160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Vocation de l’écriture , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il y a dans la violence que doivent aujourd’hui affronter nos sociétés une dimension propre à la langue. Quiconque a fait l’apprentissage de l’éducation doit reconnaître au creux de sa propre expérience la manière dont la langue façonne, modèle, impose. Quant au XXe siècle, il s’est chargé de nous montrer comment la langue peut condamner à une mort certaine. C’est cette dimension propre au langage que se propose d’explorer le philosophe Marc Crépon, convaincu que le nœud de toute violence tient d’abord dans la langue et l’usage que nous en avons. S’il chemine avec Kafka, Lévinas, Singer ou Derrida, ce n’est pas seulement parce que chacun d’entre eux s’est en son temps insurgé contre les détournements de la langue, préludes aux plus grands crimes commis contre l’humanité, constituant un réservoir d’expériences, pour prévenir les prochains massacres. C’est aussi parce que leur œuvre affirme la vocation de l’écriture : celle qui fait de la littérature et de la philosophie l’arme ultime pour démasquer, au coeur de la langue, la violence et la haine dont celle-ci est porteuse. Affirmer la vocation de l’écriture, c’est retourner la langue contre elle-même, désamorcer ses potentialités meurtrières en l’ouvrant à l’échange, à la responsabilité, à l’humanité, quand celle-ci se fixe autrui et le monde comme buts. Normalien, agrégé de philosophie, Marc Crépon est directeur de recherches au CNRS et directeur du département de philosophie à l’École normale supérieure. Il a notamment publié Le Consentement meurtrier. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 mars 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782738171931
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1050€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , M ARS  2014 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-7193-1
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
S OMMAIRE
Couverture
Titre
Copyright
Introduction - Pratiques du langage et expérience de la violence
I. Éducation
II. Héritages
III. Discriminations
IV. Éveil de la politique
V. La préoccupation
VI. L’amour et l’amitié
VII. L’agression
VIII. La Shoah
IX. Les livres
IX. La littérature et la philosophie
X. Corpus
Chapitre I - La connaissance de soi - (Une lecture des Journaux de Kafka)
I. L’impossible connaissance de soi
II. Le tribunal de l’écriture
Chapitre II - L’impossible anamnèse - (Kafka et Derrida)
I.
II.
Chapitre III - Partages de la singularité - (Celan-Derrida)
I. La singularité des dates
II. Le temps de l’autre
III. Circoncision de la parole
Chapitre IV - D’une constellation - (Lévinas, Derrida, Blanchot, lecteurs de Celan)
I.
II.
III.
IV.
V.
Chapitre V - « Cette tumeur dans la mémoire » - (Lévinas)
I.
II.
III.
Chapitre VI - De la honte - (Lévinas)
I.
II.
III.
Chapitre VII - « Un balancier au-dessus de l’abîme » - (Victor Klemperer et la langue du IIIe Reich)
I.
II.
III.
IV.
Chapitre VIII - Dupe de la violence ? - (Une lecture de Sartre)
I.
II.
III.
IV.
Chapitre IX - « L’esprit du récit » - (Une lecture de Kertész)
I.
II.
III.
Chapitre X - « Survivre » : le roman - (Une lecture du Journal de galère de Kertész)
I.
II.
III.
IV.
V.
Chapitre XI - Un profond sentiment de protestation - (Une lecture de Singer)
I.
II.
III.
Chapitre XII - « Et personne ici ne sait qui je suis » - (La voix des émigrants : Arendt, Sebald, Perec)
I.
II.
III.
Chapitre XIII - De la peur de mourir - (Trois récits russes)
I.
II.
III.
Remerciements
Du même auteur
Introduction

Pratiques du langage et expérience de la violence

I. Éducation
L’orage gronde entre les murs de la cuisine. L’enfant, accoutumé, a traversé le hall en rentrant de l’école, monté l’escalier en silence et s’est enfermé dans sa chambre qui donne sur la cour, à l’ombre du marronnier. Il sait que l’éclair des phrases coupantes et le tonnerre des reproches et des récriminations blessantes ne tarderont pas à le rejoindre. Il connaît tout des emportements, des sautes d’humeur, de la colère injustifiée, qui donnent au langage l’étrange pouvoir de se retourner en arme de destruction intime. Il est habitué aux cris, aux éclats de voix, aux jugements tranchés, aux verdicts définitifs qui transforment l’affection en tribunal et brisent le peu de confiance qu’il pouvait garder dans sa capacité à détourner la foudre avec les mots de tous les jours. Maintes fois, il en a fait l’expérience : tout ce qu’il pourrait dire pour sa défense est susceptible de se retourner contre lui ; il n’y a pas d’argument qui tienne quand la parole aimée, dont il attendrait secours et protection, souffle au contraire un vent de tempête. C’est alors que ses propres phrases, à peine écoutées, à peine entendues, aussitôt contredites, sont balayées tels des fétus de paille, comme si elles ne méritaient pas l’attention que tout attachement réclame. Il ne le sait encore qu’intuitivement, mais il ne cessera de l’apprendre : toute relation affective est hantée par la possibilité de ces soudaines coupures, de ces interruptions et renversements brutaux qui logent la violence au cœur du rapport que nous entretenons avec le langage, dès nos premiers pas dans la vie, fragilisant toutes les relations qui font le tissu de l’existence.
Mais c’est aussi sur les bancs de l’école qu’il en fait l’expérience. Toute maîtrise, à commencer par celle du langage, est indissociable des contraintes et des sanctions qu’imposent les exercices censés l’assurer et la contrôler. Elle en cumule et garde les traces, année après année. Toutes ces phrases, ces tournures, ces façons de dire et de penser, ces capacités d’expression qu’on lui demande de s’approprier sont à ce prix : elles ne s’imposent pas à lui, elles ne le façonnent pas autrement que par la discipline que leur apprentissage exige, la discussion qu’il bride, le commentaire qu’il interrompt. L’enfant ne devient celui qu’on lui demande d’être, au fil des jours, qu’en suspendant, du matin jusqu’au soir, toute contestation des règles, en s’interdisant toute initiative intempestive, toute invention, toute échappée de parole et, plus tard, d’écriture, qui voudrait s’en affranchir. Il apprend, durant d’interminables journées, à se taire, autant qu’à parler, à mimer l’attention, la concentration, l’intérêt, alors même que tout, dans ces opérations répétées, pousse à la distraction et à l’évasion. Telle est la loi de toute instruction, de toute éducation et de toute formation. Elle emprisonne celui qui se prête à ses règles en même temps qu’elle le libère. L’enfant prend tous les matins le chemin de l’école, du collège puis du lycée. Il descend l’escalier, enfourche son vélo, traverse la voie de chemin de fer, conscient que les vertus pacifiques de la parole qui enseigne, la joie qui en résulte, la consolation, l’apaisement, les encouragements qu’il aimerait recueillir de la bouche des maîtres, quand il bute sur une difficulté, ne sont jamais assurés de l’emporter sur leur impatience, leur lassitude et leur irritation. S’il quitte la maison l’esprit serein, il n’est pas exclu qu’il y revienne le soir, le cœur lourd et découragé, tant il appréhende, à sa place, les paroles qui sanctionnent ses hésitations, ses oublis ou ses fautes, redoute celles qui lui intiment le silence ou le couvrent de honte et les notes, les appréciations qui tombent comme des couperets, quand il ne satisfait pas aux exigences imposées. Il sait bien qu’alors, il n’y aura pas d’excuse qui tienne, ni pour les maîtres ni pour son entourage, et que ses protestations, ses dénégations sinon ses ruses, ses déclarations d’intention, tout ce qu’il pourra dire de singulier qui lui tienne à cœur n’aura guère de poids devant la loi impérative et commune qui exige soumission, discipline et résultats – comme s’il était impossible que notre expérience du langage ne soit pas d’entrée de jeu prise au piège de l’évaluation et de la compétition des performances.

II. Héritages
Aussi la violence appartient-elle, par essence, à cette expérience, aux usages les plus familiers du langage comme à son apprentissage. Nul ne sait, au demeurant, de quoi fut faite sa première impression, quels cris intempestifs et quels chants mélodieux, quels moments de douceur et quels sursauts de brutalité ont laissés les premières traces. Chacun a une façon singulière d’user de sa langue, sans savoir comment il en a hérité, dans quelles circonstances, autrement dit, sa timidité ou sa volubilité, ces intonations particulières, ce rythme et ce débit, lent ou saccadé, ces tournures syntaxiques, ces expressions idiomatiques qui le distinguent aux yeux des autres sont devenus les siennes et donnent son timbre unique à sa voix. Chaque fois que nous parlons, nous n’avons ainsi qu’une maîtrise partielle et illusoire de ce qui sort de notre bouche. Alors que nous nous imaginons ne devoir qu’à nous-même les phrases que nous adressons aux autres, nous sommes tributaire de plus d’un héritage et nous nous plions à plus d’une loi que nous n’avons pas choisie. La famille et son système d’éducation, l’école et ses rites de passage, le milieu social et ses codes linguistiques, sans compter le quartier, la ville ou la région, sont autant de facteurs qui compromettent et contrarient l’idée confortable que nous pourrions nous faire de notre propre souveraineté, comme si rien, ni personne, aucune de ces forces, familiales, scolaires ou sociales, n’avait sa part dans ce que nous croyons dire et penser par nous-même. Le paradoxe est donc le suivant : en un sens, rien ne nous singularise davantage que notre rapport au langage ; et en même temps, rien ne témoigne autant du risque que nous courons en permanence d’un enfermement dans une langue qui n’est pas la nôtre. Aussi devons-nous admettre la dépendance qui en résulte comme une autre forme de « violence » inscrite au cœur de notre rapport à la langue. Si sa première manifestation, comprise comme récrimination, blâme et jugement, s’identifie à une menace, extérieure et néanmoins familière, qui retourne la sécurité du cercle familial ou scolaire – celle que, dit-on, garantit la langue maternelle – en insécurité, la seconde, entendue comme habitation, invasion et hantise de la langue des autres, possède chacun de l’intérieur. Dans le premier cas, nous sommes pris d’assaut par une langue que distingue, de façon soudaine et imprévisible, son pouvoir de destruction de la confiance qui nous est nécessaire. Dans le second, nous sommes exposé à un véritable « trouble de l’identité ». Qui sommes-nous, aussi assuré que nous soyons de notre propre existence, s’il n’y a rien, dans notre façon de parler, qui ne nous ait été, d’une façon ou d’une autre, imposé ; si tout ce que nous pouvons dire ne nous appartient pas vraiment et que nous ne sommes jamais celui que nous croyons être, trompé ou trahi par la langue, plus étrangère que nous ne l’imaginions, qui accompagne nos pensées ?

III. Discriminations
Mais la violence ne s’arrête pas là. Elle est liée à notre expérienc

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text