52 pages
Français

Etude Kurt Salmon filière culturelle livres et numérique

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
52 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Lire l'article sur IDBOOX.com http://www.idboox.com/les-etudes-2/

Informations

Publié par
Publié le 26 janvier 2016
Nombre de lectures 625
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Extrait

La filière culturelle et créative aurait-elle trouvé la formule pour se développer à l’ère du numérique ? Vers une nécessaire hybridation des modèles économiques pour soutenir et favoriser la culture
SOMMAIRE Edito3 Introduction5 La force numérique génère une hybridation des modèles qui est créatrice de valeur… sous certaines conditions 8 L’hybridation des modèles entraîne une nouvelle distribution de valeur pour les acteurs de la filière culturelle et créative, qui favorise davantage la diversité produite que consommée 20 La « formule d’hybridation » est nécessaire mais insuffisante : des dispositifs et modèles sont à envisager afin de concourir au développement et à la soutenabilité de la filière 30 Conclusion42 Annexes44
Remerciements
Nous tenons à remercier vivement les personnes suivantes, qui ont accepté de répondre à nos questions et de partager avec nous leurs réflexions dans le cadre de cette étude : Isabelle André, Directrice des activités numériques, n Groupe Le Monde Adrien Aumont, Co-fondateur, Kisskissbankbank n Nicolas Bailly, Fondateur, Touscoprod n
Pierre-Jean Benghozi, Professeur à l’Ecole polytechnique n et Membre du Collège de l’Autorité de l’ARCEP
François Blanc, Fondateur, Communic’art n Emmanuel Durand, Vice-Président Marketing, Warner n Bros Entertainment Maud Franca, Directrice adjointe en charge du n numérique, Groupe Caisse des Dépôts Claire Gibault, Fondatrice de Paris Mozart Orchestra n Sophie Girieud, Chargée d’études, CSA n
Steven Hearn, Président, Scintillo n
Alain Kouck, PDG, Groupe Editis n
Raphaël Lépaulard, Chargé d’études medias, Scam n
Laurence Marchand, Directrice de la production et de la n coordination artistique, Théâtre du Châtelet
Mathilde Maurel, Directeur de recherches, CNRS n
Hélène Mérillon, Co-fondatrice, Youboox n Danielle Sartori, Responsable d’études, CSA n Thomas Paris, Professeur Affilié et Chercheur au n GREGHEC, HEC Jean-Bernard Willem, Directeur Marketing TV et VOD n Multiscreen, Orange
Et les personnes suivantes qui ont œuvré à la réalisation de cette étude :
Le Conseil d’Administration et le Conseil d’Orientation n du Forum d’Avignon et en particulier Hervé Digne, Président du Conseil d’Administration
L’équipe du Forum d’Avignon : Laure Kaltenbach, n Directrice Générale, Olivier Le Guay, Responsable éditorial, Valérie Escaudemaison, Responsable communication et partenariats
Les partenaires du Forum d’Avignon n
L’équipe Kurt Salmon ayant concouru aux travaux et n plus particulièrement Véronique Pellet, Senior Manager, et Amaury Flament, Senior Consultant, en charge des recherches, de l’enquête internationale, des entretiens et de la rédaction de l’étude
Edito
1 Culture is digital, digital is culture
Un traceur d’expériences culturellesDepuis 2011, les analystes de Kurt Salmon dessinent, étude après étude, les contours et les perspectives de l’expérience culturelle, cette dynamique mouvante, passionnante et passionnée entre les acteurs qui la créent, la produisent et la diffusent et des publics qui ont besoin de laressentir(selon Yves Michaud), la discutent et la relaient avec des appétits, des attentes ou des rejets toujours plusliquidescomme le souligne avec clairvoyance le 2 sociologue Zygmunt Bauman . A rebours des déclinologues ou idéologues de tous horizons, Kurt Salmon poursuit son travail de traque aux stéréotypes les plus tenaces – la soi-disant immaturité ou faiblesse de la demande des consommateurs, le mythe de l’artiste bohème dédaignant toute réalité économique, ou la culture réduite à une marchandise comme une autre – pour nous proposer des réflexions, des exemples et… des solutions !
Les créateurs et les lieux de culture doivent s’appuyer sur le numérique et pas l’inverse Après avoir croqué le profil changeant du 3 e-consommateuren 2014 , cette nouvelle étude retouche le portrait d’une nouvelle génération d’entrepreneurs culturels et créatifs, initié à travers les enjeux de partage de la valeur, à l’aune d’un angle inédit. Kurt Salmon nous propose de repenser les liens entre culture, économie et numérique à travers le prisme de « l’entropie numérique », cette notion de thermodynamique préférée à la notion dedestruction créatrice schumpétérienne galvaudée et pas assez en phase avec les forces de l’écosystème en présence. Cette entropie numérique se traduit par un indicateur qui corrèle le taux de digitalisation des secteurs culturels et l’hybridation des différents modèles économiques. En effet, si en termes thermodynamiques l’entropie traduit le passage de la destruction à la reconstruction, en termes d’économie culturelle, elle invite les créateurs à anticiper la nécessaire hybridation de leurs financements selon le niveau de digitalisation de leur production (ce qui n’est pas ici synonyme de destruction). Avec un axiome fort : le numérique, et l’hybridation des modèles qu’il accélère, « produit » de la diversité, mais ne pèse guère dans la façon dont cette diversité est « consommée ».
Une prise de conscience et des raisons d’agir Les créateurs disposent de multiples raisons d’espérer de cette nouvelle force numérique : accès, diffusion, diversité, responsabilité. Par ailleurs, le mode de fonctionnement
3
propre du créateur et ses activités multiples dans le temps et dans l’espace symbolisent un nouveau modèle social, aiguisé par l’économie collaborative. Encore faut-il prendre conscience que l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs culturels et créatifs ne sera possible qu’en : distinguant diversité culturelle « produite » et « consommée », tenant compte des attentes et des pratiques du public tout en relevant le défi des biens et services culturels numériques payants, consolidant un modèle européen de la filière culturelle et créative proposant des services compétitifs tout en valorisant la création artistique, en défendant les intérêts des créateurs, et en rappelant que la rémunération de l’artiste sur le marché unique numérique pâtit d’un cadre législatif menacé (droit d’auteur), définissant les responsabilités (économiques, fiscales et éthiques) des diffuseurs, en posant les conditions d’une équité de partage de la valeur et de traitement fiscal ; certains opérateurs comme Orange montre la voie, u sa ss u ra n t u n a cco m p a g n e m e n t à to les stades de leur développement, en développant les conditions d’exercice p é r e n n e s q u ’e l l e s s o i e n t j u r i d i q u e s (protection du droit d’auteur), économiques (labélisation des sources de financement) et sociales (polyvalence de statuts). A c c e p t e r u n e v é r i t a b l e r é v o l u t i o n copernicienne« N o u s s o m m e s p a ss é s d ’ u n e fo n c t i o n de création de la culture à une fonction de production de la culture », analysait Yves Michaud, lors du débat organisé le 10 juin 2015 par le Forum d’Avignon à Futur en Seine, « la dimension du loisir et de la sociabilité apparaît désormais comme clé dans l’expérience de la culture ». En s’appuyant sur les analyses et recommandations de Kurt Salmon, les créateurs tiennent un rôle magnifique et capital à jouer, quel que soit le taux de digitalisation de leur œuvre.
Laure Kaltenbach, Directeur général etOlivier Le Guay, Responsable éditorial du laboratoire d’idées Forum d’Avignon – culture, économie, innovation
es 1- Thème des 4 rencontres du Forum d’Avignon Ruhr. 2- Zygmunt Bauman,La vie liquide, Fayard/Pluriel, 2013. 3-Comment diffuseurs et institutions culturelles doivent-ils se réformer à l’ère du numérique, Etude Kurt Salmon pour le Forum d’Avignon 2014.
Les mécaniques de création de valeur reposent sur des modèles économiques qui se sont multipliés à l’ère du numérique à mesure que de nouveaux usages culturels sont apparus, et qui doivent alors être distingués des modèles traditionnels. A titre d’exemple, s’agissant du secteur culturel de la vidéo, de nombreux modèles économiques sont à l’œuvre, adossés à des usages distincts :
La problématique est donc de déterminer dans quelles conditions cette « entropie numérique » crée de la valeur et comment cette valeur se répartit parmi les acteurs de la filière culturelle et créative.
AUTEUR/ARTISTE
DIFFUSEUR/DISTRIBUTEUR
Auto-producîon Auto-édiîon Logique collaboraîve et parîcipaîve Désintermédiaîon
Développement des plateformes Abondance Recommandaîon Longue traîne « uberisaîon » des modèles
PRODUCTEUR/ÉDITEUR Passage du B2B au B2B2C Communautés Contenu demarque Co-producîon
Elle détruit de la valeur, on pense ici à l’effet
LES EFFETS DE LA FORCE NUMÉRIQUE
CONSOMMATEUR Hyperchoix e-perdu Piratage Instantanéité De la propriété vers l’accès
La force numérique s’exprime pleinement au sein de la filière culturelle et créative, très souvent pionnière en matière d’innovation, sans pour autant que l’on soit en mesure de définir clairement siin finecrée de la elle valeur.
du piratage sur le marché de la musique par exemple, où à l’impact du numérique sur la presse…
Introduction
LA FORCE NUMÉRIQUE
L’achat d’un DVD correspondant au modèle du paiement à l’acte ditphysique, L’achat d’un film dématérialisé correspondant a u m o d è l e d u p a i e m e n t à l ’a c t e d i t numérique, appeléEST (Electronic Sell Through) selon l’acronyme anglais, La location d’un filmphysiquedans un vidéo-club, qui trouve son pendant avec la location d’un film numérique appeléeVOD(Video On Demand), L’abonnement à une formule donnant accès à un catalogue de films correspondant au modèle de laSVOD (Subscription Video On Demand).
5
De fait, cette force est entropique :
En même temps qu’elle en recrée. Le numérique a ainsi outillé les acteurs de la filière culturelle (avec l’autoproduction, l’autoédition,…) et leur a permis d’innover, de créer de nouveaux formats pour leurs œuvres…
Vers une nécessaire hybridation des modèles économiques pour soutenir et favoriser la culture
C e p h é n o m è n e d e m u l t i p l i c a t i o n , d e cohabitation et de panachage de modèles économiques porte un nom : l’hybridation d e s m o d è l e s é c o n o m i q u e s . S n ’e s t’ i l pas nouveau, ce phénomène s’est ainsi c o n s i d é ra b l e m e n t a c c é l é r é à l ’ è r e d u numérique : les modèles ditstraditionnels(par
exemple l’achat d’un livre papier) trouvant leur pendant en versionnumérique (par exemple l’achat d’un ebook).
Cette hybridation concerne les modèles de revenus, mais également les modèles de financement :
LES MODÈLES DE FINANCEMENT ET DE REVENUS
APPORT DE RESSOURCES SERVANT À LA RÉALISATION D’UNE OEUVRE
EMPRUNT BANCAIRE ‘’Dees financières à court, moyen ou long terme’’
AIDE ET SUBVENTION ‘’Aide financière en don réel à parIr de fonds publics’’
MÉCÉNAT ‘’SouIen financier apporté par un parIculier ou une entreprise à une acIvité d’intérêt général (y compris sponsoring)’’ FONDS PROPRES ‘’Capitaux propres issus d’apport en numéraire ou d’augmentaIon de capital’’
FINANCEMENT PARTICIPATIF
‘’Technique de financement de projet uIlisant internet comme canal de mise en relaIon et faisant appel à un grand nombre de personnes’’ (Comprend le don, la parIcipaIon aux fonds propres et le prêt)
PARTENARIAT ‘’Partage des coûts et des revenus avec un ou plusieurs autres opérateurs’’
Et cela n’est donc pas sans impact pour les projets culturels, dont l’équilibre est de plus en plus complexe entre :
D’une part, descoûts incompressibles pour créer, produire et diffuser une œuvre,
D’autre part, dessources de financement et de revenus qui se fragmententpeu un plus avec la multiplication des modèles économiques.
La multiplication et l’hybridation des modèles – notamment numériques – concourent-elles in fine au dynamisme économique et à la diversité de la filière culturelle et créative ?
A travers cette étude, les entretiens avec des experts de la filière et l’enquête internationale exclusive que nous avons menés dans le cadre de nos travaux, nous avons ainsi souhaité
6
CRÉATION DE VALEUR ISSUE DE L’EXPLOITATION D’UNE OEUVRE
PUBLICITÉ ‘’Accès gratuit à une œuvre contre une exposiIon à la publicité’’
LOCATION ‘’Paiement unitaire en échange de l’accès temporaire à une œuvre’’
VALORISATION DES DROITS ‘’RémunéraIon contre la représentaIon ou reproducIon d’une œuvre (y compris l’adaptaIon d’une œuvre)’’
ABONNEMENT ‘’Paiement récurrent (souvent mensuel) en échange de l’accès à un catalogue d’offres’’
PAIEMENT À L’ACTE
‘’Paiement unitaire en échange d’une œuvre dont on devient propriétaire’’
MONÉTISATION DES DONNÉES
‘‘Accès gratuit à une œuvre contre l’accord pour l’uIlisaIon de ses données, notamment personnelles ou d’usage’’
comprendre et quantifier ce phénomène d’hybridation des modèles économiques et son impact sur la diversité culturelle.
Dans un premier temps, nous avons voulu appréhender les effets de la force numérique au sein du monde culturel, en quantifiant la création ou la destruction de valeur générée par l’hybridation des modèles de revenus – notamment numériques – et en analysant les conditions pour que ces mécaniques soient créatrices de valeur. Cela nous a notamment conduits à définir et comparer le « taux de digitalisation » des secteurs culturels et créatifs avec leur « indice d’hybridation » pour approcher ce phénomène de manière tangible, et nous a permis d’identifier une « formule », dont les « ingrédients » permettent de générer de la valeur au sein des secteurs culturels et créatifs.
Dans un second temps, nous avons voulu savoir si l’hybridation des modèles était favorable à la diversité culturelle. Pour ce faire, nous avons analysé dans quelle mesure les « lignes » avaient bougé en termes de répartition de la valeur entre les parties prenantes de la filière culturelle et créative à l’aune de ces nouveaux modèles, et en particulier comment les artistes et les auteurs pouvaient bénéficier de la valeur générée par l’hybridation des modèles. Force est de constater que si l’hybridation des modèles crée de la valeur au profit des créateurs, elle favorise néanmoins davantage la diversité culturelle « produite » 4 que « consommée » .
Enfin, et constatant que la seule « formule d’hybridation » était nécessaire mais pas
suffisante pour permettre le développement et la soutenabilité de la filière culturelle et créative, nous nous sommes attachés à identifier d’autres « ingrédients » qui pourraient y concourir. Ainsi, capitalisant sur la richesse des points de vue des personnalités que nous avons eu l’opportunité d’interroger, nous proposons des dispositifs à considérer et des modèles à privilégier afin de favoriser la culture, ses dynamiques innovantes et créatives dans un monde de plus en plus « hybridé ».
Ces travaux nous ont permis de faire état de la capacité sans cesse renouvelée des secteurs culturels et créatifs à innover et à proposer des modèles audacieux et vertueux, qui pourraient essaimer au-delà de la seule filière culturelle et créative.
4- Selon l’expression de M. Pierre-Jean Benghozi, Professeur à l’Ecole polytechnique et Membre du Collège de l’Autorité de l’ARCEP.
7
Vers une nécessaire hybridation des modèles économiques pour soutenir et favoriser la culture
La force numérique génère une hybridation des modèles qui est créatrice de valeur… sous certaines conditions
Les effets de la force numérique sur la filière culturelle et créative sont entropiques : elle détruit de la valeur en même temps qu’elle en crée.
L’enjeu est de savoir si les effets conjugués du numérique sur le monde culturel sontin finepositifs. Pour ce faire, il s’agit de comprendre et de quantifier les mécaniques sous-jacentes de création et de destruction de valeur, et donc les modèles économiques qui les produisent.
Le développement des « modèles d’usage » numériques a coïncidé avec la multiplication des modèles économiques. S’agissant d’une œuvre donnée, les modèles économiques s’hybrident entre eux : une même œuvre peut être valorisée par des modèles économiques très distincts selon que le « consommateur culturel » achète l’œuvre, la loue, s’abonne à une offre ou encore y accède gratuitement en échange du visionnage d’un spot publicitaire par exemple. Est-ce à dire que la digitalisation des usages est corrélée avec l’hybridation des modèles économiques ? Dans quelle mesure cela est-il vertueux pour la filière culturelle et créative ? Dans un premier temps, nous nous sommes ainsi attachés à comprendre et quantifier ce phénomène et sa capacité à créer de la valeur au sein des secteurs culturels et créatifs.
2014
2018
mesuré à travers son « taux de digitalisation », c’est-à-dire la part des revenus issus du 5 numérique rapportée au marché global. Nous avons choisi d’analyser quatre secteurs c u l t u re l s e t c r é at i f s e m b l é m at i q u e s d e « l’entropie numérique » que sont la musique enregistrée, la vidéo (hors cinéma), les jeux vidéo et le livre.
2010
124 milliards
2014
2010
2018
CA annuel du secteur ($) CA du numérique ($)
PÉRIMÈTRE MONDE 2014
7 milliards
14 milliards
64%
15%
5- Le taux de digitalisation ne tient pas compte du piratage étant donné qu’il se base sur les revenus générés par les différents secteurs culturels étudiés.
TAUX DE DIGITALISATION
50%
2010
CA physique CA Numérique
31%
En premier lieu, le niveau de maturité numérique d’un secteur culturel peut être
9
69 milliards
53%
40%
50 milliards
LIVRE
2014
2010
2018
48 milliards
SoKurucrtesS:alImFPoIn,.StrategyInc,PWC,Marketline,DFCIntelligence,Idate,Analyses
16 milliards
16 milliards
15%
80%
5%
25%
VIDÉO (Hors cinéma et hors linéaire)
30%
2014
MUSIQUE ENREGISTRÉE
TAILLE DU MARCHÉ MONDIAL (2014) ET ÉVOLUTION DU TAUX DE DIGITALISATION
19 milliards
lPlus un secteur culturel et créatif est digitalisé, plus il est « hybridé »… à l’exception notable du secteur de la musique
Si le niveau de maturité numérique est très variable d’un secteur culturel à l’autre, il est en très forte croissance dans l’ensemble :
Afin de mettre en regard la digitalisation des usages et l’hybridation des modèles au sein des secteurs culturels, deux indicateurs clés ont été calculés : d’une part le « taux de digitalisation » mesurant le niveau de maturité numérique d’un secteur et d’autre part « l’indice d’hybridation » mesurant la capacité d’un secteur à panacher de manière équilibrée les revenus issus des différents modèles économiques.
72%
2018
JEUX VIDÉO (Hors équipement)
Vers une nécessaire hybridation des modèles économiques pour soutenir et favoriser la culture
Le secteur du livre, marché le plus important en termes de revenus avec 124 milliards de dollars en 2014 au niveau mondial, présente un taux de digitalisation de 15%, soit le plus faible des quatre secteurs étudiés, ce qui traduit l’appétence encore très forte du public pour les livres dans leur format traditionnel.
A l’inverse, les jeux vidéo, secteur par essence très technologique, présente le taux de digitalisation le plus élevé (72%) et ce taux devrait même atteindre 80% en 2018.
Si le secteur de la vidéo présente un taux de digitalisation de 30% – qui peut paraître faible au regard de celui de la musique enregistrée par exemple qui vient de dépasser les 50% en 2014 – c’est en revanche un secteur qui se digitalise très vite. Le taux de digitalisation de la vidéo devrait croître de 38 points entre 2010 et 2018, c’est une progression quasi-similaire à celle des jeux vidéo (+ 40 points sur la même période).
En second lieunous avons défini un indice d’hybridation de la façon suivante : il est
fondé sur le nombre de modèles économiques qui cohabitent au sein d’un secteur et il est pondéré par le coefficient de Gini qui mesure la concentration 6 des revenus. Autrement dit, plus le nombre de modèles économiques à l’œuvre au sein d’un secteur culturel est élevé, et plus les revenus générés par ces modèles sont équirépartis au sein du marché, plus l’indice d’hybridation sera élevé (avec un indice maximum de 100).
Par exemple s’agissant du secteur du livre, 7 quatre modèles économiques sont à l’œuvre (paiement à l’acte physique, paiement à l’acte numérique, abonnement physique et abonnement numérique) et les revenus issus de ces modèles ne sont pas répartis de façon équilibrée dans la mesure où les revenus issus du modèle du paiement à l’acte physique (achat de livre « papier ») sont encore très largement majoritaires, et représentent 83% des revenus totaux du marché au niveau mondial. En conséquence le secteur du livre présente un indice d’hybridation relativement faible de 23 en 2014. A l’inverse, l’indice d’hybridation du secteur des jeux vidéo est très élevé (80).
Parmi les quatre secteurs étudiés,force est de constater qu’il existe une corrélation e n t re t a u x d e d i g i t a l i s a t i o n e t i n d i ce d’hybridation des secteurs – plus un secteur est digitalisé, plus il est hybridé, avec un indice d’hybridation supérieur à son taux 8 de digitalisation – à l’exception notable du secteur de la musique :
6- Indice d’hybridationmest le nombre de modèles économiques du secteur, nest le nombre de modèles économiques maximum, Xest la fréquence cumulée des modèles économiques au sein du secteur, Yest la part cumulée du chiffre d’affaires du secteur. 7- Un modèle économique « traditionnel » (par exemple le paiement à l’acte physique) et son pendant numérique (par exemple le paiement à l’acte numérique) sont distingués parce que la répartition de la valeur générée par ces modèles n’est pas la même. 8- Plus précisément il s’agit ici de la comparaison des taux, c’est-à-dire de l’indice d’hybridation divisé par 100 (par exemple 80%) avec le taux de digitalisation (par exemple 72%).
10
PÉRIMÈTRE MONDE 2014
TAUX DE DIGITALISATION
INDICE D’HYBRIDATION
POIDS DES MODÈLES ÉCONOMIQUES DANS LE CA EN 2014
INDICE D’HYBRIDATION (2014)
LÉGENDE MODÈLES ÉCONOMIQUES PHYSIQUES Physique : Paiement à l’acte Physique : Loca on Physique : Abonnement
Le secteur de la musique est le seul à présenter un indice d’hybridation (41) inférieur à son taux de digitalisation (50%). En d’autres termes, les usages ont évolué plus rapidement que les modèles économiques. Si le public « consomme » majoritairement la musique de manière digitale (en l’achetant ou en y accédant via une plateforme de façon gratuite ou par abonnement), les revenus générés par les modèles économiques à l’œuvre au sein du secteur sont encore très concentrés. De fait, le modèle du paiement à l’acte est très largement prédominant : il « pèse » pour plus de 80% des revenus si l’on additionne les revenus issus des modèles physiques et numériques.Mais les lignes devraient bouger rapidement à mesure que le public semble de plus en plus plébisciter une logique d’accès à une logique de propriété: l e m o d è l e d e l ’a b o n n e m e n t n u m é r i q u e (accès à l’œuvre musicale sans en devenir propriétaire) qui représente 13% des revenus au niveau mondial a connu un essor de 39% en 2014 selon l’IFPI, alors que les revenus issus du modèle du paiement à l’acte (permettant de devenir « propriétaire » d’une copie légale d’une œuvre musicale) ont baissé de 8% sur la même période. L’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché, et notamment celle d’Apple depuis juin 2015, devrait contribuer
MODÈLES ÉCONOMIQUES NUMÉRIQUE Numérique : Paiement à l’acte Numérique : Loca on Numérique : Abonnement
11
Numérique : Publicité Numérique : Free to play (dont paymium, publicité, micropaiement)
à équilibrer les revenus issus des différents modèles.
Les autres secteurs étudiés présentent un indice d’hybridation supérieur à leur taux de digitalisation. Le secteur de la vidéo est même qualifié de « sur-hybridé » dans la mesure où ce secteur, dont le taux de digitalisation n’est « que » de 30%, présente un indice d’hybridation comparativement très élevé de 56. Deux principales raisons à cela : D’une part, le secteur était déjà relativement hybridé avant l’apparition du numérique (possibilité d’acheter ou de louer une cassette VHS ou de s’abonner à un vidéoclub par exemple) ; D’autre part, ces différents modèles se sont transposés avec succès à l’ère du numérique avec l’apparition de l’EST (achat à l’acte version numérique), de la VOD (location à l’acte version numérique) et de la SVOD (déclinaison numérique de l’abonnement) dont le modèle a été largement popularisé par l’offre de Netflix. Les revenus issus de ces différents modèles se répartissent de manière relativement équilibrée au sein du marché de la vidéo, expliquant ce taux d’hybridation élevé.
SouArncaelsys:eIFsPKI,urSttrSaatlemgoynI.nc,PWC,Marketline,DFCIntelligence,ThinkEquity,
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text