164 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Pupille du Marine , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
164 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jed Tremayne est un ancien Marine dont la vie est régie par des valeurs fortes : le travail et la discipline. Il est plus à l'aise avec un fusil qu'avec un enfant, si bien que lorsque ses meilleurs amis meurent soudainement en lui laissant la garde de leur fille, Nala, Jed est complètement perdu. S'il ne rêve de rien d'autre que de se rapprocher d'elle, Nala ne cesse de se renfermer sur elle-même, trouvant refuge dans les livres. Jed a besoin d'un coup de pouce, et il se décide donc à engager une nounou. Et qui de mieux qu'une passionnée de lecture, comme Nala ? Bien sûr, Tess Frederick est légèrement trop attirante au goût de Jed, d'autant plus qu'elle semble ignorer l'effet qu'elle a sur lui, mais elle se lie immédiatement d'amitié avec Nala, si bien que Jed ne peut que lui donner le poste.

Tess trouve du réconfort dans l'organisation. Mais ces derniers temps, sa petite vie bien rangée s'est transformée en un véritable cauchemar. Hantée par le suicide de son précédent amant et encore tracassée par la faillite de sa librairie, elle décide de postuler à un poste de nounou pour subvenir à ses besoins le temps de remettre de l'ordre dans ses idées. Nala est une fillette adorable et intelligente, et toutes deux se lient d'amitié dès leur première rencontre. Mais les choses sont différentes avec son tuteur, Jed. Il est trop renversant. Trop intense. Et bien trop sexy. Tout ira bien, tant que Tess parviendra à garder son cœur hors de l'équation. Mais le truc avec les cœurs, c'est qu'ils font rarement ce qu'on leur dit.

Et alors que Jed et Tess commencent à se découvrir et à s'apprécier, un terrible danger menace de faire voler en éclats leur amour naissant, un danger qui les prend tous les deux par surprise et met leur vie en péril, ainsi que celle de la fillette que tous deux adorent. Ces deux âmes brisées parviendront-elles à trouver la force de faire face ensemble au danger, ou se perdront-elles dans leur combat pour survivre ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 janvier 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9798201562915
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0200€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, personnages, endroits et incidents qui y sont décrits ont été inventés et utilisés de façon fictive. Toute ressemblance avec des personnes véritables, vivantes ou décédées, événements ou lieux, est fortuite.
RELAY PUBLISHING EDITION, JANVIER 2021 Copyright © 2021 Relay Publishing Ltd.
Tous droits réservés. Publié au Royaume-Uni par Relay Publishing. Ce livre ou tout extrait de ce livre ne peut être reproduit ou utilisé d’une quelconque manière que ce soit sans permission expresse et écrite de l’éditeur, à l’exception de citations brèves dans une revue littéraire.
Katie Knight est un nom d’emprunt créé par Relay Publishing pour des projets à auteurs multiples sur le thème de la Romance. Relay Publishing travaille avec des équipes incroyables d’écrivains et éditeurs pour créer collectivement les meilleures histoires possibles pour nos lecteurs.
Image de couverture par Mayhem Cover Creations.
www.relaypub.com
FIN DE LA PUPILLE DU MARINE
Vous adorez les marines sexy ? Continuez votre lect ure pour découvrir des aperçus de mon prochain livre,Sauvée par un MarineetLe Bébé de Noël du Marine.
RÉSUMÉ
Jed Tremayne est un ancien Marine dont la vie est r égie bar des valeurs fortes : le travail et la discibline. Il est blus à l’aise avec un fusil qu’avec un enfant, si Bien que lorsque ses meilleurs amis meurent soudainement en lui laissant la garde de leur fille, Nala, Jed est comblètement berdu. S’il ne rêve de r ien d’autre que de se rabbrocher d’elle, Nala ne cesse de se renfermer sur elle-même , trouvant refuge dans les livres. Jed a Besoin d’un coub de bouce, et il se décide do nc à engager une nounou. Et qui de mieux qu’une bassionnée de lecture, comme Nala ? i en sûr, Tess Frederick est légèrement trob attirante au goût de Jed, d’autant blus qu’elle semBle ignorer l’effet qu’elle a sur lui, mais elle se lie immédiatement d ’amitié avec Nala, si Bien que Jed ne beut que lui donner le boste.
Tess trouve du réconfort dans l’organisation. Mais ces derniers tembs, sa betite vie Bien rangée s’est transformée en un véritaBle cauch emar. Hantée bar le suicide de son brécédent amant et encore tracassée bar la faillite de sa liBrairie, elle décide de bostuler à un boste de nounou bour suBvenir à ses B esoins le tembs de remettre de l’ordre dans ses idées. Nala est une fillette adora Ble et intelligente, et toutes deux se lient d’amitié dès leur bremière rencontre. Mais le s choses sont différentes avec son tuteur, Jed. Il est trob renversant. Trob intense. Et Bien trob sexy. Tout ira Bien, tant que Tess barviendra à garder son cœur hors de l’équ ation. Mais le truc avec les cœurs, c’est qu’ils font rarement ce qu’on leur dit.
Et alors que Jed et Tess commencent à se découvrir et à s’abbrécier, un terriBle danger menace de faire voler en éclats leur amour n aissant, un danger qui les brend tous les deux bar surbrise et met leur vie en béril , ainsi que celle de la fillette que tous deux adorent. Ces deux âmes Brisées barviendront-el les à trouver la force de faire face ensemBle au danger, ou se berdront-elles dans leur comBat bour survivre ?
Chapitre Un Chapitre Deux Chapitre Trois Chapitre Quatre Chapitre Cind Chapitre Six Chapitre Sept Chapitre Huit Chapitre Neuf Chapitre Dix Chapitre Onze Chapitre Douze Chapitre Treize Chapitre Quatorze Chapitre Quinze Chapitre Seize Chapitre Dix-sept Chapitre Dix-huit Chapitre Dix-neuf Chapitre Vingt Chapitre Vingt-et-un Chapitre Vingt-eux Chapitre Vingt-trois Chapitre Vingt-duatre Chapitre Vingt-cind Chapitre Vingt-six Chapitre Vingt-sept Chapitre Vingt-huit Chapitre Vingt-neuf Chapitre Trente Chapitre Trente-et-un Chapitre Trente-eux Chapitre Trente-trois
TABLE DES MATIÈRES
Fin e La Pupille u Marine Merci! Au sujet e Katie Au sujet e Leslie Aperçu: Sauvée par un Marine Aussi par Katie
CHAPITRE UN
ardon, vous pourriez répéter s’il vous plaît ? – PJed Tremayne avait affronté des snipers ennemis, et avait été envoyé en première ligne plus de fois qu’il n’aurait pu les c ompter pour défendre sa vie, sa liberté et son honneur, lui qui avait si longtemps servi da ns la Marine et s’était aujourd’hui reconverti en agent de sécurité à son compte. Et po urtant, il ne s’était jamais senti plus impuissant qu’à cet instant, tout ça à cause de la petite fille de onze ans assise à la table de sa cuisine, le nez plongé dans un livre, c omme à son habitude.
L’intendante arrogante de l’école privée soupira d’ un air dramatique.
– Je suis désolée monsieur, mais votre fille ne fai t pas suffisamment de progrès en classe et elle n’est pas non plus parvenue à se fai re des amis auprès des autres enfants. Elle ne s’est tout simplement pas assez in tégrée pour répondre à ses besoins, et aux nôtres.
Le nez retroussé, Jed éloigna le téléphone de son o reille et le fusilla du regard. Un soupir exaspéré aux lèvres, il répondit alors :
– Ce n’est pas ma fille.
Son cœur se serra à ces mots. La fillette lui jeta un bref coup d’œil avant de retourner à son histoire. Jurant dans sa barbe, Jed s’éloigna d ans un coin de la cuisine pour continuer la conversation :
– Enfin si, en quelque sorte. Je suis son tuteur et elle vit avec moi.
Il ne précisa pas que cette situation était due à l a mort des parents de Nala dans un accident de voiture tout récemment. L’intendante de vait déjà être au courant, et il n’avait aucune envie que Nala l’entende dire cela à voix haute. La mort de ses parents l’avait brisée. Elle n’avait pas besoin d’un énième rappel de sa douleur.
– Mais tout ça doit déjà être dans vos dossiers, so upira-t-il en passant la main dans ses cheveux bruns et courts. Écoutez, on fait tous les deux du mieux qu’on peut. Vous ne pouvez pas nous lâcher un peu ?
Jed n’avait jamais été particulièrement doué pour d emander de l’aide. Ce n’était pas dans sa nature. On lui avait après tout appris à être indépendant, à ne faire confiance à personne d’autre qu’à lui-même, et à vivre selon de s valeurs strictes tout en contrôlant la moindre facette de sa vie d’une main de fer. Aut ant de choses qui lui avaient permis d’exceller dans sa carrière en tant que Marine.
Autant de choses qui avaient fait de lui un père mé diocre à l’arrivée de Nala.
Mais il n’en était pas surpris, et cet appel ne l’é tonnait pas le moins du monde. En vérité, il avait compris qu’il aurait besoin d’aide environ deux semaines après que Nala
se soit installée avec lui. Entre ses horaires impo ssibles, le danger inhérent à son travail d’agent de sécurité, les problèmes de socia bilité de Nala ainsi que son incapacité à s’adapter à sa nouvelle vie, le moins qu’on pouvait dire était que ce nouveau départ avait été loin d’être facile. Et leu r peine mutuelle liée à la perte des parents de la fillette ne faisait qu’empirer les ch oses.
Le père de Nala, Martin Jackson, avait appartenu à l’unité de Marine de Jed. Ils avaient été bons amis. Jed avait même été témoin au mariage de Martin avec la mère de Nala, Ayesha. Il la connaissait depuis longtemps, elle au ssi, tous deux ayant grandi dans le même quartier pauvre de Baltimore. C’était d’ailleu rs Jed qui l’avait présentée à Martin. Tous trois avaient été très proches, et Jed avait é té dévasté lorsqu’il avait reçu cet appel fatidique près de six mois plus tôt. Mais son émotion initiale n’avait été que broutille face à la peine qu’il avait ressentie lor squ’il était allé chercher Nala pour l’arracher à son foyer et la ramener ici. Martin et Ayesha n’ayant aucune famille proche, ils avaient décidé de faire de Jed le parrain de Na la, sans jamais imaginer qu’il devrait un jour assumer un rôle de père auprès d’elle.
Tout ça ne semblait être qu’un rêve cruel, mais la réalité de ce cauchemar était trop palpable pour être niée.
Il fit taire ses souvenirs et se fit violence pour se concentrer sur ce que l’intendante baragouinait à présent.
– …suivez mon conseil, ce sera mieux pour tout le m onde.
Jed se passa la main sur le visage.
– Pardon. Je n’écoutais pas.
Il n’eut aucun mal à imaginer l’expression agacée d e l’intendante et son froncement de sourcils méprisant à l’autre bout du fil.
– J’ai dit que j’estimais qu’il valait mieux pour t out le monde de retirer Nala de l’école pour le moment. Nous vous suggérons d’engager un tu teur privé pour elle jusqu’à ce que son trouble de l’anxiété soit traité efficaceme nt.
Fantastique. Jed dut se faire violence pour ne pas mettre un coup de poing dans un mur tant il était frustré, se contentant de s’agrip per à son téléphone. L’étui en plastique se fissura sous la pression.
– Vous voulez que je lui fasse l’école à la maison ? Sérieusement ? Vous ne pensez pas que ce serait mieux pour elle de fréquenter d’a utres enfants au lieu de rester enfermée ? Comment voulez-vous qu’elle s’intègre et se fasse des amis si elle n’a personne à qui parler ?
– Elle pourra vous parler à vous, ainsi qu’à son en seignant, Mr Tremayne, répondit l’intendante dans un reniflement agacé. Et je vous prierais de ne pas hausser le ton avec moi. J’essaie de vous aider.
Alors pourquoi j’ai l’impression que vous me collez une baffe ?
Jed ravala ces mots en inspirant profondément pour calmer ses battements de cœur affolés. Ayant grandi dans une famille modeste, il avait souvent côtoyé des personnes comme elle, qui se pensaient au-dessus de tout et d e tout le monde, au-dessus des petits problèmes du peuple et des besoins négligeab les de chacun. Il avait pourtant espéré que Nala s’épanouirait dans cette école. C’é tait l’un des établissements les plus réputés du Maryland dans la prise en charge des enfants aux besoins particuliers. Mais
cet accompagnement ne s’appliquait apparemment pas au bégaiement. Ou au deuil. Ou au fait de devoir prendre en charge l’une des ra res enfants noires d’une école en majorité blanche.
Putain. Jed rejeta la tête vers l’arrière, le regard braqué sur le plafond. Il s’était pourtant donné du mal pour aider Nala. Il faisait passer des entretiens pour lui trouver une nounou depuis le jour où elle s’était installée dan s sa maison Victorienne retapée. Et s’il avait reçu un nombre incalculable de candidatu res, aucune des personnes qu’il avait reçues (à ce jour, tout du moins) ne lui avai t vraiment semblé être à la hauteur. Elles étaient soit trop vieilles, soit trop jeunes, soit trop strictes, soit trop laxistes. Il en était arrivé à un point où il craignait même qu’auc une personne en ce monde ne soit capable de l’aider, lui, ou Nala.
Leur thérapeute l’avait pourtant assisté dans ses r echerches, et lui avait envoyé plusieurs personnes pour le poste. Mais aucune ne l ui avait convenu. Il ne voulait pourtant rien de plus qu’une nounou attentionnée et gentille, qui s’intéresserait vraiment à cette fillette qui avait déjà tant perdu . Quelqu’un qui se lierait avec Nala comme personne n’avait su le faire jusqu’ici, pas m ême Jed.
Il avait pourtant redoublé d’efforts pour se rappro cher d’elle. Il lui avait préparé des dîners en tête à tête, avait regardé des films avec elle sur Netflix, et était même allé jusqu’à lui offrir une édition limitée d’un coffret intégral des livresHarry Potter, parce qu’il se souvenait que Martin lui avait dit qu’elle les adorait. Mais ses efforts avaient jusque-là été vains. S’il était à présent incollabl e sur Vaiana, chose dont aucun homme de trente-six ans ne devrait pouvoir se vanter, Nal a n’avait fait que se renfermer davantage au fil du temps. Et plus encore à présent qu’elle se baladait avec le nez constamment plongé dans un livreHarry Potter.
Il avait un autre entretien avec une nounou aujourd ’hui, et Jed ignorait ce qu’il ferait si cela ne donnait rien.
Il avait discuté avec un client potentiel quelques jours plus tôt et s’il était engagé, ses horaires de travail seraient réguliers et il aurait un salaire fixe pendant un moment. Mais il faudrait d’abord qu’il trouve une solution à sa situation avec Nala.
– Mr. Tremayne ? Vous êtes encore là ? demanda l’in tendante. Allô ?
– Oui, je suis là, dit-il d’un ton las qui ne trahissait rien de son agitation grandissante.
Super. Il allait donc falloir qu’il trouve un tuteu r apte à faire l’école à la maison à un enfant en plus d’une nounou, à présent. Jed se reto urna légèrement pour regarder Nala, encore assise à la table de la cuisine en tra in de lire. Elle lui semblait si minuscule et vulnérable que sa poitrine se serra. E lle était seule en ce monde, et si jeune encore. Son cœur brisé ne rêvait de rien d’au tre que d’arranger les choses pour elle, et il pria en silence qu’il y parvienne bient ôt. Elle lui rappelait beaucoup le petit garçon qu’il avait lui-même été. À l’exception près que ses parents étaient encore en vie, quoiqu’il ne leur ait plus adressé la parole d epuis le jour où il s’était engagé dans la Marine. Ils auraient tout aussi bien pu être morts à ses yeux. Ils n’auraient mérité rien d’autre après tout ce qu’ils lui avaient fait endurer durant son enfance.
Mais quoi qu’il ait pu se passer, il refusait de fa ire subir à Nala les tourments auxquels il avait lui-même dû faire face, sous prétexte qu’e lle était différente des autres enfants. Que cette intendante méprisante et son école bourge oise aillent se faire voir. Lui et Nala finiraient par y arriver ensemble, quoi qu’il lui en coûte. Ce serait là la nouvelle mission de Jed, et il ne se permettrait pas d’échou er.
– Entendu. Nala ne reviendra plus à Rucks Academy. Je lui trouverai un tuteur digne de ce nom et lui ferai l’école à la maison jusqu’à ce que nous trouvions un établissement mieux adapté à ses besoins. Votre aca démie n’est pas à la hauteur pour prendre soin d’une fillette aussi spéciale que ma N ala. Vous devriez peut-être remettre un peu vos valeurs et préjudices en question avant de maltraiter une enfant innocente. Vous ne méritez pas qu’elle soit votre élève, et Ru cks aurait bien besoin d’un peu plus de diversité et de tolérance de la part de son pers onnel.
– Monsieur, j’espère que vous n’insinuez pas que…
– Je n’insinue rien du tout. Au revoir.
Il raccrocha sans attendre sa réponse.
Soudain empli d’un étrange besoin de vengeance mêlé à de l’appréhension, Jed rejoignit Nala d’un pas las.
Elle ne releva pas la tête lorsqu’elle lui dit dans un murmure :
– C-c’était ma-madame Bo-borchelt ?
Jed prit une bière fraîche dans le réfrigérateur et la décapsula. Il n’avait jamais été du genre à boire, et encore moins aussi tôt dans la jo urnée, mais il avait besoin de quelque chose pour décompresser, et une simple bièr e ne pourrait pas lui faire de mal. À presque un mètre quatre-vingt-dix et quatre-vingt -dix kilos, il aurait pu boire tout un pack sans souffrir du moindre effet secondaire. Enc ore une autre compétence qu’il avait héritée de la Marine : il tenait l’alcool.
Après deux longues gorgées, il reposa la bouteille sur le comptoir contre lequel il s’appuya.
– Ça te dirait de faire un peu l’école à la maison ?
Elle haussa les épaules en tournant une page.
– J’engagerai un tuteur, quelqu’un que tu aimes bie n, et il pourra te faire l’école ici, continua Jed, à présent habitué aux conversations à sens unique. Peut-être même quelqu’un qui aime les mêmes livres que toi. Je doi s faire passer un entretien à une dame aujourd’hui, d’ailleurs. C’est un ami qui me l ’a recommandée.
Il jeta un rapide coup d’œil à l’horloge. Sa derniè re candidate arriverait d’une minute à l’autre.
– J-je m-m’en fiche, bégaya Nala, les sourcils fron cés. Elle ne m-m’aimera pas, de t-toute fa-façon.
La sonnette résonna à travers la cuisine et Jed rép rima un soupir. Il aurait voulu pouvoir réconforter Nala, mais il ne pouvait nier q ue lui trouver une nounou avait été un véritable parcours du combattant. Il n’avait aucune raison de penser que la chance lui sourirait enfin lorsqu’il se mettrait à la recherch e d’un tuteur.
– Je vais aller voir qui c’est, dit-il en récupéran t sa bouteille à laquelle il but une nouvelle gorgée tandis qu’il sortait de la cuisine d’un pas rapide pour aller à la porte d’entrée.
L’ami qui lui avait recommandé Tessa Frederick lui avait dit qu’il s’agissait d’une femme intelligente, efficace et consciencieuse, aut ant de qualités dont Jed devrait s’assurer qu’elles étaient bien vraies avant même d e songer à engager cette femme. Elle avait apparemment travaillé en tant qu’orthoph oniste pendant un moment et avait
autrefois possédé une librairie, ce qui était bon s igne, même s’il aurait préféré une nounou ayant déjà travaillé avec des enfants. Il ré serverait cependant son jugement jusqu’à ce qu’il l’ait vue.
Forçant un sourire qu’il savait être peu sincère, i l ouvrit la porte et trouva sur son porche le contraire même de ce à quoi il s’était at tendu. La jeune femme qui se tenait là semblait angoissée, ses vêtements froissés. Il l ’aurait imaginée plus vieille. Le vent agitait ses cheveux blonds qu’elle recoiffa brièvem ent avant de lui lancer un sourire timide.
– Euh, bonjour. Je suis Tess Frederick. Je suis ven ue pour le poste de nounou.
Jed ravala sa fascination pour son léger zozotement et son air hésitant alors qu’il s’écartait pour la laisser entrer. Il ne manqua pas de remarquer son regard, qui s’arrêta brièvement sur la bière qu’il tenait à la main, et il fut aussitôt tenté de la cacher dans son dos. Il n’allait pas avoir honte de boire une b ière. Il pencha la tête sur le côté.
– Je vous en prie, entrez.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text