75 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Parle à ceux que tu n’aimes pas : Le défi de Babel , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
75 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Reconstruire Babel, c’est refuser la dispersion et l’enfermement, tisser solidement les fils d’un dialogue exigeant et lucide entre nos intelligences singulières, aussi différentes, aussi éloignées soient-elles. Reconstruire Babel, c’est transmettre une langue commune et forte pour que nos enfants, curieux de la différence et défiant la distance, puissent construire ensemble un monde un peu meilleur que celui que nous leur aurons laissé. Reconstruire Babel, c’est le défi que nous devons aujourd’hui relever. » A. B. Une analyse lucide de notre société ; des propositions pour que, à nouveau, nous puissions croire ensemble en un avenir commun. Professeur de linguistique à l’université Paris-Descartes, conseiller scientifique de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, Alain Bentolila est l’auteur de plusieurs ouvrages qui sont de grands succès, parmi lesquels Tout sur l’école et Le Verbe contre la barbarie, qui a reçu le prix Essai France Télévisions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 septembre 2010
Nombre de lectures 2
EAN13 9782738196040
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Alain Bentolila
PARLE À CEUX QUE TU N’AIMES PAS
Le défi de BABEL
© Odile Jacob, septembre 2010 15, rue Soufflot, 75005 Paris
ISBN : 978-2-7381-9604-0
www.odilejacob.fr
Table

Introduction. BABEL revisitée
Première partie. La chute de BABEL : une langue qui nous divise
Chapitre premier. Inégalités linguistiques : les pauvres, les nantis et les cyniques
Chapitre 2. Impuissance linguistique : les violents et les soumis
Chapitre 3. L’école fracturée : les apprentis sorciers
Chapitre 4. Les nouveaux illettrés : les faux devins
Chapitre 5. Les langues régionales : le repli folklorique
Chapitre 6. La francophonie : le lit de l’analphabétisme
Chapitre 7. La télévision : l’anesthésie intellectuelle
Chapitre 8. Internet : la confusion des esprits
Chapitre 9. Le discours politique : le reniement
Chapitre 10. Les textes religieux : le détournement
Seconde partie. Le défi de BABEL : une langue qui nous rassemble
Chapitre premier. Dès l’aube du langage : des règles pour se comprendre
Chapitre 2. L’orthographe : laissez-la en paix !
Les sentiments
Les mouvements
Les animaux
Chapitre 3. Le vocabulaire : pour dire et lire
Chapitre 4. La grammaire : pour construire sa pensée
Chapitre 5. Une langue : pour grandir
Chapitre 6. Parler : des droits et des devoirs
Chapitre 7. Lire : des devoirs et des droits
Chapitre 8. En finir avec la guérilla scolaire
Chapitre 9. Pour une éducation durable
Chapitre 10. Identité nationale et langue française
Conclusion. Éloge de la distance
DU MÊME AUTEUR Chez Odile Jacob
Quatrième de couverture
À ceux qui ne m’aiment pas
et à qui je le rends bien.
À celles que j’aime
et à qui je n’ai pas assez parlé.
 
Introduction
BABEL revisitée
« Tout le monde se servait d’une même langue et des mêmes mots. Comme les hommes se déplaçaient à l’orient, ils trouvèrent une vallée au pays de Shinéar et ils s’y établirent. Ils se dirent l’un à l’autre : “Allons ! Faisons des briques et cuisons-les au feu !” »
« La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent : “Allons ! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux ! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la Terre !” »
« Or Yahvé descendit pour voir la ville et la tour que les hommes avaient bâties. Et Yahvé dit : “Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises ! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Allons ! Descendons ! Et là, confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres.” »
« Yahvé les dispersa de là sur toute la face de la Terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi la nomma-t-on BABEL, car c’est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la Terre et c’est de là qu’il les dispersa sur toute la face de la Terre. »
 
Ce texte biblique issu de la Genèse (XI, 1-9) raconte comment les descendants de Noé, qui parlent une seule langue, essaient de construire une tour assez haute pour toucher le ciel. En punition de leur vanité, les hommes perdent la possibilité de se comprendre et sont dispersés. Selon la plupart des exégètes, ce serait là que se trouverait l’origine de la diversité des langues.
La tour qui s’élève vers les cieux représente l’ambition démesurée des hommes tentant de découvrir les secrets que Dieu ne voulait pas divulguer. La tour qui monte à l’assaut du ciel est censée permettre aux hommes de « jeter un coup d’œil » sur les principes de la création et du fonctionnement du monde. Elle symbolise l’ambition des hommes décidés à comprendre « ce qu’il y a derrière » : derrière la vie, derrière les phénomènes qu’ils perçoivent, derrière les apparences. Le but de l’érection de la tour n’est donc point de « voir » mais de « comprendre ». Car BABEL, c’est le contraire même de la révélation, c’est le symbole de la conquête intellectuelle. C’est la mise ensemble des constats, des réflexions, des recherches de chacun dans un refus obstiné de l’obscurantisme. Et c’est très exactement ce que Dieu ne peut tolérer : que les intelligences singulières des hommes réunies et exaltées par leur langue commune parviennent à défaire, nœud après nœud, l’entremêlement mystérieux des principes de la genèse et de la cohérence du monde.
Dieu punit les hommes par là où ils avaient péché. Car c’était bien la langue commune, portée par la puissance des règles partagées, qui avait permis aux hommes de conjuguer leurs jugements singuliers pour questionner ses secrets si jalousement gardés. Les conventions lexicales et grammaticales, respectées par tous, avaient donné aux hommes le pouvoir de faire sur le monde des hypothèses explicatives ; mais surtout, elles leur avaient donné la capacité de les échanger, de les discuter, de les enrichir tout en conservant à chacune sa singularité. Une langue juste et unie avait ainsi construit, dialogue après dialogue, l’intelligence collective humaine, rivale de la toute-puissance divine. Instrument de la création, le Verbe était devenu celui de la libre-pensée. Dieu priva donc les hommes de la puissance dialogique du verbe et ils ne représentèrent plus pour Lui aucun danger ; une fois empêchés de communiquer, ils entreprirent sans doute de se faire la guerre plutôt que de conjuguer leurs idées pour comprendre le monde et de le transformer.
À y bien réfléchir, je ferais volontiers une interprétation un peu différente de celles proposées dans la plupart des exégèses. Elle m’est suggérée par la phrase : «  confondons leur langage pour qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres  ». Cette injonction manifeste clairement la volonté divine de « confondre » la langue commune des hommes afin de les empêcher d’échanger leurs pensées avec précision et d’ainsi s’élever ensemble intellectuellement en mutualisant et en confrontant leurs connaissances. Le texte biblique dit bien « confondre » et non « diviser ». C’est-à-dire semer la confusion dans les règles qui organisent le langage et permettent de se comprendre. Confondre les règles du langage interdit en effet de construire librement nos messages, de les échanger, de les opposer. Disparaît alors la liberté de proposer une pensée singulière à d’autres capables de la comprendre et de répondre avec pertinence et fermeté. Le dialogue cédant alors le pas à la cacophonie ou au consensus obligé.
Dans une telle perspective, je doute que la punition infligée aux constructeurs de la tour outrageante fut l’éclatement d’une langue unique en une pluralité de langues. Une telle décision aurait en effet accru la menace que représentait l’union de la langue et de la pensée humaine au lieu de la supprimer. Chaque langue particulière où qu’elle fût, quels que fussent ses utilisateurs aurait sans aucun doute repris à son compte le combat de la langue unique originelle : comprendre, comprendre ensemble en partageant les idées, en les confrontant par la parole . Le risque de subversion n’eût été alors que différé, car chaque langue, là où elle aurait prospéré, se serait érigée obstinément en rivale de la puissance divine. En bref, le résultat eût été de multiplier les tours comme avaient été multipliées les langues. J’aime à imaginer un dieu linguiste, qui aurait choisi une solution infiniment plus efficace et plus élégante : supprimer les conventions grammaticales qui donnaient liberté et sécurité de communication à la langue commune . La réponse divine à l’outrecuidance des hommes eût alors été la destruction de ce qui fait qu’une langue est fondamentalement un instrument d’échange, de partage et… de subversion : les règles grammaticales. Privés de grammaire, les hommes en eussent alors été réduits au consensus mou, au théologiquement correct . Car les mots, lorsqu’ils ne sont pas guidés par de claires directives grammaticales, glissent sur la pente la plus banale, la plus attendue, la plus prévisible : l’unanimisme interprétatif remplaçant les règles conventionnelles qui seules peuvent porter avec exigence chaque pensée singulière. Comment alors évoquer sans la force et la précision de la grammaire l’inattendu, l’inédit, l’inouï ; c’est-à-dire ce qui justement suscite une réponse, une contradiction, un accord ou une critique ; ce qui aiguise les intelligences qui se frottent les unes aux autres tout en se respectant. Ayant débarrassé la langue de cette grammaire séditieuse, Dieu eût pu alors dormir tranquille ; aussi tranquilles que dorment les dirigeants politiques pour qui l’affaiblissement de la langue est la meilleure garantie d’une contestation rendue muette. Ne l’oublions pas ! Un peuple privé de la puissance du verbe sera aussi docile, aussi crédule, aussi oublieux de la paix que le furent les hommes de BABEL une fois que Dieu eut rendu leur langue orpheline de sa grammaire.
Lorsque Dieu infligea à la langue commune une cuisante défaite, il scella du même coup la défaite de la pensée. De génération en génération nous avons à relever le défi de BABEL. Préserver notre langue de la confusion et de la division afin de construire notre intelligence collective ; celle qui se nourrit des propositions les plus diverses, les plus incongrues, les plus justes comme les plus fausses, les plus magnifiques comme les plus hideuses. C’est cette intelligence collective lentement purifiée au fil de l’Histoire qui a sans cesse tenté de répondre à la question : « Pourquoi les choses sont ce qu’elles sont ? » C’est elle qui a percé les secrets scellés, qui a forcé les territoires interdits et investi les voies impénétrables . C’est elle que nous avons chacun à transmettre à nos enfants afin qu’ils l’interprètent, la modifient et la rendent toujours plus juste et toujours plus utile à tous.
Première partie
La chute de BABEL : une langue qui nous divise
Tout ce qui nous divise en groupes sourds les uns aux autres, tout ce qui nous incite à ne faire don de notre parole qu’à ceux qui nous ressemblent ; en bref, tout ce qui nous dissuade ou nous rend incap

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text