269 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La langue française et la loi , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
269 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis un siècle, le statut d'institution politique de la langue française a considérablement été renouvelé par de nombreux textes qui ont doté notre langue d'une gouvernance politique ou l'ont assorti d'une vaste bureaucratie nationale et internationale (la Francophonie). C'est dans la même période que s'est développé un imposant appareil de normes légales à travers lequel l'Etat oblige les personnes vivant en France, aussi bien les Français que les étrangers, ou bien à un patriotisme linguistique ou bien à un loyalisme linguistique. Enfin, nombreuses sont les immixtions du droit dans la consistance même de la langue, depuis les réformes de l'orthographe jusqu'au travail terminologique coproduit par les administrations et l'Académie française, en passant par les politiques d'"amélioration", ou de "simplification", de la qualité linguistique du droit, de la justice et de l'Administration. Ce que montre ce livre, c'est que cette emprise du droit est le nom d'une inquiétude linguistique nourrie par plusieurs facteurs politiques, qui vont de la domination internationale de l'anglais à la réaffirmation des identités régionales, en passant par l'intégration européenne, la "question immigrée", la desquamation de "l'art" de parler ou d'écrire le français. Cette emprise est néanmoins paradoxale dans la mesure où ce droit est à la fois le symptôme et le remède d'un mal diagnostiqué par Roland Barthes comme étant d'abord et nouvellement celui d'un défaut d'amour des Français pour leur langue. Comment passer du droit à la langue française institué par la loi à l'amour de la langue française ? Telle est, au fond, la question posée par cet essai.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 décembre 2017
Nombre de lectures 43
EAN13 9782356442307
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

DU MÊME AUTEUR
L’état d’urgence. La prérogative et l’État de droit (dir.), Institut Varenne-LGDJ, 2017.
E Pluribus Unum. Du creuset américain, LGDJ-Lextenso éditions, 2016, 408 p.
L’identité française et la loi. Une histoire politique, Lextenso, 2016, 424 p.
Libertés et droits fondamentaux , Berger-Levrault, 2015, 950 p.
Dictionnaire encyclopédique de l’État (en co-direction avec François Hervouët et Carlo Santulli), 2014, 1008 p.
Droit de la police et de la sécurité (dir.), Lextenso, 2014, 699 p.
Le droit américain dans la pensée juridique française contemporaine. Entre Américanophilie et Américanophobie (en co-direction avec Russel L. Weaver), Institut universitaire Varenne, 2013, 416 p.
La liberté d’expression en France. Entre nouvelles questions et nouveaux débats, Mare et Martin, 2011, 364 p.
© Enrick B. Editions, 2017, Paris
www.enrickb-editions.com Tous droits réservés Conception couverture : http://www.comandgo.fr/
ISBN : 978-2-35644-230-7
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans l’autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie. Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est interdite sans l’autorisation de l’éditeur.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À Claire À Sébastien À Claire
Avant-propos

Les avions en provenance ou à destination de la France doivent normalement offrir à leurs passagers la possibilité de s’exprimer en français. En 2006, un député, Jean-Louis Masson , s’était formalisé de ce que certaines compagnies aériennes exigent de leurs passagers en provenance ou à destination de la France que les plaintes relatives à la perte de bagages ou à d’autres dommages soient obligatoirement rédigées en anglais 1 . Le ministre des Transports avait alors répondu à l’honorable parlementaire d’abord en lui rapportant les règles légales définissant des obligations d’emploi du français, puis en le rassurant sur le fait que « selon les renseignements dont dispose l’administration de l’aviation civile, la grande majorité des transporteurs aériens étrangers respectent ces obligations lors des opérations de réservation, vente et émission de titres de transport se déroulant en territoire français. Les quelques cas de non-respect constatés par le passé, qui concernaient essentiellement la commercialisation via internet, ont été résolus depuis lors au bénéfice des clients » 2 . Plus de peur que de mal, le problème semblait circonscrit à « une compagnie étrangère desservant la France mais n’y disposant pas de représentation commerciale permanente, exigerait de ses passagers la rédaction en langue anglaise de toute réclamation auprès de son service clientèle, des dommages subis à l’occasion d’un vol en provenance ou à destination de la France ». « Cette situation, ajoutait le ministre, semble perdurer, ainsi qu’en attestent les informations figurant à ce jour sur le site internet de ce transporteur. Une telle pratique, sous réserve de l’appréciation des tribunaux, peut paraître contraire à la loi française ».
En 2012, ce fut plutôt la société Air France, « qui assure des vols nationaux au titre de service public », qui se vit reprocher de délivrer des récépissés de réservation de ses billets en anglais uniquement : «  electronic ticket passager itinerary receipt  ». « S’il est naturel pour une compagnie aérienne d’être accessible en bilingue français-anglais, s’était formalisé le député Pierre-Christophe Baguet , il est surprenant qu’une compagnie aérienne française ne fournisse pas tous ses documents en français ou en version bilingue, à plus forte raison pour ses vols nationaux vendus sur le territoire national. Cette situation est révélatrice des menaces qui pèsent sur la langue française notamment face à la banalisation de l’anglais. Aussi, il lui demande quelles mesures il entend prendre, afin de mieux préserver la langue française et la francophonie ». Cette fois, ce fut le ministre de la Culture et de la Communication qui répondit que le fait de délivrer des récépissés de réservation de billet en anglais uniquement est contraire à l’article 2 de la loi du 4 août 1994, relative à l’emploi de la langue française, et que « tout récépissé ou facture que la société Air France-KLM adresse aux passagers doit être rédigé en français, afin de leur apporter une information claire et compréhensible lors de la transaction commerciale. Une traduction dans une autre langue est possible, mais la présentation en langue française doit, dans ce cas, être aussi lisible et intelligible que la présentation en langues étrangères (article 4 de la loi de 1994) » 3 .
Les ministres des transports et de la culture s’en étaient donc remis à la loi. Comme d’autres ministres le font régulièrement ou comme le font les associations agréées de défense de la langue française lorsqu’elles saisissent les tribunaux pour des violations de l’obligation d’emploi de la langue française définie par la loi. C’est de cette relation particulièrement intime entre la loi et la langue française dont ce livre voudrait rendre compte. Cette relation est devenue si intense et systémique au XX e  siècle que les juristes conviennent de l’existence contemporaine d’un « droit de la langue française ». Globalement, ce droit a une dimension institutionnaliste et une dimension substantialiste. La première dimension désigne les institutions publiques ou privées préposées par les textes, et à des titres variables, à la défense, à la promotion ou à l’enrichissement de la langue française. La dimension substantialiste recouvre quant à elle, d’une part, les obligations et les conditions d’emploi de la langue française dans l’espace public ainsi que dans un certain nombre d’interactions sociales impliquant ou non des autorités ou des institutions publiques et, d’autre part, des normes et des dispositifs intéressés à garantir la « qualité » de la langue française.
De quoi ce « droit de la langue française » est-il le nom ? De l’importance de la question linguistique pour l’État-nation moderne sans doute, même si cette proposition est plus subtile dans la politologie linguistique qu’elle ne l’est dans les discours des acteurs publics. En effet, cette proposition juxtapose une dimension instrumentale, qui « renvoie à la fonction de communication et aux bénéfices économiques liés à la maîtrise d’une langue » et une dimension symbolique dans laquelle « la mobilisation de la langue comme expression d’une identité nationale distincte, à la fois au niveau des politiques étatiques qu’au niveau des perceptions des citoyens » 4 . De quoi le « droit de la langue française » est-il le nom ? De la question de la citoyenneté démocratique, avec le débat durable sur la question de savoir si cette citoyenneté est favorisée par le monolinguisme ou par le plurilinguisme. De quoi le « droit de la langue française » est-il le nom ? Sans doute aussi d’une nouvelle inquiétude linguistique, entre l’emprise globale de l’anglais, la reconnaissance et la patrimonialisation des langues régionales, l’intégration ou l’assimilation linguistique des étrangers et la crainte d’une « anarchie graphique » 5 généralisée par les moyens de communication offerts par la révolution numérique 6 .

1 . JO, Sénat, 19 octobre 2006, p. 2648.

2 . JO, Sénat, 29 mars 2007, p. 711.

3 . JO, Ass. nat., 17 avril 2012, p. 3017.

4 . N. Garcia , « Langue », in Mbongo (P.), Hervouët (Fr.), Santulli (C.) (dir.), Dictionnaire encyclopédique de l’État , Paris, Berger-Levrault, 2014, p. 600.

5 . Fr. de Closets, Zéro faute. L’orthographe, une passion française , Paris, Fayard, 2009.

6 . Sigles et abréviations : Al. (alinéa) – Art. (article) – Ass. nat. (Assemblée nationale) – Cass. (Cour de cassation) – CAA (Cour administrative d’appel) – CCIA (Code du cinéma et de l’image animée) – CE (Conseil d’État) – CESEDA (Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile) – CPI (Code de la propriété intellectuelle) – Cons. (Considérant) – JO (Journal officiel) – Lebon (Rec. CE) (Recueil

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text