73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le pire Noël de ma vie ! Ou pas... , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Que peut-il y avoir de pire quand on déteste Noël que de se retrouver au pôle Nord pour jouer la mère Noël afin d’honorer les dernières volontés de sa grand-mère ?
Devoir le faire aux côtés de trois hommes à tomber quand on ne croit plus en l’amour peut-être...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9791034818570
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Le Pire Noël de ma vie ! Ou pas…

 
 
 
 
 
 
 
Virginie T.
 
 
Le Pire Noël de ma vie ! Ou pas…
 
 
Couverture : Chloé S.
 
 
Publié dans la Collection Aime
 
 

 
 
© Evidence Editions  2021

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
Chapitre 1

 
 
 
24 décembre 2018
Nous y voilà enfin. Le plus beau jour de ma vie est arrivé et, avec lui, la fin définitive de ma malédiction. Je n’arrive pas à y croire. J’ai du mal à me rendre compte que c’est mon grand jour, celui qui va marquer un tournant dans ma vie. Après avoir assisté au mariage de la plupart de mes amies, tantôt en tant qu’invitée, tantôt en tant que demoiselle d’honneur, me voilà dans la loge principale. J’ai revêtu ma robe de mariée qui a coûté un bras et qui me fait ressembler à une princesse, ou à une meringue, tout dépend de vos goûts. Mais le principal est là : aujourd’hui, je me marie avec l’homme de ma vie, celui qui m’a permis de reprendre le dessus après des années de débandade. Qui l’aurait cru, alors qu’il y a un an, j’étais encore célibataire et pour le moins malchanceuse, pour ne pas dire poissarde. Je désespérais de passer à nouveau un Noël solitaire, en tête à tête avec moi-même. Je n’avais même pas de chats pour me tenir compagnie, la faute à mon allergie aux poils d’animaux. Et voilà que ce soir, demain, et toutes les fêtes à venir les prochaines années, je les passerai avec mon mari. Mon mari   ! Douce musique à mes oreilles. J’ai l’impression de vivre un rêve éveillé, terminées les années de galère entre désillusions amoureuses et déceptions professionnelles.
Il y a un peu moins d’un an, durant la fête de la Saint-Sylvestre que j’ai arrosée comme il se doit, c’est-à-dire beaucoup trop, comme toute célibataire maudite de vingt-huit ans l’aurait fait, j’ai rencontré Nick. À travers mes yeux vitreux, je l’avais trouvé pas mal. C’était déjà bien au vu de mon état de sobriété très relatif et de ma vision qui forcément s’en ressentait. Et comme toute célibataire déprimée de mon âge avancé dont toutes les copines sont casées l’aurait fait, je me suis laissée draguer, embrasser, et plus si affinités. Par bonheur, il s’est avéré qu’il y avait beaucoup d’affinités entre nous. Contrairement aux mecs d’un soir, Nick n’était pas parti pendant la nuit comme un voleur. Bien au contraire, il m’avait serrée dans ses bras dans son sommeil et ne m’avait plus jamais lâchée depuis. Je vis donc un rêve éveillé depuis onze mois et vingt-quatre jours aujourd’hui et toutes les langues de vipères qui ont critiqué notre relation peuvent aller se faire voir. Je les ai d’ailleurs toutes envoyées bouler, faisant un tri radical parmi mes amies.
Je le crie haut et fort une nouvelle fois aujourd’hui : oui, le coup de foudre existe et, quand on s’aime, inutile de prendre son temps pour avancer. Je vis cette relation à fond depuis le tout premier moment et je n’ai aucune raison de ralentir. Nick et moi nous sommes installés ensemble au bout de tout juste une semaine de relation. À quoi bon attendre   ? Nous passions déjà tout notre temps libre et toutes nos nuits ensemble et l’entente entre nous est idyllique. Puis, il y a quatre mois, il m’a fait sa demande lors d’un repas en amoureux dans un resto hyper romantique. Il s’est levé de sa chaise et a mis un genou à terre. Je ne m’y attendais pas, ce qui m’a laissée sans voix, le regard plongé dans le sien. Ses beaux yeux noisette n’avaient jamais été si envoûtants que ce soir-là. Nous étions alors seuls au monde, dans notre bulle. Je ne voyais que lui avec ses cheveux coupés court, sa légère barbe de trois jours sur laquelle j’aime faire crisser mes doigts et ses lèvres charnues que je ne me lasse pas d’embrasser. Il s’était alors raclé la gorge, avait sorti un écrin à bijoux de sa poche, puis m’avait fait la déclaration d’amour la plus belle qui soit.
— Chérie, depuis que nous nous sommes rencontrés, je vis un rêve éveillé. Je remercie tous les jours ma bonne étoile de t’avoir placée sur ma route. Tu es la personne qui me motive à me lever le matin, et celle qu’il me tarde de retrouver le soir. Je ne pensais pas connaître un si grand amour un jour et je n’imagine pas un seul instant que tu ne fasses pas partie de ma vie jusqu’à la fin de ma vie. Tout ça pour te dire que je t’aime. Je serais l’homme le plus heureux du monde si tu acceptais de devenir officiellement ma femme.
Je n’avais pu retenir mes larmes de bonheur avant de me jeter dans ses bras pour l’embrasser après un pathétique « oui » sanglotant.
À l’image de l’avancée rapide de notre couple, je n’avais pas voulu attendre un an avant de pouvoir l’épouser comme cela se fait habituellement. J’avais donc redoublé d’ardeur, remué ciel et terre pour tout organiser à la perfection et, quatre mois plus tard, me voilà devant le miroir, vêtue de blanc, prête à me diriger vers l’autel. Je vois mon reflet dans ce superbe miroir qui a dû voir passer quantité de mariées plus épanouies les unes que les autres, et j’ai du mal à me reconnaître. J’observe mes longues mèches brunes qui ont été relevées en un savant chignon. Ce dernier n’est certainement pas près de se défaire vu le nombre d’épingles piquées dedans qui m’arrache le cuir chevelu. Mes immenses yeux verts paraissent encore plus grands avec ce maquillage mélangeant khôl noir et paillettes argentées, et ma robe bustier est à couper le souffle, littéralement. Elle est tellement serrée au niveau de la poitrine qu’il m’est difficile de respirer, et tout simplement impossible de prendre une grande inspiration pour tenter de calmer mes nerfs à fleur de peau.
Seule ombre au tableau, Nick est devenu de plus en plus distant au fur et à mesure que la date de notre mariage approchait. Au début, il était très emballé par les préparatifs. Il m’a d’ailleurs aidée à trouver le lieu romantique idéal pour la cérémonie et l’endroit parfait pour faire la fête. Cependant, au fil du temps, il s’est de moins en moins investi. Au moment de choisir les fleurs, il m’a dit que cela n’avait aucune importance pour lui. Il préférait se rallier à mon avis puisque, de toute façon, elles allaient vite faner. Pour le repas, il a trouvé cela sans importance. Il comptait simplement boire et faire la fête plus que manger. En outre, ne parlons pas de sa tenue, qu’il est allé choisir il y a seulement deux semaines, et encore, parce que je l’y ai poussé. J’ai bien peur que, sinon, il se serait décidé ce matin même. Et malgré tout, notre relation n’a pas flanché. Je me secoue la tête pour en sortir ces idées noires. Cela n’a plus aucune importance. Tout est fin prêt et Nick m’attend au bout de l’allée centrale pour que nous prononcions nos vœux.
Seul hic, ma demoiselle d’honneur et meilleure amie Beth est partie voir si tout le monde était en place depuis plus de vingt minutes !!! L’heure de faire mon entrée est arrivée et elle n’est toujours pas venue me chercher. Si j’étais parano, je soupçonnerais Beth de se cacher pour ne pas avoir à m’avouer que Nick m’avait fait faux bond. Toutefois, j’ai aperçu mon fiancé juste avant de m’habiller donc je doute que ce soit le problème ou alors Beth s’est perdue dans les couloirs. N’importe quoi   ! On n’est pas dans un château ici ! Il est plus probable qu’on se soit mal comprises. Elle est sans doute déjà à sa place, à côté de l’autel, en train de se demander avec tous les invités où est passée la mariée. Autant en avoir le cœur net, hors de question que je sois en retard à mon propre mariage. J’entrouvre ma porte pour y passer la tête afin de vérifier que le champ est libre. Pas question que qui que ce soit me voie avant le grand moment   ; cela porte malheur et, de ce côté-là, j’ai déjà eu mon compte pour le restant de ma vie. Je fais quelques pas dans le couloir et entends soudain des gémissements étouffés derrière la porte des toilettes. Tiens, il y en a qui ont trouvé le moyen de faire passer le temps.
— Vas-y, c’est bon. Ne t’arrête pas.
Non ! J’ai dû mal entendre !
— Oh oui, continue.
Eh bien si, j’ai très bien entendu. J’ai surtout reconnu la voix courte de la chanceuse qui prend du bon temps. Au lieu de m’accompagner jusqu’à l’autel, Beth est en train de s’envoyer en l’air avec l’un des invités. Je me demande bien qui cela peut être. Il n’y a pas tant de célibataires que cela à mes noces, un ami de Nick peut-être. En tout cas, ils s’éclatent tous les deux. Monsieur grogne sans aucune discrétion et mon amie est plutôt bruyante. J’ai presque des scrupules de les interrompre. Cependant, mon futur mari m’attend. Ils pourront toujours reprendr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text