161 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Osez le mariage gay et lesbien , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
161 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Vive le mariage pour tous !
Comment les couples d'hommes ou de femmes, légalement mariés, vivront-ils cette situation ? Comment vont-ils fêter l'événement ? Comment organiser la vie commune ? Comment réussir son mariage sans subir l'usure du temps ? Bourré de conseils, tout à la fois guide pratique, récit des conséquences rencontrées (ou pas !) dans les autres pays et livre de célébration de l'égalité des droits, voici le premier manuel évoquant toutes les conséquences sociologiques, psychologiques, juridiques, voire sexuelles, du " mariage pour tous ".





Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 mai 2013
Nombre de lectures 78
EAN13 9782364903982
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Vive le mariage pour tous !
 
Comment les couples d’hommes ou de femmes, légalement mariés, vivront-ils cette situation ? Comment vont-ils fêter l’événement ? Comment organiser la vie commune ? Comment réussir son mariage sans subir l’usure du temps ? Bourré de conseils, tout à la fois guide pratique, récit des conséquences rencontrées (ou pas !) dans les autres pays et livre de célébration de l’égalité des droits, voici le premier manuel évoquant toutes les conséquences sociologiques, psychologiques, juridiques, voire sexuelles, du « mariage pour tous ».
 
Paul Parant est journaliste. Il a suivi toute l’épopée de la loi sur le mariage pour tous en tant que chef de rubrique informations du magazine Têtu . Ce nouveau livre est aussi complet et précis que l’était déjà Osez… faire votre coming out , son précédent ouvrage, paru dans la même collection.
Sommaire introduction 1. la longue marche vers le mariage pour tous Émeutes Libération Scandale Fortification Plaidoyers Alignements Revendication Proposition Niche Bans Conscience Égalité 2. à l’étranger Ouvertures… et conséquences Depuis octobre 2001 : aux Pays-Bas Depuis 2003 : en Belgique Depuis 2005 : en Espagne Depuis 2003-2005 : au Canada Depuis 2006 : en Afrique du Sud Depuis 2010 : au Portugal 3.vive le mariage pour tous ! Un concept réac ? Le mariage gay contre la religion ? Répondre aux arguments des opposants au mariage des homos 4.le droit du mariage Union libre, pacs, mariage : que choisir ? Les effets de l’union libre Les effets du pacs Les effets du mariage Choisir avec soin son régime matrimonial Le divorce En résumé : les dix avantages du mariage sur le pacs Notre maire peut-il refuser de nous marier ? Si la loi revient sur le mariage pour tous, notre union pourra-t-elle être annulée ? Si je me marie, est-ce que je risque d’être « outé » au travail ? 5.êtes-vous prêt(e) pour le mariage ? Quelle est votre définition du bonheur à deux ? Une vie à deux Est-ce que c’est la bonne personne pour moi ? L’engagement, le mot qui fait peur Les avantages du mariage : Couple fidèle ou couple libre ? Ne vous mariez PAS si : Les BONNES raisons de se marier 6.organiser la fête Environ un an avant le mariage 6 à 8 mois avant la date 4 à 6 mois avant la date Environ trois mois avant la date La première danse 7. réussir son mariage Le top des conseils pour que le couple dure Quand le couple est mis à l’épreuve Quelques conseils pour retrouver la passion des débuts : Les lendemains du mariage pour tous La playlist du mariage les mots justes… bibliographie Remerciements
«  Notre voyage ne sera pas achevé tant que nos frères et sœurs homosexuels ne seront pas traités comme tous les autres au regard de la loi. Car si nous sommes tous créés égaux, alors l’amour que l’on se porte doit être traité à égalité.  »
 
Barack Obama lors de sa seconde cérémonie d’investiture, 21 janvier 2013.
introduction

Alors que j’étais en train d’écrire ce livre, un collègue journaliste m’a demandé : « Est-ce que ce sera un livre militant ? »
 
La question tout d’abord m’a surpris, parce que je ne me l’étais pas posée.
 
Il est vrai que la question n’était pas anodine, car au moment d’écrire ces lignes, le débat a commencé mais la loi dite du « mariage pour tous » n’est en effet pas officiellement votée, et même s’il n’y a aucun suspense sur le fait qu’elle le soit, la France semble grandement divisée (une division par ailleurs totalement artificielle, car mise en scène et hystérisée par une Église en déroute et un parti de l’opposition aux abois. Mais passons.)
 
Qu’est-ce que cela voudrait dire, écrire un livre militant ? Que je suis pour que tous les couples, homos comme hétéros, puissent accéder à la même concrétisation de leur amour ? Certes. Mais dans l’esprit de ce collègue, « militant » voulait dire « de lutte pour l’égalité des droits », et pourtant je ne reconnaissais pas l’esprit du guide qui se déroulait sous mes doigts.
 
Tout d’abord pour une raison évidente : quand vous aurez ce livre entre les mains, l’égalité des droits entre les homos et les hétéros sera une chose enfin acquise. La virulence des débats qui font l’actualité au moment de la rédaction n’est évoquée dans ce guide que comme un rappel, un morceau d’Histoire, afin que l’on n’oublie pas que, les homos plus encore que n’importe qui, nous sommes héritiers des combats et du dévouement de nos prédécesseurs, que nous ne devons pas les oublier. Le moindre de nos gestes, celui de se prendre par la main en public, celui de s’embrasser, de baiser… de vivre, tout simplement, sans ou malgré la maladie, est un droit chèrement acquis, qu’il faut continuer à défendre et affirmer. Et le droit au mariage en fait partie comme tous les autres.
 
La nécessité de « militer » pour affirmer le droit au mariage va instantanément disparaître. Il suffit de voir ce qui s’est passé dans les pays nombreux qui nous ont précédés. En Espagne, un animateur télé célèbre évoque très naturellement, au détour d’une émission, « mon mari », et la ménagère de moins de cinquante ans n’en fait pas une crise de nerfs. Au Canada, l’idée est tellement entrée dans les mœurs que quand on parle d’une cérémonie de mariage, il est tout naturel de spécifier le genre des époux, même quand il s’agit d’un couple traditionnel. Et la société n’en est pas retournée. Car, l’hystérie des débats passée – et là-bas comme chez nous, ils ont été vifs et polarisés – le quotidien a rappelé à tout le monde qu’ouvrir un droit à un groupe minoritaire ne retirait rien à la majorité. Mais l’idée est tellement simple qu’elle en paraîtra bien vite évidente, et je n’ai aucun doute que dans quelques mois, une fois les tensions retombées, chacun se rendra compte que les torrents médiatiques et les peurs suscitées par le projet de loi n’étaient qu’une tempête dans un verre d’eau.
 
C’est donc par la négative que j’ai répondu à ce collègue. Pas besoin d’écrire un livre militant, lui ai-je répondu, l’Histoire va dans le bon sens et dès que le mariage pour tous sera une réalité, il sera certainement une telle évidence que la question du « militantisme » ne se posera même plus.
 
Mais finalement, la réponse mériterait d’être plus nuancée. Après tout, l’arrivée du mariage des couples homos dans les autres pays n’a pas stoppé la nécessité de défiler pour la lesbian & gay pride chaque année, pour réaffirmer sans cesse le simple droit de marcher dans la rue sans raser les murs. Pour prouver aussi que les choses se passent paisiblement dans nos sociétés tolérantes, tandis que 88 pays dans le monde pénalisent encore l’homosexualité – et neuf d’entre eux la sanctionnent même de la peine de mort.
Alors, c’est radical ou conservateur, le mariage pour tous ? Osons une troisième voie : c’est une idée juste. Qu’il s’appelle le « mariage gay » aux États-Unis, le « mariage égalitaire » en Espagne et en Amérique du Sud, le « mariage neutre » dans les pays du Nord ou le « mariage pour tous » en France, cela a le même effet : affirmer de façon simple et humaine que tous les citoyens, quelle que soit la personne qu’ils aiment, ont droit aux même droits que tout le monde. Et cela, c’est la plus belle façon de militer.
1. la longue marche vers le mariage pour tous

OUI JE LE VEUX  1
MIEUX VAUT UN MARIAGE GAY QU’UN MARIAGE TRISTE
L’HOMOPHOBIE N’EST PAS UNE OPINION
J’AI DEUX PÈRES ET DES REPÈRES
L’HOMOSEXUALITÉ N’EST PAS UN CHOIX, L’ÉGALITÉ, SI
PAS DE MESSES POUR NOS FESSES
 
 
Lorsqu’il s’intéressera à l’Histoire, un enfant né en 2013 aura du mal à croire que les homos n’ont pas toujours été reconnus par la loi. Né en même temps que l’égalité enfin reconnue pour tous les couples, il n’aura pas connu l’inégalité, la discrimination… en tout cas celle qui était admise par la loi. Il lui faudra beaucoup d’imagination pour comprendre que les Français n’ont pas toujours été égaux dans leur propre pays, selon que leur orientation sexuelle se conforme ou pas à celle de la majorité. Cette brève histoire des droits homos a pour but de l’aider à recomposer le chemin tracé derrière lui.
 
Croira-t-il par exemple que seulement cinquante avant sa naissance, à l’été 1960, moins de deux ans après l’élection de Charles de Gaulle comme président de la Cinquième République, la même qui l’a vu naître, l’homosexualité a été classifiée comme « fléau social » par l’amendement Mirguet ? À ce moment, alors que les homosexuels devaient déjà vivre cachés, ils font l’objet d’une répression policière organisée par le Groupe de contrôle des homosexuels, et les peines encourues peuvent aller jusqu’à trois ans de prison. Ils doivent se rencontrer en cachette, et font l’objet de nombreuses descentes de police. Quand ils sont agressés au cours de ces rencontres, ce qui arrive souvent, la police donne généralement raison à l’agresseur. L’opinion publique n’a pour « référent » homosexuel que quelques personnalités médiatiques : Jacques Chazot, Jean-Louis Bory, Roger Peyrefitte, tandis que les références littéraires sont plus ou moins maudites : Jean Genet, André Gide ou Marcel Proust.
La révolte de mai 1968 a fait souffler un vent de liberté sur la société française. Mais les homosexuels n’en profitent pas directement. L’éphémère « Comité d’action pédérastique révolutionnaire » passe inaperçu parmi les banderoles. Mais ce moment est vécu comme une sorte de « répétition générale » pour ceux qui goûtent à la liberté, et qui veulent retrouver cette sensation dans leur vie de tous les jours.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text