186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Patois de Megève • Le Patwé de Mezdive , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Patois de Megève est une monographie du parler de ce canton de Haute-Savoie. L’étude de terrain, effectuée dans les années 1970, témoigne du trésor lexical qu’offre l’aire linguistique « franco-provençale », une aire qui englobe le Forez, le Lyonnais, la Franche-Comté, la Suisse romande, le Val d’Aoste italien et la zone non-provençale du Dauphiné.


Tout ce que les Mégevans m’ont appris de leur dialecte et de leur vie quotidienne ancestrale, lors de trois ans d’enquête (1976-1979), constitue l’essentiel de ce livre. Le choix de la « graphie de Conflans » des transcriptions, simplification respectueuse de la phonétique, rend la lecture aisée pour tout lecteur. Le chapitre d’introduction, quant à lui, situe géographiquement et historiquement ce parler haut-savoyard.


Vous donner envie de prêter une attention attendrie à cet héritage, témoin de notre histoire linguistique romane (variantes dialectales régionales héritées du latin) : voilà l’ambition partagée avec mon éditeur.


En compagnie de ce livre, vous voyagerez au pays du Mont-Blanc en un temps où le parler local et de communication entre les villages faisait encore entendre ses particularités. Tournures lexicales dont certaines demeurent dans un français régional, fier de nommer en patois ses plats savoyards : « la tartiflette », « le farchon », ou encore « les pormonaises » ; « Arvi pa ! : Au revoir ! ». Toute une ethnographie régionale à découvrir !


D’origine parisienne, Christine Guyot-Clément (née en 1946), après une licence de linguistique générale, a mené son enquête en dialectologie : c’était lors d’un séjour avec sa famille à Megève entre 1973 et 1980. Elle a accompli toute sa vie professionnelle dans l’enseignement : français langue étrangère (FLE) à l’ICP de Paris (ILCF) et à Middlebury College (Vermont) ; didactique à Paris III et à l’étranger, lors de missions pédagogiques. Elle est l’auteur de méthodes d’enseignement du français langue étrangère chez Didier-Hatier, au Livre de Poche et chez Belin.


Cette étude a fait l’objet d’une thèse de IIIe cycle, soutenue en 1980 à l’université de Grenoble III. Le présent ouvrage en est la version adaptée pour un large public.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782824055589
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0090€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

ISBN

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2020
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.1040.3 (papier)
ISBN 978.2.8240.5558.9 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

Christine GUYOT-CLEMENT




TITRE

Le patois de Meg è ve Le patw é de Mezdive





Meg è ve en hiver (2019).
Remerciements
E n hommage à mes informateurs :
M me Clarisse EMONET et M. Louis EMONET, Chemin du Bandu, 74120 Megève.
M. REY du Moulin « Sous la cour » à Flumet 73590.
M. Alfred MORAND, menuisier à Megève en 1979.
M. Lucien ALLARD de la ferme « Rosalie » au Mont d’Arbois à Megève.



Avant-propos
Q u’allez-vous lire ? Une étude dialectale du patois de Megève, faite dans les années 1970, plus exactement de 1976 à 1979, dans ce bourg bien connu et merveilleusement situé sur un plateau de 1.100 m d’altitude, face à la cha î ne du Mont-Blanc, en Haute-Savoie.
Cette étude fut ma thèse en dialectologie mise en pratique grâce à la compétence et à la bienveillance de mon maître Gaston Tuaillon. Il dirigea et stimula cette étude selon les principes et la méthode de l’enquête de terrain (université de Grenoble III, département de dialectologie).
Pour faciliter la lecture et situer cet héritage oral savoyard, riche de ses origines latines, nous donnons en introduction les cartes linguistiques de l’Europe. Cela permet de bien comprendre que le patois de Megève illustre, à l’instar d’autres patois de France, la tradition orale qui a su, au fil des siècles, des héritages locaux et de communication, garder précieusement les termes appropriés à leur environnement alpin au plan de la géographie, du climat, de la végétation, et bien évidemment des activités humaines qui s’y sont développées. Ainsi, la richesse des mots employés pour parler des vaches ou des labours montre à quel point cette langue sait marquer les différences : un sol bien placé – généralement horizontal face à un sol en pente bien plus difficile à labourer où la terre a tendance à glisser, il faut donc la remonter. Ou encore, avec quelle précision, les termes de la charpente attestent d’un savoir faire professionnel même si le toit était monté avec l’aide des voisins et des amis des voisins pour hisser et dresser cette charpente en bois, façonnée et mesurée toutefois par le charpentier.
A lire ce lexique qui renvoie souvent à des us et coutumes, des manières de faire, on ne peut qu’être émerveillés de l’adéquation des mots et des usages. Ceci n’est pas propre au patois de Megève. Il s’agit de l’héritage fondamental d’une langue parlée qui sait nommer les choses pour s’en servir, mais qui sait y imprimer son habitude articulatoire originale : trait phonétique servant à « marquer » de son sceau non pas graphique mais distinctif oral son héritage. Ce qui frappe à Megève et dans toute la vallée de l’Arly, c’est cette « marque » de l’évolution du « ka » palatal latin en « st » au lieu du « ts » attendu selon l’évolution du latin au français (cf. note 8). Un exemple simple pour expliquer cette originalité du patois de Meg è ve. Dans la transformation attest é e du «  ka  » palatal (c’est- à -dire prononc é avec le voile du palais) «  caballus  » se transforme en «  tsevo  » pour s’adoucir ensuite en cheval. A Meg è ve, le cheval se dit «  stevo  » comme caminus, le chemin se dit «  stemin   » ou encore « «  canem, le chien se dit «  stin  » etc. Cette particularit é est attest é e : la carte n °  4 du chapitre I er vous en donne son aire d’extension g é ographique, tr è s limit é e à l’Arly et à son cours.
Nous avons enrichi notre th è se qui offrait d é j à un lexique patois — é tymologie latine, d’un lexique patois-fran ç ais. Cette demande de notre é diteur n’a fait que confirmer et renforcer ce que nous avions é tudi é : souvent il n’y a pas d’ é quivalent propre en fran ç ais au mot en patois. Pourquoi ? parce que le patois d é crit avec une grande pr é cision des ph é nom è nes atmosph é riques l à o ù le fran ç ais ne les nomme pas : exemple du verbe «  bizvola  » qui indique que le vent souffle dans vos oreilles ; ou encore celui de la vache quand elle est «  triste  » sur le pr é : la vache se morfond , le tot (a) gon-n(e).
Cette richesse lexicale du patois prouve souvent que le parler local, en ad é quation avec son cadre alpin et agricole, a su garder des mots du latin, verbes ou adjectifs, oubli é s du fran ç ais.
Regardez la table des mati è res et ouvrez ce livre, l à o ù bon vous semble.
Vous lirez et apprendrez que ce patois savoyard atteste de la grande richesse de cette aire franco-proven ç ale.
La dimension r é gionale, vivace aujourd’hui, de la conservation du patois s’exprime dans les sites donn é s en fin de volume en sitographie.
Pour finir cet avant-propos destin é au lecteur : un souhait ! Sans devenir des dialectologues patent é s, sachez observer et soyez attentifs à ces langues r é gionales car, en France comme ailleurs, elles vous apprennent l’histoire culturelle des villages. Leur originalit é et leur vie locale est, oh combien, bonne à conna î tre pour qui veut conna î tre ces villageois, habitant ces lieux magnifiques, qui, bien que devenus touristiques, savent garder pr é cieusement leur caract è re original traditionnel et ancestral (1) .


Deux associations oeuvrent en ce sens à Megève même :
- Association pour la connaissance de l’art et des traditions savoyardes 84 rue Charles Socquet à Megève 74120 depuis 2015 ;
- Association « Megève, vie et mémoire » présidée par Mr Alain Arnod Prin qui publie des carnets sur la vie de Megève autrefois dont un n° 5 sur Le patuè mezdevan en 2016.


Introduction
C e livre propose donc le texte de ma th è se de linguistique romane, soutenue en 1980 à l’universit é de Grenoble III sur le patois de Meg è ve, sous la direction de mon professeur Gaston Tuaillon. Je l’ai augment é e d’un chapitre (le premier) : le public non sp é cialiste pourra ainsi s’engager dans une bonne compr é hension de la valeur historique, culturelle et patrimoniale de ces parlers locaux qui font la richesse de notre territoire national et r é gional.
Elle est transcrite selon la graphie de Conflans (2) . Elle est le fruit de trois ann é es de recherche, de 1976 à 1979.
Les entretiens hebdomadaires ont eu lieu chez Clarisse et Louis Emonet au lieu dit du Banchet, Commune de Demi-Quartier, à Meg è ve. La version audio a é t é mise au format é lectronique gr â ce aux Archives de Savoie à Chamb é ry. Ces archives sonores sont d’une grande importance linguistique puisqu’on y entend les voix des informateurs, si attentifs à rendre compte de leur patois : une langue orale tr è s riche, h é riti è re du latin.
Hommage leur soit rendu ! Avec pr é cision et attention, ils ont eu cette immense bienveillance à mon é gard. Je n’étais qu’une jeune é tudiante non savoyarde, mais anim é e par le d é sir et la volont é de conna î tre ce parler, t é moin d’une richesse ancestrale.
De nos jours, ce patois demeure un h é ritage incontournable et c’est pourquoi, pour ceux et celles qui veulent le conna î tre plus avant, nous avons transcrit notre é tude linguistique pour la leur rendre accessible.
Toutes les conventions de transcription de l’oral à l’ é crit sont expliqu é es dans la premi è re partie du livre. La table des mati è res vous informe sur les contenus, essentiellement phon é tiques et grammaticaux au d é but. Le c œ ur est constitu é du lexique qui souvent se d é veloppe pour laisser ent

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text