76 pages
Français

1er panorama des industries culturelles et créatives

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
76 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

er 1 panorama des industries culturelles et créatives Au cœur du rayonnement et de la compétitivité de la France Novembre 2013 Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République Française Introduction Marc Lhermitte Associé, EY France Au cœur du rayonnement et de la compétitivité de la France Ce premier « Panorama économique des industries culturelles et créatives en France » est né de l’intuition que le monde de la culture et de la création peut s’affirmer comme un formidable vecteur économique pour notre pays. A bien des égards, une étude de filière et d’impact sur un tel ensemble est une entreprise audacieuse. D’autant plus quand il s’agit d’évaluer, pour la première fois dans un périmètre aussi large, les montants économiques et les emplois générés par les activités de la culture et de la création dans notre pays. Car si ces activités sont connues pour être essentielles à la vitalité et à la diversité culturelle de la France, à son attractivité et son rayonnement, mais aussi au lien social, on oublie trop souvent que leur production (biens et services) est aussi une source considérable d’emplois pour notre territoire, pour la plupart non délocalisables.

Informations

Publié par
Publié le 28 novembre 2014
Nombre de lectures 134
Langue Français
Poids de l'ouvrage 8 Mo

Extrait

er 1 panorama des industries culturelles et créatives
Au cœur du rayonnement et de la compétitivité de la France
Novembre 2013
Sous le Haut Patronage de Monsieur François Hollande Président de la République Française
Introduction
Marc LhermitteAssocié, EY France
Au cœur du rayonnement et de la compétitivité de la France
Ce premier « Panorama économique des industries culturelles et créatives en France » est né de l’intuition que le monde de la culture et de la création peut s’affirmer comme un formidable vecteur économique pour notre pays.
A bien des égards, une étude de filière et d’impact sur un tel ensemble est une entreprise audacieuse. D’autant plus quand il s’agit d’évaluer, pour la première fois dans un périmètre aussi large, les montants économiques et les emplois générés par les activités de la culture et de la création dans notre pays. Car si ces activités sont connues pour être essentielles à la vitalité et à la diversité culturelle de la France, à son attractivité et son rayonnement, mais aussi au lien social, on oublie trop souvent que leur production (biens et services) est aussi une source considérable d’emplois pour notre territoire, pour la plupartnon délocalisables.
Si l’on se recentre sur le « cœur » de la filière (61 milliards d’euros), les industries culturelles et créatives s’intercalent entre les télécommunications (66,2 milliards d’euros),la chimie (68,7 milliards d’euros) ou l’automobile (60,4 milliards d’euros).
Et force est de constater que cette étude met en lumière la valeur économique (75 milliards d’euros) et sociale (près de 1,2 million d’emplois) dans les neuf univers des industries culturelles et créatives, les arts graphiques, la musique, le cinéma, la télévision, la radio, le spectacle vivant, la presse, l’édition et le jeu vidéo.
Pour compter ces forces insoupçonnées, nous avons croisé ces neuf « piliers verticaux » avec l’ensemble des activités créatrices de valeur économique et d’emplois, qu’elles soient de conception, production, distribution, mise en spectacle, diffusion et gestion, mais aussi,par exemple, les activités liées à l’enseignementet au tourisme, lorsque c’était applicable.
Ce travail, réalisé avec le guidage des équipes EY, est une œuvre éminemment collective regroupant les réflexions et contributions de France Créative*, dans un objectif commun de compréhension et de valorisation des industries culturelles et créatives.
* France Créativeest une plateforme qui regroupe les acteurs des industries culturelles et créatives à l’origine du Panorama économique : l’ADAGP (Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques), l’Adami (Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes), l’Association de la Presse d’Information Politiqueet Générale (Association IPG), l’ESML (Association des éditeurs de services de musique en ligne), la Fesac (Fédération des entreprises du spectacle vivant, de la musique, de l’audiovisuel et du cinéma), la Procirep (Société civile des Producteurs de cinéma et de télévision), le Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs et salles de spectacles), la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), le SNE (Syndicat national de l’édition), le SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique), le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo), la SPPF (Société civile des producteurs phonographiques) et l’UPFI (Union des producteurs phonographiques français indépendants).
Retrouvez-nous sur www.francecreative.fr
P.8 1. Chiffres clés
P.16 2. Eléments de contexte
P.24 3. Analyses sectorielles détaillées Les arts graphiques et plastiques La musique Le spectacle vivant Le cinéma La télévision La radio Les jeux vidéo Le livre La presse/journaux et magazines
p. 24 p. 28 p. 36 p. 42 p. 46 p. 52 p. 56 p. 62 p. 68
Avant-propos
Aurélie Filippetti
Ministre de la Culture et de la Communication
J’ai une conviction forte : la culture est un espace d’émotion individuelle et d’émancipation collective mais c’est aussi pour la France un atout majeur car c’est un formidable vecteur de croissance générant des retombées économiques infiniment supérieures aux investissements mobilisés.
Face à la crise que nous traversons, la culture doit être envisagée comme un levier privilégié de développement économique. L’art et la culture sont la marque irréductible de la démocratie en acte. Ils sont indispensables à la liberté et au travail d’émancipation que nous devons rendre possible pour tous. Mais la culture est aussi un facteur puissant de réussite économique. Or, la France a la chance de disposer à travers son activité et son patrimoine culturels d’avantages comparatifs précieux. Nos politiques publiques de soutien et d’appui à la dynamique de notre secteur culturel revêtent une importance singulière pour conforter, à l’échelle de la mondialisation, la position et l’avenir économiques de notre pays.
Parce que je suis convaincue qu’il n’y aura pas de redressement productif sans redressement créatif, il faut aussi valoriser pleinement les externalités positives de la culture, afin de montrer que l’investissement créatif contribue à la croissance économique, à l’emploi et à l’image de notre pays.
C’est pourquoi, j’ai engagé avec Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et des Finances, une mission commune de nos inspections générales afin de moderniser l’approche de l’impact économique de la culture et de mettre en évidence son rôle dans l’attractivité internationale de la France.
Je salue la démarche de la Sacem et de ses partenaires : son panorama des industries culturelles et créatives s’inscrit parfaitement dans cette dynamique. Le panorama économique présenté ici participe au renouvellement de la description de la réalité économique de la culture en mettant en évidence la contribution de l’un des pôles d’excellence français.
Ce travail de modélisation contribueraà défendre et renforcer nos mécanismes de financement de la création qui sont l’expression d’une conception politique de ce que nous pensons favorables à l’émergence d’une création diverse et libre, et au développement de nos industries culturelles.
Pour cela il faut impérativement consolider et élargir la coalition des pays européens partageant le souhait commun d’une prise en compte des singularités de la culture et de ses politiques publiques. Nous devons le faire ensemble comme lors de notre mobilisation pour l’exception culturelle ! Je sais pouvoir compter sur l’ensemble des acteurs de la création dans ce combat vital.
1
2
Jean-Jacques Aillagon Christine Albanel Philippe Douste-Blazy Renaud Donnedieu de Vabres Jack Lang François Léotard Catherine Tasca Jacques Toubon Catherine Trautmann
Anciens Ministres de la Culture
La culture est un champ dont la nature est forcément double. D’une part, elle est l’expression de créations intellectuelles et artistiques, qui ne peuvent être réduites à leur unique valeur commerciale. D’autre part, elleest un secteur économique à part entière, qui dans notre pays représente un vivier important de valeurs et d’emplois.
C’est forts de cette conviction, et en prenant en compte ces deux piliers qui constituent le champ culturel, que nous avons toujours su trouver autour de la culture, en France, une forme d’unionqui transcende les familles politiques.
Les industries culturelles et créatives représentent un enjeu fondamental pour notre avenir. Elles occupent aujourd’hui une place essentielle dans notre développement et notre croissance, en termes d’emplois, d’innovation, et également de rayonnement mondial pour notre pays et ses valeurs.
Notre pays possède une tradition de soutien et de régulation aux industries jugées stratégiques. C’est ainsi le cas de l’aéronautique, de l’énergie, de l’industrie pharmaceutique, ou de l’industrie du tourisme. Les industries culturelles, identifiées par le Rapport Gallois de novembre 2012 comme l’un des pôles d’excellence mondiaux de notre pays, devraient en toute logique faire partie de cette liste et être au cœur des préoccupations et des attentions de la puissance publique.
Et ce d’autant plus qu’il s’agit d’un enjeu qui dépasse largement nos frontières et unit toute l’Europe. Une étude récente de l’Office Européen des Brevets et l’Office de l’Harmonisation dans le marché intérieur montre en effet que plus d’un tiers de l’emploi européen provient de secteurs à forte densité de droits de propriété intellectuelle, qu’il s’agisse de brevets, de droits d’auteur ou de droits voisins.
Plus que jamais, il est donc clair que notre avenir européen passe par la culture et les industries culturelles. Mais pour permettre le plein épanouissement et le développement de nos pépites culturelles européennes, il est nécessaire et même urgent que, dans les cinq prochaines années, le Parlement et l’exécutif européens proposent enfin un véritable agenda culturel et créatif pour l’Europe, alliant soutien, promotion et régulation. C’est ce projet ambitieux, rassembleur et porteur d’espoir que nous appelons de nos vœux.
Avant-propos
La culture, avenir de tout un monde
Angélique Kidjo Créatrice et chanteuse (Bénin)
Ousmane Sow Sculpteur (Sénégal)
Jean-Michel Jarre Compositeur et artiste (France)
Marcelo Piñeyro Cinéaste (Argentine)
Elus, le 6 juin 2013, à la tête de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et de compositeurs (CISAC), nous formons un quintette créatif couvrant les cinq continents et représentant tous les répertoires artistiques : musique, audiovisuel, arts graphiques, littérature. Par l’intermédiairede la CISAC, nous sommes les porte-parole de plusde trois millions de créateurs dans le monde.
C’est en leur nom que nous voulons exprimer, ici, l’importance de la culture comme facteur de développement dans tous les pays.
Dans un monde ouvert et pluriel, la culture est l’expression des peuples dans leur plus belle diversité, des Amériques au continent africain et de l’Inde à l’Europe.
Mais elle est aussi synonyme de création d’emplois
et richesses, d’aspiration et d’opportunités pour toutes
les jeunesses.
La création est le seul domaine qui réconcilie particularisme et universalisme. Rêvée, réalisée, produite dans un pays, reflet de ses spécificités, elle y est source de valeur monétaire, elle y génère des emplois, et est au cœur d’une économie nécessairement territorialisée.
Javed Akhtar Poète, scénariste et parolier (Inde)
Mais sa valeur repose aussi sur les valeurs qu’elle porte. Langage universel, sa vocation est toujours d’aller vers un ailleurs, de toucher un plus large public, de parler à l’humain.
La création n’est pas un sujet d’opposition entre pays du Nord et pays du Sud : elle est au contraire un vecteur d’espoir partout dans le monde.
De ce point de vue, l’attitude de l’Europe, ses choix au sujet de la culture, et de sa régulation, sont cruciaux, car le reste du monde la regarde. Tout recul sur le soutien à la diversité culturelle, sur le combat pour la juste rémunération des créateurs et des artistes, sur les questions de partage de la valeur, aurait un impact direct et défavorable sur les millions de créateurs qui, sur tous les continents, partagent tous la même aspiration : pouvoir vivre de leur art, en toute indépendance, pour pouvoir continuer à rêver et faire rêver le monde.
3
Anne Lauvergeon Présidente de la Commission Innovation 2030 Ancienne présidente d’AREVA
4
La place et l’avenir de la France dans le monde dépendent encore et toujours de nos choix stratégiques en matière de politique industrielle. Elle dispose d’entreprises innovantes, de savoir-faire haut de gamme qui doivent être intégrés à notre stratégie industrielle de ces prochaines années.
Nos industries culturelles et créatives font partie des pôles d’excellence mondiaux, ce qu’a souligné Louis Gallois dans son rapport, «Pacte pour la compétitivité de l’industrie française ».A l’heure, où l’Etat s’emploie à définir sa vision stratégique pour les années à venir, ces industries, qui sont porteuses d’innovation et de compétitivité, doivent tout naturellement faire partie de ce plan. Une politique industrielle ambitieuse et performante s’appuie d’abord sur ses secteurs porteurs, dont font partie les industries culturelles et créatives.
Ces filières englobent des réalités économiques hétérogènes, grands groupes internationaux, PME, TPE, salariés, intermittents… avec toutesun dénominateur commun : la création de valeur et d’emplois sur notre territoire. Ces atouts et ces forces,qui tiennent de cette disparité, restent cependant, souvent méconnus des responsables politiques qui connaissent traditionnellement mieux les industries ferroviaires, aéronautiques ou encore énergétiques.
Pourtant, nos industries culturelles et créatives sont l’un des secteurs moteurs de notre croissance actuelle et future. Elles correspondent en tout point aux axes de développement préconisés par la Commission Innovation 2030, que, par ailleurs, je préside et qui a vocationà dénicher et à accompagner les talents et les secteurs innovants de demain.
Cette étude, portée par EY, est en ce point remarquable qu’elle dépeint pour la première fois le mode de fonctionnement de chacune de ces neuf filières et les clés de leur succès. Telle que l’exception culturelle, mécanisme que nous devons continuer à défendre à l’échelle européenne. Cet instrument rééquilibre le marché et nous permet d’avoir aujourd’hui une nation à la création foisonnante, innovante et porteuse de nombreux champions à l’international.
Notre devoir ces prochaines années consiste à découvrir, soutenir et défendre ces créateurs de richesses. Nous devons pour cela les inscrire au cœur des politiques publiques nationales et européennes, car c’est à cette échelle que se mettent en place aujourd’hui nos politiques structurelles. Exigeons ainsi la création d’un agenda européen dédié à ces industries sur le modèle de ce que l’Europe a mis en place depuis plusieurs années par son agenda numérique.
Avant-propos
Jean-Marie Cavada Président du Mouvement européen - France Député européen (PPE) Membre de la Commission Culture Ancien Président de Radio France Président Fondateur de France 5 Journaliste
Face à la morosité et aux doutes, les Européens ont besoin d’enjeux concrets vers lesquels porter leur détermination et leur énergie. L’emploi, la croissance, l’innovation et la jeunesse sont les questions fondamentales qui animent nos concitoyens, dans tous les pays de l’Union, lorsqu’on les interroge sur leurs préoccupations pour l’avenir.
Le grand mérite de cette étude d’EY est d’illustrer que, dans cette bataille pour l’emploi et la croissance, les industries culturelles et créatives jouent d’ores et déjà un rôle essentiel, ici, et maintenant. Certes, ce travail porte uniquement sur la France : mais il montre de manière frappante la forte intensité en emplois des secteurs culturels.
Leur rôle central pour l’avenir économique et les emplois de l’Europe a d’ailleurs été mis en avant d’une part via la communication de la Commission européenne du 26 septembre 2012 intitulée « Promouvoir les secteurs de la culture et de la création pour favoriser la croissance et l’emploi dans l’Union européenne » et d’autre part grâce au rapport de la députée européenne Marie-Thérèse Sanchez-Schmid intitulé « Libérer le potentiel des industries culturelles et créatives », adopté en session plénière en septembre 2013.
Pour compléter cette étude et ces travaux, je formule d’ailleurs le vœu que le Parlement européen, à travers ses services, et avec l’appui de la Commission européenne, mène également un chiffrage précis et à jour de l’emploi culturel dans l’Union, et de ses retombées économiques.
Par ailleurs, en reconnaissance de l’importance de cette économie culturelle et des emplois et perspectives qu’elle offre à notre jeunesse, il paraît essentiel que nous, Européens convaincus, dépassant nos clivages politiques, nous nous mobilisions pour que la prochaine mandature porte et instaure un véritable agenda pour une Europe de la culture. Au-delà des programmes de soutien existant, comme Europe Créative, il nous faut une politique plus large et plus ambitieuse qui nous permette de renforcer et non d’affaiblir nos industries culturelles et créatives. En particulier en portant une attention toute particulière aux fondamentaux de ces industries, comme le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, ou encore aux modèles pertinents qu’elles ont construits comme la gestion collective de leurs droits par et pour les créateurs. Un tel agenda implique également de se poser la question du rééquilibrage nécessaire entre les intérêts économiques de grands groupes numériques ou importateurs extra-communautaires, aujourd’hui dominants, et nos industries culturelles et créatives. Certains systèmes existent, au niveau européen, comme la Copie Privée, qui permettent, même très modestement, de transférer une partie des marges colossales – qui s’apparentent de plus en plus à des rentes injustifiables -de ces grands groupes vers la culture. Nos industries culturelles et créatives sont des pépinières d’emplois et de développement économique : les soutenir et les encourager doit être l’un de nos combats pour aujourd’hui et pour l’avenir. Les cultures de l’Europe sont le ciment de notre bien-vivre ensemble.
5
1. Chiffres clés
8
er |1 panorama Novembre 2013des industries culturelles et créatives en France -
Les industries culturelles et créatives ont généré, en 2011, un chiffre d’affaires global de plus de 74 milliards d’euros. Près de 80 % de ce montant sont portés par les acteurs centraux de la filière (création, production, distribution…) et 20 % dans les activités indirectes et induites par chacun des 9 secteurs.
Chiffre d’affaires 2011
1 . Chiffres clés
Près de80 %portés par les acteurs centraux de la filière
Les arts graphiques et plastiques (19,8 milliards d’euros), la télévision (14,9 milliards d’euros) et la presse/journaux et magazines (10,7 milliards d’euros) sont les 3 secteurs produisant les chiffres d’affaires les plus significatifs parmi les 9 marchés des industries culturelles et créatives. En termes d’emplois, les arts graphiques et plastiques ( 307 716) devancent le spectacle vivant (267 713) et la musique ( 240 874).
Emplois 2011
Les industries culturelles et créatives employaient en 2011 1,2 million de personnes en France, soit 5 % de l’emploi intérieur total français, dont 92 % en emplois directs et 8 % dans les activités connexes.
Cinéma
20 % ...etdans les activités indirectes, induites par les9 secteurs
23 635
Jeux vidéo
79 613
5 095
Livre
5 615
520
8 197
71 416
Total emplois
Traditionnellement les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel sont fusionnés sous le label « secteur de l’audiovisuel ». Cette étude a pris le parti de les dissocier. Si les deux secteurs étaient regroupés, ils représenteraient 19,3 milliards d’euros (soit 13,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires direct, et 6 milliards d’euros de CA connexe), et 282 358 emplois (soit 236 666 emplois directs et 45 692 emplois connexes).
CA direct (en M€)
CA connexe (en M€)
Total CA (en M€)
Emplois directs
Emplois connexes
Total dédoublonné industries culturelles
Presse/ journaux et magazines
soit5 %d e l’emploi intérieur total français
92 % en emplois directs
8 %dans les activités connexes
Estimation de l’impact économique (CA) et social (emplois) des industries culturelles en France (rappel – données 2011)
74,6Mds€
1,2million
Radio
894
Note sur le total « dédoublonné » : Afin de disposer d’une vision complète par marché culturel au-delà d’une filière, les données et enseignements au sein d’une monographie peuvent dépasser leur seul secteur. Ainsi, la somme des données présentées au sein de chaque monographie est supérieure à la version consolidée. Par exemple, les données du spectacle vivant sont indiquées pour cette filière à part entière et le spectacle musical, une de ses composantes, est également intégré dans la filière musique.
Télévision
Musique
Spectacle vivant
17 450
176 467
8 385
249 712
5 989
2 396
240 874
18 001
267 713
1 595
16 556
4 873
134 967
41 501
14 921
1 355
10 048
8 600
7 016
6 041
233 857
3 297
1 087
101 699
2 559
240
Arts graphiques et plastiques
1 055
101 933
270
10 402
89 514
10 672
12 419
61 425
13 193
1 228 255
74 618
1 124 089
104 166
307 716
4 384
4 191
105 890
1 314
18 597
4 991
3 677
5 038
19 814
18 759
9 270
298 446
5,6Mds€
Des spectateurs toujours assidus en France, mais une industrie qui doit conforter son rayonnement international.
105 890emplois
Les 9 marchés culturels et créatifs de la France
1 Les arts graphiques et plastiques
La télévision
Le premier employeur et le plus important chiffre d’affaires des industries culturelles et créatives.
4,4Mds€
La radio
307 716emplois
Un média de confiance qui cherche sa croissancedans des stratégies numériques intégrées.
8,6Mds€
Le cinéma
19,8Mds€
e Le 2plus important chiffre d’affaires des marchés culturels et créatifs pour une industrie qui sait s’adapter aux nouveaux usages.
1 Ce marché s’entend dans son approche maximaliste, incluant les architectes et le design.
240 874emplois
9
|
10,7Mds€
101 933emplois
Un secteur qui subit durement les effets de la crisemais qui relève activement le défi du numérique.
La presse/journaux et magazines
Les jeux vidéo
Champion à l’exportation, un secteur qui diversifie son public et vit une transition vers le jeu connecté.
8,4Mds€
Un marché porté par le spectacle musical, qui doit faire face à la baisse des subventions publiques en trouvant de nouveaux relais de croissance.
14,9Mds€
23 635emplois
5Mds€
Le spectacle vivant
1,6Md€
176 467emplois
Les livres
267 713emplois
Une stabilité remarquable dans un contexte tendu,et un livre numérique qui prend une place croissante.
79 613emplois
Une des premières pratiques culturelles des Français, dont l’écosystème et la consommation sont transformés par le numérique.
17 450emplois
La musique
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text