31 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Flamandes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
31 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Les Vieux maîtres. Dans les bouges fumeux où pendent des jambons Des boudins bruns, crevant leurs tissus de vessie, Des grappes de poulets, des grappes de dindons, D'énormes chapelets de volailles farcies, Tachant de rose et blanc les coins du plafond noir, En cercle, autour des mets entassés sur la table, Qui saignent, la fourchette au flanc dans un tranchoir, Tous ceux qu'après des brocs la goinfrerie attable..."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 32
EAN13 9782335122312
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

EAN : 9782335122312

 
©Ligaran 2015

À MAITRE JEAN RICHEPIN
Les vieux maîtres

Dans les bouges fumeux où pendent des jambons,
Des boudins bruns, crevant leurs tissus de vessies,
Des grappes de poulets, des grappes de dindons,
D’énormes chapelets de volailles farcies,
Tachant de rose & blanc les coins du plafond noir,
En cercle, autour des mets entassés sur la table,
Qui saignent, la fourchette au flanc dans un tranchoir,
Tous ceux qu’auprès des brocs la goinfrerie attable,
Craesbeke, Brakenburgh, Teniers, Dusart, Brauwer,
Avec Steen, le plus gros, le plus ivrogne au centre,

Sont réunis, menton gluant, gilet ouvert,
De rires plein la bouche & de lard plein le ventre.
Leurs commères, corps lourds où se bombent les chairs
Dans la nette blancheur des linges du corsage,
Leur versent à jets longs de superbes vins clairs,
Qu’un rais d’or du soleil égratigne au passage,
Avant d’incendier les panses des chaudrons.
Elles, ces folles, sont reines dans les godailles,
Que leurs goulus d’amour, en flamands, en lurons,
Mènent comme au beau temps des vieilles truandailles,
Tempes en eau, regards en feu, langue dehors,
Avec de grands hoquets, scandant les chansons grasses,
Des jurons crachés drus, des luttes corps à corps
Et des coups assommés à broyer leurs carcasses,
Tandis qu’elles, le sang toujours à fleur de peau,
La bouche ouverte aux cris, le gosier aux rasades,
Après des sauts de danse à fendre le carreau,
Des chocs de corps, des heurts de chair & des bourrades,
Des lèchements subis dans un étreignement,
Toutes moites d’ardeurs tombent dépoitraillées.

Une odeur de mangeaille au lard, violemment
Sort des mets découverts ; de larges écuellées
De jus fumant & gras, où trempent des rôtis,
Passant & repassant sous le nez des convives,
Excitent d’heure en heure à neuf leurs appétits.
Dans la cuisine, on fait en hâte les lessives
De plats vidés & noirs qu’on rapporte chargés,
Des saucières d’étain collent du pied aux nappes,
Les dressoirs sont remplis & les celliers gorgés.
Tout autour de la salle, où rougeoient ces agapes,
Pendent à des crochets paniers, passoires, grils,
Casseroles, bougeoirs, briquets, cruches, gamelles,
Dans un coin, deux magots exhibent leurs nombrils,
Et trônent, verre en main, sur deux tonnes jumelles.
Et partout, à chaque angle ou relief, ici, là,
Au pommeau d’une porte, aux charnières d’armoire.
Au pilon des mortiers, aux hanaps de gala,
Sur le mur, à travers les trous d’une écumoire,
Partout, à droite, à gauche, au hasard des reflets,
Scintillent des clartés, des gouttes de lumière,

Dont l’énorme foyer – où des coqs, des poulets,
Rôtissent tout entiers sur l’ardente litière –
Arrose, avec ses feux qui chauffent le festin,
Le décor monstrueux de ces grasses kermesses.

Nuits, jours, de l’aube au soir & du soir au matin,
Eux, les maîtres, ils les donnent aux ivrognesses.
La farce épaisse & large en rires, c’est la leur :
Elle se trousse là, grosse, cynique, obscène,
Regards flambants, corsage ouvert, la gorge en fleur,
La gaieté secouant les plis de sa bedaine.
Ce sont des bruits d’orgie & de rut qu’on entend
Grouiller, monter, siffler de sourdine en crécelle,
Un vacarme de pots heurtés & se fendant,
Un entrechoquement de fers & de vaisselle.
Les uns, Brauwer & Steen, se coiffent de paniers
Brakenburg cymbalise avec deux grands couvercles,
D’autres raclent des grils avec les tisonniers,
Affolés & hurlant, tous soûls, dansant en cercles
Autour des ivres-morts, qui roulent, pieds en l’air.

Les plus vieux sont encor les plus goulus à boire,
Les plus lents à tomber, les plus goinfres de chair ;
Ils grattent la marmite & sucent la bouilloire.
Jamais repus, jamais gavés, toujours vidant ;
Leur nez luit de lécher le fond des casseroles.
D’autres encor font rendre un refrain discordant
Au crincrin, où l’archet s’épuise en cabrioles.
On vomit dans les coins ; des enfants gros & sains
Demandent à téter avant qu’on les endorme,
Et leurs mères, debout, suant entre les seins,
Bourrent leur bouche en rond de leur téton énorme.
Tout gloutonne à crever, hommes, femmes, petits ;
Un chien s’empiffre à droite, un chat mastique à gauche ;
C’est un déchaînement d’instincts & d’appétits,
De fureurs d’estomac, de ventre & de débauche,
Explosion de vie, où ces maîtres gourmands,
Trop vrais pour s’affadir dans les afféteries,
Campaient gaillardement leurs chevalets flamands
Et faisaient des chefs-d’œuvre entre deux soûleries.

Tels apparaissent-ils dans leur siècle troublé,
Dans leur patrie en feu sur le brasier des guerres,
Dans un décor de haine & de sang maculé,
Tous réunis en joie & levant coude & verres,
Répercutant au Nord, en pays néerlandais,
À travers la fumée épaisse des batailles,
Le rire large ouvert de François Rabelais,
Maître des grands repas & des grosses mangeailles.
La vachère

Le mouchoir sur la nuque & la jupe lâchée,
Dès l’aube, elle est venue au pacage, de loin ;
Mais sommeillante encore, elle s’est recouchée,
  Là, sous les arbres, dans un coin.

Aussitôt elle dort, bouche ouverte & ronflante ;
Le gazon monte autour du front & des pieds nus ;
Les bras sont repliés de façon nonchalante,
  Et les mouches rôdent dessus.

Les insectes de l’herbe, amis de chaleur douce
Et de sol attiédi, s’en viennent, à vol lent,
Se blottir, par essaims, sous la couche de mousse,
  Qu’elle réchauffe en s’étalant.

Quelquefois, elle fait un geste gauche, à vide,
Effarouche autour d’elle un murmure ameuté
D’abeilles ; mais bientôt, de somme encore avide,
  Se tourne de l’autre côté.

Le pacage où pousse en tas la floraison belle,
Encadre la dormeuse à souhait : comme en lui,
La pesante lenteur des bœufs s’incarne en elle
  Et leur paix lourde en son œil luit.

La force, bossuant de nœuds le tronc des chênes,
Avec le sang éclate en son corps tout entier ;
Ses cheveux sont plus blonds que l’orge dans les plaines
  Et les sables dans le sentier.

Ses mains sont de rougeur crue & rêche ; la sève,
Qui roule à flots de feu dans ses membres halés,
Bat sa gorge, la gonfle, et, lente, la soulève
  Comme les vents lèvent les blés.

Midi d’un baiser d’or la surprend sous les saules.
Et toujours le sommeil s’alourdit sur ses yeux,
Tandis que des rameaux flottent sur ses épaules
  Et se mêlent à ses cheveux.
Art flamand

I

Art flamand, tu les connus, toi,
Et tu les aimas bien, les gouges
Au torse épais, aux tétons rouges ;
Tes plus fiers chefs-d’œuvre en font foi.

Que tu peignes reines, déesses,
Ou nymphes émergeant des flots
Par troupes, en roses îlots.
Ou sirènes enchanteresses,

Ou femelles aux contours pleins,
Symbolisant les saisons belles,
Grand art des maîtres, ce sont elles.
Ce sont les gouges que tu peins.

Et pour les créer grasses, nues,
Toutes charnelles, ton pinceau
Faisait rougoyer sous leur peau,
Un feu de couleurs inconnues.

Elles flamboyaient de tons clairs,
Leurs yeux s’allumaient aux étoiles,
Et leurs poitrines sur tes toiles,
Formaient de gros bouquets de chairs.

Les Sylvains rôdaient autour d’elles,
Ils se roulaient, suant d’amour,
Dans les broussailles d’alentour,
Et les fourrés pleins de bruits d’ailes,

Ils amusaient par leur laideur,
Leurs yeux, points ignés, trouant l’ombre,
Illuminaient dans un coin sombre
Leurs sourires, gras d’impudeur.

Ces chiens en rut cherchaient des lices ;
Elles, du moins pour le moment,
Se défendaient frileusement.
En resserrant un peu les cuisses.

Et telles, plus folles encor,
Arrondissant leurs hanches nues,
Et leurs belles croupes charnues,
Où cascadaient leurs cheveux d’or,

Les invitaient aux assauts rudes,
Les excitaient à tout oser,
Bien que pour le premier baiser
Ces gouges-là fissent les prudes.

II

Vous conceviez, maîtres vantés,
Avec de larges opulences,
Avec de rouges violences,
Les corps charnus de vos beautés.

Des femmes blanches & moroses,
Ne miraient pas dans vos tableaux, –
Comme la lune au fond des eaux,
Son étisie & ses chloroses

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text