15 pages
Français

Hadopi : Les chiffres clés de la réponse graduée (09/10-09/15)

-

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement
15 pages
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement

Description

POINT PRESSE Commission de protection des droits Chiffres clés de la réponse graduée 16 septembre 2015 L’Hadopi Sondage CSA pour l’Hadopi* Deux tiers des Français (62%) connaissent l’Hadopi. 37% (juillet 2014) Notoriété de l’Hadopi 1% (juillet 2014) 1% 37% 62% 62% (juillet 2014) Oui Non NSP 38% (juillet 2014) 41% Existence de l’Hadopi 7% 9% (juillet 2014) 18% 32% (juillet 2014) 34% 21% (juillet 2014) L'Hadopi existe toujours et continue de fonctionner de manière indépendante L'Hadopi existe encore mais a été absorbée par un autre organisme L'Hadopi a été supprimée et n'existe plus NSP 2 * Omnibus téléphonique réalisé par téléphone du 2 au 4 septembre 2015 auprès d’un échantillon national représentatif de 1 008 Français âgés de 18 ans et plus.

Informations

Publié par
Publié le 17 septembre 2015
Nombre de lectures 118
Langue Français

Extrait

POINT PRESSE Commission de protection des droits Chiffres clés de la réponse graduée
16 septembre 2015
L’Hadopi Sondage CSA pour l’Hadopi*Deux tiers des Français (62%) connaissent l’Hadopi.
37% (juillet 2014)
Notoriété de l’Hadopi 1% (juillet 2014) 1%
37%
62%
62% (juillet 2014)
Oui Non NSP
38% (juillet 2014) 41%
Existence de l’Hadopi
7%
9% (juillet 2014)
18%
32% (juillet 2014)
34%
21% (juillet 2014)
L'Hadopi existe toujours et continue de fonctionner de manière indépendante L'Hadopi existe encore mais a été absorbée par un autre organisme L'Hadopi a été supprimée et n'existe plus
NSP
2 * Omnibus téléphonique réalisé par téléphone du 2 au 4 septembre 2015 auprès d’un échantillon national représentatif de 1 008 Français âgés de 18 ans et plus.
Chiffres cumulés : 5 ans de mise en œuvre de la réponse graduée (septembre 2010  Septembre 2015)
La commission de protection des droits de l’Hadopi poursuit sa stratégie de mise en œuvre de la procédure de réponse graduée selon les deux axes prévus par la loi :
4 897 883
482 667
2 712
5 412 383 1ères recommandations
504 687 2èmes recommandations
2844 ème 3 phase 2336 Délibérations Dont 400 Transmissions*
D’une part, envoyer autant de recommandations que possible afin de sensibiliser le plus grand nombre d’internautes au respect du droit d’auteur
D’autre part, lorsque l’action pédagogique ne permet pas de faire cesser les téléchargements illicites, transmettre les dossiers les plus graves à la justice.
3
60000
50000
40000
Nombre des saisines traitées par jour (septembre 2010/septembre 2015)
30000 25 000 4 897 883 20 000 20000 15 000 482 66710 000 9 750 10000 7 500 6 500 2 712 4 500 2 000 450 0 sept-10 01-oct-10 20 janvier fevrier 2011 mars-11 mai-11 juin 2011 Avril 2012 Octobre 2012 05 Février 2011 2015 Passage prototype/SI cible fin 2012 = augmentation de l’identification des saisines reçues
30 000
26 février 2015
35 000
Mars 2015
Objectif : traiter 100 % des saisines reçues Avec 50 000 adresses IP envoyées chaque jour aux FAI pour identification, l’Hadopi traite actuellement environ 50 % des saisines qui lui sont adressées
40 000
Avril 2015
50 000
Juin 2015
4
La poursuite de la pédagogie en ère ème 1 et 2 phase depuis 2010 (chiffres période rapport d’activité)
1 800 000 1 600 000 1 400 000 1 200 000 1 000 000 800 000 600 000 400 000 200 000 0
470 935
2010-2011
ère 1 phase
682 525
2011-2012
759 387
2012-2013
1 336 634
2013-2014
1 648 402
2014-2015
160 000 140 000 120 000 100 000 80 000 60 000 40 000 20 000 0
20 598
2010-2011
2ème phase
82 256
2011-2012
83 299
2012-2013
En 5 ans, plus de 5 millions de personnes ont été sensibilisées par l’envoi d’une 1ère recommandation, ce qui représente plus de 10% des titulaires d’un abonnement à internet en France. Plus de 480 000 titulaires d’abonnement ont reçu une deuxième recommandation après réitération
147 570
2013-2014
148 944
2014-2015
5
La compréhension des recommandations de l’Hadopi Sondage CSA pour l’Hadopi*
55 des 1 008 Français interrogés disent avoir personnellement reçu une recommandation; et 96 déclarent qu’un membre de leur entourage en a reçu une. 87% des sondés qui ont reçu une recommandation déclarent comprendre la raison de sa réception.
Compréhension de la raison d’une recommandation 2%
11%
87%
Oui Non NSP
* Omnibus téléphonique réalisé par téléphone du 2 au 4 septembre 2015 auprès d’un échantillon national représentatif de 1 008 Français âgés de 18 ans et plus.
6
Les échanges avec les internautes
Depuis la mise en place de la réponse graduée, l’Hadopi a ainsi reçu plus de 400 000 contacts, toute phase confondue, des destinataires de recommandations.
ère 1 Phase 5,54 %
ème 2 Phase 21,63 %
ème 3 Phase 47,32 %
Taux de contact global des titulaires d’abonnement par phase
Dans plus de 80 % des cas, il s’agit de particuliers qui souhaitent uniquement connaître le titre de l’œuvre visée. Lorsque les personnes formulent des observations, c’est pour :
 Reconnaître spontanément les faits portés à leur connaissance dans l’avertissement qu’ils ont reçu (dans un tiers des cas) ;
 Indiquer avoir pris des mesures pour éviter de nouveaux faits commis à partir de leur accès à Internet (dans un quart des cas) ;
Une très faible proportion de personne (1%) conteste formellement les faits indiqués dans la recommandation.
7
La campagne de sensibilisation sur le fonctionnement des logiciels de partageEn renfort de la pédagogie en 1ère phase
er « Lors du 1 avertissement en février 2015, nous avons demandé à notre fils de ne plus utiliser ce logiciel en lui expliquant les raisons. Il ne l’a pas utilisé depuis cette date mais à priori cet outil se déclenche automatiquement dès que nous allumons notre ordinateur. Nous avons donc désinstallé le logiciel « uTorrent » non sans peine et nous vous prions de croire en notre bonne foi et nous nous excusons de ce désagrément. »
« Nous avons reçu une lettre de rappel pour le partage d’œuvres non autorisé. Grâce à votre lettre, nous avons identifié que sur l’ordinateur de notre stagiaire le logiciel uTorrent était installé et tournait en permanence. Nous n’en avions pas connaissance mais nous l’avons éteint et supprimé immédiatement. »
« En novembre 2014, j’ai procédé à des téléchargements illégaux via le logiciel uTorrent. Par la suite j’ai reçu un mail d’avertissement de votre part le 25 novembre 2014 et j’ai donc immédiatement stoppé ces téléchargements. Cependant, le 21 avril 2015 m’est parvenu une lettre de rappel disant qu’un film a été mis à disposition depuis ma connexion car le logiciel uTorrent était toujours présent sur mon ordinateur. Je pensais l’avoir supprimé mais il semblerait que non. N’ayant pas de bonnes connaissances en informatique, je pense avoir depuis désinstallé complètement ce logiciel. »
8
450
400
350
300
250
200
150
100
50
0
L’augmentation du nombre de procédures transmises à la justice
Délibérations de transmission
116
Au 16 juillet 2014
400
Au 11 septembre 2015
L’augmentation du nombre des transmissions s’explique : par la politique de notification qui vise à sélectionner les dossiers les plus graves en troisième phase de la procédure ; par l’augmentation du traitement des saisines reçues des ayants droit, saisines qui viennent alimenter notamment les dossiers déjà existants.
9
Quelques exemples de décisions de justice
Jugements Les «passifs » Tribunal de police de St Girons – 8 septembre 2015 Le Tribunal de police de Saint Girons a condamné, le 08 septembre 2015, un abonné, qui n’était pas présent à l’audience, à deux amendes 500 pour négligence caractérisée. Dans les faits cet abonné avait reçu une première recommandation, puis une deuxième pour la mise à disposition d’oeuvres protégées par le biais de sa connexion internet. Les nouvelles mises à disposition des titres « Diamonds » de Rihanna, « Bring it back » de Joel Fletcher et du film « Despicable me 2 » avaient donné lieu à l’envoi d’une lettre de notification pour l’informer que ces faits étaient susceptibles de poursuites pénales. Malgré cela, des réitérations avaient été constatées et avaient conduit à la transmission de la procédure au Procureur de la République de Foix. Tribunal de police de Bordeaux – 16 avril 2015 Le Tribunal de police de Bordeaux a, par jugement en date du 16 avril 2015, déclaré un titulaire d’abonnement coupable de négligence caractérisée pour avoir manqué à son obligation de sécurisation de sa connexion à internet et l’a condamné à une amende de 300 euros. Cet abonné avait reçu une première recommandation en novembre 2012, à la suite de la mise en partage, via sa connexion à internet, de la série « Engrenage ». Moins de six mois après, deux nouvelles mises à disposition de films ayant été constatées à partir de sa connexion, une deuxième recommandation lui était adressée. En décembre 2013 , la mise à disposition du film « Zero dark city » donnait lieu à l’envoi d’une lettre de notification pour l’informer que ces faits étaient susceptibles de poursuites pénales. Malgré ces avertissements, trois nouveaux faits avaient été constatés entre mars et juin 2014 et la Commission de protection des droits avait décidé, en octobre 2014 , de transmettre la procédure au procureur de la République. Au total, douze faits de mise à disposition ont été constatés sur la connexion de cet abonné au moyen du logiciel pair à pair «μTorrent ». Au cours de l’enquête diligentée par le procureur de la République comme à l’audience, le titulaire d’abonnement déclarait télécharger des films, depuis son accès à internet, avant d’aller les voir au cinéma ou de les acheter en DVD.
10
Quelques exemples de décisions de justice
Ordonnance pénale Tribunal de police de Gonesse – 23 février 2015 Un abonné a été condamné, par le biais d’une ordonnance pénale, à une amende de 300 pour négligence caractérisée. Cet abonné avait reçu une première recommandation en mai 2012 pour la mise à disposition du film « Contrebande », puis une deuxième en août 2012 pour la mise à disposition du film « John Carter ». faits, la Commission de protection des droits a transmis ce dossier au procureurDevant la persistance des de la République de Pontoise, qui a poursuivi l’intéressé selon la procédure simplifiée de l’ordonnance pénale. Rappel à la loi Tribunal de grande instance d’Auxerre – 26 juin 2015 Une abonnée a fait l’objet d’un rappel à la loi le 26 juin 2015. Cette personne avait reçu une première recommandation pour la mise à disposition, par le biais de sa connexion, du titre « Prince charmant » de Keen’V, puis une deuxième recommandation pour la même œuvre. De nouveaux faits ayant été constatés, une lettre lui a été adressée, l’informant qu’elle risquait, à ce stade, des poursuites pénales. Malgré cela, les faits se sont poursuivis, ce qui a amené la Commission de protection des droits à transmettre son dossier à la justice. Le procureur a alors décidé de prendre une mesure alternative aux poursuites en rappelant à cette personne ses obligations au regard de la loi.
11
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text