L Histoire d une vie
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Histoire d'une vie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
97 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Le grand amour arrive au moment où on l’attend le moins. Et quand le prince charmant se nomme Navid Amey, beau comme un dieu, séduisant, imprévisible et dirige la grosse structure d’architecture, Navid Corporation, Jennifer a toutes les raisons d’être aux anges. Mais, elle ne tardera pas à s’apercevoir que c’est trop beau pour durer, que malgré toute la volonté des amants, des plus belles histoires d’amour, surgit souvent un passé capricieux.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1 919
EAN13 9782373162592
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

L'histoire d'une vie Préface 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.
Préface
A l’épreuve de l’amour nul ne résiste… Beau et curieux sentiment qui fait se rencontrer les cœurs, les corps et les âmes. Il n’est nul moteur ni motif plus puissant dans la vie… Cette vie si tendre et si douce aux côtés de l’être aimé. Mais ô temps, que ne fus-tu éternel pour savourer ces minutes fugaces, où n’est réel que l’autre, que moi, que lui et moi en « nous »! Triste réalité que le monde soit ainsi fait, que même les plus belles choses eussent à souffrir de l’imperfection humaine… L’histoire d’une vie que nous conte Abidé Gnassingbé est, bien plus qu’une ode à l’amour, une invite à sonder les sinuosités du cœur. Oui, il arrive que parfois, même follement épris d’une personne, l’on s’ouvre à une autre, que l’on s’abandonne à celle-ci et que l’on sente dans ses bras cette infinie affection dont l’on a si cruellement soif, d’autant plus si l’on a surpris son «amour» à conter fleurette ou à prodiguer caresse à une tierce « moitié »… Et puis, cesse-t-on jamais d’aimer une personne ? Trop bien souvent, la trace des êtres aimés puis délaissés ou partis ne s’estompe pas tout à fait mais s’enfouit dans les profondeurs du subconscient, attendant une occasion où la braise à demi-éteinte de l’amour réchauffée par la vague doucereuse des souvenirs, puisse rougir de nouveau… Au début du roman, nous avons deux amoureux qui vivent la plus belle des romances, même si beaucoup de différences les séparent : il travaille, elle est étudiante ; elle est pauvre, il est riche ; il a déjà vécu une histoire d’amour, elle est encore innocente, et si naïve. C’est sans compter le poids du passé et le choc des émotions… Vont-ils réussir à faire triompher leur amour ? Il ne tient qu’à vous de le découvrir, en prenant le plaisir de voguer au gré des mots de l’auteure…
Imana AMEDOME
Bibliothécaire.
1.
– Jack ! s’exclama Jennifer. Quelle surprise ! Tu vas bien 
– Oui, merci. S’il te plaît, puis-je te parler ?
– Bien sûr ! Attends-moi sous la paillote, je me change et je suis à toi.
Jack était l’un des chauffeurs du cabinet d’architecture Navid Corporation. Jennifer le connaissait depuis quelques années ; il était le fiancé de son amie Rose qui était esthéticienne. La jeune bachelière se précipita dans sa chambre pour enfiler rapidement un jeans et un T-shirt. Que venait chercher Jack cet après-midi chez elle? Avait-il des problèmes avec Rose ? Elle allait tout de même le savoir bientôt. Abandonné sous la paillote, Jack fut interrompu dans ses rêveries par les pas de Jennifer car il ne l’avait pas vue venir. L’homme qui se tenait devant Jennifer avait presque 35 ans, la taille moyenne, les cheveux bien taillés. Il se décida enfin à parler.
– Jennifer, excuse-moi de t’avoir dérangée ; je n’avais pas le choix.
Le visage de la jeune fille de 19 ans prit alors un air sérieux. Jack s’empressa de continuer:
– Jennifer, c’est que… euh…
– Jack, que me caches-tu ? Un problème avec Rose? Vas-tu enfin parler ?
– C’est mon Directeur Général qui m’envoie.
– Qui ? Ton directeur ?
– Oui, Monsieur Navid Amey.
– Qu’est-ce qu’il me veut? Y a-t-il un problème?
– Non, calme-toi, ce n’est rien de grave. Il t’a aperçue lorsque tu rentrais à la maison hier, et il aimerait te parler.
Navid Corporation, l’un des plus grands cabinets d’architecture de Lomé, se situait à Gbadago dans le même quartier où résidaient Jennifer et ses parents.
Après un petit moment de silence, Jennifer reprit la parole,
– Jack, je sais que tu as tendance à me raconter des histoires drôles et si c’est une plaisanterie, elle est vraiment de mauvais goût.
– J’aimerais bien, mais non. Qu’est-ce que je ferais ici si je n’y étais pas envoyé ? Crois-moi, c’est la vérité.
– Tu lui as confirmé que tu me connaissais, c’est ça ?
– Oui, je suis vraiment désolé, je ne pouvais pas lui mentir.
– Non, je dois rêver ! Le fameux Navid ?
Jennifer sentit toutes ses forces l’abandonner, ses jambes ne voulaient plus répondre à ses ordres. Elle leva la tête et croisa le regard de Jack. Comment allait-elle résoudre ce problème, elle qui n’avait jamais voulu avoir de lien avec un homme?
– Tu sais très bien que je ne peux pas. Et même si je le voulais, qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire?
A ces mots, Jack prit sa main et lui dit :
– Ce n’est pas la fin du monde, il a tout simplement demandé à te parler au téléphone, rien de plus.
Pourquoi ne pas essayer ? Après tout, elle ne risquait rien, c’était juste un coup de fil de rien du tout, comme l’avait dit son ami. Mais Jennifer était une fille pauvre, elle n’avait pas de portable ni de quoi payer une communication dans une cabine téléphonique. Elle soupira, résignée.
– D’accord, Jack, je le ferai demain.
– Mais, Jenni, il a dit tout de suite !
– Tout de suite ?
Que pensait-il ? Qu’elle était une fille facile prête à se jeter dans les bras du premier venu ou du plus offrant? Croyait-il qu’elle n’avait pas autre chose à faire que de traîner dans les cabines téléphoniques ? Beaucoup de questions, mais presque pas de réponses. Jack s’empressa de la rassurer :
– Ne t’inquiète pas pour l’appel, tu le feras avec mon portable.
Tant mieux, elle n’allait pas s’embarquer dans une telle histoire et encore à ses propres frais.
– Vas-y, appelle-le toi-même ; j’ai le trac et j’ai peur de ne pas savoir quoi dire.
– Non, c’est toi qui l’appelleras. Tu sais, Jennifer, montre-toi forte ; tu es assez grande maintenant.
Sur ce, Jack composa le numéro de son directeur, cet homme imposant qui inspirait la peur et en même temps le respect, et que tout le monde craignait à cause de sa rigueur dans le travail. Il remit le téléphone à Jennifer puis prit de la distance. Après quelques secondes, retentit à l’autre bout du fil une voix masculine ; cette voix grave mais bienveillante qui, du coup, arracha tout le courage dont avait fait preuve la jeune fille jusqu’alors. Elle mit un peu temps avant de se ressaisir. Elle avait tellement peur qu’elle crut que son cœur allait exploser. D’une voix tremblante, elle fit :
– Allô !
– Oui, j’écoute !
– Bonjour, monsieur !
– Bonjour, comment ça va ?
– Je vais bien, merci. Vous avez demandé à…
Navid lui coupa la parole !
– Oui, c’est vrai. Et tu te demandes sûrement pourquoi ?
C’est normal. Jennifer. Tu t’appelles bien Jennifer!
– Oui, je me nomme Jennifer.
– Et tu fais quoi dans la vie ?
– Je viens d’avoir mon bac.
– Félicitations alors ! Quel âge as-tu ?
– 19 ans !
L’homme à l’autre bout du fil marqua une petite pause puis reprit sur un ton très calme.
– C’est bien. C’est très gentil d’avoir accepté de me parler.
– Je vous en prie.
– A plus tard.
– Au revoir !
Quelle arrogance ! Pour qui se prenait-il? Pourquoi toutes ces questions ? Elle se sentit encore plus petite devant les interrogations de cet homme. Et que voulait-il dire par « A plus tard » ? S’il croyait qu’elle allait répondre encore à son invitation, il se trompait largement. Jennifer perdit quelques secondes avant de raccrocher. Elle pensait toujours à ce que toutes ces questions pouvaient bien cacher. Elle fit signe à Jack qui s’approcha pour récupérer son portable.
– Allons-y, Jennifer !
Le parcours fut lent et silencieux, Jack se décida à rompre le silence qui n’avait que trop duré.
– Alors ?
– Alors quoi ?
– Qu’est-ce qu’il t’a dit ?
– Rien, juste des questions sur ma vie.
– Comment ça, sur ta vie ?
– Monsieur ne s’est pas du tout gêné, je veux dire qu’il m’a demandé mon âge, mon niveau d’études …
– Jennifer, tu exagères un peu. Tu appelles cela des questions sur ta vie ?
– Bien oui, ça ne me plaît pas d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents