151 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'envol des Magpie , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
151 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un parfum de danger dans l’air, deux amants au bord du gouffre.


Alors que les forces de l’ordre de la régence peinent à gérer leurs dossiers, le magicien, Stephen Day, travaille sous grande pression. Entre une série d’affreux meurtres occultes et une jeune étudiante qui perd complètement les pédales, son niveau de stress atteint des sommets. Cela commence d’ailleurs à se faire ressentir dans sa relation avec son amant, lord Crane.


Crane, qui se rebiffe contre les restrictions imposées par les lois de l’Angleterre, d’autant plus lorsqu’un développement inattendu dans son lien magique avec Stephen le pousse à remettre en question leur couple.


Quand un événement dévastateur s’abat sur eux, les personnes qu’ils aiment le plus se jettent corps et âme dans d’abjects conflits. Leurs ennemis, aussi bien anciens que nouveaux, et d’autres complètement imprévisibles, sont bien décidés à mettre Crane et Stephen au pied du mur : une terrible pression qui menace de les séparer à jamais...


#Magie #MM #Historique #Enquete
Retrouvez enfin la suite de La Magie des Magpie, publié chez Milady.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 décembre 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782375747704
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

KJ Charles 
L'envol des Magpie
Magpie - Livre 3  




Traduit de l'anglais par Terry Milien      
MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
Flight of Magpie  
MxM Bookmark © 2020, Tous droits réservés
Illustration de couverture ©  Moorbooks design
Traduction © Terry Milien 
    Suivi éditorial  ©  Julie Nicey
  
  Correction ©   Caroline Minic

Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal. 
ISBN : 9782375747704
Existe en format papier


 
À Sacha et Mark,
pour que vous ayez votre propre fin heureuse
et pour l’emprunt non autorisé d’un surnom.
(C’était un accident , pardi.)
 


Le Seigneur des pies, 3e partie
 
Une pie, le chagrin ;
Deux pies, le bonheur ;
Trois pies, une fille ;
Quatre pies, un garçon ;
Cinq pies, la richesse ;
Six pies, la pauvreté ;
Sept pies, une chienne ;
Huit pies, une putain ;
Neuf pies, des funérailles ;
Dix pies, une danse ;
Onze pies, l’Angleterre :
Douze pies, la France.
 
Une pie, le chagrin ;
Deux pies, l’enjouement ;
Trois pies, un mariage ;
Quatre pies, l’enfantement ;
Cinq pies, la richesse ;
Six pies, la pauvreté ;
Sept pies, une sorcière, mais je ne peux en dire plus ;
Huit pies, un nourrisson si vite enterré ;
Neuf pies, un festin ;
Dix pies, une carence.
 
 


Chapitre premier
 
Lucien, plus communément appelé lord Crane, ajusta sa lavallière et s’observa dans le miroir. Le devant de sa chemise était parfait, le maillage serré de soie et de lin entièrement opaque et blanc comme neige. Son costume tout neuf, fait main chez Hawkes et Cheney pour un prix sidérant, lui seyait avec un raffinement tout particulier, un véritable chef-d’œuvre de couture. Crane s’était montré dubitatif en ce qui concernait le subtil éclat argenté ajouté au tissu gris. Il avait même passé plus d’heures qu’il ne voulait l’admettre à s’interroger sur la question avant d’enfin passer commande, et il était désormais bien obligé d’admettre que Mr Hawkes avait entièrement raison. Il n’était cependant pas tout à fait satisfait de l’effet de l’écharpe, et il était sans doute aucun bien trop bronzé par toutes ces années passées au soleil pour se sentir à sa place au milieu des visages blancs ou rougis typiques du climat anglais, mais ses cheveux blond pâle étaient lissés, son maintien impeccable, ses traits aristocratiques parfaitement neutres. De fait, il était l’incarnation même du parfait gentleman anglais.
— Bon Dieu, quel dandy tu fais ! s’exclama derrière lui l’homme dénudé enchevêtré dans les draps du lit défait que Crane venait tout juste de quitter.
L’aristocrate adressa à son amant un regard de reproche par le biais de son reflet.
— Je ne suis rien de tel. Les dandys s’accoutrent de manière ostentatoire pour les autres. Je m’habille pour ma seule personne. Je pourrais me vêtir pour te plaire, ajouta-t-il, mais cela reviendrait à jeter des perles à un porc.
Stephen le récompensa d’un large sourire moqueur.
— Est-ce là le costume pour lequel Merrick et toi vous faisiez tant de mouron ? Celui qui d’après toi était beaucoup trop criard ?
— En effet. Qu’en penses-tu ? Je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps à te poser la question.
— Il est gris, répondit Stephen. Ce qui ne me surprend pas le moins du monde, puisque je ne me rappelle pas t’avoir vu porter autre chose, mais à votre façon d’en parler, je m’attendais presque à ce qu’il soit bleu canard, voire jaune. Il est très bien taillé, évidemment, mais il n’en reste pas moins gris, au final. As-tu jamais réfléchi, et je sais que l’idée va te choquer, à t’affubler d’autre chose ? De noir, ou pourquoi pas de brun ?
— Et si tu retournais dans les bras de Morphée ? suggéra Crane.
— Trop tard.
Stephan bâilla et s’étira, Crane reluquant avec appréciation son petit corps svelte se contorsionner dans le miroir. Il faisait à peine un mètre cinquante-deux et sa carrure était à l’avenant, mais son corps, si menu fût-il, n’en restait pas moins ferme, musclé et, plus jouissif que tout, extrêmement souple.
— Je suis bel et bien réveillé, et j’imagine qu’il va me falloir me lever. Me préparer aux tâches qui m’incomberont aujourd’hui, quelles qu’elles soient. J’ai été convoqué à un rassemblement du Conseil à onze heures, pour l’amour de Dieu.
— Par simple curiosité, qu’as-tu eu à gérer la nuit dernière ?
Stephen n’était rentré qu’à minuit, cheveux et vêtements détrempés d’un fluide épais, visqueux et fétide, et s’était, après des ablutions approfondies, plongé dans le lit pour y oublier les désagréments de la journée. Le matin venu, la tenue dégoûtante qu’il avait abandonnée sur le sol de la salle de bains s’était solidifiée et recouverte d’une pellicule jaunâtre résineuse. Crane avait été témoin des efforts de son valet pour essayer de démêler l’horrible masse informe et desséchée d’habits bon marché à l’aide de tisonniers, avant de lui suggérer d’une voix ferme de les cacher pour les brûler plus tard.
Stephen n’avait fourni aucune explication lorsqu’il était rentré, et Crane savait qu’il valait mieux ne poser aucune question quand de petites rides de tension marquaient le coin de ses yeux couleur d’ambre, mais il avait quand même chassé les tracas de son amant de la seule façon qu’il connaissait, et le praticien repu en était toujours à l’état de chat paresseux au réveil.
— Oh, c’était d’un lugubre, répondit Stephen dans un nouveau bâillement. Il y avait ce pauvre gars, qui était couvert de…
Il mima de grosses éruptions cutanées tout le long de son corps.
— Et puis elles ont commencé à…
Il écarta les doigts brusquement, imitant une explosion.
— Il en est mort, bien entendu.
— Remarquablement dégoûtant. C’était de la magie… enfin, de la pratique, n’est-ce pas ?
— J’en ai bien peur. Je n’ai pas la moindre idée de comment cela a pu arriver, néanmoins. Je n’y ai compris ni queue ni tête. Mais nous finirons par trouver, si je puis dire.
Il s’étira derechef, arcboutant son échine.
— Nous n’aurons pas vraiment le choix, de toute manière, puisque la victime était un commissaire de police à la retraite. L’inspecteur Rickaby était très affecté.
Crane grimaça.
— Je n’en doute pas. Je te souhaite bonne chance. As-tu envie de café ?
— Pas qu’un peu. Qu’est-ce que tu as prévu aujourd’hui ? Le costume est-il en honneur d’un événement spécial ?
Crane sonna son homme de main pour qu’il leur apportât des boissons, puis se mit à triturer sa lavallière une fois de plus, se renfrognant en regardant le bout de tissu.
— Je déjeune avec Leonora et Blaydon afin de rencontrer les membres de la famille Blaydon avant le mariage.
— N’était-ce pas déjà le cas la semaine dernière ?
— Certes, répondit Crane avec un léger agacement. Et je m’attends tout à fait à devoir remettre ça encore la semaine prochaine. Blaydon fait partie d’une famille déplorablement grande dans laquelle, d’après mon estimation, deux tiers environ sont de jeunes ladies célibataires aux parents remplis d’espoir. Je me fais l’effet d’un étalon mis à prix pour la saillie.
— Mon pauvre, rétorqua Stephen sans aucun effort pour paraître sincère. Obligé de se mêler à l’élite de la société anglaise. Quel enfer cela doit être.
Crane lui adressa un geste disgracieux par le biais du miroir. Comme Stephen le savait pertinemment, son intérêt envers la haute société se limitait en tout et pour tout à devoir donner sa vieille amie Leonora Hart en mariage à une star montante de la politique issue d’une excellente famille. Après ça, il avait toutes les intentions du monde de disparaître des bals et des fêtes qu’on l’avait jusqu’ici forcé à endurer, et ce avant que son refus catégorique de remédier à son célibat ne devînt encore plus évident.
Crane n’avait aucune intention de contracter mariage, si convenable cela fût-il, et qu’on le damnât s’il laissait un jour les lois absurdes de l’Angleterre façonner son comportement ; mais il n’en restait pas moins riche, avec un titre de noblesse, un faciès agréable, et aucune épouse en vue, et ce foutu mariage attirait l’attention des autres sur tous ces faits avérés.
Il n’avait jamais voulu rester dans ce pays, d’abord. Tout ça, c’était la faute de Stephen. Crane lui avait promis qu’il ne reprendrait pas la mer sans lui, et sa promesse était sincère, mais depuis il était indéniable qu’il pensait moins à comment il pouvait continuer à vivre dans ce pays, mais plutôt à comment convaincre Stephen de traverser les océans avec lui.
— Eh bien, j’espère que ce ne sera pas aussi rébarbatif que le dernier déjeuner.
Stephen se pelotonna dans les couvertures.
— Donne mes amitiés à Mrs Hart.
— J’aurais plutôt tendance à lui donner une chiquenaude à l’oreille. Elle me tanne pour que j’apporte mon soutien politique à Blaydon, désormais.
— Tu n’as aucun soutien politique à lui apporter.
— Je siège à la Chambre des lords.
— Certes, et y as-tu jamais posé ton séant ?
— Non, admit Crane. Mais la faction de Blaydon au sein des Libéraux a apparemment besoin de plus de voix parmi les lords, donc…
— Allons bon.
Stephen se rassit. Ses gestes firent rebondir l’épaisse chevalière qu’il portait à une chaîne autour de son cou.
— Tu ne peux pas commencer à voter pour telle ou telle chose pour la simple et bonne raison que le fiancé de Mrs Hart te le demande !
Crane haussa les épaules.
— Blaydon est un homme de bon sens et de confiance.
Stephen, avec ses tendances distinctement radicales et sa désapprobation par principe de la Chambre des lords, se renfrogna, mais sa répons

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text