381 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

À l'ombre de l'arbre Kauri , livre ebook

-

381 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Ce roman a t publi sous le titre Im Schatten des Kauribaums par L bbe, Cologne, 2011. Si vous souhaitez prendre connaissance de notre catalogue : www.editionsarchipel.com Pour tre tenu au courant de nos nouveaut s : http://www.facebook.com/larchipel E-ISBN 9782809822649 Copyright Bastei L bbe GmbH Co. KG, 2011. Copyright L Archipel, 2017, pour la traduction fran aise. DU M ME AUTEUR Les Rives de la terre lointaine , L Archipel, 2016 ; Archipoche, 2017. Le Cri de la terre , L Archipel, 2015 ; Archipoche, 2016. Le Chant des esprits , L Archipel, 2014 ; Archipoche, 2015. Le Pays du nuage blanc , L Archipel, 2013 ; Archipoche, 2014. Table Page de titre Copyright L ENFANT DES TOILES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 L ENFANT DES OMBRES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 FIN DU MONDE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 LE DILEMME 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 LES YEUX OUVERTS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 LES CAM LIAS BLANCS 1 2 3 4 L ENFANT DES TOILES Nouvelle-Z lande, Dunedin et Waikaro 1875-1878 Angleterre, Londres, Pays de Galles, Cardiff et Treherbert 1878 1 - Et elle a re u des cours particuliers jusqu ici ? s tonna miss Partridge, la directrice de la c l bre Otago Girls School de Dunedin avec, pour Matariki et ses parents, un regard s v re. Matariki ne se laissa pas troubler.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 juin 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782809822649
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Ce roman a t publi sous le titre
Im Schatten des Kauribaums
par L bbe, Cologne, 2011.

Si vous souhaitez prendre connaissance de notre catalogue :
www.editionsarchipel.com

Pour tre tenu au courant de nos nouveaut s :
http://www.facebook.com/larchipel

E-ISBN 9782809822649
Copyright Bastei L bbe GmbH Co. KG, 2011.
Copyright L Archipel, 2017, pour la traduction fran aise.
DU M ME AUTEUR

Les Rives de la terre lointaine , L Archipel, 2016 ; Archipoche, 2017.
Le Cri de la terre , L Archipel, 2015 ; Archipoche, 2016.
Le Chant des esprits , L Archipel, 2014 ; Archipoche, 2015.
Le Pays du nuage blanc , L Archipel, 2013 ; Archipoche, 2014.
Table
Page de titre
Copyright
L ENFANT DES TOILES
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
L ENFANT DES OMBRES
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
FIN DU MONDE
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
LE DILEMME
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
LES YEUX OUVERTS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
LES CAM LIAS BLANCS
1
2
3
4
L ENFANT DES TOILES
Nouvelle-Z lande, Dunedin et Waikaro 1875-1878

Angleterre, Londres, Pays de Galles, Cardiff et Treherbert 1878
1
- Et elle a re u des cours particuliers jusqu ici ? s tonna miss Partridge, la directrice de la c l bre Otago Girls School de Dunedin avec, pour Matariki et ses parents, un regard s v re.
Matariki ne se laissa pas troubler. Elle trouvait un peu trange, mais pas effrayante, cette dame qui, v tue de noir et affubl e d un lorgnon, devait bien avoir l ge de sa grand-m re du village maori. Elle n tait pas non plus intimid e par la pi ce, par ses meubles sombres certainement import s d Angleterre, ses hautes fen tres tendues de lourds volants et ses nombreux rayonnages. Seul le comportement de sa m re la surprenait. Durant tout le trajet entre Lawrence et Dunedin elle avait fr l l hyst rie, ne cessant de la harceler propos de sa tenue et de son attitude. croire que c tait elle qui allait passer l examen d entr e.
- Pas directement, mad
Lizzie Drury parvint temps ne pas appeler la directrice servilement " madame . Pour un peu, elle aurait fait une courbette. Elle se chapitra int rieurement. Mari e depuis plus de dix ans, elle tait la propri taire d Elizabeth Station, une ferme proche de Lawrence. Il y avait bien longtemps qu elle n tait plus domestique, mais c tait plus fort qu elle : elle se laissait toujours impressionner par un comportement solennel.
- Miss Partridge, se reprit-elle, s effor ant de parler d une voix ferme, notre fille allait l cole Lawrence, mais l agglom ration p riclite depuis que les chercheurs d or la d sertent. Ceux qui restent bref, nous ne souhaitons plus y envoyer les enfants. Voil pourquoi, l ann e derni re, nous avons eu recours aux cours priv s. vrai dire notre pr ceptrice a aujourd hui atteint ses limites.
Lizzie v rifia d un doigt nerveux sa coiffure sagement relev e sous un coquet petit chapeau. Trop coquet peut- tre en regard de la digne mais s v re silhouette de miss Partridge. S il n avait tenu qu elle, elle aurait choisi une toilette plus triste et s rieuse, mais Michael avait protest .
- Nous allons dans une cole, Lizzie, pas un enterrement ! Ils prendront bien Riki. C est une enfant veill e. Et sinon ce n est pas la seule cole de filles de l le du Sud !
Lizzie avait c d , mais pr sent, devant miss Partridge jouant avec son lorgnon d un air r probateur, elle aurait pr f r tre cent coud es sous terre.
- Voil qui est int ressant, petite, dit la directrice tourn e vers l enfant. Tu viens d avoir - combien d j ? - onze ans. Et ta pr ceptrice serait d j au bout de son latin ? Tu dois tre une enfant v ritablement dou e !
Ne percevant pas l ironie du propos, Matariki r pondit avec le sourire qui lui attachait habituellement tous les c urs :
- Les grand-m res disent que je suis intelligente. Aku trouve que je danse mieux le haka que les autres filles. Haeta, elle, que je pourrais devenir une tohunga , si j tudiais la botanique, et Ingoa
- Combien de grand-m res as-tu, mon enfant ?
Le regard de Matariki se perdit tandis qu elle r capitulait en pens e les a eules de la tribu.
- Seize !
- Elle parle des vieilles femmes de la tribu maorie proche de chez nous, expliqua Michael. Chez les Ngai Tahu, il est usuel d appeler grand-m res les femmes g es, et pas seulement les vraies grand-m res. Cela vaut aussi pour les grands-p res, les tantes et les oncles, parfois m me les m res.
- Alors elle n est pas votre v ritable enfant ?
L id e parut soulager miss Partridge. Matariki ne ressemblait pas particuli rement ses parents. Michael avait certes les m mes cheveux noirs qu elle, mais ses yeux avaient le bleu du ciel irlandais, le visage n avait pas la rondeur de celui de Matariki, et il avait la peau moins fonc e. La fillette poss dait les traits d licats et les cheveux boucl s de sa m re ainsi que le bleu clair des yeux. Elle n avait en revanche h rit son teint ambr ni de l un ni de l autre.
- Si, si ! Matariki est notre fille, absolument, protesta Michael sous l il penaud de Lizzie.
Il ne manquait pas de d fauts et sa l g ret l exasp rait parfois encore, mais il tenait ses promesses, notamment celle qu elle lui avait arrach e avant la naissance de Matariki : jamais il ne devrait en vouloir l enfant de ce que sa m re tait et avait t . Il n avait effectivement jamais abord la question de la paternit de la fillette la peau brune une fois qu il fut clairement apparu qu il n tait pas le g niteur. Lizzie se raidit : la directrice ne pouvait croire que Matariki tait leur fille tous les deux !
- Je suis sa m re. Sinon, elle est une enfant des toiles !
C tait ainsi qu Hainga, la sage de la tribu, avait un jour appel Matariki, engendr e durant l ivresse de Tou-Hou, la f te de l an nouveau que les Maoris c l braient quand la constellation Matariki se montrait pour la premi re fois dans le ciel nocturne de l le du Sud.
- Ainsi, l enfant a non seulement des dons surnaturels, observa miss Partridge, le sourcil fronc , mais aussi une origine c leste
Matariki la foudroya du regard, car, si elle n avait pas vraiment saisi l allusion de la femme, elle voyait que sa m re en tait bless e.
- Haikina dit que je suis une fille de chef ! d clara-t-elle d un ton triomphal. Une sorte de princesse. C est du moins ce que je crois.
Miss Partridge eut l air plus contrari e encore. Michael prit alors son courage deux mains : il n allait pas supporter plus longtemps de voir Lizzie se liqu fier sous le regard de cette insolente bonne femme !
- Miss Partridge, cette enfant, Matariki Drury, est la fille de Michael et Elizabeth Drury, tel que cela figure dans le registre d tat civil de Dunedin. Veuillez donc en prendre note. Notre fille est intelligente, mais je ne qualifierais pas ses dons de surnaturels. Sa pr ceptrice, Haikina, n a fr quent que l cole des missionnaires, elle sait lire et crire et elle a transmis ses connaissances nos enfants avec rigueur et amour. Mais elle ne parle ni le fran ais ni le latin et est dans l incapacit de pr parer notre fille des tudes sup rieures ainsi qu un mariage avec quelqu un de la m me classe sociale que la n tre.
Michael avait d lib r ment insist , d un ton quasi mena ant, sur les mots " m me classe sociale , afin que la directrice ne s avis t pas de le contredire. Ces derni res ann es, Lizzie et lui n taient certes pas devenus des " barons des moutons , mais ils avaient difi un petit levage fort lucratif, moins tourn vers la laine que vers des moutons d excellence. Des accouplements cibl s et, de temps autre, des essais visant la production de qualit s de laine sp ciales taient plus ais ment r alisables dans de petites entreprises que dans de grandes fermes, o la conduite des troupeaux et la tonte taient une tr s lourde charge. Les b liers et les brebis d Elizabeth Station atteignaient les prix les plus lev s lors des ventes aux ench res, ce qui valait au couple une bonne r putation.
Tout ceci n emp chait pas Lizzie de souffrir d un complexe d inf riorit lors des rencontres d leveurs ou l occasion de bals. Elle et Michael taient d origine modeste et, s il ne se souciait gu re des apparences et du savoir-vivre, Lizzie s y effor ait. Mais elle tait timide. En pr sence des " barons , elle perdait son sourire magique et la voix lui manquait. Il n en irait pas de m me avec sa fille, elle se l tait jur . L cole Otago lui fournirait le bagage indispensable. Matariki, elle, ne souffrait pas de timidit . Elle ne perdit rien de son calme quand la directrice se r solut tester ses connaissances. D une voix claire, sans l ombre d une intonation irlandaise ou d un accent cockney, elle vint bout de l examen. Haikina avait t de ce point de vue une ma tresse id ale. Puis la fillette attendit avec ennui que miss Partridge e t corrig sa dict e. La dame arbora alors une mine plus bienveillante. Matariki ne s tait tromp e que sur un mot tr s difficile.
- Eh bien, pour ce qui est des connaissances, rien ne s oppose son admission, constata la directrice d un ton maussade. Mais vous devez clairement avoir en t te que Mata euh Matariki sera ici la seule fillette dot e d un arri re-plan aussi euh exotique. Je vous en prie, monsieur Drury, ajouta-t-elle avec un geste apaisant de la main en direction de Michael sur le point de monter sur ses grands chevaux, c est anim e des meilleures intentions que je vous dis cela. Nos fillettes ici eh bien, les meilleures familles du Canterbury et de l Otago nous envoient leurs filles et quelques-unes d entre elles ne sont euh pas habitu es
- Vous voulez donc dire que la vue de notre fille pourrait effrayer ces enfants au point qu elles regagneraient aussit t leurs foyers ?
Michael en avait sa claque. Il n tait pas la patience m me et il tait pr t se rendre une autre cole. L institut de miss Partridge, aussi renomm f t-il, n tait tout de m me pas le seul de l le du Sud ! Pour autant, il se voyait mal imposer Lizzie une nouvelle preuve semblable celle-ci. Elle avait d j tout d un chaton a

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text