335 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le français pour et par la diversité et l'éducation plurilingue et interculturelle , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
335 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les 41 contributions au volume 5, venues de 27 pays, témoignent de l'importance de la prise en compte de la diversité dans l'enseignement du français, de différents points de vue, et de l'intérêt qu'y attachent les professeur.e.s de français. Il ne s'agit pas seulement de diffuser le français mais de s'inscrire dans des situations locales très diversifiées en examinant de façon minutieuse leurs caractéristiques, tant sur le plan des pratiques didactiques que des représentations qui documentent les projets d'appropriation de leurs élèves et étudiants. Les textes réunis insistent sur différentes modalités pour mettre en oeuvre un enseignement du français incluant des formes d'éducation plurilingue et interculturelle. Celles-ci se déclinent de diverses façons en recourant par exemple à des démarches contrastives, à des approches plurielles, à des entrainements à l'intercompréhension. Elles renouent aussi, dans un certain nombre de cas, avec un intérêt pour des activités mobilisant la littérature et la traduction, en valorisant une réflexion sur ce qui advient " entre les langues ", dans une perspective non plus seulement inter- mais aussi alter- linguistique et culturelle.

Informations

Publié par
Date de parution 01 août 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782363157317
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0020€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Les actes du XIV e Congrès mondial de la FIPF comptent 9 volumes :
I - Le français pour les jeunes, le français par les jeunes
II - L’enseignement du français entre tradition et innovation
III - Le français langue des sciences et langue de scolarisation
IV - Le français à l’ère du numérique
V - Le français pour et par la diversité et l’éducation plurilingue et interculturelle
VI - Le français pour et par le plaisir, l’esthétique et l’épanouissement personnel
VII - Le français pour et par le lien social : cohésion et convivialité
VIII - Le français pour et par une classe active et ouverte
IX - Le français pour et par un enseignant performant
Infographie - Typographie : (Fandène, Sénégal)
© 2018, Fédération Internationale des Professeurs de Français


Les textes sont publiés sous la responsabilité de leur(s) auteur(s). Les analyses et les jugements qui y sont exprimés sont ceux de l’auteur (ou des auteurs) et ne sauraient être considérés comme ceux des éditeurs ou de la FIPF.


Conformément aux Résolutions du Congrès de Liège, l’orthographe rectifiée a été adoptée dans les neuf volumes des Actes.


Des Résolutions ont été adoptées lors du Congrès mondial de Liège de la FIPF. Retrouvez le texte complet de ces Résolutions dans le volume 1 des Actes du congrès et sur http://fipf.org/




INTRODUCTION
Le très grand nombre de contributions à ce volume, venues de toutes les régions du monde, témoigne de l’importance de la prise en compte de la diversité dans l’enseignement du français, de différents points de vue, et de l’intérêt qu’y attachent les professeur.e.s de français. Il ne s’agit pas seulement, pour ces enseignantes et enseignants, de diffuser le français, mais de s’inscrire dans des situations locales très diversifiées en examinant de façon minutieuse leurs caractéristiques, tant sur le plan des pratiques didactiques que des représentations qui documentent les projets d’appropriation de leurs élèves et étudiants.
Les textes réunis insistent, en fonction de ces aspects, sur différentes modalités, jugées localement plus particulièrement adéquates et pertinentes, pour mettre en oeuvre un enseignement du français incluant des formes d’éducation plurilingue et interculturelle.
On ne peut que souhaiter, dans le prolongement de ces travaux et grâce aux réflexions qu’ils peuvent susciter, que se développent des pistes pour une éducation plurilingue et interculturelle qui ne se limite pas aux aspects de surface de cette diversité, qui ne la réduise pas à des composantes réifiées et essentialisées, mais qui en prenne en compte ses dimensions profondément instabilisantes et ses enjeux en termes de valeur : le plurilinguisme et l’interculturel ne consistent pas à additionner des langues et des cultures, à les collectionner, à les exhiber. Il se traduit par une autre manière d’être aux autres en langues et en cultures.
Celles-ci se déclinent de diverses façons, désormais assez bien connues, en recourant par exemple à des démarches contrastives, à des approches plurielles, à des entrainements à l’intercompréhension. Elles renouent aussi, dans un certain nombre de cas, avec un intérêt pour des activités mobilisant la littérature et la traduction, en valorisant une réflexion sur ce qui advient « entre les langues », dans une perspective non plus seulement inter-, mais aussi alter-linguistique et culturelle.
Pour ce qui regarde la question de l’éducation interculturelle, on relève d’abord la volonté d’élargir à l’ensemble de la francophonie une curiosité longtemps centrée sur la seule France dans nombre de manuels de FLE historiques. Cet intérêt pour la variété culturelle impose souvent le classique repérage des représentations initiales des apprenants sur les pays francophones et l’analyse des stéréotypes les plus fréquents. La découverte interculturelle ainsi suscitée débouche tantôt sur une réflexion autour du rôle de médiateur culturel joué par le professeur de français – particulièrement lorsque les réalités francophones rencontrent des cultures radicalement différentes, tantôt aussi, dans les pays qui ont connu une histoire récente particulièrement agitée, sur une exploration d’identités collectives perçues comme mouvantes et même fragiles. Enfin, plusieurs auteurs affirment la nécessité, en matière d’éducation interculturelle, de contextualiser celle-ci et de l’adapter aux besoins du public cible local, qu’il s’agisse des professeurs de français en formation ou des élèves eux-mêmes.
Pour terminer ce très bref tour d’horizon, on notera une absence significative : celle de réflexions portant sur l’enseignement du français en France ainsi que dans d’autres pays ou régions où le français est langue officielle : comment, en effet, prôner la diversité à l’extérieur lorsque, à l’interne, est exclue toute co-officialité avec les langues locales et que la francisation des migrants doit s’effectuer sans recours à d’autres langues ? Le même constat s’impose s’agissant de l’éducation à l’interculturel comme si cette question était, d’office, réservée aux pays non européens et risquait de remettre à l’agenda, le questionnement (trop sensible, politiquement ?) sur le type d’intégration culturelle des migrants que pourraient choisir les pays francophones européens.
En filigrane des études et descriptions qui composent ce volume et qui dessinent un paysage contrasté, certaines constantes transparaissent. L’éducation plurilingue et interculturelle y apparaît dans de nombreux cas comme une voie obligée qui, sauf dans de rares exceptions, serait en elle-même nécessairement positive, sans se poser la question des enjeux qui peuvent y être associés ni des significations potentiellement conflictuelles qu’elle peut engendrer dans certains lieux et situations.
Le plurilinguisme et l’interculturel, pensés comme des antidotes à l’idéologie profondément monolingue et monoculturelle de la plupart des États, semblent ainsi être devenus, dans les dernières années, une sorte de doctrine, portée notamment par les Institutions européennes et largement diffusée bien au-delà, y compris dans des environnements où « plurilinguisme » et « interculturel » renvoient à des rapports au monde et à des modes relationnels très différents de ce qui est fréquent dans une grande partie de l’Europe.
On peut constater, à la lecture des textes, que la portée subversive que pouvait avoir la notion de compétence plurilingue et pluriculturelle, lorsqu’elle a été conceptualisée en 1997, s’est depuis bien estompée, au profit d’un « allant de soi », d’un emblème dont on n’interroge le plus souvent que très peu les soubassements, les enjeux, les conséquences.
On ne peut que souhaiter, dans le prolongement de ces travaux et grâce aux réflexions qu’ils peuvent susciter, que se développent des pistes pour une éducation plurilingue et interculturelle qui ne se limite pas aux aspects de surface de cette diversité, qui ne la réduise pas à des composantes réifiées et essentialisées, mais qui en prenne en compte ses dimensions profondément instabilisantes et ses enjeux en termes de valeur : le plurilinguisme et l’interculturel ne consistent pas à additionner des langues et des cultures, à les collectionner, à les exhiber. Il se traduit par une autre manière d’être aux autres en langues et en cultures.
Véronique Castellotti , Université de Tours
Vincent Louis , Université libre de Bruxelles


Le français, lingua franca d’une éducation interculturelle dans une société multiculturelle
Mohammad-Rahim Ahmadi
Iran 1 Introduction
Les étudiants iraniens viennent d’un creuset multiculturel fermé souvent à l’interculturel, au dialogue même entre les cultures régionales de l’Iran. Le curriculum scolaire et universitaire iranien, comme la majorité des pays, n’accorde pas tellement de place à l’interculturel et par conséquent et malgré les réalités de la société iranienne d’aujourd’hui, les enseignants aussi à divers niveaux, ignorent cette question. Au lieu de chercher à gommer la diversité linguistique et culturelle, il faut préparer les jeunes apprenants, à saisir d’abord les modes de représentation des langues qu’ils pratiquent (langues de départ et d’arrivée) et ensuite, à l’instar d’un polyglotte et d’un polytraducteur, via une langue de liaison culturelle et interculturelle, à « penser dans l’esprit de plusieurs peuples » (Liebhard, cité par de Oliveira, in Ballard, 1998 : 237) par un dialogue interculture

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text