90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

En lisant Le Neveu de Rameau , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage propose deux opérations largement inédites. Une lecture progressive du Neveu de Rameau ; une lecture strictement interne.
C’est parce que le dialogue de Diderot est sans doute un des textes esthétiques les plus complexes des Lumières françaises qu’il appelle un commentaire littéral continu, dénommé avec dédain paraphrase. Plus de paraphrase et moins d’imagination ne nuiraient pourtant pas à la critique littéraire universitaire.
Le choix méthodologique d’une approche purement interne semble violer les droits constitutionnels de l’érudition (vie de l’auteur, renvois à ses autres textes, contexte historique et social, histoire des idées, œuvres contemporaines…). L’ouvrage considère que l’étude des corrélations externes, réservée aux experts, doit intervenir après l’élucidation des opérations de pensée esthétique qui se donnent à lire pour tout lecteur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 juillet 2023
Nombre de lectures 0
EAN13 9782304054903
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Jean Goldzink
En lisant Le Neveu de Rameau
Textes littéraires et lecture interne
Esprit des Lettres
é ditions Le Manuscrit Paris


ISBN 9782304054897
© Éditions Le Manuscrit, juillet 2023


Du même auteur
xviii e sicèle , Bordas, 1988 (rééd. Larousse, 2000, etc.)
Montesquieu, Lettres persannes, PUF, 1989
Voltaire, la légende de saint Arouet , Gallimard Découvertes, 1989, etc.
Stendhal, l’Italie au cœur , Gallimard Découvertes, 1992, etc.
Voltaire entre A et V , Hachette Supérieur, 1994
De chair et d’ombre,essais sur Marivaux, Challe, Rousseau, Beaumarchais, Rétif, Goldoni , Paradigme, 1995
Comique et Comédie, Au siècle des Lumières , L’Harmattan, 2000
Montesquieu et les passions , PUF, 2001
Le vice en bas de soie , Corti, 2001
À la recherche du libertinage , L’Harmattan, 2005
Beaumarchais dans l’ordre de ses raisons , Nizet, 2008
La plume et l’idée , Le Manuscrit, 2008
Essais d’Anatomo-Pathologie de la critique littéraire , Corti, 2009
La solitude de Montesquieu , Fayard, 2011
Vous avez dit Lumières ? , Le Manuscrit, 2011
Madame de Staël, La femme qui osait penser, avec Gérard Gengembre, Classiques Garnier, 2017
Le sang du récit , Essais sur les passions romanesques du XVII e au xix e siècle , avec Florence Chapiro, Classiques Garnier, 2020
L’énigme du Neveu de Rameau , Réflexions sur l’entendement esthétique savant , Le Manuscrit, 2021
La littérature sous l’œil des sciences, P. Bourdieu, B. Lahire, M. Ozouf , à propos du roman , avec G. Gengembre, postface de Ph. Zard, Presses universitaires de Rennes, 2023
Quand Voltaire fabule, à paraître
La plus molle des sciences molles ? à paraître


Présentation
On peut présenter cet ouvrage de deux manières. Si, genoux serrés et mine austère, j’adopte la voie de la modestie, je dirai qu’il s’inscrit dans le sillage d’un livre précédent, L’Énigme du Neveu de Rameau (Le Manuscrit, 2021). J’y proposais d’aborder ce texte surinterprété en deux étapes logiquement successives : l’analyse interne – à ma connaissance jamais tentée –, puis l’étude habituelle des corrélations externes (les œuvres complètes de Diderot, de Rousseau, des matérialistes, la biographie de l’auteur, etc.).
Mais je m’étais limité alors à trois « sondages » dans la critique francophone entre 1950 et 2016 (I, 1-2-3), puis trois « forages » dans le texte (le premier débat entre LUI et MOI, le second, avant une « conversation » avec J. Starobinski sur le personnage du Neveu, II, 1-2-3).
Ici, j’entreprends une description continue des différents segments que je crois possible de découper au fil du texte. Je suis alors en droit d’arpenter l’estrade d’un pas plus sonore, et d’inverser la proposition première : le livre initial, s’il garde sa préséance chronologique, suit désormais son successeur.
D’évidence, l’idéal eût été d’accomplir ce travail en groupe. J’avais d’ailleurs l’intention d’en proposer le projet à la Société Diderot . Mais mon âge très vénérable, et surtout la menace de perdre bientôt la vue, m’ont poussé à l’entreprendre seul, en espérant qu’il sera amélioré par d’autres, s’ils l’estiment heuristiquement fécond.
Le projet repose donc sur quelques postulats corrélés : la lecture interne ; la lecture continue ; la lecture paraphrastique ; la lecture progressive, qui limite les corrélations au seul texte déjà parcouru.
Je ne cherche pas ici à le justifier d’avance. Il me suffit d’invoquer l’impossibilité de ne pas le tenter, une fois l’idée conçue. La seule question en suspens, à mes yeux, est de savoir s’il convient ou pas d’insérer les différents fragments du Neveu de Rameau (= NdR ) avant leur commentaire. J’ai finalement décidé de ne pas alourdir le volume, en renvoyant à l’édition peu chère, richement annotée, de P. Chartier , Le Neveu de Rameau et autres textes ( Le Livre de Poche, 2002). Elle me fournit toutes les citations.
Un autre allègement consistera à réduire au minimum la comparaison entre les résultats de l’approche interne et les thèmes dominants de la tradition critique. Pourquoi ne pas éliminer ces conflits interprétatifs, me dira-t-on ? Pourquoi ne pas se contenter d’exposer tout uniment mes seuls commentaires, comme semblerait le recommander la logique d’une lecture interne ?
Parce qu’on a beau vouloir revenir au texte, on ne lit jamais seul sur une île. Parce qu’il paraît honnête, voire nécessaire, de se situer et d’informer le lecteur. On peut donc avancer que le projet revient à faire des économies sur le dos de l’érudition, tout en escomptant, assez bizarrement, des bénéfices à la fois méthodologiques et pédagogiques. 1
Paris, le 19 mars 2022


1 Je remercie Monique Le Roux, Daniel Saadoun et Patrick Thierry pour leurs conseils.


1 Titres
Sans entrer dans le détail, la transmission des manuscrits du NdR fait état de deux titres non hiérarchisés : Satyre seconde , le seul apparemment choisi par Diderot, et Le Neveu de Rameau . On peut s’attarder sur quelques réflexions.
1/ Chaque éditeur du NdR ne manque pas de le signaler, Diderot refusa de publier le texte de son vivant, tout en adressant des copies à la postérité. Il nous faudra par conséquent observer si la lecture interne autorise une explication privilégiée de cette ferme mais périlleuse prudence. Et confiance très philosophique en l’avenir…
2/ C’est Goethe qui, en publiant pour la première fois le dialogue (1805), dans une version incomplète depuis perdue et sa propre traduction par lui préfacée, établit la primauté d’un des deux titres. La justification semble logique. Le Neveu de Rameau est censé mettre en avant le héros, tandis que Satyre seconde est non seulement moins frappant – il s’agit d’un genre littéraire –, mais aussi moins clair. Qu’entendre en effet par Satyre – le sens antique (assemblage de morceaux divers) ou moderne (présentation railleuse d’un personnage, d’un groupe, d’une opinion, etc.) ? C’est au demeurant pour mettre ce terme à distance, et non par scrupule archéologique vétilleux, que j’en conserve l’ancienne orthographe.
3/ Le Neveu de Rameau renvoie donc au personnage a priori principal, à un musicien français célèbre, sans que l’historicité du compositeur garantisse, aux yeux de Goethe, celle du neveu, qu’il pensait imaginé par Diderot. Satyre seconde , à un genre littéraire très ancien, et à l’auteur de par la numérotation, qui l’inscrit dans une série, ou une suite.
4/ Deux titres à l’ordre indécis ; deux affiliations différentes – un musicien, un écrivain ; deux rapports de parenté, l’un familial, l’autre générique ; deux relations inégales : l’une implique que le neveu n’a pas pu illustrer son propre nom, quand l’autre indique l’exercice d’un effort volontaire, d’un travail remis sur le métier…
5/ Ces pistes suggèrent l’utilité de mentionner les deux titres sur la couverture des éditions. Au demeurant, il paraît a posteriori étrange que Diderot ait pu balancer entre les deux titres…


2 Préambule
Sur un banc
J’entends par préambule les pages qui précèdent le début du dialogue direct ( op . cit ., p. 41-46). Prises en charge par un narrateur en Je, elles sont placées sous une citation latine (logiquement) empruntée à une Satire d’Horace : « Né sous la capricieuse influence de tous les Vertumnes réunis. » (II, 7).
Le texte s’ouvre donc sous le signe des caprices météorologiques incarnés dans le dieu romain Vertumne, et il les met en scène dès la phrase inaugurale : « Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. » (p. 41).
Il paraît tentant d’en conclure aussitôt que la citation annonce les fluctuations des deux protagonistes du dialogue à venir. C’est marcher plus vite que la musique. L’incipit narratif déclare tout autre chose – bel et bien le contraire, une constance de conduite en dépit des vicissitudes du temps ! Le narrateur ne serait donc pas « né sous la capricieuse influence… ». Et il insiste : « C’est moi qu’on voit, toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. » (Sauf indication contraire, c’est moi qui souligne.)
Règle immuable, solitude, rêverie, mais aussi délassement après le travail, comme l’indique l’heure du divertissement journalier. Celui-ci consiste en un soliloque fort peu pascalien : politique, amour, goût, philosophie. À la variété des sujets s’ajoute l’abandon total de l’esprit à ses plus hasardeuses associations – un esprit libéré de la contention du labeur quotidien jusqu’au pur « libertinage » mental, en ce Palais-Royal voué aux libertinages sensuels (« Mes pensées, ce sont mes catins. », p. 42). À nous de voir, au fil de la lecture, si cette superbe formule définit ce moment précis de la journée, ou programme le texte en tout ou partie.
Mais les variations du temps mènent parfois au « café de la Régence ». Changement de cadre et de divertissement : l’observation des joueurs d’échecs remplace alors le soliloque intempérant, au risque d’entendre des sottises, car le talent aux échecs ne garantit pas l’« homme d’esprit » (p. 42).
Commence alors le second moment du préambule : « Un après-dîner, […] regardant beaucoup, parlant peu, et écoutant le moins que je pouvais, je fus abordé par un des plus bizarres personnages de ce pays où Dieu n’en a pas laissé manquer. » (p. 42-43). On semble donc passer d’une habitude délectable (la rêverie sur un banc) à une autre moins réjouissante (le spectacle des échecs), puis à un événement singulier, inopiné, apparemment encore moins souhaité que le précédent – un personnage très bizarre .
Sur le banc, nulle écoute ; devant les échiquiers, MOI se bouche les oreilles ; qu’en sera-t-il avec l’intrus ?
Un portrait
Suit le portrait de ce « composé de hauteur et de bassesse, de bon sens et de déraison. […] Rien ne dissemble plus de lui que lui-même. », etc. (

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text