130 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le film (raté) de ma vie , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
130 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De son propre aveu, Emory James n’a rien d’excitant. Du genre prudent, réservé, voire un peu guindé, il mène malgré tout une vie agréable. Mais quand sa fiancée l’abandonne devant l’autel, son monde s’écroule.


Par dépit, Emory décide de partir seul en lune de miel, direction la Thaïlande. Pendant son séjour, il décide de faire semblant d’être quelqu’un d’autre, quelqu’un de meilleur.


Au contact de Nate, un autre vacancier, Emory se rend compte qu’il s’est menti à lui-même et apprend peu à peu à accepter celui qu’il est vraiment.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 octobre 2016
Nombre de lectures 8
EAN13 9782375740521
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Cary Attwell
Le film (raté) de ma vie


Traduit de l'anglais par Florence Chevalier


MxM Bookmark
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
THE OTHER GUY
MxM Bookmark © 2016, Tous droits résérvés
Traduction © Florence Chevalier
Relecture @ Isabelle Tavernier
Correction © Emmanuelle LEFRAY.
Couverture @ MxM Création
Chapitre 1

Coupez-moi si vous avez déjà entendu cette histoire. Une héroïne avec du cran marche en se déhanchant sur le grand écran, son bras élancé noué à celui d’un mec insipide. Un diamant brille à sa main gauche. Leurs projets de mariage vont bon train, il s’accommode avec bonhomie de ses besoins et de ses caprices, elle est parfaitement consciente que cet excès de gentillesse est un défaut de son patrimoine génétique sur lequel elle devra fermer les yeux.
Le véritable amour de sa vie, un homme qui lui a probablement brisé le cœur par le passé, entre alors en scène et passe la plupart de son temps à l’écran à montrer à quel point il est extraordinairement beau et qu’il est un bâtard sans attache.
Mais ensuite, pour une raison quelconque, le bâtard beau gosse se rend compte que pour l’amour de la femme qui lui convient (c’est-à-dire l’héroïne avec du cran), il est prêt à changer et à faire sa vie avec elle.
Et nous espérons tous pour eux qu’ils vont finir par comprendre qu’ils sont faits l’un pour l’autre, surtout parce qu’ils forment un très beau couple, et aussi parce que l’autre type n’apparaît pas sur l’affiche, alors on sait qu’il est voué à être écarté de l’intrigue vers la quatre-vingt-huitième minute du film.
Ça, et parce qu’on grandit en regardant des scènes de rencontre sirupeuses et des histoires où tout est bien qui finit bien, avec du popcorn au beurre à portée de main, et que cela entretient l’illusion, dans nos cœurs pleins d’espoir, que parfois les bâtards beaux gosses sont secrètement gentils.
(Quel est le rôle du popcorn dans tout ça ? Les propriétés de l’arôme douteux utilisé dans certaines variétés de popcorn au micro-ondes pourraient favoriser la démence, mais ça, c’est une autre histoire, une histoire plus déprimante avec un bâtard beau gosse neurologue.)
Finalement, après une série de malentendus et au moins une scène peu judicieuse avec de la danse, un karaoké ou qui se déroule dans les toilettes, le film s’achève quand le bâtard beau gosse court à l’église arrêter le mariage. Une musique avec des violons s’élève alors, preuve que l’amour qu’il éprouve est sincère, il demande un micro, avant de déclamer un discours qui vient du cœur. Les yeux de l’héroïne avec du cran se remplissent de larmes, et tous deux partent sur un fond de soleil couchant, et nous ne pouvons qu’imaginer qu’ils passeront leur vie à échanger des tirades drôles et spirituelles et à faire l’amour comme des bêtes.
Fin.
Sauf que… pas vraiment. Ça ne se passe pas ainsi pour l’autre type, celui dont le seul tort jusqu’à présent a été d’avoir assez de décence pour ne pas interrompre la cérémonie de mariage des autres dans l’intention de piquer leur fiancée et de ne pas avoir la pilosité suffisamment abondante pour une barbe de trois jours.
Que faire ensuite quand on est l’autre type ? Quand on vous abandonne littéralement au pied de l’autel, que vos amis, votre famille et les gens de son côté, une centaine de personnes en tout, vous regardent bouche bée alors que vous n’êtes plus que l’ombre de vous-même après un tel choc ?
Fuir ?
Je l’aurais bien fait, mais il n’y avait aucun moyen de récupérer les arrhes que nous avions versées pour le lieu de la fête et tout ce qu’avait préparé ce traiteur de luxe.
Après leur sortie théâtrale, l’écho des portes claquant derrière mon ex-fiancée et son connard de nouveau petit ami résonnait encore sur la vieille pierre et le plafond voûté quand j’annonçai à l’assemblée présente dans l’église :
— Eh bien, il y a un open-bar à la réception.
Bien sûr, c’était moi qui payais pour ça, mais il s’agissait d’une considération insignifiante comparée à la perspective immédiate et bienvenue d’oublier mes soucis en me bourrant la gueule.
Astuce de pro : votre témoin s’indignera pour vous, mais ne le laissez pas aboyer contre vos invités les moins subtils et leur dire « Vous voulez sa photo? », car cela ne fera qu’encourager le photographe du mariage, qui prend tout au pied de la lettre, à appuyer sur le déclencheur, réalisant ainsi une série de clichés de vous alors que vous êtes en train de vous effondrer.
(Note de bas de page pour l’astuce de pro : Même par gentillesse, n’engagez pas comme photographe pour votre mariage l’idiot de cousin germain de votre fiancée, peu importe combien de cours de photographie il prétend avoir pris. Il y a une raison pour laquelle vous ne l’avez jamais apprécié et cette raison est qu’il est stupide.)
La chose amusante dans tout ceci est que ça m’est déjà arrivé. D’accord, ce n’est pas précisément drôle, et ça ne s’est pas exactement déroulé dans les mêmes circonstances. Heureusement, je n’ai pas été abandonné deux fois devant l’autel (si ça avait été le cas, quelqu’un aurait pu trouver cette histoire assez divertissante pour faire un film à mon sujet, et j’aurais exigé que Jeremy Renner joue mon rôle. Oui, mes bras sont aussi musclés que les siens, c’est gentil de me poser la question).
Pourtant, j’ai déjà été le type avec qui les femmes font un essai quand elles envisagent de s’engager sur le long terme et qu’elles se disent « Oh mon Dieu, j’ai obtenu mon diplôme il y a cinq ans et tout le monde sur Facebook annonce qu’ils attendent ou ont eu un enfant, pourquoi ne m’a-t-on pas prévenue qu’il fallait que j’en fasse autant ? »
Et quand elles voient à quoi une vie entière auprès d’une personne stable (c’est-à-dire moi) sur le plan financier, mental et émotionnel ressemble, c’est à ce moment qu’elles se rendent compte que leur premier petit ami à l’université était en fait le bon, que j’étais simplement une étape nécessaire pour qu’elles comprennent ce qu’elles voulaient vraiment.
« Merci, Emory » , me disent-elles alors.
J’ai envie de leur répondre « Va en enfer, face de merde », mais je me contente d’un « Prends bien soin de toi. » Je suis membre à part entière du club des types laissés sur le carreau, ceux qui tiennent à toujours se montrer galants quand on se sert d’eux comme paillassons, et même – surtout – lorsqu’une jeune femme volage les quitte au profit d’un adonis avec une barbe de trois jours qui s’amuse probablement à avoir des accidents avec des voitures de sport européennes qu’il juge peu maniables.
Une fois, j’ai vu un vieil homme hurler à l’extérieur d’un café, il parlait de Jésus et des choses qui auraient besoin d’être purifiées. Il se faisait un devoir de traiter chaque femme qui passait devant lui de dévergondée. À l’époque, j’avais été franchement soulagé quand le serveur avait discrètement contacté la police, mais je commence à comprendre où cet homme voulait en venir. Peut-être rédige-t-il une newsletter à laquelle je pourrais m’abonner, une publication avec un nom distingué tel que Les Femmes sont nulles .
D’accord, je l’admets, il est possible que je sois injuste envers les presque 3,5 milliards de femmes dans le monde qui ne m’ont pas quitté pour leur premier petit ami à l’université, et ce n’est pas parce que ça se produit deux fois qu’il s’agit de façon probante d’une généralité, mais deux fois ! Vous m’accorderez au moins que c’est suspect.
Ou peut-être que ça ne concerne que moi. C’est probablement le cas. Oh Seigneur !
La fête, dans la mesure où on peut appeler ça une fête, se termina avant vingt heures trente, ce qui, selon mes critères, était franchement pitoyable. Je suppose que l’abondance de vin bon marché ne suffisait pas à ce que les invités fassent abstra

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text