229 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Behind locked bars , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
229 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Heathcliff Kellerman est un membre actif et fidèle des Devil’s Pride MC, enfin... était.


Il est parti, sans un mot, sans rien laisser derrière lui... pour de bon. Loin de la protection de ses frères bikers, qui le cherchent pourtant depuis la Californie, Heath se retrouve en prison pour meurtre au fin fond du berceau de son enfance : le Kansas.
Derrière les barreaux d’Alcatron A, au milieu d’absolument nulle part, Heath se morfond. Et si la dépravation, la haine et la colère peignent sa vie comme un pinceau macabre, une lumière scandaleuse ne va pas tarder à venir l’aveugler.
Scottie Hayes est détenue à Alcatron B pour un crime qu’elle couvre au péril de sa vie. Pour elle, les hommes comme Heath sont à tout prix à éviter et, pourtant, il semblerait que le destin leur accorde quelques cicatrices communes.


Et si c’était entre quatre murs, de l’acier renforcé et des gardes corrompus que ces deux âmes perdues pouvaient trouver la rédemption ?



« Spin-off de la saga Devil’s pride qui peut se lire indépendamment de la première série. »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 novembre 2022
Nombre de lectures 0
EAN13 9791034820191
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Devil’s Pride
Spin off Tome 1 – Behind locked bars

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eleonora Stofferis
 
 
Devil’s Pride
Spin off Tome 1 – Behind locked bars
 
 
Couverture : Marie
 
 
Publié dans la Collection Enaé
 
 

 
 
© Evidence Editions  2022

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture à tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteurs, vous découvrirez, dans nos différentes collections, de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet Journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications ? Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site Internet : www.evidence-boutique.com
 
 
 
 
 
Attention quelques avertissements à prendre en compte avant de commencer cette lecture : violences, mentions de maladies liées à l’hémoglobine, corruption carcérale, mentions de viol, racisme, antisémitisme et nazisme. Chaque sujet est abordé pour être dénoncé. En aucun cas ce récit ne glorifie les actes odieux de ces criminels.
 
Prologue

 
 
 
Centre de détention provisoire, Topeka, Kansas
Heath se réveilla violemment dans sa cellule, enfin plutôt dans sa cage, alors que les néons aveuglants s’allumèrent par à-coups. C’était la troisième journée qu’il était enfermé là et tout ce qu’il faisait de ses journées, c’était d’attendre. Il était fatigué et pour une fois, effrayé, mais même si le crime qu’il avait commis était de loin la chose la plus horrible qu’il avait pu faire dans sa vie, tout ce à quoi il pouvait penser, c’était ce regard effrayé qu’avait arboré Thomas quand on était venu l’arrêter.
Son tendre petit frère…
S’il devait aller en prison, il le ferait. Il voulait simplement d’un procès honorable où il allait pouvoir dévoiler au monde entier à quel point Boris Slade, sa victime, était la plus grande enflure du monde.
Heath se releva doucement, mais manqua de crier lorsqu’il tourna la tête vers le mur et qu’il y aperçut un cafard de la taille de sa paume.
— C’est quoi, ce putain d’endroit ?!
Le jeune homme se décala alors et se releva pour marcher un peu. Il fit deux pas et se retrouva le nez entre deux barreaux. Il vit son reflet dans le miroir de la cellule d’en face et fit un pas en arrière. Ses cheveux décoiffés étaient ébouriffés, des taches de saleté teintaient sa peau, là où ne figuraient pas des bleus ou des coupures. Il avait littéralement l’air de quelqu’un qui venait de se faire passer dessus par un train. Heath détourna le regard de son propre reflet et s’appuya contre les barreaux pour voir le bout du couloir, gardé par plusieurs marshals dont les téléphones résonnaient de jingles de Candy Crush et d’Angry Birds.
Super, c’était le Moyen-Âge jusqu’au bout dans cette prison !
Heath s’apprêta à retourner s’asseoir quand il croisa à nouveau le regard du cafard qui, immobile sur le mur, semblait l’attendre. Il fut parcouru d’un frisson d’horreur et s’affala sur le sol, le dos contre ses barreaux et le visage entre les mains.
Il ne comprenait pas.
Personne, à part sa famille, ne savait qu’il était de retour en ville… Alors comment est-ce que les flics l’avaient retrouvé aussi vite ?
Il se poserait cette question plus tard.
Heath reporta son attention sur le néon au-dessus de sa tête et expira avec lourdeur, l’œil agité par le clignotement épileptique de la lumière. Il se repassait en boucle ce qu’il avait fait à cette erreur de la nature.
Il n’avait pas tué Boris tout de suite. Il s’était d’abord chargé de lui retirer ce qui se trouvait entre ses jambes pour que, même dans l’au-delà, il se retrouve sans. Et alors qu’il s’était retrouvé en train de se vider comme le gros porc qu’il était, implorant pour sa vie à travers son bâillon, Heath avait ressenti tellement de dégoût à son égard qu’il l’avait achevé.
On ne touchait pas aux enfants.
Et surtout pas à Tommy.
Heath avait vu rouge au moment précis qu’il avait découvert la vérité et encore plus quand il savait qu’il avait cinq frères, cinq putains de frères, et deux parents, mais aucun n’avait été capable de le protéger. Il fallait qu’il revienne de dix ans d’exil pour que les choses se fassent ?
Ça le dépassait.
Alors, Heath allait passer fièrement au tribunal, la tête haute, peu importait à quel point cet homme qu’il avait massacré était important dans la communauté du Kansas.
Soudain, un bruit de grille retentit et Heath se redressa dans un saut pour voir de quoi il s’agissait. Au loin, deux marshals s’approchèrent de sa cellule et tandis que l’un d’eux préparait des menottes, l’autre demanda en enfournant la clé dans la serrure de la cellule :
— C’est toi, « Hève » cliff Kellerman ?
— « Hive » cliff, vous n’avez jamais lu les Hauts de Hurlevent  ?
— Rien à foutre, ton avocate est là.
Cela ne pouvait qu’être sa mère.
Lorsqu’il avait été arrêté et emmené au commissariat, Heath avait passé un long moment devant le téléphone pour savoir qui il allait bien pouvoir appeler. Certainement pas l’un des gars du club, qu’il venait d’abandonner, ils étaient sûrement en train de le maudire de toute façon et de brûler chaque souvenir qu’ils avaient de lui. Non. Puis, peu importait à quel point il détestait sa mère, il devait serrer les dents et admettre qu’elle était une avocate brillante. Il se laissa donc emmener sans discuter, les menottes aux poignets.
 

 
Heath commença à regretter sa décision d’avoir appelé sa mère au moment précis où il rentra dans la pièce réservée aux entretiens entre avocats et clients. Il préférait largement la compagnie de son cafard dans sa cage froide qui était un risque sérieux pour les épileptiques. Trop tard malheureusement, parce que le marshal défit ses menottes et l’obligea à s’asseoir sur l’une des deux chaises qui entouraient la table. Une fois qu’ils furent seuls, sa mère, qui se tenait de dos jusqu’à présent, se retourna vers lui, les yeux brillants d’une lueur étrange.
— Heathcliff… Je suis venue un bon nombre de fois dans ce genre d’endroit pour venir te chercher… Tu sais qu’à chaque fois, je me disais « je ne pourrai jamais être plus déçue » ?
Elle paraissait fatiguée. Le col de sa blouse était mal replié et elle était mal enfoncée dans sa jupe crayon. Des cernes sillonnaient ses yeux, son teint virant au vert. Même son éternel chignon, qui jusque-là avait été impeccable, semblait avoir été fait à la va-vite. Heath pinça ses lèvres coupées et grogna en retour.
— Surprise, surprise.
— Exactement, Heathcliff… Surprise, surprise !
Elle lui balança un dossier rempli de photos. Elles s’étalèrent sur la table en métal, en auréole, et ses yeux vinrent tout de suite se balader sur le crime qu’il avait commis. Du sang, un cadavre… Mais il ne broncha pas.
— Je n’en reviens pas… Mon propre fils… Un meurtrier ! Pourquoi ? Mais… pourquoi ?!
— Tu sais ce que ce gars a fait à Thomas ?
— Oui. Il est venu me raconter tout de suite tout ce qu’il y avait à savoir sur l’affaire… Autant te dire que j’avais de quoi faire plusieurs crises cardiaques dans une seule et même journée !
Heath se redressa sur sa chaise et gronda d’une voix sourde.
— Alors tu sais qu’il faut que tu m’aides.
Sa mère se figea, ses doigts perdus dans ses cheveux, ébouriffant encore plus son chignon brun aux filaments grisés. Elle eut même un sourire nerveux.
— T’aider ? Heath… Tu as… Ces choses que tu as faites ne sont même pas défendables devant une cour !
— J’ai fait ce qu’il fallait !
— Non ! Si tu avais vraiment voulu faire la bonne chose, c’était d’aller porter plainte à la police ! Des preuves, Heath, on avait des preuves, de quoi monter une énorme affaire scandaleuse qui aurait porté ses fruits ! Là… je ne sais même pas par où commencer pour te dire à quel point tu as complètement tout ruiné !
Heath ouvrit la bouche pour répliquer, mais elle poursuivit, hargneuse.
— Je ne sais pas d’où tu sors comme ça, mon garçon, mais ici, on ne règle pas les choses ainsi. C’est donc ça que tu faisais pendant toutes ces années ? Tu tuais des gens ?!
— Non, m’man, ce n’était pas ce que je faisais !
Du moins, ce n’était pas le principal. Mais là n’était pas la question, il était absolument inenvisageable de donner un argument à sa mère. Le jeune homme prit alors une grande inspiration et tourna vers elle des yeux remplis d’une rage sincère.
— Thomas… il méritait la justice. Et c’était ça qu’il fallait que je fasse, parce que, putain, personne n’a rien vu et personne n’a rien fait ! Le système est pourri, les mecs comme lui marchent en réseau… Ramener l’affaire à la police, ça aurait été un putain de suicide, Tommy aurait eu encore plus de problèmes. Putain, tu es sa mère ! Toi qui nous rabâchais à chaque fois qu’on était une famille, à quel point il fallait se protéger les uns les autres… Bravo, tu as réussi à élever cinq moutons qui suivront absolument tout ce que tu dis, un pauvre gamin terrorisé par un gars qui allait le violer et juste un seul q

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text