88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Faire une virée à deux , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C’est le troisième Noël que Nina s’apprête à passer recluse et déprimée dans la maison aixoise que ses parents ont acquise juste avant leur décès.

Dans le train, elle fait la rencontre de Tom, qui va complètement chambouler ce funeste rituel de Noël.
Et si les apparences étaient trompeuses ?



Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 3
EAN13 9791034818433
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Faire une virée à deux

 
 
 
 
 
 
 
 
Johanna Romera
 
 
Faire une virée à deux
 
 
Couverture : Cloé S.
 
 
Publié dans la Collection Aime
 
 

 
 
© Evidence Editions  2021

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
- 1 -

 
 
 
Depuis trois ans, je m’attelais minutieusement à la même routine bien huilée. Je repoussais au maximum l’achat de mon billet de train en songeant que son tarif élevé représentait le coût de mon immobilisme, de mes peurs et de mes angoisses. Ça me donnait une bonne raison de penser que j’étais vraiment perdue, à la ramasse, incapable… Ensuite, j’attendais le dernier moment pour préparer ma valise. De cette manière, j’avais une chance sur deux pour que mes vêtements favoris se trouvent dans la corbeille de linge sale. À ce stade, j’atteignais un niveau de contrariété assez élevé, tout à fait compatible avec l’état d’urgence dans lequel je me trouvais. En effet, il me restait généralement moins d’une heure avant le départ de mon train… et il me fallait une trentaine de minutes de métro avant d’arriver à la station Gare de Lyon. J’ai oublié de préciser une difficulté supplémentaire, et pas des moindres. Complètement groggy à cause des restes de mon somnifère auquel j’étais si peu habituée, j’évoluais dans un brouillard opaque et incommodant. J’effectuais ainsi mes changements de rame et mon trajet en train à travers un voile cotonneux censé me protéger du monde et de cette satanée magie de Noël. Enfin, après plus de trois heures d’inconfortable trajet au milieu de vacanciers bruyants et mécontents, j’arrivais dans la petite maison de vacances de Provence que mes parents n’avaient pas eu le temps d’occuper. J’y restais en général quatre jours en mode « sous-marin-coupé-du-monde » au terme desquels j’effectuais le trajet en sens inverse, absolument méconnaissable. En effet, je regagnais mon petit appartement parisien avec trois kilos en moins, d’énormes et angoissantes poches bleu-noir-jaune sous les yeux, le visage bouffi, complètement déroutée par la somme indécente de séries Netflix que j’avais ingurgitées. Voilà… Déprimant, hein ?!
Mais c’était ma routine de Noël et, pour rien au monde, je ne l’aurais changée. Je m’y accrochais comme à une bouée de sauvetage. Elle me rassurait, me canalisait, me permettait de tenir. J’avais l’impression que reproduire ces mêmes gestes depuis trois ans m’aidait à ne pas sombrer. Il faut dire que j’étais prête à tout pour fuir Paris pendant les fêtes de Noël. Durant ces quelques jours, j’avais besoin de me réfugier dans un lieu neutre, pas hanté par la mémoire de mes parents. Si seulement il existait une pilule à avaler aux environs du vingt-trois qui permettrait de se réveiller le vingt-sept, ce serait vraiment magique ! En attendant, de petits cachets blancs assommaient mon esprit tourmenté durant ces quelques jours que j’aurais voulu rayer de mon agenda.
Pff ! Noël… Cette fête incarne la représentation de la famille heureuse et épanouie qui nage en plein bonheur… Cette période magique et féerique où tout semble possible… Cette parenthèse enchantée où toutes les familles du monde entier se réunissent, se pardonnent, se disent « je t’aime », s’embrassent et se serrent dans les bras. Dis donc, elle est encore vite passée cette année… Ça va, tu n’as pas trop de boulot, ma puce ? Ça ne te fatigue pas, cette vie à la capitale ? Tous ces métros, ces gens stressés… Je ne sais pas comment tu fais, ma chérie… Nous, on n’est même pas à quarante minutes de Paris, mais on a l’impression de vivre dans un petit village. Papa et moi, on fait tout à pied. On fait nos courses à pied, on va au boulot à pied. Oh ! Il faut que tu passes à la boutique, on a reçu de nouvelles lunettes, tu vas adorer. Comme ça, tu viens papoter un peu avec M. Fostier, ça fait longtemps qu’il ne t’a pas vue, il me demande souvent de tes nouvelles, tu sais. Sa plus jeune fille a réussi sa première année de médecine, c’est super, hein ? Si tu savais comme il était fier le jour où il me l’a annoncé ! Promets-moi de passer lui faire un coucou ! Évidemment, j’avais promis en levant gentiment les yeux au ciel comme le font les enfants de plus de trente ans lorsque leurs parents les sollicitent pour ce qu’ils considèrent comme des broutilles… J’avais promis et, bien sûr, je n’étais jamais passée au magasin. Ma petite maman… Noël la rendait indéniablement nostalgique de mon enfance et du temps qui passe « définitivement trop vite ». Tu te souviens de ton tout premier gala de danse ? Oui, maman, comme si c’était hier. J’étais la plus petite de l’école parce que ma mère avait fait des pieds et des mains pour que j’y sois admise et, le jour du spectacle, j’avais refusé de donner la main à « la grande » qui ne ressemblait plus du tout à la gentille adolescente qui me chouchoutait pendant les cours. Ce jour-là, elle portait un gigantesque collant noir brillant qui recouvrait l’ensemble de son corps, avait d’effrayants yeux noirs, une bouche exagérément rouge et ses longs et doux cheveux avaient disparu sous plusieurs couches de gel. Ce monstre n’avait rien à voir avec la douce Jennifer qui avait pour mission de me faire virevolter dans les airs. Mes pirouettes aériennes, qui devaient être le clou de la représentation, s’étaient transformées en un joli vaudeville. Lorsque ma mère avait surpris ma prof en train d’évoquer son spectacle gâché par une gamine qui n’aurait même pas dû intégrer son académie, elle n’avait pas eu d’autre choix que de se disputer avec elle. L’année suivante, elle m’avait inscrite au karaté pour « continuer à travailler mes développés » avant de trouver un autre club « digne de ce nom ». Sacrée maman ! Tu te souviens quand tu étais petite et que je t’amenais au cinéma voir « le Disney de Noël » ? Elle adorait se remémorer ces moments presque chaque année, lors du réveillon. Oh oui, maman, je m’en souviens comme si c’était hier ! Je me souviens de tellement de choses, si tu savais… Je me souviens de tes petites mains fluettes abîmées par la vaisselle que tu faisais chaque jour alors que tu possédais ce lave-vaisselle flambant neuf que j’ai récupéré depuis. Je me souviens de ton rire franc et généreux qui résonnait dans toute la maison et de ta passion pour les films de Pierre Richard. À chaque fois qu’il passait au théâtre, nous allions le voir toutes les deux et tu te mettais sur ton trente et un. Je n’aurai même pas eu le temps de t’emmener à l’opéra, c’est tellement dommage ! Si c’était à refaire, j’aurais pris des places au balcon et t’aurais acheté une robe encore plus jolie que celle que portait Julia Roberts dans Pretty Woman . Je me rappelle aussi la manière que tu avais de me raconter tes lectures, avec engouement et passion. Je te revois parfois me livrer ton ressenti sur la société « un peu folle dans laquelle nous vivions ». Si tu savais comme je la trouve encore plus folle depuis ton départ, maman. Et toi, papa, tu crois que je ne pense pas à toi tous les jours ? Je te revois prendre ton petit déjeuner bien avant le lever du soleil et partir à l’aube en sifflant pour ouvrir ton épicerie. Elle était toute ta vie. Tu tenais à acheter les produits préférés de tes clients et ne manquais pas de satisfaire toutes les suggestions que l’on te proposait, même s’il s’agissait de quelqu’un de passage. Tu comptais parmi les rares personnes à travailler encore à l’ancienne. Quand j’ai vidé le magasin, j’ai découvert avec tendresse les crédits que tu accordais à tes clients. Certaines fois, tu barrais des pages entières en écrivant « offert ». Venant de toi, cela ne m’a aucunement étonné et je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer en songeant à l’homme si bon et généreux que nous avions tous perdu. Tu étais au courant des jeux de récréation à la mode et des jouets favoris des enfants. Grâce à toi, les parents du quartier n’avaient pas besoin de se ruer au centre commercial pour gâter leurs enfants et dégotter un cadeau d’anniversaire pour un petit copain. Chez toi, on trouvait tout ce dont on avait besoin. Plus jeune, j’adorais faire mes devoirs près de toi à l’épicerie. Je priais pour être dérangée par l’arrivée de clients que tu m’autorisais à encaisser. « C’est la meilleure façon d’apprendre à compter », disais-tu. Je me souviens que tu m’apprenais à lire sur les paquets de pâtes et les boîtes de conserve. Nous lisions les ingrédients, les quelques recettes qui s’y trouvaient, les composés chimiques imprononçables. « Celui-là, tu ne peux pas t’en souvenir depuis la dernière fois, ma fille ! », me complimentais-tu fièrement, lorsque je parv

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text