25 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
25 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

N°196 Juin 2013 Note de Conjoncture VUE D’ENSEMBLE Les indicateurs économiques d’avril et de mai augurent d’un redressement de certains secteurs clés de l’économie nationale dans un environnement Version provisoire internationalmarqué par un regain de dynamisme des économies américaine et japonaise et par la récession persistante dans la zone euro La reprise de l’économie mondiale se poursuit en 2013, à des rythmes toutefois divers. La Direction des Etudes et des Prévisions Financières croissance des économies avancées de l’OCDE devrait rester faible, prévue à 1,2% après 1,4% en 2012, affectée par la contraction persistante dans la zone euro (-0,6% après -0,5%), malgré la relative bonne performance des économies américaine (1,9% après 2,2%) et japonaise (1,6% après 2,0%). Les pays émergents continuent de tirer la croissance mondiale, grâce à la solidité des économies de l’Asie émergente, en particulier la Chine (7,8% après 7,8%). Par ailleurs, l’atténuation des prix des matières premières permet de réduire les pressions inflationnistes et de soutenir l’activité dans les pays importateurs. Sommaire Dans la zone euro, l’économie reste en récession, avec un repli du PIB de 0,2% au T1-2013 après -0,6% au T4-2012.

Informations

Publié par
Publié le 19 juin 2013
Nombre de lectures 185
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Extrait

N°196
Juin 2013
Note de Conjoncture
VUE D’ENSEMBLE

Les indicateurs économiques d’avril et de mai augurent d’un redressement
de certains secteurs clés de l’économie nationale dans un environnement Version provisoire internationalmarqué par un regain de dynamisme des économies
américaine et japonaise et par la récession persistante dans la zone euro
La reprise de l’économie mondiale se poursuit en 2013, à des rythmes toutefois divers. La Direction des Etudes et des
Prévisions Financières croissance des économies avancées de l’OCDE devrait rester faible, prévue à 1,2% après
1,4% en 2012, affectée par la contraction persistante dans la zone euro (-0,6% après -0,5%), malgré la relative bonne performance des économies américaine (1,9% après 2,2%) et
japonaise (1,6% après 2,0%). Les pays émergents continuent de tirer la croissance mondiale,
grâce à la solidité des économies de l’Asie émergente, en particulier la Chine (7,8% après
7,8%). Par ailleurs, l’atténuation des prix des matières premières permet de réduire les
pressions inflationnistes et de soutenir l’activité dans les pays importateurs. Sommaire
Dans la zone euro, l’économie reste en récession, avec un repli du PIB de 0,2% au T1-2013
après -0,6% au T4-2012. L’OCDE prévoit un ralentissement de la croissance en Allemagne en
Vue d’ensemble 1
2013 (0,4% après 0,9% en 2012), une contraction en France (-0,3% après 0,0%) et de fortes
baisses en Italie (-1,8% après -2,4%) et en Espagne (-1,7% après -1,4%). La demande
Environnement
intérieure reste freinée par le processus de désendettement dans les secteurs public et privé et international 4
par le niveau record de chômage. Toutefois, une reprise graduelle de l’activité est prévue au
second semestre 2013 qui devrait s’accélérer en 2014, à la faveur d’un redressement de la
Contexte national 9
demande étrangère et du maintien de l’orientation accommodante de la politique monétaire.
Aux États-Unis, la croissance du PIB s’est renforcée au premier trimestre 2013 pour s’établir à
1. Croissance sectorielle
2,4% en rythme annualisé contre 0,4% au quatrième trimestre 2012, tirée par la consommation 2. Eléments de la demande
des ménages (+3,4%). Celle-ci est encouragée par un net redressement des marchés boursier, 3. Echanges extérieurs
4. Finances publiques immobilier et de l’emploi. Toutefois, les perspectives de croissance restent menacées par les
5. Financement de l’économie
risques de resserrement budgétaire excessif et d’aggravation de la crise de la zone euro.

Au Japon, la croissance du PIB s’est accélérée au premier trimestre 2013 pour atteindre 4,1%
en rythme annualisé contre 1,2% au trimestre précédent. La reprise de l’économie nipponne
devrait se poursuivre, soutenue par un plan de relance budgétaire ambitieux, combiné à une
politique monétaire expansionniste et à un fort repli du yen qui soutient les exportations.
Dans les pays émergents, les rythmes de reprise ont été relativement modérés au premier

trimestre 2013, en particulier en Chine (7,7% après 7,9% T4-2012), en Inde (4,8% après 4,7%),

au Brésil (1,9% après 1,4%) et en Russie (1,6% après 2,1%). Les indicateurs conjoncturels
récents confirment que la croissance reste faible, affectée par des goulets d’étranglement de
l’offre dans certains pays et par l’atonie de la demande étrangère, en particulier de l’Europe.
Les cours des matières premières sont restés globalement stables en mai, après une nette

baisse au cours des mois précédents, dans un contexte marqué par la faiblesse de la demande

et par l’amélioration des conditions de l’offre. Ainsi, les prix du Brent sont restés inchangés à

103 dollars en moyenne en mai 2013, marquant toutefois un repli de 12% depuis le pic de février.
Direction des Etudes et des Prévisions Au niveau national, le ralentissement économique constaté au quatrième trimestre de l’année
Financières
2012, nourri par l’atonie de la situation économique des principaux partenaires commerciaux du Ministère de l’Economie et des
Finances Maroc, s’est poursuivi au premier trimestre 2013, donnant lieu à une évolution conjoncturelle
Quartier administratif, Entrée D, Rabat-
contrastée. Toutefois, l’activité économique se serait comportée positivement dans l’ensemble, Chellah
Tél. : 05.37. 67.74.15/16 en lien avec le comportement favorable de secteurs dynamiques à contribution significative
Fax : 05.37.67.75.33
dans la richesse nationale. En outre, la situation conjoncturelle des mois d’avril et de mai de
E-mail : depf@depf.finances.gov.ma
l’année en cours augure de signes de redressement de certains secteurs. En effet, ces mois
ont connu une amélioration au niveau de plusieurs activités, notamment les secteurs de
l’électronique, de l’aéronautique, de l’extraction, de l’électricité et du textile et cuir et au niveau
des transferts des MRE et des recettes de voyage.   
Bénéficiant des conditions climatiques favorables, la campagne agricole 2012/2013 s’annonce très bonne, avec une
récolte céréalière de 97 millions de quintaux contre 51 millions de quintaux un an auparavant. La situation climatique
devrait bénéficier, également, à la performance des autres cultures et à l’élevage dont les parts se confirment dans la
structure de la valeur ajoutée agricole. Au niveau du secteur de la pêche, le volume des débarquements de la pêche
côtière et artisanale s’est raffermi de 12, 5% en glissement annuel à fin avril 2013, selon l’Office National des Pêches. De
son côté, la valeur de ces débarquements a été marquée par une hausse de 14,9%.
L’énergie électrique appelée nette a enregistré une augmentation de 1,4% en glissement annuel, au titre de la même
période, après une légère baisse de 0,1% à fin mars 2013. Pour leur part, les ventes d’électricité ont enregistré un léger
repli de 0,7% après un recul de 2,2% un mois auparavant, attribuable à la baisse de la consommation des clients de
l’énergie électrique de haute tension de 5,9%, freinée par la hausse de la consommation des distributeurs de 1,2% et des
clients de la basse tension de 5,1%. Toutefois, il convient de noter un redressement de la consommation d’électricité en
avril avec une hausse de 4% (contre -4,1% en mars et -2,2% en février 2013) couvrant une augmentation de 1,1% pour la
consommation des clients de la haute tension (contre -13,9% en mars et -6,3% en février 2013).
La consommation de ciment, principal baromètre de l’activité du bâtiment et travaux publics, a accusé un recul de 14,5%
à fin mai 2013, en relation, notamment, avec la pluviométrie abondante qui a caractérisé le début de cette année.
Toutefois, il convient de noter un rattrapage au niveau du rythme mensuel de baisse de cette consommation. En effet, les
baisses enregistrées durant les mois de mai et d’avril se sont chiffrées, respectivement, à -6,6% et -2,6%, après des reculs
importants lors des trois premiers mois de l’année, soient -25% en mars, -10,3% en février et -25,4% en janvier 2013.
Du côté de l’activité du groupe OCP, la production des dérivés de phosphate a préservé son dynamisme positif,
enregistrant une progression de 5,9% à fin avril 2013, tirée par la bonne performance de la production d’acide
phosphorique et par l’évolution positive de la production des engrais. De son côté, la production de phosphate roche a
affiché une légère hausse de 0,2%, après un recul de 1% à fin mars 2013, bénéficiant de la bonne tenue de la production
du mois d’avril (+3,3%). Pour leur part, les exportations du groupe OCP ont repris en avril (+7% en glissement annuel),
ramenant la baisse cumulée à -12,1% (à 12,9 milliards de dirhams), après un repli de 19,5% à fin mars 2013.
Selon les opérateurs du secteur manufacturier, interrogés dans le cadre de l’enquête de conjoncture réalisée par Bank
Al-Maghrib, l’activité industrielle aurait marqué en avril sa deuxième amélioration consécutive depuis cinq mo

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text