126 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Choyé & béni , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
126 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Après plusieurs années de vie commune, Matt et Evan peuvent se détendre en sachant que leur petite famille a survécu au pire.


Leurs deux aînées sont à l'université. Les jumeaux se portent bien. Matt se plaît dans son poste à temps partiel de consultant en sécurité. Et Evan s'apprête à être promu capitaine.


Tout semble aller pour le mieux... jusqu'à ce que les choses se gâtent.


À l'approche des fêtes de fin d'année, Evan et Matt sont confrontés à leur pire cauchemar : Miranda, l'aînée au tempérament de feu, a un nouveau petit ami, Kent. Et ils commencent même à parler mariage après trois mois de relation. Ah, et Miranda aimerait l'amener au dîner de Thanksgiving, accompagné de ses parents, Blake et Cornelia.



Mais tout va bien se passer. N'est-ce pas ?


#Viedefamille #Homoparentalité #MM

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 janvier 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9791038107618
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Tere Michaels

Choyé & Béni
Nouveau départ – 4


Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Kalaan Tsuckbell



Reines-Beaux
Pour la présente édition © Reines-Beaux 2021
Reines-Beaux est un label des éditions Bookmark
dirigé par Terry Milien

Première édition
Copyright © Tere Michaels 2015

Titre original : Cherish & Blessed ( Faith, Love, & Devotion 4)
Maquette : Scarlette Victoire
Illustration de couverture : Aaron Anderson
Suivi éditorial : Margaux Villa
Corrections : Relis-tes-ratures

Ceci est une œuvre de fiction. Les personnages, lieux et évènements décrits dans ce récit proviennent de l’imagination de l’auteur ou sont utilisés fictivement. Toute ressemblance avec des personnes, des lieux ou des évènements existants ou ayant existé est entièrement fortuite.

Tous droits réservés. Cette œuvre ne peut être reproduite, de quelque manière que ce soit, partiellement ou dans sa totalité, sans l’accord écrit de la maison d’édition, à l’exception d’extraits et citations dans le cadre d’articles de critique.

Avertissement sur le contenu : cette œuvre dépeint des scènes d’intimité entre deux personnes de même sexe ou non et un langage adulte. Elle vise donc un public averti et ne convient pas aux mineurs. La maison d’édition décline toute responsabilité pour le cas où vos fichiers seraient lus par un public trop jeune.

ISBN numérique : 9791038107618
ISBN broché : 9791038118843
www.editionsbookmark.com


Choyé


Chapitre 1

Evan finit de remplir le lave-vaisselle tout en gardant une oreille attentive sur le match des Rangers à la télévision et l’autre sur la conversation chuchotée entre sa benjamine et son petit ami.
Les Rangers menaient d’un but durant la première période. Matt hochait beaucoup la tête et le regardait discrètement par-dessus son épaule.
Elizabeth, son bébé – bon sang, sa pré-ado – étudiait elle aussi le terrain en observant ce que faisait son père. Alors il tira les ficelles de la manipulation et prit tout son temps pour essuyer le plan de travail. Matt avait cuisiné, et lui montrait de cette manière qu’il était toujours un membre actif de la maison ; surtout quand il rentrait avant minuit.
— Hé, j’ai fini, lança-t-il. Quelqu’un a besoin de quelque chose ?
— Oui, répondit Matt d’une voix monotone et faussement exaspérée.
Un ton qui exprimait clairement son envie d’une bière. Il en prit deux dans le réfrigérateur avant d’éteindre le petit poste de télévision au-dessus du lave-vaisselle et gagner tranquillement le salon où Matt et Elizabeth tenaient leur conférence top secrète.
— OK, il est temps de mettre papa au courant, annonça sévèrement Matt en prenant la bouteille de la main d’Evan.
— Maaaatt.
Le doux visage d’Elizabeth s’était mu en une moue offusquée, une expression qu’Evan connaissait très bien, ayant déjà été deux fois témoin des joies de la puberté chez ses enfants, d’abord avec Miranda, qui avait été infernale, puis Katie, qui avait été un soupçon plus facile. Et espérer qu’Elizabeth traverserait cet âge sans mélodrame relevait de toute évidence du vœu pieux.
Il s’installa sur la chaise à côté de Matt, leurs genoux l’un contre l’autre.
— Je n’ai jamais prêté serment, reprit Matt en ouvrant la bière avant de pousser son genou contre le sien. Parles-en à ton père.
Cela ne dérangeait plus Evan que les enfants se tournent vers Matt, il était leur ami et surtout celui qui les gardait, et bien que sa priorité se porte sur leur relation, il traitait toujours les enfants avec la plus grande équité. Et beaucoup d’amour.
Elizabeth se tortilla un peu sur sa chaise en se mordant les lèvres. Elle tira sur ses cheveux, une toison châtain atteignant presque sa taille. Parfois, il la soupçonnait de les garder si longs pour pouvoir se cacher derrière quand les choses commençaient à la dépasser.
Comme maintenant.
— C’est un problème à l’école ?
Elizabeth secoua la tête.
— Ici, à la maison ?
Elle se figea puis hocha la tête.
— Un de tes frères et sœurs ?
Il soupçonna qu’il s’agisse de son frère, Danny, parce qu’ils étaient à proprement parler les deux derniers à être à la maison en permanence. Katie était partie pour l’université de Boston au mois de juillet précédent, et Miranda vivait encore en ville, en dernière année à l’université de New York. Aucune d’elles ne semblait donc susceptible d’embêter une enfant de douze ans.
— Dis-lui tout, dit Matt en lui faisant les gros yeux.
— C’est Miranda.
Ça, c’était une surprise. Evan essaya de ne pas s’étouffer en avalant sa gorgée.
— Miranda ?
— Oui. Euh, hésita Elizabeth en faisant hâtivement disparaître son visage derrière ses cheveux couleur fauve. Elle… Bon d’accord. Tu sais, le week-end dernier quand j’étais dans son appartement avec tante Sofia ? Ben, elles se sont disputées quand je suis allée me coucher.
Evan adressa à Matt un regard en coin, s’alarmant rapidement de cette conversation, surtout compte tenu de la grimace que faisait son petit ami.
— OK, techniquement, c’est une conversation entre deux adultes, et je ne suis pas certain que tu devrais me raconter ce qu’elles se sont dit, fit-il avec tact en ignorant le sourcil haussé de Matt et sa propre envie de savoir qui le tiraillait. À moins, bien sûr, que tu ne t’inquiètes pour l’une d’elles.
Matt souffla du nez.
— La ferme, chuchota Evan sans bouger les lèvres.
— Eh ben… soupira dramatiquement Elizabeth. Alors je sais pas si je devrais le dire.
— Mais moi, je sais, et ça ne me pose absolument aucun problème de le répéter, intervint Matt, fulminant d’indignation. Sofia a dit à Miranda qu’elle était trop jeune pour se marier.
La chaise d’Evan grinça lorsqu’il s’y affala de surprise.
— Quoi ?
— Tante Sofia a dit à Miranda qu’elle était trop jeune pour se marier, surtout parce qu’ils venaient juste de se rencontrer et qu’elle se précipitait trop, débita Elizabeth en répétant avec enthousiasme ce qu’elle avait entendu, désormais libérée de son indécision. Miranda a dit qu’elle aurait juste à tomber enceinte alors et que comme ça ils seraient obligés de se marier et tante Sofia a dit qu’on était plus dans les années cinquante, « sois pas bête ».
— Oh mon Dieu.
Evan était déjà debout et se dirigeait vers la cuisine où était le téléphone pour appeler la sœur de sa défunte épouse et lui servir le florilège de jurons qu’il avait appris chez les Marines et dans les forces de l’ordre.
— File. Ne répète rien de tout ça aux autres et je te monterai du dessert tout à l’heure.
En s’éloignant, Evan entendit Matt réconforter Elizabeth, ce qui le fit culpabiliser en plus de se sentir aussi furieux et de ses tempes qui palpitaient.
— Pourquoi Sofia ne m’a pas appelé pour m’en parler ? Et d’abord… C’est qui ce garçon ?
Matt suivit Evan dans la cuisine, en allumant les lumières sur son passage.
— Sofia pense probablement que ce n’est rien, commença Matt.
Mais Evan le fit taire d’un revers de main, le téléphone déjà dans l’autre.
— Non, désolé. Elle n’échappera pas à cet appel, rétorqua-t-il en martelant les touches de l’appareil et en tournant déjà en rond. Cette décision me revient.
— Miranda a vingt-et-un ans passés.
Matt ne tressaillit même pas devant le regard assassin d’Evan.
— C’est vrai. Et elle vit dans un appartement que je paie, et suit des cours que je finance.
On entendait sonner à l’autre bout du fil. Evan pensa sincèrement qu’il exploserait s’il tombait sur la messagerie.
— Ah oui, et c’est ma gosse. Point final.
— Très bien.
Matt tira une chaise du coin repas, sa bière toujours en main.
— Quoi ? Tu penses… Sofia ?
La voix de sa belle-sœur répondit de l’autre côté de la ligne, et au ton timide de sa voix, elle connaissait exactement la raison de son appel.



Matt finit sa bière, puis une autre, tout en regardant Evan prendre une teinte magenta intéressante tandis qu’il creusait un trou dans le sol à force de tourner en rond. La joute entre Evan et Sofia incluait tout un tas de jurons, une digression au sujet du nombre d’heures qu’il travaillait – qui ne ferait d’ailleurs qu’augmenter lorsqu’il obtiendrait sa promotion – et la douleur encore présente chez Miranda causée par la disparition de sa mère. Tout au long de cet appel, Matt vit Evan aux prises avec ces sujets mêlés à sa culpabilité. Ils avaient accompli beaucoup au cours des dernières années, mais de temps à autre, Evan faisait marche arrière.
Il avait déçu Sherri. Sa mémoire. Les enfants. Il avait failli décevoir Matt quelques années plus tôt, lorsque leur relation avait été mise en suspens, alors qu’il était pris dans la confusion de sa sexualité presque redéfinie.
Mais tout allait bien, désormais. C’était du solide. Les enfants étaient géniaux, du moins quand ils n’étaient pas agités d’une angoisse prépubère et jouaient les ados insolents ou les jeunes adultes impossibles à interpréter.
En capitaine de ce navire fou, Matt tenait le cap : la lessive était à jour, et son petit ami sexuellement satisfait afin de pouvoir se lever le lendemain.
Ou quelque chose comme ça.
— D’accord, d’accord, mais je suis sérieux, il faut que tu lui dises qu’elle vienne immédiatement me parler, Sofia. Immédiatement.
Evan se radoucissait, sa voix était rauque et la sueur perlait le long de la démarcation nette de sa coupe de cheveux militaire. Le tee-shirt qu’il avait enfilé après le travail était aussi trempé que s’il avait couru un marathon. Matt nota mentalement de penser à mettre l’air conditionné dans la chambre avant qu’ils se couchent.
Evan raccrocha, jurant encore avec énergie entre ses dents. Matt lui tendit une bouteille de bière fraîche sans faire de commentaire.
Il pouvait attendre. Cela ne prendrait pas longtemps.
— Il s’appelle Kent, il est en cours de commerce avec elle et ils se sont rencontrés en juillet. En juillet ! Comment pe

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text