12 pages
Français

-Corijn E., « Culture et démocratie : les séparer pour voir le rapport », Le journal de Culture et Démocratie, 2003, n°6.

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
12 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Le journal de CULTURE ET DÉMOCRATIE • Périodique trimestriel de l’asbl Culture et Démocratie • Bureau de dépôt: Bruxelles X Sale temps pour la démocratie! Orages sur la culture … ’Irak est occupé. Pardon: « libéré » (où se cache le droit international?). Les bombes à fragmentation et les têtes perforantes à l’uranium enrichi ontL délivré Bagdad de la dictature. Combien de morts? Le Ministère du Pétrole n’a pas été bombardé, ni pillé. Contrairement aux hôpitaux et aux infrastructures vitales. Et à la Bibliothèque nationale et au Musée archéologique, où les pertes sont irréparables. Dommages collatéraux. Il reste à retrouver les armes de destruction massive et à organiser la « démocratie pétrolière ». Pax Americana. Retrouvons nos campagnes (électorales), où l’on a peu Pol Piérart parlé de culture. 19 mai 2003. Lendemain d’élections. Le rouge est mis. Le ciel est au bleu fixe. On s’auto- congratule. On se bouscule au portillon du Palais. Dans le nouveau plan de secteur, les zones vertes s’amenuisent et les utopies se fanent. Au contraire, l’ombre brune ne cesse de s’étendre, démocratiquement. Car l’extrême droite poursuit sa progression, au sud qui se croyait immunisé (tiens, pourquoi?) comme au nord du pays. Fondées sur la négation de la démocratie et le rejet de « l’autre », des valeurs que l’on espérait enterrées avec le nazisme et le fascisme séduisent encore. Si on oublie les leçons de l’histoire, on est condamné à la revivre...

Informations

Publié par
Publié le 19 février 2014
Nombre de lectures 176
Langue Français

Extrait

Le journal de
CULT
ET
DÉMOCl CReu l t u reAé mt DTo cIra t i eE •

Sale temps pour la démocratie!
Orages sur la culture …
’Irak est occupé. Pardon: « libéré » (où se cache le
L
droit international?). Les bombes à fragmentation
et les têtes perforantes à l’uranium enrichi ont
délivré Bagdad de la dictature. Combien de morts? Le
Ministère du Pétrole n’a pas été bombardé, ni pillé.
Contrairement aux hôpitaux et aux infrastructures
vitales. Et à la Bibliothèque nationale et au Musée
archéologique, où les pertes sont irréparables.
Dommages collatéraux. Il reste à retrouver les armes
de destruction massive et à organiser la « démocratie
pétrolière ». Pax Americana.

Retrouvons nos campagnes (électorales), où l’on a peu
parlé de culture. 19 mai 2003. Lendemain d’élections.
Le rouge est mis. Le ciel est au bleu fixe. On s’auto-
congratule. On se bouscule au portillon du Palais. Dans le
nouveau plan de secteur, les zones vertes s’amenuisent et
les utopies se fanent. Au contraire, l’ombre brune ne
cesse de s’étendre, démocratiquement. Car l’extrême droite
poursuit sa progression, au sud qui se croyait immunisé
(tiens, pourquoi?) comme au nord du pays. Fondées sur
la négation de la démocratie et le rejet de « l’autre », des
valeurs que l’on espérait enterrées avec le nazisme et le
fascisme séduisent encore. Si on oublie les leçons de
l’histoire, on est condamné à la revivre... Il ne suffira
pas, pour nous en protéger, de crier « non! » à l’extrême
droite, comme on le faisait dans les année trente.

Dénonçons-nous à temps les dérives populistes? Portées
par un amalgame où se mêlent les questions desécurité,
surmédiatisées et sournoisement liées à celles de
l’immigration, le sous-emploi et le désespoir qu’il
engendre, la paupérisation, la perte des valeurs refuge -
familiales et culturelles -, la méconnaissance des valeurs
éthiques, la sous-culture, l’individualisme, le consu-
mérisme, la dépolitisation, la désinformation, la manipu-
lation..., elles contaminent tous les niveaux de pouvoir.
Nos sociétés « avancées » étant davantage préoccupées
par le profit et la consommation que par la culture et la
démocratie, il y a du pain sur la planche...

Organisant des groupes de réflexion(1) et suscitant des
réactions dans la presse (2), Culture et Démocratie a mis
au premier rang de ses préoccupations (3) le danger que
représente pour la culture... et pour la démocratie,
l’émergence de l’extrême droite enEurope. Nous n’avons
pas pour autant changé la face du monde, mais
nous comptons bien ne pas en rester là! Artistes et
intellectuels démocrates, à titre personnel ou au sein de
nos associations, il est temps de nous impliquer! Lors du
colloque « Art et droits de l’Homme » organisé en 2002
avec la Ligue des droits de l’Homme, certains se
questionnaient encore quant à « l’engagement » de
l’artiste. Il faudra bientôt qu’ils se mouillent! Le discours
d’en face est en train de se muscler...
Georges Vercheval

(1) le dernier de ces colloques s’est tenu à La Monnaie le 13 mai 2003
(2) La Libre Belgique et En Marche, notamment.
(3) avec la Ligue des droits de l’Homme, le MRAX, le Centre pour
l’Egalité des Chances, Extrême droite non merci, et Kunst en Democratie.

Pol Piérart

n°6 avril - mai - juin 2003
6• CAurtl tuPureb liEcT!Démocratie? 5
Sommaire
• ArtPublic
Quelques considérations2
MAÏS4
Eric Corijn6
• Accès
Vous avez dit Bozar?8
• Artet Solidarité
Conditions nécessaires9
Un pont entre deux mondes10
•Art et société
Une mémoire pour l’oubli11
• Infos
Demandeurs d’asile-demandeurs de cultures12
Côté « image »: Pol Piérart12

A

2

tues disposées par Anthony Gormley sur la plage de La Panne, dans le cadre

uhaité nous pencher sur ce volet particulier de la culture, par définition très

ous accompagne dans notre quotidien, au coin d’une rue, dans les stations

tique. Il s’adresse à tous les citoyens.

Nous avons d’abord demandé à Arlette Lemonnier, directrice générale de l’ISELP, de nous brosser le tableau de l’art public en Belgique.

Ensuite, nous nous sommes promenés avec Frédérique Versaen dans le champ de MAÏS semé par la Ville de Bruxelles et pour clôturerce

dossier, Paul Gonze, administrateur de Culture et Démocratie, valet des rêves de l’asbl Tout, artiste expérimenté en la matière, nous livre

quelques-unes de ses réflexions.

Facteur essentiel de notre cadre de vie et
image esthétique de l’urbanité, tels sont les
enjeux de l’art public.
e regard de Culture et Démocratie s’est
L
naturellement porté vers l’ISELP (Institut
Supérieur pour l’Etude du Langage
Plastique), référence en matière d’art public,
en tant qu’atelier de recherches, centre de
documentation et éditeur de la revue
« Environnemental ».
Arlette Lemonnier qui dirige cette institution
perpétue les actions et réflexions sur l’art
public menées à l’ISELP depuis une vingtaine
d’années. Nous avons donc voulu en savoir
plus!

L’art public, un art accessible à tous
L’art public relève du domaine public, qu’il
soit situé dans un espace public extérieur ou
intérieur, c’est son « accessibilité » qui en fait
sa principale caractéristique. Il n’est en rien
élististe, il est gratuit et ne demande aucune
démarche particulière de la part du public.
L’œuvre est vécue dans le quotidien des gens
et implique donc un principe de pérennité. En
effet, selon Arlette Lemonnier, les créations
éphémères, telles que conçues dans le cadre
de MAÏS, ne relèvent pas de l’art public car il
est important que l’oeuvre s’inscrive dans le
quotidien et qu’un processus d’identification
s’installe.
On trouve l’art public urbain généralement
sur nos places, le long des grandes artères,
sur les ronds-points aux entrées de nos cités.
L’art public rural est assez peu présent chez
nous.

Aujourd’hui, les oeuvres d’art public ne sont
plus perçues comme des objets mais comme
des interprétations et des modulations d’un
espace donné. L’environnement dans sa
globalité est considéré ici comme un champ
d’expérimentation à part entière et se
différencie donc totalement du circuit des
galeries, des musées et du marché de l’art.
Au-delà de la fonction esthétique, il y a les
notions d’interaction et d’intégration. L’artiste
ponctue le parcours des habitants en
investissant les lieux où se forme le réseau
des relations sociales et d’échanges. Par
là-même, il assure une fonction sociale où il
y a confrontation de la spiritualité créatrice

et de la vie en société tout en tenant compte
de l’histoire du lieu. Il crée ainsi une ambiance
architecturale, un repère visuel et donne une
nouvelle lecture du lieu qui s’opère jusqu’à
l’appropriation de l’œuvre. Effectivement,
les interventions des artistes n’offrent pas
toujours une forme de lisibilité immédiate et
évidente. Ce n’est que très progressivement
que le regard, la perception et le jugement se
modifient et que le rôle novateur de l’art
public prend toute sa dimension.

L’art public est aussi appelé « art environne-
mental ». L’œuvre est destinée à un lieu
bien particulier et l’artiste, sensible à cet
espace, doit adopter, en plus de ses critères
personnels, habituels, d’autres critères,
d’ordre géophysiques et socioculturels,
spécifiques à ce lieu.

L’art public en Communauté française
Attardons-nous d’abord sur la genèse de l’art
public. Depuis toujours, cette

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text