Des flocons de neige sur Vert-Cottage , livre ebook

icon

182

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2021

Écrit par

traduit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

icon

182

pages

icon

Français

icon

Ebook

2021

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nos chaleureux remerciements à Sarah McGurk, docteur en médecine vétérinaire et membre de l’ordre des chirurgiens vétérinaires. Pour Victoria Holmes, avec tout mon amour. S OMMAIRE Titre Dédicace Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11 Chapitre 12 Chapitre 13 Chapitre 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Chapitre 17 Chapitre 18 Chapitre 19 Chapitre 20 Chapitre 21 Chapitre 22 Chapitre 23 Chapitre 24 Chapitre 25 Chapitre 26 Chapitre 27 Chapitre 28 Chapitre 29 Chapitre 30 Chapitre 31 Copyright Collection CHAPITRE 1 – Après ça, papa et maman ne nous ont plus jamais acheté des tenues identiques ! s’exclama Freddie Arnold. Et pour répondre à ta question : oui, Phil et moi avons fait pas mal de blagues de jumeaux quand on était plus jeunes. Susan Collins riait encore en posant ses couverts sur le bord de son assiette. Elle passait une délicieuse soirée. Vraiment, pour un premier rendez-vous, elle n’aurait pas pu rêver mieux. Les plats du Fox and Goose étaient délicieux comme toujours, et elle dînait en excellente compagnie, à une petite table en bois près de la fenêtre. Des gouttes de pluie floutaient la vitre, mais dans l’obscurité, Susan devinait les lumières scintillantes de Noël qui égayaient déjà ce mois de novembre. Le feu de bois dans l’âtre tout proche la réchauffait de l’intérieur, malgré la météo capricieuse.
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

21 octobre 2021

Nombre de lectures

0

EAN13

9782810436361

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

1 Mo

Nos chaleureux remerciements à Sarah McGurk, docteur en médecine vétérinaire et membre de l’ordre des chirurgiens vétérinaires.
Pour Victoria Holmes, avec tout mon amour.
S OMMAIRE
Titre
Dédicace
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Copyright
Collection
CHAPITRE 1

– Après ça, papa et maman ne nous ont plus jamais acheté des tenues identiques ! s’exclama Freddie Arnold. Et pour répondre à ta question : oui, Phil et moi avons fait pas mal de blagues de jumeaux quand on était plus jeunes.
Susan Collins riait encore en posant ses couverts sur le bord de son assiette. Elle passait une délicieuse soirée. Vraiment, pour un premier rendez-vous, elle n’aurait pas pu rêver mieux. Les plats du Fox and Goose étaient délicieux comme toujours, et elle dînait en excellente compagnie, à une petite table en bois près de la fenêtre. Des gouttes de pluie floutaient la vitre, mais dans l’obscurité, Susan devinait les lumières scintillantes de Noël qui égayaient déjà ce mois de novembre. Le feu de bois dans l’âtre tout proche la réchauffait de l’intérieur, malgré la météo capricieuse. Elle se sentait parfaitement détendue, et les papillons qui avaient élu domicile dans son ventre une bonne partie de l’après-midi s’étaient tous envolés.
Elle avait fait la connaissance de Freddie sur LoveSpark, une application de rencontres, et ils s’étaient plu immédiatement. Au début, il l’avait fait rire avec quelques bons mots, mais avait rapidement laissé paraître un côté plus doux qui avait séduit Susan. Il était encore plus beau en vrai qu’en photo, avec ses cheveux bruns coupés court et impeccablement coiffés, son sourire espiègle et ses yeux marron charmeurs. Susan espérait qu’elle aussi l’avait agréablement surpris. Pour ce rendez-vous, elle avait choisi un jean noir près du corps, des bottes à talons et un chemisier turquoise. C’était devenu sa tenue officielle de premier rencard, à la fois jolie et élégante, sans avoir l’air d’en faire trop. Elle avait légèrement bouclé ses cheveux châtains habituellement lisses, étalé un soupçon de poudre et un trait de rouge à lèvres.
– Alors, et toi ? demanda Freddie, la tête inclinée, comme s’il voulait vraiment en savoir plus sur elle. Parle-moi de ta famille.
Susan resta immobile quelques instants. À première vue, la question semblait assez simple, mais le cœur de la jeune femme se mit à battre la chamade, et elle sentit sa poitrine se serrer. Elle remua sur sa chaise et redressa le dos.
– Eh bien, je suis fille unique. Mon père est décédé il y a cinq ans, mais ma mère vit à Walton. C’est vraiment une chance pour moi, car elle m’aide beaucoup avec mon fils Jack.
Voyons donc ce qu’il pense de ça…
Elle scruta le visage de Freddie qui cligna plusieurs fois des yeux avant de jeter un œil de côté. Susan s’était habituée à ce genre de regard un peu gêné, et à ce que la simple existence de son fils ait l’effet d’une bombe lâchée au milieu d’un premier rendez-vous, décidant bien souvent de son issue.
Elle ne parlait jamais de Jack en ligne – non pas qu’elle avait honte de lui, mais parce que ça lui semblait plus sûr ainsi. Toutefois, ce choix compliquait la situation quand elle le mentionnait enfin. Et elle le faisait toujours, sans faute, dès qu’elle sentait qu’un deuxième rendez-vous lui plairait.
Freddie serra les mâchoires quelques secondes, puis les desserra.
– Tu as un fils ?
Il semblait calme, mais sérieux, et Susan se sentit brièvement pleine d’espoir. Peut-être que tout allait bien se passer. Elle parvint à sourire.
– Oui, il a quatre ans.
Freddie eut un petit rictus, un coin de lèvres tressauta comme s’il tentait de lui retourner son sourire, mais n’y arrivait pas complètement.
– Et il s’appelle Jack ?
– C’est ça.
Susan sentit la tension dans ses épaules se relâcher imperceptiblement : qu’il accepte de prononcer son prénom semblait être bon signe. Certes, les attentes de Susan n’étaient pas franchement très élevées. Après tout, certains hommes ne l’avaient tout simplement pas cru quand elle avait parlé de Jack, d’autres avaient paru terrifiés, et d’autres, enfin, s’étaient mis en colère ! Le tout premier homme avec qui elle était sortie depuis la naissance de Jack s’était levé de table, lui avait hurlé dessus, la traitant de menteuse, et l’avait plantée là. Peut-être que Freddie serait différent.
Freddie saisit sa serviette, se tamponna la bouche, la laissa retomber à côté de son assiette, puis repoussa sa chaise.
– Si tu veux bien m’excuser, je dois aller aux…
Il fit un signe de tête vers les toilettes hommes.
– Je reviens dans une minute.
Il se leva et passa devant le bar. Susan le suivit des yeux. Sûrement avait-il besoin de digérer en privé ce qu’elle venait de lui annoncer, mais elle espérait qu’il ne resterait pas là-dedans trop longtemps. Un autre mouvement attira alors son attention. Bev, la propriétaire du Fox and Goose , approchait de sa table, les joues rosies par la chaleur ambiante, mais toujours élégante dans son joli chemisier blanc et son pantalon noir moulant. Elle sourit à Susan.
– Tout s’est bien passé ? demanda-t-elle en rassemblant les assiettes.
– C’était parfait, merci.
Bev se pencha plus près, un sourire complice illuminant son visage.
– Comment se passe ton rendez-vous ? lui glissa-t-elle dans un murmure théâtral.
Susan sourit. Elle savait très bien, en venant au Fox and Goose , que son cavalier et elle seraient épiés. Mais le confort de cette auberge, avec sa cheminée ouverte et sa cuisine traditionnelle et copieuse, valait largement de devoir composer avec la curiosité bienveillante de Bev. En plus, c’était tout près de chez elle.
– Ça se passe bien… je crois, répondit-elle. Tu pourras nous apporter la carte des desserts quand il reviendra, s’il te plaît ?
– Bien sûr.
Bev sourit, empila les dernières assiettes et se dirigea d’un pas vif vers la cuisine.
La pièce bourdonnait des bavardages des autres clients. À l’autre bout de la salle, Susan remarqua deux vieux hommes assis au bar, papotant tranquillement.
Elle tourna légèrement sa chaise pour avoir une vue plus confortable de ce qui se passait. Bev était de retour derrière le comptoir et nettoyait un verre. Près de la cheminée, un groupe d’adolescents passait une soirée plutôt animée. Susan posa son coude sur le large rebord de fenêtre et appuya sa tête sur sa main. Elle se souvenait de ses dix-huit ans, quand les pubs étaient encore une découverte et que chaque soirée était la meilleure du monde. Une autre vague de rires des jeunes lui parvint. Ils avaient l’air si heureux.
Pendant un instant, elle leur envia leur vie simple. Derrière la fenêtre, une paire de phares apparut sur le parking du pub et accéléra en direction de Walton Road.
Au bout de quelques minutes, toujours aucun signe de Freddie. Il met vraiment beaucoup de temps , pensa-t-elle, envahie par une sensation de découragement. Il n’aurait quand même pas… Bev était toujours au bar, tirant une pinte de bière pour un des deux anciens. Susan repoussa sa chaise et s’approcha. La femme lui sourit.
– Susan ! Tu veux voir le menu des desserts ? lança Bev avant de se tourner vers la table pour deux désormais désertée, son sourire s’évanouissant aussitôt pour laisser place à un froncement de sourcils. Est-ce que tout va bien ?
Susan s’accouda au bar, elle sentait ses joues devenir écarlates. Tu ne sais pas s’il est vraiment parti , se répéta-t-elle.
– Est-ce que quelqu’un pourrait aller jeter un œil dans les toilettes des hommes ? Mon rencard y est entré, mais n’en est toujours pas ressorti.
Bev écarquilla les yeux, le visage inquiet.
– Tu penses qu’il est malade ? Ne t’en fais pas, je vais envoyer Gary vérifier.
– Merci, répondit Susan, avant de se retourner et de suivre des yeux Bev qui contourna le comptoir et disparut au coin en direction des cuisines.
Peut-être que Freddie était vraiment malade. Elle avait immédiatement tiré une conclusion cynique de sa disparition suspecte à un moment crucial de la conversation, juste après qu’elle lui avait parlé de Jack, mais après tout, il y avait peut-être une explication plus innocente. Malheureusement, quelques instants plus tard, Bev revint vers elle, suivie de son mari, Gary.
Gary avait les cheveux tout ébouriffés, comme s’il avait passé plusieurs fois ses mains dedans, et il avait l’air franchement mal à l’aise.
– Je suis vraiment désolé, Susan. J’ai bien peur qu’il soit parti il y a quelques minutes, par la porte de derrière. Je ne savais pas du tout que tu étais encore là, je pensais que vous rentriez chacun de votre côté, sinon je serais venu plus tôt te le dire.
Il avait un air si coupable que Susan se sentit encore plus navré pour lui qu’elle l’était pour elle-même. Ce n’était vraiment pas sa faute à lui si son rendez-vous soi-disant galant avait pris la fuite avant le dessert. Elle esquissa un sourire chagriné.
– T’inquiète pas, Gary. Merci de m’avoir tenue au courant.
– Sale type, lâcha Bev, les joues plus rouges que jamais, scandalisée comme si c’était elle qui avait été abandonnée là. Eh bien, je ne sais pas ce qui s’est passé, mais il aurait pu au moins avoir la décence d’annoncer son départ. Si je le revois ici…
Bev ne termina pas sa phrase, et pendant un court instant, Susan eut envie de rire. Elle avait presque envie d’inviter de nouveau Freddie au Fox and Goose , si ça lui valait une bonne réprimande de la part de la tenancière. Certes, Bev était une commère invétérée, mais elle avait bon cœur, et protégeait férocement les jeunes femmes de Welford.
– Merci, Bev, et à toi aussi, Gary… Ce n’est pas de ta faute, reprit Susan, mais l’homme avait toujours l’air d’en do

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text