223 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

ORAL DE MATHÉMATIQUES DES GRANDES ÉCOLES - 132 EXERCICES CORRIGÉS ET COMMENTÉS , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
223 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Recueil de 132 exercices et leurs corrigés pour s'entraîner aux oraux des concours d'entrée des Grandes Écoles scientifiques.

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2023
Nombre de lectures 26
EAN13 9782820810090
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0498€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

ORAL DE MATHÉMATIQUES
DES GRANDES ÉCOLES
132 EXERCICES
CORRIGÉS ET COMMENTÉS

Sous la direction de Denis Monasse

Analyse vol. 3
Suites et séries de fonctions, séries entières

Bernard Randé

Avec l’aimable autorisation de
REVUE DE LA FILIÈRE
MATHÉMATIQUES

Comité de rédaction de la RMS
Guy Alarcon, Richard Antetomaso, Arnaud Basson, Yves Duval,
Rafik Imekraz, Romain Krust, Roger Mansuy, Denis Monasse,
Hervé Pépin, Bernard Randé, Franck Taieb, Alain Tissier,
Emmanuelle Tosel, Nicolas Tosel

EAN : 9782820810090
© rue des écoles, 2019
Éditions rue des écoles, 2 ter rue des Chantiers, 75005 Paris
Achevé d’imprimer en France par Dupliprint en août 2019
Dépôt légal : septembre 2019

Table des matières

Épreuves orales des concours : corrigés7
I. SUITES DE FONCTIONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
II. SÉRIES DE FONCTIONS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
III. SÉRIES ENTIÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105
IV. UTILISATION DE FONCTIONS PÉRIODIQUES. . . . . . . . . . . . . .185
V. INTÉGRALES PARAMÉTRÉES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

3

4

Épreuves orales des concours

RMS

Épreuves orales des concours

5

Préface
La RMS, anciennement Revue de Mathématiques Spéciales, désormais Revue de la Filière
Mathématique, a vu le jour en 1890 sous l’impulsion d’Henri Vuibert. Depuis cette date elle
a mis à la disposition des enseignants et étudiants de classes préparatoires aux grandes écoles
et de l’ensemble de la communauté mathématique, des articles, des problèmes corrigés, des
questions-réponses et des exercices d’oraux posés aux concours de l’année écoulée dont un
certain étaient corrigés pour leur intérêt mathématique ou pédagogique propre ou pour leur
originalité.
Ces exercices corrigés ont toujours suscité un grand intérêt des la part des lecteurs de
la RMS qui y trouvaient un instrument de travail de grande qualité. Même si la plupart des
bonnes bibliothèques mathématiques disposent de collections complètes de la RMS, il nous a
semblé intéressant de mettre à la disposition des enseignants, des étudiants et plus
généralement de l’ensemble de la communauté mathématique francophone des recueils des corrigés
parus au cours de ces 25 dernières années, regroupés par thèmes, après une relecture vigilante.
Dans ce laps de temps, les programmes des classes préparatoires ont évolué à plusieurs
reprises, si bien que quelques énoncés pourront apparaître comme "hors-programme". Il en va
de même de quelques solutions. C’est volontairement que nous avons renoncé à toute censure
de ce "hors programme" et que nous avons maintenu ces énoncés et ces solutions, d’une part
en raison de leur intérêt mathématique propre et de leur originalité et d’autre part parce que
les programmes ne sont pas figés et sont certainement appelés à évoluer dans les prochaines
années. On peut espérer que certains sujets dont on peut regretter la disparition finiront par
revenir au grand jour. Les programmes passent mais les mathématiques restent.
Les énoncés et corrigés réunis dans ce volume ont été soigneusement relus et
éventuellement corrigés par Bernard Randé, membre du comité de rédaction de la RMS. Certains
corrigés ont même été complètement réécrits. Cela a demandé à cet enseignant réputé un
travail considérable et le résultat est à la hauteur de ses efforts. Nul doute que chacun y trouvera
un instrument de travail d’une qualité exceptionnelle.
Nous voudrions remercier tout particulièrement les lecteurs qui nous ont proposé tout au
long des ces années des solutions aux exercices qui leur étaient proposés. Nous tenons à leur
rendre un particulier hommage et nous avons choisi de conserver dans ces recueils les noms
de ces lecteurs, même si nous avons été amené à réécrire certaines de leurs solutions dans un
souci d’homogénéité de ces ouvrages.
Nos pensées vont tout particulièrement à Jacques Chevallet et André Warusfel qui ont
contribué de manière décisive à la vie de la RMS et à sa rubrique des exercices corrigés. Un
grand merci également à Philippe Sylvestre et sa maison d’édition Rue des Écoles qui ont
permis la survie et le développement de la RMS.
Pour le comité de rédaction de la RMS, Denis Monasse, rédacteur en chef.
Avant propos de l’auteur

Ce recueil concerne le thème général des fonctions définies comme somme d’une série
ou comme intégrale dépendant d’un paramètre. Bien entendu, on retrouvera ces thèmes dans
d’autres ouvrages de cette série. De même, le découpage en cinq chapitres présente un côté

RMS

6

Épreuves orales des concours

arbitraire, puisqu’une série entière peut fort bien intervenir dans l’étude d’une intégrale à
paramètre.
Les notations sont standard en général. Dans les formules quantifiées, les virgules
respiratoires usuelles sont remplacées par des blancs oxygénés (bien entendu, aucune de ces
sémiotiques n’a la moindre valeur syntaxique). La notation:=l’égalité par dé-désigne «
finition ».Nous utilisons le mot français «démonstration »et non l’anglicisme «preuve »,
puisque ce dernier existe déjà en français et a un sens fort différent.

RMS

Épreuves orales corrigées
des concours d’entrée
aux grandes écoles

I. SUITES DE FONCTIONS

8

Épreuves orales des concours

Soit(fn)une suite de fonctions continues de[0,1]dansR.
On suppose que cette suite converge simplement vers une fonctionfet que, pour

toute suite(xn)de[0,1]convergeant vers un certainy, la suitefn(xn)converge
versf(y). Montrer la continuité def.
RMSAnnée 1996 - numéro 37.

Puisqu’une limite uniforme de fonctions continue est continue, il suffit de montrer le
Théorème.Soit une suite de fonctions(fn)de[0,1]dansRetfune fonction. On suppose
que, pour toute suite(xn)de[0,1]convergeant vers un certainy, la suite(fn(xn))converge
versf(y). Alors la suite(fn)converge uniformément.
Démonstration.On définitkϕk∞pour toute fonctionϕde[0,1]dansR; en particulier
kϕk∞= +∞siϕest non bornée. La convergence uniforme de la suite(fn)peut s’écrire

∀ε >0

{n;kf−fnk∞> ε}est fini.

Pour nier cette convergence, on affirme l’existence deε >0tel queA={n;kf−fnk∞> ε}
est une partie infinie deN.

Pour toutndeA, il existe doncxn∈[0,1]tel quef(xn)−fn(xn)> ε. De la suite
(xn)n∈Ade[0,1]; il existe une partie infinie, on extrait une suite convergenteBdeAtelle
que(xn)n∈Btend vers un certainy.
Posons, pour tout entiern,zn:=xmsimest le plus grand élément deBmajoré parn; par
constructionzn=xh(n)oùhest une fonction croissante deNdansB, qui tend vers+∞
en+∞. Donc(zn)tend versy. Il en résulte que(fn(zn))tend versf(y).

Or, pour toutndeB, on af(zn)−fn(zn)> ε. C’est contradictoire.cqfd

Soitfune application continue de[0,1]dansR.
Z
1
n
a)Étudier la limite de la suitef(t) dt.
n>0
0
b)Donner un développement asymptotique à deux termes de cette suite sachant

quef(0)existe.
RMSAnnée 1995 - numéro 371.

Solution par D. Saada
Z
1
n
PosonsIn:=f(t) dt.
0
a)Montrons que la limite de(In)n>0estf(0). Il suffit pour cela de vérifier, par passage à la
limite sous le signe de l’intégrale, que l’on dispose d’une condition de domination.Or

RMS

∀t∈[0,1]

n

f(t)6kfk∞

Épreuves orales des concours

9

ce qui assure que la limite de(In)n>0estf(0).
Z
1
1f(t)−f(0)f(x)−f(0)
b)Montrons queIn=f(0)+ dt+o(1/n). Posonsg(x) :=
n tx
0

avecg(0) =f(0);gest continue sur[0,1]. NotonsGune primitive deg. On a
Z
1

n n
n In−f(0) =nt g(t) dt.
0

Par intégration par parties,
Z
1
1
n n
n In−f(0) =tG(t)−G(t) dt.
0
0
Z

1

n
En vertu de la questiona, la limite deG(t) dtestG(0). La limite den In−f(0)
0
Z
1
est doncG(1)−G(0) =g(t) dt. C’est le résultat voulu.
0
Remarque 1.On peut affaiblir les hypothèses surfet préparer la voie à un développement
asymptotique deIn. On suppose seulement que
⊲la fonctionfcontinue ;
f(x)−f(0)
⊲la fonctionh:x7−→lnxa intégrable sur]0,1].
x
n
Par changement de variablet=u, on a
Z Z
1 1

1/n
n In−f(0)−g(u) du=u−1g(u) du.
0 0

−v
Comme1−e6vpourv>0, on a
Z
1
k
n In−f(0)−g(u) du6,

n
0
Z
1
oùk:=|g(u) lnu|du.
0


Cette méthode s’applique àf(x) =xouf(x) =−xlnx, bien quef(0) = +∞, et aussi

àf(x) =xsin(1/x)(f(0)n’existe pas).

Remarque 2.On peut obtenir un développement asymptotique deInavec des hypothèses
assez faibles. Commelnu60sur]0,1],

N−1
k N
X
lnu1|lnu|1
1/n
u−6.
k N
k!n N!n
k=0

RMS

10

Épreuves orales des concours

Z
1
N

On suppose l’intégraleg(u) lnuduconvergente. Alors,
0
ZN−1Z Z
1 1 1
X
1 1
1N/n k

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text