qu’il allait se faire mouiller, mais plus par bêtise qu’autre chose. En effet, il se refusait à porter un autre vêtement que son manteau de luxe, cadeau d’un ancien amant dont il se souvenait à peine, et qui avait pensé le garder à grands coups de présents onéreux. Mais ledit manteau, s’il lui plaisait énormément, ne possédait rien qui puisse protéger sa tête de cette saleté de flotte qui tombait sans discontinuer depuis trois jours. Et bien évidemment, un parapluie, ça manquait de virilité ! Donc lorsque l’on est un homme, on se mouille. C’était du moins l’un des enseignements de son imbécile de père, que lui, son idiot de fils, suivait encore.
Il pensa un moment appeler un taxi, mais y renonça. De nature impatiente, cette fois encore, il n’avait aucune envie d’attendre. Après un dernier coup d’œil suspicieux aux alentours afin de s’assurer que rien ne le guettait dans l’ombre malgré la sensation persistante d’une présence délétère, il s’élança dans la rue du Maine jusqu’à la bouche de métro la plus proche. La station le vit arriver trempé et dégoulinant. La rame, peu bondée à cette heure, le conduisit jusqu’à la Po

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text