101 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Citations latines expliquées , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
101 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Nous parlons latin sans le savoir... C'est pourquoi ce livre rassemble la plupart des citations latines aujourd'hui passées dans le langage courant : pour chacune de ces expressions, il propose une traduction moderne, suivie d'un commentaire qui en raconte l'histoire et la replace dans son contexte historique et culturel. C'est ainsi que l'on croise César, Cicéron, Horace et bien d'autres. La dernière partie de l'ouvrage est consacrée aux locutions juridiques. Facile d'accès et riche en informations, ce guide est une véritable introduction au monde antique en même temps qu'il aide à comprendre le monde qui nous entoure.



Plus de 300 citations - Une traduction moderne - Des explications vivantes






  • Introduction : Le latin, une merveille de concision


  • Première partie : Les locutions et expressions latines usuelles


  • Seconde partie : Les locutions latines juridiques


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 juin 2015
Nombre de lectures 48
EAN13 9782212271195
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0350€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Nous parlons latin sans le savoir… C’est pourquoi ce livre rassemble la plupart des citations latines aujourd’hui passées dans le langage courant : pour chacune de ces expressions, il propose une traduction moderne, suivie d’un commentaire qui en raconte l’histoire et la replace dans son contexte historique et culturel. C’est ainsi que l’on croise César, Cicéron, Horace et bien d’autres. La dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux locutions juridiques. Facile d’accès et riche en informations, ce guide est une véritable introduction au monde antique en même temps qu’il aide à comprendre le monde qui nous entoure.
Plus de 300 citations
Une traduction moderne
Des explications vivantes

NATHAN GRIGORIEFF est écrivain. Il a déjà publié plusieurs ouvrages consacrés à l’histoire et aux questions de société.
Nathan Grigorieff
Citations latines expliquées
Sixième tirage 2015
Éditions Eyrolles 61, Bld Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www.editions-eyrolles.com
Direction de la collection « Eyrolles Pratique » : gheorghi@grigorieff.com Maquette intérieure et mise en page : M2M
Cet ouvrage a fait l’objet d’un reconditionnement à l’occasion de son sixième tirage (nouvelle couverture). Le texte reste inchangé par rapport au tirage précédent.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de Copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2004, pour le texte de la présente édition © Groupe Eyrolles, 2015, pour la nouvelle présentation, ISBN : 978-2-212-55897-5
Dans la même collection
Sommaire

Introduction : Le latin, une merveille de concision
Première partie : Les locutions et expressions latines usuelles
Seconde partie : Les locutions latines juridiques
Bibliographie
Table des matières
I NTRODUCTION

Le latin, une merveille de concision
Je ne suis pas sans quelques connaissances de divers langages, mais aucun d’eux ne m’a jamais donné cette impression de rigueur, de concision, d’économie. Là où il nous faut toute une périphrase pour expliquer les choses, le latin, souvent, se contente d’un ou deux mots. Et tout est dit.
À d’autres donc le souci et la vanité d’émailler l’écriture ou la conversation de citations. Le jeu pourrait exciter. Mais bien souvent l’ignorance de l’interlocuteur vide le jeu de son ludisme. Donc ni souci de briller, ni celui d’établir un inventaire.
Une gymnastique mentale serait une approche plus vraisemblable. Se confronter en toute liberté avec la pensée latine, essayer avec des mots simples de la traduire, quel régal ! Quel bénéfice aussi, celui d’éprouver comme une épuration de notre expressivité trop souvent touffue, voire baroque. Un retour à l’essentiel.
Il faudrait, mais qui en aurait la constance ?, se raffermir et rafraîchir les idées, chaque matin, avec une maxime, une locution. Oui, une gymnastique mentale, pour se dérouiller l’esprit. J’en aurais peut-être la velléité, mais... Sic transit gloria mundi .
Un dernier mot. J’ai cru bon de fournir un très court portrait des principaux auteurs latins auxquels je fais référence. On y trouvera l’un ou l’autre auteur ou penseur grec, c’est que leur présence dans cette galerie m’a paru indispensable.
Première partie
Les locutions et expressions latines usuelles

Ab absurdo
Par l’absurde.
Expression latine qui signifie que la démonstration d’une proposition peut se faire en prouvant par l’absurde une proposition contraire.

Ab irato
Dans un mouvement de colère.
C’est l’ellipse d’une locution juridique latine évoquant la juste colère d’un homme apprenant qu’il est injustement spolié d’un héritage. La colère serait donc justifiée si elle procède d’un sentiment d’injustice. Songeons, par exemple, aux enfants, qui, avec leur sens inné de justice, subissent sans se plaindre une juste punition, mais protestent violemment contre une punition qui leur paraît inique ou partiale. L’expression française « la colère est mauvaise conseillère » dénonce les effets pervers d’une colère non maîtrisée. Rappelons à ce propos la phrase de Louis XIV, en réponse à une insolence de Lauzun : « Si je n’étais roi, je me mettrais en colère ».

Ab ovo
Depuis l’œuf.
L’expression est tirée de l’ Art Poétique d’Horace (65-8 av.J.C.). Horace y fait allusion à l’œuf de Léda dont serait sortie Hélène et qui serait, à ce compte, la plus lointaine origine de la guerre de Troie, à vouloir la raconter ab origine . On moque ainsi les trop prolixes exordes de ceux qui remontent à l’origine des temps pour rapporter le moindre fait. Relevons, au passage, l’expression « sorti de l’œuf » pour moquer ceux qui sont trop imbus d’euxmêmes. Enfin amusons-nous de l’éternel débat : est-ce la poule qui est sortie de l’œuf ou l’œuf de la poule ?


ARISTOTE
Philosophe grec, né à Stagire (Macédoine) en 384 av.J.C., mort à Chalcis en 322.
Il fut, pendant vingt ans, le disciple de Platon et donc l’héritier de la pensée socratique. Après la mort de Platon, il se réfugia dans l’île de Lesbos. Devenu le précepteur d’Alexandre, il revint à Athènes et y fonda sa célèbre École du Lycée, dite aussi péripatéticienne parce qu’il enseignait en se promenant ( peripatos = promenade, en grec).
C’est pendant ce séjour athénien qu’il composa la majeure partie de son œuvre. Son système repose sur une vision globale de l’Univers. Il recherche en tout l’Unité, grâce à un savoir encyclopédique embrassant toute la connaissance du temps. Il est le fondateur de la logique formelle. Son œuvre a non seulement imprégné toute la philosophie du Moyen Âge mais influencé aussi grandement les penseurs de l’Islam.

Abusus non tollit usum
L’abus n’exclut pas l’usage.
C’est une maxime de l’ancien droit romain et qui indique qu’il n’y a pas lieu de s’abstenir de quelque chose sous prétexte qu’on pourrait en abuser. Ainsi pourquoi se priver d’une consommation raisonnable de vin sous prétexte que le vin pourrait mener à l’ivresse ? Autrement dit : usons, mais n’abusons pas.

Abyssum abyssus invocat
L’abîme appelle l’abîme.
L’expression est tirée d’un psaume de David. Elle souligne l’enchaînement fatal des choses, le malheur appelant le malheur, une faute creusant le sillon d’une faute plus grave. À rapprocher, du moins dans le sens d’un enchaînement obligé : l’argent appelle l’argent.

Acta est fabula
La pièce est jouée.
C’était l’annonce rituelle du régisseur du théâtre antique pour signifier qu’une pièce arrivait à son dénouement. D’après l’historien romain Suétone (69-125 ap.J.C.), ce sont les paroles qu’aurait prononcées l’empereur romain Auguste sur son lit de mort. L’expression d’ailleurs ne va pas sans une certaine ironie sur soi-même. Rabelais, allant au bout de l’intention, aurait pu dire : la farce est jouée.

Ad absurdum
Jusqu’à l’absurde.
On rapprochera l’expression de ab absurdo (cf supra). L’expression indique que certains raisonnements, poussés à leurs ultimes conclusions, au nom d’une logique imperturbable, aboutissent à une complète absurdité. On pense à l’expression française : prouver tout et son contraire.

Ad augusta per angusta
Au grandiose par des voies étroites.
Mots de passe des conjurés au quatrième acte d’ Hernani de Victor Hugo. Outre la signification morale de l’expression, elle peut se prendre au pied de la lettre puisque les conspirateurs durent se faufiler dans d’étroits passages pour aboutir au tombeau de Charlemagne, lieu choisi pour l’assassinat de Don Carlos. L’expression infère donc que le triomphe n’est qu’au prix de grandes difficultés. Le Christ n’a-t-il pas dit qu’on n’accéderait au Royaume des Cieux qu’en passant par le chas d’une aiguille ?

Ad hominem / ad personam
Contre l’homme / contre la personne.
Développer un argument ad hominem revient à dire qu’on ne s’en prend pas à un homme pour ses idées, mais pour sa personne. Ce sont souvent les méthodes des campagnes électorales où tous les coups sont permis, souvent sous la ceinture, pour déstabiliser un adversaire politique. L’argument ad hominen vise à confondre son adversaire sur la base de sa propre argumentation, tandis que l’argument ad personam s’adresse à la personne privée, dans sa vie privée.


CATON l’Ancien
Homme d’État latin (234-149 av.J.C.). Il fut également l’un des plus grands écrivains de langue latine.
Son souci constant fut de lutter contre la dépravation des mœurs due à l’imitation du modèle grec. Par ailleurs il symbolisa la politique conservatrice et nationaliste du Sénat et s’opposa, par exemple, à l’expansionnisme carthaginois.

Ad libitum
Selon son plaisir.
Ancienne locution latine dont la signification souligne la liberté de chacun dans sa façon de procéder ou de consommer.
En musique le tempo est au gré de l’interprète.
Dans le langage courant la locution pourrait s’employer dans l’exemple suivant : au Club Med, les repas sont ad libitum , soit à la goinfrerie de chacun.

Ad usum Delphini
À l’usage du Dauphin.
C’est le visa donné aux éditions expurgées des classiques latins proposés à l’édification du Dauphin. L’expression stigmatise les ouvrages tronqués ou carrément arrangés pour les besoins d’une cause. L’expression signifie aussi, avec un sourire entendu, que le fait ou la plaisanterie rapportée a été édulcorée pour les oreilles sensibles.

Ad vitam æternam
Pour la vie éternelle.
D’où son sens dérivé : à jamais, pour toujours. On peut ainsi se jurer un amour ou une amitié ad vitam æternam .
Selon les croyances, cette vie éternelle serait, pour le bouddhiste par exemple, une éternité de néant, le Nirvana, où tout désir se dissout, ainsi que son corrolaire obligé, la douleur. Pour chrétiens et musulmans, c’est le Paradis qui a le visage de la vie éternelle, paradis peuplé de houris pour les fidèles de l’Islam, paradis irradié de la présence divine pour les adeptes du christianisme. Quan

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text