30 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Seine et les quais, promenades d'un bibliophile , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
30 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Il y a, probablement, peu d'habitants de Paris – j'allais dire peu de provinciaux de Paris – plus sensibles que je ne le suis à la cruelle blessure qui balafre, en ce moment la rive gauche de la Seine. Dans la ville immense et animée, toute à ses affaires et à ses plaisirs, il faut, aux homme d'étude, un refuge, une retraite où ils laissent errer leurs pas nonchalants, où leurs yeux aient l'agrément de quelque verdure..."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 59
EAN13 9782335122015
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

EAN : 9782335122015

 
©Ligaran 2015

LA SEINE ET LES QUAIS DARAGON EDITEUR
Avant-propos
Voici quelques notes sur Paris, que j’ai prises au cours de mes promenades quotidiennes, dans le temps de l’Exposition de 1900. Comme c’est déjà loin  !
Un journal les a publiées. Un livre les recueille. L’honneur est grand. Mais baste ! quelques rames de papier noircit ce n’est pas une affaire : il s’en imprime bien d’autres .
On trouvera, dans ces notules, quelques croquis d’après des paysages parisiens déjà disparus. Paris est toujours en mue. Son aspect est changeant comme son ciel et comme le caractère de ses habitants. Les ruines de la Cour des Comptes ont péri ; l’Esplanade des Invalides est transformée ; quant aux quais qui étaient, il y a deux ans, discrets et tranquilles, ils sont, maintenant, bruyants et reluisants comme des parvenus, cheval de fiacre frappe du pied l’asphalte, s’arrêtant devant la nouvelle gare d’Orléans, comme devant un portique de Palais .
Vers l’année 1900, Paris a fait une grande toilette. Le voilà tout battant neuf. Dans ce Paris nouveau, il y a du bon et du mauvais. D’aucuns regrettent le passé. – J’aurais voulu plus d’avenir encore, et des ouvertures plus larges et une circulation plus facile et un ciel plus vaste .
Paris a un devoir de beauté ; Paris a un devoir de goût. Nos architectes ne le sentent pas toujours assez… ou, peut-être, ils le sentent trop. Ils manquent de simplicité, de calme et de bonhomie. S’ils vivaient davantage de notre vie familière, ils arrangeraient , sans tant de tapage, la figure du Paris que nous rêvons, sans déranger celle du Paris que nous aimons .
De l’air, la lumière, et des fleurs ; de la mesure et du bon sens ; une activité modérée, aisée et calme, c’est, pour Paris, le rêve de tout Parisien. Que faudrait-il pour le réaliser ? – peu plus de simplicité et un peu moins de «  génie  ».

… Mais je voudrais, parmi ,
Quelque doux et discret ami ,
comme dit l’autre .
Les livres sont des amis, je les ai laissés dans le paysage ; car Paris est la seule ville du monde qui ait sa bibliothèque en plein air. Les boîtes des quais font partie de nos perspectives. Elles accompagnent les profils du Louvre et font un premier plan aux galeries et aux tours de Notre-Dame .
Il faudrait, aussi, quelque remous de foule, un attroupement populaire, un groupe ramassé et dissipé en un clin d’œil. Qu’à cela ne tienne : j’ai mis un chansonnier dans un coin. Paris a toujours chanté. Quand il est heureux, il chante ; et il chante encore quand il est malheureux …
Décidément, c’est joli pays que celui où les livres ne sentent pas le moisi, où, – je veux bien le croire , – «  tout finit par des chansons  ».

G.H .
I Les quais de Paris en 1899
Il y a, probablement, peu d’habitants de Paris – j’allais dire peu de provinciaux de Paris – plus sensibles que je ne le suis à la cruelle blessure qui balafre, en ce moment, la rive gauche de la Seine. Dans la ville immense et animée, toute à ses affaires et à ses plaisirs, il faut, aux hommes d’étude, un refuge, une retraite où ils laissent errer leurs pas nonchalants, où leurs yeux aient l’agrément de quelque verdure, où l’esprit, au repos, ne soit pas cependant entièrement exilé de ce qui fait son occupation habituelle. Ce lieu d’élection, ce coin de campagne ou de province, nombre de Parisiens, dont je suis, le trouvaient sur le quai de la rive gauche.
Le quai est frais en été, un peu froid en hiver. La brise de la Seine y souffle. On relève le col. On y est très bien pour juger du vent et du temps, merveilleux sujets de conversation.
Pour ses habitués, le quai a des douceurs qui tiennent à la beauté du site et, plus encore, aux charmes de l’habitude. La vue du Louvre, à travers les branches des arbres dénudés, – tel un fusain d’Allongé – donne au décor une grâce majestueuse et noble. Les perspectives sont bien dessinées par les plans successifs que font, d’abord les arbres du quai, puis ceux de la berge, puis ceux de l’autre rive, et enfin le motif rectiligne des galeries monumentales s’enfuyant vers la Cité.
Après le déjeuner, de deux à trois, on va devant soi, le cigare aux lèvres, le parapluie sous le bras, les mains dans les poches. Les braves gens qui gardent les boîtes des quais sont accueillants. Les vieux messieurs qui longent les boutiques, attentifs aux meubles anciens et aux médailles, sont un peu usés, mais polis. Ils se dérangent pour laisser passer les dames et damoiselles qui ramassent la jupe, au saut de la rue Bonaparte, dans leur perpétuel va-et-vient du Bon Marché au Louvre et du Louvre au Bon Marché. Tout cela fait un tableau, et même un spectacle, pas bien vif, pas bien animé, mais si calme et si reposant !
Entrer chez Champion ou chez Belin, rencontrer Claretie, Sardou ou Heredia, feuilleter un livre d’heures, discuter sur une reliure de Ruette ou de Padeloup, écouter, du monsieur qui entre et sort, un mot qu’on note et qu’on oublie aussitôt, c’est, comme dit Sardou, « faire son Bergeret » : plaisirs suffisants pour beaucoup de braves gens qui se délassent les jambes et le cerveau avant de regagner le cabinet capitonné de livres où va recommencer le vis-à-vis journalier et pas toujours récréatif, de l’écrivain et du papier.
Ces plaisirs innocents, on nous les enlève, un à un. Nous avons vu partir les premières boîtes des bouquinistes ; elles ont émigré sur l’autre rive. Puis, on a défoncé les chaussées, encombré les quais, creusé le sous-sol, surhaussé les trottoirs, encavé les boutiques. Avant d’entrer à la « Croix de ma Mère », il faut faire le signe de la croix, tant le passage est périlleux.
Sous les pieds, le sol tremble ; on entend des coups sourds et profonds. En terre, quelqu’un creuse et chemine comme le spectre d’Hamlet. Puis, nous avons vu s’avancer ces horribles cloisons vertes dont l’Exposition s’est entourée ; puis, comme dans Macbeth , les arbres eux-mêmes se sont mis en marche. Ils s’en sont allés, debout, brandissant dans l’air leurs moignons désespérés. On eût dit qu’ils menaçaient quelqu’un. Serait-ce M. Picard ? Quoi qu’il en soit, ils sont partis et nous, nous partons aussi, l’un après l’autre.
Il y avait là les ruines de la Cour des Comptes : belles ou laides, je ne sais ; on y était habitué. Une forêt vierge avait poussé entre les pierres. La flore en était si abondante et si variée qu’on en avait, paraît-il, fait un livre. Des bêtes vivaient tranquilles parmi ces ruines. Le moineau de Paris et le ramier, et le merle, s’y étaient installés ; ils étaient là comme chez eux. Dans certains mois, à la tombée du jour, il arrivait, du côté du couchant, du côté de la mer, de grands vols de petits oiseaux, qui, par milliers, s’abattaient sur les murs calcinés. Là, ils se reposaient et, avant de mettre la tête sous l’aile, se querellaient comme un Parlement. Ils seront bien surpris, les petits oiseaux, quand ils vont revenir, au printemps. À la place de leur gîte habituel, ils trouveront le chantier de la future gare d’Orléans.
Eh bien ! on nous a traités comme les ruines et comme les oiseaux ; on nous chasse. Nous avons filé, la tête basse, fuyant le quai dénudé, blanc, morne et sec, en proie à la poussière et au soleil, qu’aucun arbre n’abrite ni n’estompe ; et nous repensons au spectacle varié, animé et paisible dont nous avons joui si longtemps et que nos neveux ne connaîtront pas.
Au bout du quai, il y a cette Esplanade des Invalides dont on a tant parlé depuis quelques jours. D’aucuns la trouvaient grande et belle, dans sa nudité rectiligne. J’avoue qu’elle m’ennuyait. Mais, en somme, elle avait son caractère, et, selon la remarque de M. Denys Cochin, qui est un poète, on se disait que Louis XIV et Napoléon avaient passé par là. Ça vous fait toujours de l’effet.
Je l’ai vue périr, l’Esplanade, et voici comme. J’habitais, en ce temps-là, au quai d’Orsay. Un beau matin de printemps, j’étais sur le perron, le pied levé pour me rendre au Conseil. Je vis… était-ce une hallucination ? je vis, devant moi, les arbres qui titubaient, chancelaient, et puis tombaient l’un après l’autre. Au pied de chacun d’eux, il y avait des hommes qui travaillaient hâtivement. Ce coup d’État sylvestre, qui s’accomplissait sous mes yeux, remplit mon âme d’horr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text