117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Blessures muettes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Lorsque les yeux de Noah se posent sur son nouveau voisin, Hayden, c’est le coup de foudre immédiat. Peu importe son visage ravagé par cette énorme cicatrice, il est certain de n’avoir jamais vu plus bel homme de sa vie.


Lorsque, le soir de sa rencontre avec Noah sur le palier, ce dernier lui claque la porte au nez sans même lui avoir adressé la parole, Hayden se dit qu’il est mal tombé.


Mais bien vite, les deux hommes sont amenés à se revoir.


Malgré le handicap de Noah, malgré les difficultés d’Hayden pour surmonter le deuil de son frère et accepter son nouveau physique détruit, les deux hommes vont faire connaissance.


Rapidement, dépassant l’incompréhension, la tristesse et la colère, ces deux êtres que tout oppose, abîmés physiquement et mentalement, vont finir par se rapprocher.


Ensemble, ils vont détruire cette barrière.
Ensemble, ils vont parvenir à avancer, à guérir et à dépasser leur handicap.
Et peut-être qu’ensemble, ils finiront également par s’aimer.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 septembre 2017
Nombre de lectures 7
EAN13 9782375743775
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

F.V. ESTYER
BLESSURES MUETTES





MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.

MxM Bookmark © 2017, Tous droits réservés
Auteur © F.V. Estyer
Relecture © Marc PHILIPPS
Correction © Emmanuelle LEFRAY
Couverture © MxM Création


ISBN : 9782375743775
Remerciements

À mes parents, pour leur soutien inconditionnel.
À Nathalie, Mahault et Sophie (sans qui cette histoire n’aurait pas eu de titre !).
À Peggy, ma bêta lectrice en or sans qui ce texte aurait été beaucoup moins abouti. Merci pour toutes ces heures passées à m’aider, merci d’être toujours là.
À MXM Bookmark, pour avoir cru en ce texte.
À Marc, mon super correcteur, pour avoir passé des heures avec Noah et Hayden au détriment des bras de Morphée.
Aux lecteurs qui prendront le temps de découvrir cette histoire, j’espère qu’elle vous plaira.
Chapitre 1
Noah


« Je t’aime, je suis incapable de vivre sans toi. Ne me quitte pas ! »
Je pousse un profond soupir agacé et ôte mes lunettes pour frotter mes yeux fatigués avant de balancer sans délicatesse le manuscrit sur mon bureau. J’ai la désagréable impression de toujours lire la même chose. Encore et encore. Les mêmes histoires, les mêmes relations compliquées. Toujours. Le jeu du chat et de la souris permanent, « suis-moi, je te fuis, fuis-moi, je te suis ». En boucle.
L’amour devrait pourtant être quelque chose de simple. D’évident. Mais je suppose que les romans seraient bien moins palpitants sans tous ces rebondissements.

Un coup frappé à la porte me sort de mes pensées.
Jamais tranquille , pesté-je intérieurement.
Je me lève d’un geste las et traverse la large pièce pour aller ouvrir à l’inconnu. À peine ai-je poussé la poignée que ma sœur débarque, ouragan blond perché sur des talons hauts, et m’embrasse rapidement avant d’avancer dans le salon.
— Toujours aussi bien rangé chez toi, grimace-t-elle en avisant le canapé recouvert de fringues et la table basse sur laquelle trônent toujours les reliquats de mon petit déjeuner.
Pour toute réponse, je me contente d’un haussement d’épaules.
Ni une ni deux, elle se déleste de son sac et de son manteau avant de commencer à débarrasser la table. Je la suis docilement dans l’espace cuisine où elle râle une nouvelle fois en découvrant l’évier débordant de vaisselle. Relevant les manches, elle commence à tout laver.
— Pourquoi tu n’embauches pas une femme de ménage ? Ce n’est pas comme si tu n’en avais pas les moyens.
Je m’avance près d’elle pour qu’elle puisse me regarder, et signe :
— Parce que tu sembles trop heureuse de t’en occuper. Je ne voudrais pas te gâcher ce plaisir.
Elle grogne et m’envoie une giclée d’eau tiède avant de reprendre sa tâche. J’éclate d’un rire silencieux et elle me jette un regard noir avant que son visage ne retrouve sa jovialité habituelle.
— Au fait, tu as vu que tu avais un nouveau voisin ?
Je hausse un sourcil interrogateur. Depuis quand exactement ? Je n’ai absolument rien entendu. Il faut dire que je ne suis pas sorti de ma tanière ces trois derniers jours, trop occupé à plancher sur un manuscrit dont je dois fournir le compte rendu d’ici la fin de la semaine.
— Un voisin, tu dis ? Ou une voisine ?
— Aucune idée, j’ai juste remarqué la camionnette stationnée devant l’immeuble et tout un tas de cartons devant la porte d’entrée. Mais pourquoi n’irais-tu pas vérifier par toi-même ? Si ça se trouve, c’est un type complètement craquant, et complètement célibataire, répond-elle en m’offrant un clin d’œil complice.
— Et complètement gay ? Arrête un peu, avec la chance que j’ai, je vais tomber sur une vieille femme et son chat, ou pire, un couple avec un enfant. Ou pire encore. Plusieurs enfants !
Ma sœur lève les yeux au ciel, mais ne renchérit pas. Elle sait comment cette discussion risque de finir. Depuis que Seth m’a largué – ou plutôt que je l’ai largué après avoir découvert qu’il me trompait – , j’ai décidé d’arrêter de me lancer dans des histoires foireuses. Je n’ai plus envie de souffrir.

Alors depuis quelques mois, je me contente d’aventures sans lendemain. Et encore, elles ne sont pas nombreuses. Je me suis beaucoup renfermé sur moi-même ces derniers temps, j’en ai conscience. Mais cette rupture m’a laissé un goût amer. J’aimais Seth, je pensais passer ma vie auprès de lui. Mais apparemment, le sentiment n’était pas réciproque.
Ma sœur essaie de me pousser à me socialiser, mais sans véritable succès. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui me manque. Non, la seule chose qui me retient, c’est la peur. Peur de ne pas parvenir à communiquer, peur que l’on se moque de moi, peur que l’on me prenne en pitié, peur de me sentir différent de la majorité des gens.
Je pense que c’est également pour cette raison que le départ de Seth m’a autant blessé. Il me traitait comme une personne normale. Pas comme un handicapé. Il avait appris le langage des signes pour moi, et nous communiquions parfaitement. Lui par la parole, moi par les gestes. Ça n’a pas été facile, bien sûr. Mais avec du temps et de la patience, nous avons réussi à nous comprendre.
Et je me dis que je ne suis pas prêt à repartir de zéro.

En attendant, je profite de ces hommes, éphémères, interchangeables, qui n’attendent rien de plus de moi que quelques minutes de plaisir. De la baise pure et dure, mécanique, sans aucune saveur. Celle qui laisse un goût amer au fond de la gorge et le corps souillé, sali par des inconnus qui ne connaissent même pas votre nom. Voilà de quoi je dois me contenter pour l’instant.
Le seul avantage, c’est qu’il n’y a pas besoin de se raconter nos vies, ni même de parler. Il suffit d’un regard, d’un geste. Ce genre de mecs se fiche bien que je sois incapable de prononcer le moindre mot, pourvu que je leur fasse du bien. Et j’essaie au mieux de me convaincre que c’est aussi bien comme ça.
— Tu devrais aller jeter un œil, reprend ma sœur, me sortant de mes pensées. Tu sais, juste histoire de te présenter, de lui souhaiter la bienvenue, tout ça.
— Oui, et j’en profiterai pour lui offrir un panier de muffins et mon plus beau sourire.
Des fois, souvent, j’aimerais pouvoir parler. Le fait de ne pas pouvoir mettre de ton dans mes gestes empêche parfois ma sœur de savoir si je plaisante ou pas. La plupart du temps, elle peut le lire sur mon visage, mais tout de même.
— Pas la peine de te montrer sarcastique. Franchement, tu ne fais aucun effort.
— J’aimerais bien t’y voir.
Elle soupire, attrape le torchon pour se sécher les mains et s’adosse contre le plan de travail.
— Écoute, je sais que tu traverses une mauvaise passe, et je sais que tu penses ne plus pouvoir trouver quelqu’un. Mais tu as tort. Des Seth, il y en a à la pelle. Alors, arrête de t’apitoyer sur ton sort et sors de ta coquille. Tu verras que des types bien, il en existe encore quelques-uns.
Je ne renchéris pas et me contente de faire oui de la tête. Juste pour qu’elle me laisse tranquille. Elle m’offre un sourire et s’approche de moi pour me prendre dans ses bras.
— Tu es mon frère, Noah, et je t’aime. C’est normal que je m’inquiète pour toi.
Je me recule et, paume tendue vers elle, je dresse mon auriculaire puis mon index et mon pouce.
Je t’aime aussi.
Chapitre 2
Hayden


— Je crois que là, c’est bon, dis-je en rangeant le dernier verre dans l’un des placards de la cuisine.
Caleb écrase un carton du pied avant de le plier et de le ranger avec tous les autres.
— Pour un mec, tu trimballes quand même un sacré bordel, s’exclame-t-il.
Je me contente de lui sourire. Il n’a pas tort. Je sais que j’aurais pu me défaire de certains objets, mais je n’en ai pas eu l’envie. Peut-être y parviendrai-je un jour, mais pas maintenant. C’est encore trop tôt.
— Merci pour ton aide, mec, je ne sais pas comment j’aurais fait sans toi.
Et je suis sincère. Je suis exténué. Le déballage des cartons m’a pris pratiquement toute la journée. Mon épaule me lance et je tente de la masser du bout des doigts pour apaiser la douleur. Ma grimace de souffrance n’échappe p

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text