Black Wolves - tome 3 : Jason
147 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Black Wolves - tome 3 : Jason , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
147 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Poussé par son amour pour la moto et ses souvenirs d’enfance, Jason a décidé d’ériger son propre club. Les Black Wolves reprennent vie. Malgré tout, il passe son temps à ne penser qu’à Cassie. Elle qu’il aime plus que tout, depuis toujours, mais qu’il doit garder loin de son monde, pour la protéger. Jusqu’à ce qu’elle devienne la cible d’un club rival. Il doit tout faire pour la protéger, quitte à fouler du pied toutes ses résolutions. Sera-t-il en mesure résister à la tentation qu’elle représente ? Pourra-t-il mener de front la bataille qui s’annonce tout en préservant la douceur de celle qui possède son cœur ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 juin 2022
Nombre de lectures 8
EAN13 9782493219688
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Black Wolves
Tome 3 :
Jason
STÉPHANIE DELECROIX
 
 
 
Black Wolves
Tome 3 :
Jason
«Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur ou l’éditeur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.»
©2021, Stéphanie Delecroix
Édition : Plumes de Mimi éditions, 122 rue de l’Argonne, 62117 Brebières.
Siret : 84469800100014
Dépôt légal : 06/2022
ISBN numérique : 978-2-493219-68-8
ISBN papier : 978-2-493219-69-5
STÉPHANIE DELECROIX
 
Auteur auto-édité de mai 2018 au 30 avril 2020, j’ai auto-publié douze titres. Puis j’ai commencé à travailler avec plusieurs maisons d’édition.
 
Maman de 5 enfants, j’écris dès que possible lorsque j’en ai le temps afin de pouvoir m’échapper du quotidien et partir à l’aventure avec mes personnages.
 
Mes romans ont tous pour point commun la romance, mais dans des univers multiples. Du fantastique au suspens, en passant par la romance contemporaine, je manie l’amour à toutes les sauces en tentant de partager un maximum de sentiments dans mes productions écrites.
 

Du même auteur
Retrouvez chez Plumes de Mimi Éditions :
- Fallen for her
- Le tourment de nos âmes
- Mon péché d’Orient
- La saga Black Wolves
 
Retrouvez chez Élsie Éditions :
- Ona
 
Retrouvez chez Livresques Éditions :
- Songes obscurs
 
Retrouvez chez Alter Real Éditions :
Joye Astal , tome 1, les larmes du diable
Joye Astal, tome 2, jeux de pouvoirs (Septembre 2022)
 
Retrouvez en auto-édition :
Frost
Jump
Light and darkness
La poupée
Regarde-moi
 
Table des matières
CHAPITRE 1
CHAPITRE 2
CHAPITRE 3
CHAPITRE 4
CHAPITRE 5
CHAPITRE 6
CHAPITRE 7
CHAPITRE 8
CHAPITRE 9
CHAPITRE 10
CHAPITRE 11
CHAPITRE 12
CHAPITRE 13
CHAPITRE 14
CHAPITRE 15
CHAPITRE 16
CHAPITRE 17
CHAPITRE 18
CHAPITRE 19
CHAPITRE 20
CHAPITRE 21
CHAPITRE 22
CHAPITRE 23
CHAPITRE 24
CHAPITRE 25
CHAPITRE 26
CHAPITRE 27
CHAPITRE 28
CHAPITRE 29
CHAPITRE 30
CHAPITRE 31
CHAPITRE 32
CHAPITRE 33
CHAPITRE 34
CHAPITRE 35
CHAPITRE 36
CHAPITRE 37
CHAPITRE 38
CHAPITRE 39
CHAPITRE 40
CHAPITRE 41
CHAPITRE 42
CHAPITRE 43
CHAPITRE 44
ÉPILOGUE
BONUS
REMERCIEMENTS

 
PROLOGUE
 
Jason, vingt-six ans, deux ans après avoir vu Cassie pour la dernière fois.

— Et tu comptes t’arrêter quand ?
 
Sweetie me casse les couilles depuis une bonne heure. Cette fille jacasse plus qu’une nuée d’oies en rut ! J’aimerais juste me détendre en profitant des sensations que l’aiguille me procure pendant que Pie, mon tatoueur, s’applique à peaufiner mon dernier tatouage. En deux ans, j’ai pratiquement recouvert le dos, les bras et le cou.
Au milieu de mon dos trône le loup noir que nous reproduisons sur nos manteaux de cuir. Autour de lui, se trouvent les badges que peu à peu nous créons ou gagnons. Cela ne fut pas une mince affaire de faire sortir du lot mon propre club, mais avec le temps, un peu d’argent… on arrive à tout. L’avantage, c’est que peu de clubs gravitent dans les environs, donc j’ai pu arranger le tout à ma sauce. Ce qui m’inquiète, c’est la venue de petits branleurs de l’extérieur de plus en plus violents depuis qu’ils ont eu vent de notre existence.
Les Black Wolves se sont effacés après l’ouverture du garage d’Angel. Certains ont intégré d’autres clubs, d’autres ont tout simplement cessé de voyager et pour finir, il y a ceux qui nous ont quittés. Polly, la plus compréhensive, est décédée deux ans avant mon départ de chez Porter et Charlotte. Je l’aimais bien, elle était de bon conseil. À plus d’une reprise, elle m’a conseillé de suivre mes rêves. C’est la seule que j’ai pleurée, discrètement bien sûr.
Enfin bref, du coup, j’ai récupéré l’emblème du club après avoir quitté la maison. Les premiers mois, c’était la galère, entre petits vols, braquages, bagarres de rue, on a eu du mal à se faire « entendre ». Peu à peu, le club s’est étoffé. Je me suis assuré de ne pas perdre ma place de président à coups de poing. Aujourd’hui, nous sommes une quinzaine de membres.
 
— Pie, quand il n’y aura plus d’espace sur son dos, promets-moi de me former afin que je puisse tatouer son cul !
 
Je soupire, Sweetie me gonfle. Elle est mon plan cul depuis le début de l’aventure. Au départ, tout comme moi, c’était une question d’hygiène pour l’un comme pour l’autre. Et depuis que le club a vu le jour, ma place de président lui monte à la tête. Elle aimerait devenir ma régulière, moi, je m’en fous royalement ! Il y a un mois, elle s’est fait tatouer « propriety of » sur le bas du dos. C’est son rêve que je la choisisse comme régulière afin qu’elle puisse jouir de son statut et mener son monde à la baguette. La pauvre, si elle savait que ça ne restera qu’un rêve !
 
— Sweetie, rappelle-moi pourquoi je t’ai amenée avec moi.
 
Elle caresse mes épaules. C’est la partie de mon corps qu’elle préfère, celle qui s’est développée en premier. Lorsque je me suis enfui de chez Porter et Charlotte, j’ai passé mes journées à ne penser qu’à elle . Elle m’obsédait, me hantait, me criait de lui revenir, de ne pas l’abandonner… mais je sais que je suis mauvais pour elle. Je n’ai pas hésité à lui faire du mal une fois, pour nourrir mes intérêts, alors jamais plus je ne l’approcherai. De ce fait, à chaque fois que son image venait à s'imprimer dans mon esprit, je la refoulais en me réfugiant dans le sport. Je m’abandonnais à l’effort jusqu’à ce que son visage s'efface de mes pensées, jusqu’à ce que je tombe de fatigue.
Avec Sweetie ainsi que mes premiers copains de galère, on a tous fait en sorte de se dégoter une moto. J’avais la mienne, cadeau de Porter le jour de mes dix-huit ans, les autres se sont débrouillés pour en trouver une. Comment ? Seuls eux le savent… en tout cas, plus aucune n’est d’origine. Nous avons ensuite cherché un endroit où crécher et nous avons trouvé une vieille ferme abandonnée à la sortie de la ville. L’avantage, c’est que personne ne viendra nous demander ce qu’on fout là, l’inconvénient, c’est qu’il a fallu tout retaper pour ne pas nous prendre le toit sur le coin de la tronche.
Pendant plusieurs mois, nous avons rebâti la vieille bicoque, elle n’est pas luxueuse, mais habitable, c’est tout ce que l’on demandait. Les matériaux de construction viennent de différents chantiers où on ne s’est pas privé de se servir. Ensuite, une fois le projet terminé, j’ai eu besoin d’évacuer. Alors, je me suis investi dans le sport. Suer à longueur de journée me permettait de penser à autre chose qu’à elle. Peu à peu, la douleur causée par son absence s’est résorbée. Elle n’a pas disparu, elle ne disparaîtra jamais… mais elle s’est estompée. Je ne souffre plus du matin au soir, seulement quand j’y pense.
 
— Et voilà, c’est fini !
 
Pie me sort de mes souvenirs, il recule, m’autorisant ainsi à quitter le banc sur lequel j’étais allongé. Je file vers le miroir pour constater le chef-d’œuvre. Le chiffre deux cent vingt-trois est enfin tatoué sur ma peau. Deux pour la deuxième lettre de l’alphabet, et vingt-trois pour le W. Black Wolves. J’adore le travail de Pie, il a réussi à faire en sorte que les chiffres s’entrelacent, tout cela dans un style calligraphié extra ! Satisfait, je lui tends son fric.
 
— On se revoit pour le prochain ?
 
Je ne prends pas la peine de répondre, il sait que j’aime son taf et donc, que je reviendrai. Je sors du salon, Sweetie sur les talons. Ma Harley est toujours garée devant la porte, personne n’a osé la bouger. Le sourire aux lèvres, j’enfourche ma bécane tout en jetant des regards mauvais aux personnes qui me toisent. Sweetie vient se coller à mon cul, puis passe ses mains autour de ma taille. Elle se redresse légèrement pour me glisser à l’oreille :
 
— On se fait un petit câlin coquin ce soir ?
 
Je lève les yeux au ciel, malheureusement pour moi, elle ne le voit pas.
 
— Ou bien, je pourrais être vilaine pour que tu me punisses comme il se doit…
 
La perspective de lui mettre une bonne fessée me botte un peu plus. Je démarre, toujours sans lui répondre, pour rentrer à la maison.
Je longe le chemin de terre qui mène à la ferme dans le noir complet. La première chose que j’entends, c’est le son des enceintes, de nouveau trop fort. Bien que la demeure soit reculée, je préfère éviter qu’un gang rival déboule ici pour marquer son territoire. J’aime être le premier à attaquer le moindre petit con qui essaye de venir pisser sur mes plates-bandes !
Je me gare et repère tout de suite Cam et Lilly. Le couple est en train de se bécoter sur les marches de l’entrée, je me demande pourquoi on leur a attribué une chambre, à ces deux-là ! À l’intérieur, c’est le bordel ! Entre les émanations de Marie-Jeanne, la musique qui pulse à fond, l’alcool qui coule à flots, plus aucun de mes gars ne tient sur ses jambes. Sweetie pousse un cri joyeux en rentrant dans la pièce. Je soupire, exaspéré. J’hésite entre leur hurler que ce n’est qu’une bande de branleurs ou les rejoindre pour faire la fête.
Sweetie réussit à me dérider en envoyant valser son tee-shirt. Bon sang ! Ce qu’elle est bonne ! J’attrape le joint de Brian, le plus proche de moi, et m’invite à la sauterie. Voilà ma vie, débauche, drogue et alcool. Pourtant, ce soir, en me couchant, complètement vidé à cause de Sweetie, mes pensées voguent vers elle. Que fait-elle ? Que devient-elle ? Pour la première fois depuis longtemps, j

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents