140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
140 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Joueur VS Joueur. Combattez !


Le très talentueux graphiste, Ravi Tandel, excelle dans son domaine. Au point de se voir confier la présentation d’un projet top secret lors d’une importante conférence à Seattle. Tous les indicateurs sont au vert, jusqu’à ce qu’il apprenne que son collègue, son Némésis depuis toujours, sera aussi de la partie.


Tristan Jones n’a rien d’un gamer, mais il connaît le milieu du jeu vidéo comme le dos de sa main. Avec Ravi, il est convaincu de faire une présentation du tonnerre... s’ils survivent au voyage.


Obligés de respirer le même air, Ravi est choqué de voir un homme tendre et diablement sexy émerger derrière l’épaisse carapace de Tristan. Une carapace construite pour se protéger de sa famille conservatrice, qui n’acceptera jamais l’homme qu’il est réellement. Mais Ravi n’a pas combattu ses propres démons lors de son coming out pour se cacher aujourd’hui.


Pour ouvrir son cœur, Tristan va devoir vaincre ses peurs et répondre à une seule question : un futur avec Ravi vaut-il la peine qu’il se batte ?
Ou bien la partie entre eux est-elle game over avant même d’avoir commencé ?


#Gamers #Geek #MM
Chaque tome peut se lire séparément.
---
« J’ai adoré chaque instant de ce livre. Beta Test est une romance superbe, mignonne et sans prise de tête, avec un soupçon de drama familial, une tonne d’humour et des passages chauds, chauds, chauds, avec des personnages merveilleux. » - BWT, Goodreads

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 novembre 2021
Nombre de lectures 7
EAN13 9791038107960
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Annabeth Albert 
Beta Test
#Gaymers - T.2  




Traduit de l'anglais par Lorraine Cocquelin      
MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
Beta Test  
MxM Bookmark © 2022, Tous droits réservés
MxM Bookmark est un label appartenant aux éditions Bookmark.
Illustration de couverture ©  Moorbooks design
Traduction © Lorraine Cocquelin 
    Suivi éditorial  ©  Margaux Villa
  
  Correction ©   Relis-tes-ratures

Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal. 
ISBN : 9791038107960
Existe en format papier


Pour les lecteurs qui ont aimé Ravi et Tristan les premiers : Tara, Edie et Wendy. Vos commentaires pertinents et votre soutien comptent beaucoup pour moi.


Chapitre 1
 
Tristan lisait le manuel. Enfin, pour être précis, il lisait pour la seconde fois le Guide pour les employés de Christopher Exploration, alors qu’il patientait dans la salle de réunion que lui avait indiquée la réceptionniste. Sur la couverture du manuel figurait un logo en forme de volcan de l’espace, associé à un petit sous-titre soulignant « berceau de Space Villager », le jeu de rôle online phare que la société avait développé ici même, dans son siège de Santa Monica.
Il avait lu le PDF que la RH lui avait envoyé une semaine plus tôt, et à présent, il en parcourait la version papier en attendant la visite imminente des locaux. Les PDF, c’était bien, mais le papier lui donnait l’occasion de se servir de son tout nouveau surligneur. Il avait beau avoir fini l’université, il trouvait toujours réconfortant de pouvoir mettre en évidence les informations les plus importantes. Cela l’aidait à se sentir prêt, même si une énergie nerveuse faisait vibrer ses muscles. Se concentrer sur son surligneur lui permettait de garder son rythme cardiaque à un niveau gérable. Bien qu’il ait réussi toutes les étapes du recrutement intensif et qu’il ait fait tellement de recherches sur cette entreprise que son salon en était jonché, il n’en revenait toujours pas d’être celui qu’ils avaient choisi pour ce jeu dont parlait toute l’industrie.
Même la salle de réunion était à la pointe de la technologie, avec ses écrans sur presque tous les murs, dont un énorme occupant presque tout l’avant de la pièce, comme au cinéma. Une imposante table en chêne dominait le centre de la salle, entourée de fauteuils futuristes ressemblant au produit de l’accouplement d’un siège de cinéma et d’une Mercedes. La pièce elle-même était étrangement sombre malgré les spots se reflétant sur toutes les surfaces réfléchissantes. Tristan avait un peu l’impression d’être entré dans un film de science-fiction. D’une minute à l’autre, un dictateur allait franchir une porte cachée et révéler à ses sbires ses projets d’invasion.
En lieu et place du Seigneur des Ténèbres, ce fut la réceptionniste, une petite brune guillerette, qui pencha la tête dans l’embrasure.
— Et voici notre autre nouvel employé. Tristan, je vous présente Ravi Tandel. Il est graphic designer et fera la visite avec vous.
Quand elle ouvrit la porte, un jeune homme, la vingtaine, entra avec nonchalance dans la pièce. Oui, nonchalance était le terme parfait. Il portait un jean skinny vert citron, un pull couleur crème et une écharpe vert et crème nouée avec encore plus de talent que les cantonnières du salon de sa mère. Le nouveau venu avait une coupe à la Elvis, et lorsqu’il se déplaçait, c’était avec une grâce et une assurance innées.
En comparaison, Tristan se sentit aussi défraîchi et insignifiant qu’un vieux reste de café.
Ravi lui tendit la main.
— Salut.
— Bon… aaaah  !
Alors qu’il essayait de se lever, il déclencha par erreur le mécanisme du siège, se retrouvant brusquement allongé en arrière et… Tiens, il y avait un écran au plafond aussi !… mais ouuups , en essayant de repartir vers l’avant, il fut comme catapulté du fauteuil et balancé aux pieds de Ravi. De jolis pieds, soit dit en passant, cependant logés dans de ridicules mocassins violets, sans chaussettes.
— Ça va ? demanda Ravi en l’aidant à se lever, d’une poigne ferme et assurée.
Il était bien plus fort que sa mince silhouette ne le suggérait, et il mesurait quelques centimètres de plus que Tristan.
— Très bien, merci.
Il épousseta son pantalon bleu marine puis retourna s’asseoir sur un siège différent qui, avec un peu de chance, ne lui jouerait pas des tours. Il tira la sacoche de son portable et le guida jusqu’à sa nouvelle place.
— Je vais vous laisser papoter en attendant Rex, le responsable administratif. Voulez-vous du café ? demanda la réceptionniste.
L’étincelle dans ses yeux et son visage crispé indiquaient qu’elle faisait tout son possible pour ne pas se moquer de Tristan.
À sa place, j’aurais du mal aussi.
— J’en serais ravi, si cela ne vous dérange pas. Noir, un sucre, répondit Ravi, d’une voix aussi raffinée que le reste de sa personne, profonde et mélodieuse, avec une pointe d’accent de la côte Est qui lui faisait penser à des amis avocats de sa mère.
— Et toi ?
Elle le regardait lui, à présent.
— Noir, c’est très bien.
Du moins pour aujourd’hui. En règle générale, il noyait son café sous des litres de crème et des tonnes de sucre, et en de rares occasions il commandait un mélange sophistiqué. Mais aujourd’hui, il cherchait à se fondre dans la masse, à ne pas faire de vagues et à prouver qu’il pouvait jouer en équipe. Il ne comptait pas annoncer à ses nouveaux collègues qu’il préférait son café presque aussi sucré qu’un bonbon.
— Alors, qu’est-ce que tu fais ici ?
Ravi s’installa en face de lui, écartant le siège et l’inclinant au bon angle pour une conversation, sans se faire hameçonner comme une truite, contrairement à lui .
— Je vais travailler au département marketing. Au brand management .
— C’est ton premier boulot dans l’informatique ?
Ravi le parcourut du regard, comme s’il trouvait sa nouvelle chemise blanche, son pantalon habillé et sa cravate à motif de circuit imprimé un peu légers pour le poste. Sa cravate ajoutait une touche de fantaisie à sa tenue, offerte par un ami qui avait entendu parler de son travail, et c’était une façon de s’accorder à l’ambiance relax du bureau d’après la responsable du recrutement. Vu comme les yeux de Ravi pétillaient, Tristan remettait ses choix en question.
— Non, répondit-il, parce que, techniquement, c’était son premier travail dans n’importe quel domaine dépourvu du suffixe « stagiaire ».
Ravi haussa les épaules comme s’il ne le croyait pas.
— Tu es jeune.
— J’ai vingt-quatre ans.
Il tenta de se redresser sans se faire avoir par les désirs du siège de le jeter aux pieds de Ravi.
Tu te débrouilles très bien tout seul.
Il ne devait pas être beaucoup plus jeune que l’autre homme. Deux ans de moins, peut-être ? Ravi secoua cependant la tête comme s’il ne parvenait pas à croire qu’il était déjà en âge de conduire, et encore moins de travailler ici. Il savait que cela venait de son apparence, avec sa peau pâle, ses yeux bleus, ses cheveux blonds et ses joues lisses comme s’il n’avait jamais besoin de se raser – alors que malheureusement, si !
La réceptionniste revint dans la pièce avec deux tasses fumantes.
— Merci, j’en avais bien besoin, lui dit Ravi en souriant. J’ai toujours la gueule de bois depuis le Nouvel An.
Tristan écarquilla les yeux et jeta un coup d’œil à la réceptionniste, pour voir si elle avait l’air aussi horrifiée que lui. Mais non. Elle riait, comme si Ravi était mannequin pour une pub de whisky hors de prix, le genre d’homme avec lequel tout le monde veut boire un verre et dont on ne juge pas les mauvaises actions parce qu’il est tellement intéressant.
Et sexy.
Oui, d’accord, ça aussi, mais ajoutons aussi « stupide », car quel genre de type admettait avoir la gueule de bois lors de son premier jour de travail ? D’autant que le réveillon du Nouvel An remontait à près de deux semaines.
— Rex est au téléphone avec les bureaux d’Austin. Il ne devrait plus tarder.
La réceptionniste sortit de la pièce sans quitter Ravi du regard. Sérieux. Ce gars n’était pas si sexy que ça, même s’il avait tout d’un héros de couverture de ces romans que sa mamie lisait en douce.
Menteur.
Bon, d’accord, peut-être qu’il l’était, mais Tristan n’était pas censé remarquer ce genre de choses au travail . Il se força à se concentrer à nouveau sur son surligneur.
— Hé, c’est une super idée, ça.
Ravi sortit de la poche de son pantalon un stylo vert fluo parfaitement assorti à sa tenue et ouvrit son guide. Sauf que, contrairement à lui, il ne se mit pas à souligner certains passages ou prendre des notes dans la marge. Non. Il se servit de l’intérieur de la couverture pour dessiner toute une guerre intergalactique, y compris des météorites explosant et des vaisseaux futuristes entre les planètes. Tristan était hypnotisé par le tableau qui se déployait sous leurs yeux pendant leur attente. Le stylo de Ravi glissait avec fluidité sur la page, ébauchant d’abord les contours des différents éléments, avant d’ajouter de plus en plus de détails. Contrairement à lui qui ne cessait de regarder l’heure, Ravi semblait totalement plongé dans son œuvre, mais il devrait la cacher rapidement quand…
— Veuillez m’excuser pour ce retard. Rex, se présenta un petit homme replet en entrant précipitamment dans la pièce.
Voilà le dictateur que Tristan attendait, avec sa voix autoritaire, ses cheveux noirs clairsemés et… ses chaussons dragons. Il regarda une nouvelle fois.
Oui, oui. L’autre homme portait réellement des dragons molletonnés cracheurs de feu aux pieds.
— Ooooh ! Qu’est-ce que tu dessines ?
L’ignorant, Rex s’approcha de Ravi, do

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text