Séduction princière
115 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Séduction princière , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
115 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Croyez-vous aux contes de fées et aux princes charmants ?

Maïwenn, jeune couturière, a laissé ses illusions d’enfant loin derrière elle.

Empêtrée dans une carrière en coulisses qui ne décolle pas, le destin lui tombe dessus en envoyant un homme dans sa vie, et pas n’importe lequel : un prince.

Alors certes, Stephen est loin d’être charmant, il coche même toutes les cases du parfait playboy arrogant ! Néanmoins, il ouvre les portes de la célébrité à Maïwenn, en lui proposant un contrat professionnel.

Elle se doute qu’il cherche également à l’attirer dans son lit... Et de son côté, elle est loin d’être insensible à son charme dévastateur.

Saura-t-elle résister ou succombera-t-elle à cette tentation princière ?

Vous le découvrirez en voyageant aux côtés de Maïwenn de la capitale française au royaume de Ferya dans une romance qui vous fera rêver !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 décembre 2022
Nombre de lectures 13
EAN13 9782493219947
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

« Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur ou l’éditeur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. »
 
 
ISBN papier : 978-2-493219-95-4
ISBN numérique : 978-2-493219-94-7
©Lili Wild
 
Édition : Plumes de Mimi éditions, 122 rue de l’Argonne, 62117 Brebières.
Siret : 84469800100014
Dépôt légal : 12/2022
 
LILI WILD
 
J’écris depuis des années et je suis également une grande lectrice depuis mon plus jeune âge. Les romans me permettent de m’évader, tout comme les arts en général. Mon imagination déborde, je m’inspire de tout ce qui m’entoure et la seule chose qui me freine est le manque de temps. J’ai d’abord proposé mes écrits sur la plateforme de partage d’écriture Wattpad où j’ai eu de bons retours de mes lecteurs, ce qui m’a encouragée à envisager un avenir de papier pour mes romans.
 
Si la romance fait partie intégrante de toutes mes histoires, elle se décline sous plusieurs formes allant du feel good à la romance à suspense en passant par la dark romance. La Tentation de Maïwenn est mon premier roman publié mais d’autres vont suivre très rapidement !
 
N’hésitez pas à me suivre sur mes réseaux sociaux d’auteure pour être au courant de mes aventures livresques !
Profil Instagram : lili_wd_auteur
Profil Facebook : Lili Wild Auteure
 
 
 
 
 
À toutes les personnes qui prendront le temps
de tourner ces pages.
TABLE DES MATIÈRES
Chapitre 1 : Dans l’ombre de la scène
Chapitre 2 : Danse et envole-toi
Chapitre 3 : Ravie de vous rencontrer
Chapitre 4 : Coups du sort
Chapitre 5 : Née sous une bonne étoile
Chapitre 6 : Dans la gueule du loup
Chapitre 7 : Proposition (in) décente
Chapitre 8 : Voyage vers l’inconnu
Chapitre 9 : Instant vérité
Chapitre 10 : Bienvenue à Ferya !
Chapitre 11 : Rêve étrange
Chapitre 12 : Le cœur à ses raisons
Chapitre 13 : Que la raison n’ignore pas !
Chapitre 14 : Une seconde d’éternité
Chapitre 15 : Invitation
Chapitre 16 : Une bonne fée pour marraine
Chapitre 17 : Une apparition
Chapitre 18 : Jalousie
Chapitre 19 : Tempêtes
Chapitre 20 : Embrasse-moi sous la neige
Chapitre 21 : Amour sensuel
Chapitre 22 : Quand arrivent le regret et l’amertume
Chapitre 23 : Les lendemains sont parfois difficiles
Chapitre 24 : Discussions houleuses
Chapitre 25 : Tendresse
Chapitre 26 : Rapide déconvenue
Chapitre 27 : Un temps pour une robe
Chapitre 28 : Faire bonne figure !
Chapitre 29 : En route vers le succès !
Chapitre 30 : Entrevue mouvementée
Chapitre 31 : Encore
Chapitre 32 : Possession
Chapitre 33 : Révélation
Chapitre 34 : La vie est belle ?
Chapitre 35 : Dire au revoir
Chapitre 36 : Une histoire à succès
Chapitre 37 : De l’amour à Paris
Chapitre 38 : Préparation
Chapitre 39 : Déclaration
Chapitre 40 : Fin heureuse
Chapitre 41 : Ou pas
Chapitre 42 : Un choix difficile à faire

 
PRÉFACE
— C’est à présent au tour de la princesse Leila de danser avec le prince Rémi ! clame d’une voix grave et sérieuse la petite Maïwenn, tandis qu’elle fait avancer avec cérémonie sa poupée sur un tapis rouge imaginaire.
 
La poupée en plastique a de longs cheveux blonds bouclés et un sourire figé. Les bras tendus en avant, elle déambule sous le regard pétillant de l’enfant. La princesse Leila est vêtue d'une robe en tulle, parsemée de petites paillettes argentées, celles-ci ont été collées à la main, le résultat est empli d’imperfections. Malgré cette absence de finitions et d’élégance, pour le prince Rémi, elle demeure la plus belle de l’histoire. Une histoire parmi tant d’autres que s’est inventées Maïwenn.
Une dizaine de poupées semblables à Leila patientent en position assise, le long du mur. La seule chose qui permet de les différencier : leurs robes. On remarque au premier coup d’œil qu’il s’agit de l’œuvre maladroite d’une enfant. Les tissus ont été coupés à l’aide d’un ciseau d’école et des fils pendent de toutes parts. Cependant, l’ensemble demeure assez harmonieux et Maïwenn s’en contente, elle est satisfaite de ses œuvres. Elle les a conçues avec la machine à coudre que sa grand-mère, Diana, lui a offerte pour ses huit ans. Diana travaille dans un atelier de couture depuis une quarantaine d’années. Son employeur a pour client l’opéra Garnier de Paris et la couturière ne manque pas une occasion de rapporter des soies magnifiques à sa petite-fille. En effet, et pour son plus grand bonheur, Maïwenn a hérité de sa passion pour les vêtements. Elle dessine depuis qu’elle sait tenir un crayon de papier.
 
— Tu vas bien, ma chérie ? demande Fanny, la mère de Maïwenn, en passant la tête par l’embrasure de la porte de la chambre de sa fille.
 
Maïwenn porte un diadème en plastique et, lorsqu’elle lève la tête pour répondre à sa mère, il tombe sur ses yeux noisette.
 
— Oui, mais ne rentre pas ! Tu vas interrompre le bal et le prince ne pourra pas demander la princesse en mariage ! prévient l’enfant, en fusillant du regard sa maman.
 
L’adulte la dérange pendant qu’elle évolue dans une bulle, son monde d’innocence en quelque sorte, qui la protège de bien des tracas du quotidien.
 
— Très bien, alors je sors du château, mademoiselle ! Mais ta grand-mère est arrivée, alors, viens lui dire bonjour dès que tu seras moins occupée !
 
Maïwenn pousse un cri de joie à cette nouvelle. Elle se redresse d’un bond et envoie valser ses jouets, tout à coup bien futiles. Elle passe devant sa mère qui rit en la voyant courir, son diadème mis de travers.
 
— Mamie !
 
La petite fille se jette dans les bras de la vieille dame qui la serre avec tendresse, en caressant ses doux cheveux bruns. Ces instants de bonheur ne sont pas rares dans le quotidien de la fillette qui vit entourée d’amour de la part de sa grand-mère.
 
— Ma princesse, comme tu es jolie ! Je t’ai rapporté quelque chose.
 
Les yeux de Maïwenn s’écarquillent et sa bouche s’étire en un O admiratif. Une pièce de soie blanche au liseré doré glisse entre ses doigts.
 
— Il s’agit de chutes d’une tenue pour une grande ballerine. Elle va danser la princesse Odette du Lac des cygnes, lui annonce Diana, en s’assoyant avec difficulté dans un fauteuil.
 
Maïwenn analyse le tissu dans tous les sens, c’est un cadeau précieux et, malgré son manque d’expérience en haute couture, elle s’en rend tout à fait compte. Son visage se ferme tout d’un coup, elle pose le tissu sur la table basse et se réfugie sur les genoux de sa grand-mère.
 
— Tu crois qu’un jour, moi, je serai une princesse, mamie ? demande-t-elle en toute innocence.
 
Elle lève ensuite ses grands yeux rêveurs pour regarder la lune qui brille, au loin, par-delà la fenêtre.
 
— Tu es déjà une princesse, Maïwenn. Tu as la beauté et l’élégance des grandes dames de ce monde.
 
Mais Maïwenn sait bien que ce n’est pas vrai, elle n’est pas une princesse. Sa famille est pauvre. La petite fille a de la peine pour ses parents, car malgré son jeune âge, elle comprend qu’ils sont malheureux. Ils travaillent tous les deux beaucoup pour essayer de lui offrir une enfance heureuse. Malheureusement, dans le monde réel et injuste, il y a les favorisés et les autres.
Fanny esquisse un sourire triste en acquiesçant à ce que dit sa mère. Cependant, Maïwenn n’est pas dupe. Quand tous ses copains d’école ont de beaux vêtements, elle porte les mêmes habits plusieurs fois par semaine. Elle a des poupées, mais ne va ni aux musées ni aux spectacles, comme le font les autres enfants de son âge. Être confrontée aux injustices de ce monde, en étant aussi jeune, a fait naître en elle un instinct de rébellion et un caractère bien trempé. Un peu timide et renfermée de premier abord, elle ne se gêne pas pour riposter aux agressions qu’on lui inflige dans la cour de récréation.
Diana reste avec eux pour dîner, comme bien souvent. Une fois sa grand-mère repartie chez elle, Maïwenn retourne dans sa chambre et reprend simplement son jeu, là où elle s’est arrêtée.
 
— La grande couturière royale, Maïwenn, vous annonce que la robe de mariée de la princesse Leila va commencer à être dessinée !
 
La petite fille pose délicatement le tissu offert par sa grand-mère sur son bureau. Elle prend ensuite ses feuilles et crayons. Il est tard quand elle a terminé son dessin. Heureuse, elle se met dès le lendemain à réaliser des patrons, en rêvant qu’un jour, elle aussi pourrait porter une robe de princesse.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CHAPITRE 1
Dans l ’ ombre de la scène
— Fais attention, Maïwenn ! Tu viens de me piquer la cuisse ! grogne la voix aiguë de Priscilla, l’actrice principale de la pièce de théâtre Les Caprices D’Une Lady . 
 
Elle s’écarte d’un geste violent, entraînant avec elle les aiguilles que la jeune couturière vient juste de disposer, réduisant à néant, sous ses yeux dépités, l’intégralité de son travail.
Maïwenn soupire si faiblement qu’elle-même ne s’entend pas le pousser. Elle se baisse, en évitant soigneusement de croiser le regard de l’actrice en furie.
 
— Pardon, bredouille la couturière.
 
Elle essaie péniblement de ramasser ce qui est tombé, le plus vite possible. Les aiguilles se plantent dans la pulpe tendre, mais elle ne sent presque pas la douleur, habituée à se piquer la peau avec ces outils pointus, ce qui a créé une sorte de corne au bout de ses doigts.
Priscilla se tient debout, les poings plantés dans ses h

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents