277 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Axios , livre ebook

-
traduit par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
277 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je suis Axios, de Sparte, et je suis né pour tuer.

À l’âge de sept ans, j’ai quitté la maison pour m’entraîner avec d’autres garçons. On nous a enseigné l’obéissance, la solidarité, la stratégie militaire et la résistance à la douleur.
Mon éducation stricte m’a débarrassé de mes faiblesses et m’a obligé à devenir fort. Impitoyable.


Mais je rêvais de quelque chose de plus grand, d’une vie que je ne pourrais jamais avoir. Contre toute attente et en dépit de l’entraînement le plus pénible qu’un guerrier pouvait endurer, j’ai trouvé l’amour dans les bras d’un autre Spartiate. Il était l’air que je respirais et l’eau que je buvais. Quand nous combattions côte à côte, nous étions invincibles. Là où il allait, je le suivais.


Cependant, l’amour n’avait pas sa place à Sparte. Les sentiments étaient pour les faibles. Dans la vie d’un Spartiate, il n’y avait que des batailles, de la violence et aucune garantie pour le lendemain. En temps de guerre, tous les hommes étaient mis à l’épreuve, mais le plus grand défi pour nous n’était pas celui des épées ni des lances, mais bien celui du cœur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 septembre 2018
Nombre de lectures 10
EAN13 9782375746462
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Jaclyn Osborn
Axios


Traduit de l'anglais par Alexia Vaz
MxM Bookmark
Mentions légales
Le piratage prive l'auteur ainsi que les personnes ayant travaillé sur ce livre de leur droit.
Cet ouvrage a été publié sous le titre original :
Axios
MxM Bookmark © 2018, Tous droits réservés
Traduction © Alexia Vaz
Suivi éditorial © Lorraine Cocquelin
Correction © Emmanuelle Lefray
Illustration de couverture © MxM Créations
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit est strictement interdite. Cela constituerait une violation de l'article 425 et suivants du Code pénal.
ISBN : 9782375746462
Existe aussi en format papier
Note de l’auteure

Tout d’abord, merci de donner une chance à ce livre. J’ai toujours aimé l’Histoire, surtout cette période, mais je n’ai jamais suffisamment cru en moi pour écrire une fiction historique. Jusqu’à maintenant.
Axios est un personnage qui m’est venu il y a des années. À travers son regard, j’ai vu cette histoire incroyable, parfois déchirante, et ce livre est devenu mon préféré avant même que je n’en écrive un mot. J’étais nerveuse à l’idée de l’écrire à cause de tout ce que cela impliquait : les recherches et le vocabulaire utilisé, ainsi que le passage dans une autre époque. Mais Axios a été persévérant et son histoire est enfin racontée.
Je voulais écrire ce livre d’une façon à ce que ceux qui aiment l’Histoire l’apprécient, mais également ceux qui veulent simplement une bonne histoire. Bien qu’il soit, de bien des façons, juste historiquement parlant, il s’agit d’une fiction et certains faits ont été changés pour correspondre à l’histoire.
Axios est dans mon cœur et je suis à la fois excitée et incroyablement nerveuse de lui laisser prendre sa liberté dans ce monde. J’espère que vous aimerez lire ce livre autant que j’ai aimé l’écrire.
Jaclyn
Dédicace

À Axios et Eryx pour m’avoir entraînée dans un voyage que je n’oublierai jamais. Et pour Jessica, Nicole et Craig qui m’ont encouragée tout du long. Sans vous, ce livre serait peut-être toujours un document inachevé sur mon ordinateur. Je vous aime plus que tout au monde.
Chapitre 1

396 av. J.-C., à Sparte.

— Debout ! Les faibles ne survivent pas ici, gamin, cria Felix, l’homme qui nous entraînait.
Tous les garçons étaient obligés de suivre l’ agôgè , l’entraînement qui nous préparait pour l’armée spartiate et mon petit corps devait encore s’adapter aux épreuves qu’un tel apprentissage impliquait.
Ma vue se brouilla et je mis une main à terre, prêt à me relever, lorsque je fus frappé dans le dos avec un grand objet qui m’envoya m’écraser à la limite du sol poussiéreux.
J’avais mal partout. En me couchant par terre, je pensai qu’il me serait plus facile de m’abandonner à l’obscurité qui menaçait de m’envelopper. Dormir, enfin. Trois ans s’étaient écoulés depuis que j’avais commencé mon entraînement et j’en avais assez de me battre.
— Tu nous déshonores !
L’objet s’écrasa une fois de plus sur mon dos.
— Tu te rends ?
Se rendre était la définition même de la lâcheté chez les Spartiates.
En ouvrant les yeux, je vis que les autres garçons me regardaient.
Certains avaient des yeux écarquillés et terrifiés, d’autres ne montraient rien de plus qu’une légère curiosité. Les souffrances auxquelles nous avions fait face nous avaient désensibilisés à la violence. Nous nous attendions à la douleur.
Puis, je le vis.
Un garçon se tenait dans un groupe avec les autres. Je l’avais déjà vu auparavant, mais nous n’avions jamais parlé. Peu d’entre nous discutaient. Pour la plupart, nous étions encore les enfants effrayés arrachés aux bras de nos mères quand nous avions sept ans.
Tandis que la foule m’observait avec indifférence, lui le faisait avec détermination.
— Lève-toi, articula-t-il silencieusement.
Le regard captivé par ce garçon aux cheveux blonds, je trouvai en moi une force dont j’ignorais même l’existence. Une force qui me releva.
Felix acquiesça et me fit signe d’aller dans un autre groupe pour attendre les consignes suivantes.
Je marchai dans cette direction et faillis tomber à plusieurs reprises, mais j’y arrivai. J’avais les genoux tremblants et l’impression que mon dos était en feu, mais je grinçai des dents et me mis silencieusement en position. Je parcourus les garçons du regard, les examinant, mais je m’arrêtai en voyant le garçon me fixer à nouveau, un sourire subtil sur les lèvres.
Ses cheveux dorés et légèrement ondulés lui arrivaient aux oreilles, certains tombaient devant son œil droit et son regard était rivé sur le mien. Je savais que ses yeux étaient verts comme l’herbe s’agitant dans le champ voisin, même si je ne pouvais les voir de là où je me trouvais. Je les avais déjà contemplés auparavant et me souvenais de leur teinte unique.
— Toi ! Ici, exigea Felix en montrant ce garçon du doigt.
Après avoir détourné le regard, il s’éloigna de la foule et s’approcha calmement de notre entraîneur. Aucune peur n’assombrissait son visage, il n’y avait qu’une sérénité rare parmi nous. Il se mit à l’endroit que Felix avait indiqué et leva les yeux vers lui avec la même détermination que celle dont il avait fait preuve à mon égard quelques instants auparavant.
Je restai en admiration, à la fois curieux de savoir comment il s’en tirerait, mais aussi effrayé à l’idée d’être le témoin de son probable échec. Ceux qui se mesuraient à Felix n’en sortaient jamais indemnes.
Felix, cette grande brute, fit des cercles autour du garçon. Ses cheveux noirs étaient attachés avec une lanière de cuir sur sa nuque et son torse nu exposait sa chair recouverte de cicatrices à la chaleur du soleil de midi. Il avait un air renfrogné. Après quelques cercles supplémentaires, il passa à l’action.
Mais le jeune homme s’y attendait. Lorsque Felix leva son arme émoussée pour le frapper dans le dos, le garçon se baissa et roula sur le côté, se relevant tout de suite après pour lui faire face.
Felix acquiesça.
— Bien.
Puis il se jeta à nouveau sur lui.
Le jeune se glissa sous la lame, arriva de l’autre côté et frappa Felix derrière le genou.
Ce dernier ne tomba pas, mais il tituba légèrement, ce qui représentait la plus grande victoire qu’aucun d’entre nous n’avait remportée contre Felix. Lorsqu’il fit un nouveau mouvement, le garçon ne fut pas assez rapide et l’arme alla percuter l’arrière de son crâne.
Il ne resta pas au sol très longtemps. Avant que l’objet ne s’abatte sur son dos, le garçon avait roulé dans la terre et s’était relevé, sautant au moment même où Felix essayait de lui faire un croche-pied.
— Je vais réussir à faire de toi un véritable soldat, dit Felix, puis il fit signe au garçon de se remettre en place.
Je ne m’étais pas rendu compte que j’avais enfoncé mes ongles dans mon bras jusqu’à ce que je sente un picotement et que je baisse les yeux pour voir une légère coloration rose là où ils avaient laissé des marques sur ma peau.
Une fois qu’il fut de nouveau en place, le jeune homme me regarda. Ses yeux restèrent fixés sur les miens quelques secondes, puis il mit fin au contact visuel et ne me regarda plus pendant le reste de l’entraînement.
Le garçon suivant ne s’en tira pas aussi bien, il fut projeté par terre, à peine quelques secondes après être arrivé à la hauteur de Felix.
J’observais les autres jeunes appelés, mais mon esprit restait concentré sur le blond qui avait bougé avec tant de grâce, esquivant les coups et résistant face à notre entraîneur.
— Ça suffit pour aujourd’hui, dit Felix.
Sa voix résonna dans la petite arène.
— Lavez-vous et on se retrouve dans les casernes.
Alors que je me retournais pour partir, Gaius, l’un des autres instructeurs, dit :
— Attendez !
Une fois que tout le monde regarda dans sa direction, il me montra du doigt, ainsi qu’un autre garçon.
— Vous deux, venez là.
Gaius é

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text