251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
251 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’Amérique latine a été la scène de grands soulèvements dans la décennie 2000. Ce livre cherche à saisir ces formes d’intervention populaire en scrutant le récit de ceux qui y ont participé : la plèbe.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 août 2012
Nombre de lectures 1
EAN13 9782760532533
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0700€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Presses de l’Université du Québec
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2
Téléphone : 418 657-4399 − Télécopieur : 418 657-2096
Courriel : puq@puq.ca − Internet : www.puq.ca
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada


Vedette principale au titre :

L'interpellation plébéienne en Amérique latine : violence, actions directes et virage à gauche

Publ. en collab. avec Éditions Karthala.

Comprend des réf. bibliogr.

ISBN 978-2-7605-3251-9
ISBN EPUB 978-2-7605-3253-3

1. Amérique latine - Politique et gouvernement - 1980- . 2. Action directe - Amérique latine. 3. Action sociale - Amérique latine. 4. Mouvements sociaux - Amérique latine. 5. Violence -Amérique latine. I. Corten, André. II. Huart, Catherine. III. Peñafiel, Ricardo.
F1414.3.I57 2012  980.03'8  C2012-940201-X




Cet ouvrage a été publié avec le concours du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du Fonds de recherche sur la société et la culture.


Les Presses de l’Université du Québec reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.

Elles remercient également la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.


Couverture – Illustration : B RIAN P EDLEY , The Man of the Crowd, basé sur une histoire d'Edgar Allan Poe




2012-1.1 –  Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
© 2012 Presses de l’Université du Québec
© 2012 Karthala
Dépôt légal – 2 e trimestre 2012
Bibliothèque et Archives nationales du Québec/Bibliothèque et Archives Canada
Avant-propos
André C ORTEN


L’Amérique latine a connu de grandes grèves infléchissant le cours politique de pays comme le Brésil, celles par exemple de 1979 occasionnant la fondation en 1980 du Parti des travailleurs. Elle a connu des mouvements sociaux ayant des objectifs bien définis en matière de logement, de santé, de réforme agraire, etc. Elle a connu de longues luttes contre les dictatures – dont les protestas au Chili de 1983 à 1987. Elle a connu dans les années 1980 des « émeutes de la faim » apparemment sans lendemain. Depuis 1990, on assiste à des soulèvements populaires aboutissant parfois à la destitution de présidents sans que cela n’enclenche un « virage à gauche ». Enfin, surtout à partir de 2000, on observe de multiples actions spontanées qui dans certains pays ont cette fois accompagné un « virage à gauche » au niveau des gouvernements.
Au lieu de traiter ces processus en termes de classes ou de mouvements sociaux, le choix de ce livre est de les traiter comme une expression de la « plèbe ». Ce choix procède du changement de la nature sociale de ces actions – les grèves de 1979 au Brésil avaient apparemment un caractère de classe –, mais aussi d’un renouvellement de problématique. Ce qui veut dire que ce qui dans les années 1970 était analysé comme « mouvement social » devrait peut-être être réexaminé comme expression de la plèbe. Il n’en reste pas moins que ce qui s’est passé dans les années 2000 en Amérique latine nous amène à poser la question suivante : les actions spontanées ont-elles un caractère politique parce qu’elles débouchent dans certains pays sur un « virage à gauche » ou faut-il chercher ce caractère politique dans les actions elles-mêmes ? Après avoir effectué des entrevues dans les quartiers populaires de nombreux pays du virage à gauche (Venezuela, Équateur, Bolivie, Brésil) comme dans ceux de pays n’ayant pas connu ce virage (Mexique, Pérou), c’est cette seconde hypothèse qui se trouve avoir été étayée. Pour donner corps à cette hypothèse, le concept de « plèbe » a été travaillé.
Dès qu’on parle d’actions collectives, se profile la question de la violence. Même si l’action collective peut être prévue par le droit, subsiste toujours une zone d’incertitude. Que cela soit fondé ou non, à des moments déterminés le droit se sent menacé. Ainsi, au-delà de ces moments, cette menace conditionne le rapport à la violence des actions collectives, soit que celles-ci anticipent cette tension ou qu’au contraire la répression s’abatte sans crier gare. La plèbe est une manifestation expressive qui s’inscrit dans cette zone indécise, elle n’est pas constituée à partir du droit, ni à partir d’un récit qui la précède à l’opposé des grèves ou des mouvements sociaux. Elle n’est pas une catégorie sociale qui a sa place dans la société, elle est constituée dans le rapport de l’action à la violence. La violence dont il s’agit n’est pas une catégorie bien établie comme régie par le monopole de l’action de l’État et c’est pourquoi elle s’impose comme une prétention au soulèvement.
Le « virage à gauche » a tenu et tient toujours la une de l’actualité latino-américaine. On évoque alternativement d’une part le nom de dirigeants : Chavez, Morales, Correa, Lugo, Kirchner ou Fernandez, Lula et maintenant « Dilma » ou d’autre part des soulèvements ou des actions de base. On a été conduit dans de nombreux milieux à considérer que ce sont là deux aspects d’un même phénomène. L’hypothèse de départ de cette recherche collective réalisée par le Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL) – groupe interuniversitaire fondé en 2000 à Montréal qui inclut la collaboration de nombreux professeurs et chercheurs d’Amérique latine – est que s’il y a un certain dialogue entre les deux phénomènes, l’analyse des soulèvements populaires doit se faire en cherchant ses propres bases, ses propres règles et surtout sa propre position dans les états d’exception. Cette approche nous amène dans ce livre à développer, à partir de la problématique de la « plèbe », une nouvelle analyse de la réalité latino-américaine.
Dès lors que les soulèvements et actions directes sont considérés comme une réalité « en soi » (ayant leurs propres conditions de possibilité) indépendante du virage à gauche des gouvernements, le regard pouvait se porter sur des actions menées dans des pays comme le Mexique ou le Pérou où, du moins au moment du déroulement du travail-terrain, aucun « virage à gauche » ne s’était produit 1 . Deux soulèvements emblématiques entraient dès lors dans le champ d’analyse : la Commune d’Oaxaca au Mexique et l’affrontement de Bagua au Pérou. D’autres suivaient...
Les soulèvements et les actions directes se caractérisent par la spontanéité. Dans une équipe de recherche qui s’est réunie mensuellement durant plus de deux ans, les débats fusaient sur ce qui est spontané. Dans ces discussions a surgi la question de comment traiter ce qui est considéré comme le mouvement social emblématique d’Amérique latine, au Brésil, le Mouvement des Sans Terre (MST). Comment le traiter quand on connaît depuis 1987 sa durable capacité d’organisation ? Autre question : fallait-il voir l’action directe comme une action à objectif économique (terre, salaires, prix du transport, etc.) ? Justement, l’analyse du MST montre que non. Les actions se caractérisent – en particulier en rapport avec la violence – par leur caractère expressif. Et pour pousser plus loin, nous avons été amenés à étudier un mouvement sans aucun objectif économique : le mouvement hip hop au Brésil.
Au cours de nos réunions mensuelles de recherche réunissant la plupart des contributeurs à cet ouvrage, il a fallu littéralement forger la problématique à partir de notre hypothèse de base. Les trois co-directeurs ont avancé dans une même direction, mais en spécifiant leur analyse à partir de leur vocabulaire conceptuel. On sent chez chacun d’entre eux l’influence notamment de Rancière, d’Agamben, de Laclau, de Foucault, de Faye, de Schmitt, de Benjamin, de Breaugh – ce dernier signant dans le pr

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text