84 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le concert de Noël , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
84 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour son premier Noël loin de sa famille, Chiaara a tout prévu : assister à un concert de rock qui revisite les chants de Noël, une heure et demie de danse et de chant, suivi d’un repas, une bonne occasion pour discuter avec les membres de Scammers of Hearts !


La soirée à peine commencée, Chiaara reconnaît les musiciens. Il s’agit de son ancien groupe ! Dário et Zackaria, un chanteur et un guitariste. Deux hommes qui ont tourmenté son cœur.
Un ancien ami haïssable et son ex pour qui son cœur bat toujours...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9791034817511
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Le Concert de Noël

 
 
 
 
 
 
 
Avril Morgan
 
 
Le Concert de Noël
 
 
Couverture : Chloé S.
 
 
Publié dans la Collection Aime
 
 

 
 
© Evidence Editions  2021

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
1

Chiaara
 
 
 
Pour ce premier Noël seule, à des milliers de kilomètres de ma mère, j’ai opté pour un concert. Il se déroule à la salle des fêtes de la ville. Pour y aller, je pars à pied. Après tout, ce n’est qu’à dix minutes de mon appartement !
Je quitte à la hâte mon logement. Du haut de mes vingt-six ans, ma tenue me ramène à ma période d’adolescence, une jupe en cuir, une paire de collants trouée et un haut trop large et noir. En accessoires, je me suis tournée vers un ras-de-cou à clous et une bague en forme de tête de mort. Cet accoutrement n’a jamais quitté mes affaires. Je le portais lors des concerts que je faisais avec le groupe de rock duquel je faisais partie durant la période du collège jusqu’au début du lycée. Étant la seule fille, j’apportais la féminité et la douceur. Les débuts ont été houleux. Entre disputes, haines et tensions sexuelles, j’ai dû prouver que je méritais ma place au sein du groupe.
La gagner ne fut pas chose aisée. À plusieurs reprises, j’ai failli tout abandonner. Ma passion de la musique était écrasée par les méchancetés. Le chanteur et parolier, Dário Baker, ne désirait pas de fille dans le groupe même si nous étions amis depuis le CM1. Dário et Zackaria, quant à eux, se connaissaient depuis l’enfance. Leurs mères étaient amies. Il était naturel que les deux garçons le deviennent aussi. J’étais un peu l’intruse . Mais, pour Dário, ma relation amoureuse avec Zackaria était fausse. Nous sortions ensemble depuis quatre mois. Dário pensait que j’utilisais son ami pour m’intégrer dans le groupe.
Contrairement à Dário, Zackaria Gomez était favorable à ma venue. Le guitariste me trouvait utile. Pour lui, un chanteur et un guitariste ne suffisaient pas. Donc, ma batterie et moi-même nous sommes invitées dans son garage. Et finalement, au bout de cinq mois, nous étions tous en osmose.
Durant près de quatre ans et demi, j’ai travaillé dur. Nous enchaînions les répétitions et les prestations les week-ends. Je me sentais enfin à ma place. J’étais quelqu’un.
Puis, je suis sortie avec Mathias Hill, quatre mois après que Zackaria m’avait larguée. Il était la beauté et l’intelligence incarnée ! Ce type m’a rendue dingue, dans le bon sens, comme dans le mauvais. Au début de notre relation, il était fier de moi. Il assistait aux concerts et me félicitait. Au fil du temps, il m’a reproché de ne pas être là pour lui, d’être obnubilée par la musique. Pour Dário et Zackaria, j’ avais aussi la tête dans les nuages.
Comment ne pas l’être ? Quand j’étais avec mon groupe, je pensais à mon copain et inversement.
Les choses ont éclaté avec mes amis. À nouveau, je recevais des reproches de Dário. C’en était trop, j’ai tout mis sur pause, groupe et petit ami. J’avais besoin de reprendre mes esprits. Une semaine après, Dário ne voulait plus de moi. Zackaria n’a pas pris ma défense et j’ai été virée. Concernant Mathias, nous nous sommes remis ensemble. Ça a duré deux mois, avant que je me lasse. Ma passion était tout pour moi, la perdre a été compliqué.
Désormais, tout ce que je sais sur le groupe est qu’ils ont pris deux autres membres, un bassiste et un batteur. C’était donc redevenu un groupe d’hommes, comme la plupart des groupes de rock.
Fan de musique depuis ma tendre enfance, je me voyais vivre de cette passion. Mon père était musicien. Je le suivais à chaque concert, loupant parfois l’école. J’aimais le regarder depuis les coulisses. Derrière son clavier, il n’était plus que musique. Le monde extérieur n’existait plus. Je rêvais d’être à sa place. Quant à ma mère, elle était infirmière dans un hôpital. Je passais aussi l’observer travailler. J’étais proche de mes deux parents.
Une fois mon bac obtenu, j’ai trouvé un job et mis de côté mon rêve. Je suis devenue une simple vendeuse dans une boutique de musique. Non pas que je n’aime pas ça, bien au contraire, ce métier me rend heureuse. Je passe la plupart de mon temps avec des instruments et des musiciens.
Il y a quelques mois, mon patron Rick Fomp m’a proposé un poste. J’ai retourné la situation dans tous les sens. Moi, directrice d’une succursale ? Je ne pouvais pas louper ça. Alors, j’ai accepté et me voici fraîchement débarquée dans une ville inconnue. Mon moral était au plus bas les premières semaines. Cela va faire un mois que je suis ici, à Cawker City dans le Kansas. J’ai fini par m’habituer à cette nouvelle ambiance, bien loin de celle de New York. La ville est agréable et ma boutique sur le point d’ouvrir début février. Il ne me reste plus qu’à mettre en place quelques produits.
J’enfonce dans mes oreilles mes écouteurs, reliés à mon téléphone. La nuit est déjà tombée et les lampadaires de la ville déjà allumés. Il ne fait pas trop froid pour un vingt-quatre décembre. La neige est tombée en fin de matinée, laissant un voile blanc sur le sol. J’aime ce temps. L’apaisement me gagne au fur et à mesure des chansons.
Pour une fois dans ma vie, je n’ai pas peur de marcher seule la nuit. À New York, c’était bien différent. Il suffisait de porter des vêtements trop courts et, bim, je me faisais siffler.
Mes pas s’accélérèrent. Arriver en retard n’est pas envisageable.
En recevant l’invitation au concert de Noël, j’ai tout programmé, tenue, heure de départ et d’arrivée. Après le concert, la nuit sera courte, une part de gâteau et au lit. Je n’ai pas la force de fêter dignement le réveillon de Noël ; seule, sans amis et fraîchement débarquée dans la ville. Ma famille me manque. Les appeler tous les jours n’arrange rien. Bien au contraire ! Je ne peux ni les serrer dans mes bras ni les voir sourire. Pour me consoler, je me dis que cette situation ne durera pas. Dans quelques mois, je leur rendrai visite.
Première à droite, la salle des fêtes se dresse sous mes yeux ébahis. Il y a du monde, moi qui pensais le contraire. Avec moins de cinq cents habitants, je m’attendais à vingt personnes. Là, nous sommes environ cinquante.
Peut-être que le groupe Scammers Of Hearts est connu. Après des heures sur internet, je n’ai trouvé aucun résultat pour répondre à ma question.
Mon angoisse augmente. Faire la queue pour entrer dans une salle des fêtes… Youpi ! Avec mon accoutrement, je me sens ridicule. Quelle idée en même temps ! Il s’agit du réveillon de Noël.
Je tire sur ma jupe, espérant bêtement couvrir mes cuisses. Bien que j’aie des collants noirs et fins, je me sens comme nue. Dans la file, qui fait dans les dix mètres, j’observe les gens devant moi. Je ne suis pas la seule en tenue rock. D’autres personnes sont habillées pour le concert, non pas pour la fête. Certaines femmes portent des robes en cuir noir, avec des ceintures à clous. L’une a des bas résille qui moulent ses fines jambes. Quant aux hommes, les vestons et jeans déchirés sont de la partie.
Cela ne représente pas du tout Noël, mais j’aime bien.
Lorsque je passe dans la salle des fêtes, la décoration attire mon attention. Deux grands buffets se trouvent au bout de la salle. Sur les nappes noires, avec des têtes de mort blanches, des plats et boissons attendent les invités. La salle est grande. Il y a là deux longues tables – sûrement plusieurs collées entre elles – qui sont réparties de part et d’autre de la pièce, avec des chaises tout autour. L’espace vide entre les tables est imposant. Cela donne une sacrée piste de danse ! Vient enfin l’estrade, à l’opposé des deux buffets, où les instruments attendent sagement les musiciens, pas encore présents.
L’impatience me gagne. Ma présence à un concert remonte à loin, en fait, quand j’étais encore dans mon groupe, Sweet Death, derrière ma batterie, observant mes amis se délecter des acclamations des fans.
Nous n’étions pas très connus. Les concerts qu’on donnait étaient gratuits. Nous remplacions ceux qui étaient annulés à la dernière minute. Malgré ça, Dário, Zackaria et moi étions les plus heureux. Peu importait la façon, seul le temps qu’on était sur scène à jouer comptait.
 
 
 
 
2

Zackaria
 
 
 
Dário installe son micro sur la scène. Ses cheveux vert foncé s’agitent pendant que sa tête hoche au rythme de la musique. Mon ami chante par-dessus Alexander DeLeon . Le titre Bounce résonne dans la salle des fêtes presque vide. Seuls les trois organisateurs présents l’observent de temps à autre. Je ne me sens pas gêné, bien au con

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text