323 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire des hôtelleries, cabarets, hôtels garnis, restaurants et cafés, et des hôteliers, marchands de vins, restaurateurs, limonadiers , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
323 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Quelles sont les hôtelleries, dans l'antiquité, chez les Hébreux, chez les Grecs, à Rome ? Fleury va vous le dire, dans une seule phrase, que nous n'aurons plus qu'à appuyer de faits faciles à trouver : Chez les Grecs et les Romains, dit-il, les hôtelleries publiques n'étaient guère fréquentées par les honnêtes gens."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 61
EAN13 9782335121643
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

EAN : 9782335121643

 
©Ligaran 2015

CHAPITRE PREMIER L’Orient (temps anciens)

Judée, Égypte, Inde, Perse, etc.

SOMMAIRE.– L’hospitalité, chez les anciens, fait concurrence aux hôtelleries, et empêche qu’elles soient nombreuses. – Ce sont des lieux honnis. – Comment, chez les Hébreux, lupanar et hôtellerie sont mots synonymes. – Querelle des Septante et des rabbins à ce propos. – Auberges des grandes routes en Égypte. – Ce qu’on y trouve, et ce qu’on n’y trouve pas. – Les fils de Jacob et Moïse à l’hôtellerie. – Campement des étrangers sur les places publiques des villes juives. – Le lévite d’Éphraïm à Gabaa. – Si les anciens Hébreux ne connaissaient pas les caravansérails. – Qu’était-ce que l’hôtellerie de Bethléem où naquit Jésus-Christ ? – S’il y eut des tavernes en Judée. – Les vins juifs. – Les festins sous la treille. – Les repas du vin. – Défense de boire du vin sans eau, et de s’enivrer le matin. – Les chansons de buveurs chez les Hébreux. – Les vendanges. – Maisons de vigne, pressoirs, etc. – Vins d’Égypte. – Boissons du petit peuple, et boissons des grands. – Ce que c’est que le vin maréotique. – Femmes ivrognes. – Combats sanglants après boire. – Le vin du marché chez les Phéniciens. – Origine de la chopine. – Vins factices. – Bières égyptiennes. – Le zythus , le britum . – Le schékhar juif, la sicera . – D’où vient notre mot bière . – L’ arack des Indiens. – Comment punch est un mot de la langue des Indous. – Ce qu’il veut dire. – Le boule ponge . – Son histoire abrégée depuis les Indiens jusqu’en 1789. – Le sorbet ou scherbet des Orientaux. – Cérémonial pour le servir. – La glace à Bagdad, etc. – Quand les glacières furent connues en France. – Le vin à Bagdad du temps des califes. – Supplice des ivrognes à Candahar. – Vins de riz à Bagdad et chez les Chinois. – Le fikaa . – Comment les marchands qui en vendent sont de vrais cabaretiers. – Les nouvellistes chez eux. – Les marchands de dragées. – Le prince Breddedin, le visir et le calender, chez le marchand de fikaa . – Quand les cafés commencent à s’établir en Orient. – Ce qu’ils sont. – Coup d’œil par anticipation sur ceux de Damas : le café des Roses , le café du Fleuve , le café de la Porte-du-Salut , etc. – Nous y reviendrons.
Quelles sont les hôtelleries, dans l’antiquité, chez les Hébreux, chez les Grecs, à Rome ? Fleury va vous le dire, dans une seule phrase, que nous n’aurons plus qu’à appuyer de faits faciles à trouver : « Chez les Grecs et les Romains, dit-il, les hôtelleries publiques n’étoient guère fréquentées par les honnêtes gens. » Et, pour parler ainsi, il s’autorise de l’usage de l’hospitalité si perdu aujourd’hui, si ordinaire dans les temps antiques, « même entre les païens. » Il nous montre ces honnêtes gens dont il nous parlait tout à l’heure, se détournant de la porte des hôtelleries, parce que, « dans les villes où ils pouvoient avoir affaire, ils avoient des amis qui les recevoient, et qui, réciproquement, logeoient chez eux quand ils venoient à leur ville. » Et il ajoute : « Ce droit se perpétuoit dans les familles : c’étoit un des principaux liens d’amitié entre les villes de Grèce et d’Italie, et il s’étendit depuis par tout l’empire romain. Ils regardoient ce droit comme une partie de leur religion. Jupiter, disait-on, y présidoit ; la personne de l’hôte, et la table où l’on mangeoit avec lui, étaient sacrées. Les Juifs, de leur côté, l’observoient comme une bonne œuvre, pratiquée de tout temps par les saints ; et ils l’observent encore entre eux. »
Il ne faudrait pourtant pas croire, d’après ces derniers mots de Fleury, que, cette généreuse et gratuite hospitalité défrayant ainsi tous les voyageurs, même le premier venu, il ne se trouvait pas d’hôtelleries chez les Hébreux. Il y avait toujours eu, même chez ces peuples primitifs, si bien portés à la vie de famille, assez de gens sans feu ni lieu, toujours nomades, étrangers partout, pour rendre nécessaire l’établissement de ces gîtes publics ; mais ici, comme on va le voir, les honnêtes gens devaient s’en détourner plus volontiers encore que des hôtelleries grecques ou romaines.
Les Hébreux, d’après certains commentaires, n’avaient qu’un même mot pour désigner l’hôtesse et la courtisane : c’était donc une même chose, ou tout au moins deux choses se ressemblant fort. Quand le mot écrit tout à l’heure se rencontre dans le texte de l’Écriture, il y a toujours dispute entre les rabbins et les Septante. Les rabbins traduisent bravement par meretrix (femme de mauvaise vie), les Septante, plus timorés, par caupona , cabaretière : ce qui prouverait, répétons-le, que les deux métiers avaient déjà toute sorte de droits à la plus complète synonymie. Nous ne renouvellerons donc pas le débat, et, pour nous, cette Rahab, chez laquelle vont loger les espions que Josué envoie à Jéricho, sera une cabaretière, quoi qu’en disent les rabbins, et en même temps une courtisane, quoi qu’en disent les Septante. Nous dirons la même chose de la femme chez laquelle Samson alla loger à Gaza, et au sujet de laquelle le même débat s’est élevé dans le monde hébraïsant. Nous ne voyons pas de raison, quoi qu’en disent les Septante, pour que le robuste amant de Dalila, étranger dans la ville des Philistins, se soit détourné du lupanar ; mais, dans le passage de la Genèse où il est parlé des fils de Jacob revenant d’Égypte, et s’arrêtant dans une hôtellerie avec leurs ânes chargés de blé, nous ne verrons pas d’amphibologie possible. Ce sera là pour nous une véritable auberge à loger bêtes et gens, telle qu’il devait s’en trouver dans l’Égypte civilisée des Pharaons. Ne lit-on pas, en effet, dans Diodore de Sicile, ce curieux passage qui peut, à lui seul, nous prouver l’existence de ces logis de passage chez les Égyptiens ? « Tous ces peuples, regardant la durée de la vie comme un temps très court et de peu d’importance, font, au contraire, beaucoup d’attention à la longue mémoire que la vertu laisse après elle. C’est pourquoi ils appellent les maisons des vivants des hôtelleries par lesquelles on ne fait que passer ; mais ils donnent le nom de demeures éternelles aux tombeaux des morts d’où l’on ne sort plus. Ainsi les rois ont été comme indifférents sur la construction de leurs palais, et ils se sont épuisés dans la construction de leurs tombeaux. »
Le lieu où Moïse s’arrêta avec Séphora, sa femme, et où le Seigneur fut sur le point de le frapper de mort, pourrait bien aussi avoir été une de ces hôtelleries nombreuses qui se rencontraient sur le chemin de l’Égypte et de la Palestine. On y trouvait le gîte pour soi et pour ses montures ; mais voilà tout, et l’on était obligé d’y pourvoir au reste. On portait donc en voyage tout ce qu’il fallait pour se nourrir. Les fils de Jacob reçurent de Joseph, par ordre de Pharaon, d’abondantes provisions pour leur route, et dix ânesses pour porter à dos leur blé, leur fourrage et leur pain. C’est même en ouvrant dans l’hôtellerie l’un de ces sacs de fourrage pour donner à manger aux bêtes de somme, que l’un des frères trouva l’argent que Joseph lui avait secrètement rendu.
Muni de ces provisions, quand on arrivait dans une ville de Judée, et qu’on y était étranger au point de ne pouvoir y trouver un hôte qui vous offrît un gîte, on s’en allait avec ses ânesses et ses chameaux camper, en véritable Arabe, sur la place publique : ce qui serait une preuve dernière que, dans les villes d’Israël, on ne trouvait guère pour s’abriter que quelques-uns de ces logis mal famés où nous avons vu entrer Samson, ainsi que les espions de Josué, et destinés seulement aux étrangers marchant sans équipage ; mais que, quant aux hôtelleries semblables à celles que nous avons vues ouvertes pour les voyageurs sur le chemin d’Égypte, elles y manquaient complètement, au moins dans les premiers siècles.
Les anges, arrivant à Sodome, veulent ainsi aller camper

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text