59 pages
Français

Une ville flottante

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
59 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Une ville flottanteJules Verne1871Chapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIChapitre VIIChapitre VIIIChapitre IXChapitre XChapitre XIChapitre XIIChapitre XIIIChapitre XIVChapitre XVChapitre XVIChapitre XVIIChapitre XVIIIChapitre XIXChapitre XXChapitre XXIChapitre XXIIChapitre XXIIIChapitre XXIVChapitre XXVChapitre XXVIChapitre XXVIIChapitre XXVIIIChapitre XXIXChapitre XXXChapitre XXXIChapitre XXXIIChapitre XXXIIIChapitre XXXIVChapitre XXXVChapitre XXXVIChapitre XXXVIIChapitre XXXVIIIChapitre XXXIXUne ville flottante : IILe 18 mars 1867, j’arrivais à Liverpool. Le Great-Eastern devait partir quelquesjours après pour New-York, et je venais prendre passage à son bord. Voyaged’amateur, rien de plus. Une traversée de l’Atlantique sur ce gigantesque bateaume tentait. Par occasion, je comptais visiter le North-Amérique, maisaccessoirement. Le Great-Eastern d’abord. Le pays célébré par Cooper ensuite.En effet, ce steam-ship est un chef-d’œuvre de construction navale. C’est plus qu’unvaisseau, c’est une ville flottante, un morceau de comté, détaché du sol anglais, qui,après avoir traversé la mer, va se souder au continent américain. Je me figuraiscette masse énorme emportée sur les flots, sa lutte contre les vents qu’elle défie,son audace devant la mer impuissante, son indifférence à la lame, sa stabilité aumilieu de cet élément qui secoue comme des chaloupes les Warriors et lesSolférinos. Mais mon ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 63
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Extrait

Chapitre IChapitre IIChapitre IIIChapitre IVChapitre VChapitre VIChapitre VIIChapitre VIIIChapitre IXChapitre XChapitre XIChapitre XIIChapitre XIIIChapitre XIVChapitre XVChapitre XVIChapitre XVIIChapitre XVIIIChapitre XIXChapitre XXChapitre XXIChapitre XXIIChapitre XXIIIChapitre XXIVChapitre XXVChapitre XXVIChapitre XXVIIChapitre XXVIIIChapitre XXIXChapitre XXXChapitre XXXIChapitre XXXIIChapitre XXXIIIChapitre XXXIVChapitre XXXVChapitre XXXVIChapitre XXXVIIChapitre XXXVIIIChapitre XXXIXUne ville flottante : IUne ville flottanteJules Verne1781ILe 18 mars 1867, j’arrivais à Liverpool. Le Great-Eastern devait partir quelquesjours après pour New-York, et je venais prendre passage à son bord. Voyaged’amateur, rien de plus. Une traversée de l’Atlantique sur ce gigantesque bateaume tentait. Par occasion, je comptais visiter le North-Amérique, maisaccessoirement. Le Great-Eastern d’abord. Le pays célébré par Cooper ensuite.En effet, ce steam-ship est un chef-d’œuvre de construction navale. C’est plus qu’unvaisseau, c’est une ville flottante, un morceau de comté, détaché du sol anglais, qui,après avoir traversé la mer, va se souder au continent américain. Je me figurais
cette masse énorme emportée sur les flots, sa lutte contre les vents qu’elle défie,son audace devant la mer impuissante, son indifférence à la lame, sa stabilité aumilieu de cet élément qui secoue comme des chaloupes les Warriors et lesSolférinos. Mais mon imagination s’était arrêtée en deçà. Toutes ces choses, je lesvis pendant cette traversée, et bien d’autres encore qui ne sont plus du Domainemaritime. Si le Great-Eastern n’est pas seulement une machine nautique, si c’estun microcosme et s’il emporte un monde avec lui, un observateur ne s’étonnera pasd’y rencontrer, comme sur un plus grand théâtre, tous les instincts, tous les ridicules,toutes les passions des hommes.En quittant la gare, je me rendis à l’hôtel Adelphi. Le départ du Great-Eastern étaitannoncé pour le 20 mars. Désirant suivre les derniers préparatifs, je fis demanderau capitaine Anderson, commandant du steam-ship, la permission de m’installerimmédiatement à bord. Il m’y autorisa fort obligeamment.Le lendemain, je descendis vers les bassins qui forment une double lisière dedocks sur les rives de la Mersey. Les ponts tournants me permirent d’atteindre lequai de New-Prince, sorte de radeau mobile qui suit les mouvements de la marée.C’est une place d’embarquement pour les nombreux boats qui font le service deBirkenhead, annexe de Liverpool, située sur la rive gauche de la Mersey.Cette Mersey, comme la Tamise, n’est qu’une insignifiante rivière, indigne du nomde fleuve, bien qu’elle se jette à la mer. C’est une vaste dépression du sol, remplied’eau, un véritable trou que sa profondeur rend propre à recevoir des navires duplus fort tonnage. Tel le Great-Eastern, auquel la plupart des autres ports du mondesont rigoureusement interdits. Grâce à cette disposition naturelle, ces ruisseaux dela Tamise et de la Mersey ont vu se fonder presque à leur embouchure, deuximmenses villes de commerce, Londres et Liverpool ; de même, et à peu près pourdes considérations identiques, Glasgow, sur la rivière Clyde.À la cale de New-Prince chauffait un tender, petit bateau à vapeur, affecté auservice du Great-Eastern. Je m’installai sur le pont, déjà encombré d’ouvriers et demanœuvres qui se rendaient à bord du steam-ship. Quand sept heures du matinsonnèrent à la tour Victoria, le tender largua ses amarres, et suivit à grande vitessele flot montant de la Mersey.À peine avait-il débordé que j’aperçus sur la cale un jeune homme de grande taille,ayant cette physionomie aristocratique qui distingue l’officier anglais. Je crusreconnaître en lui un de mes amis, capitaine à l’armée des Indes, que je n’avais pasvu depuis plusieurs années. Mais je devais me tromper, car le capitaine Mac Elwinne pouvait avoir quitté Bombay. Je l’aurais su. D’ailleurs Mac Elwin était un garçongai, insouciant, un joyeux camarade, et celui-ci, s’il offrait à mes yeux les traits demon ami, semblait triste et comme accablé d’une secrète douleur. Quoi qu’il ensoit, je n’eus pas le temps de l’observer avec plus d’attention, car le tenders’éloignait rapidement, et l’impression fondée sur cette ressemblance s’effaçabientôt dans mon esprit.Le Great-Eastern était mouillé à peu près à trois milles en amont, à la hauteur despremières maisons de Liverpool. Du quai de New-Prince, on ne pouvaitl’apercevoir. Ce fut au premier tournant de la rivière que j’entrevis sa masseimposante. On eût dit une sorte d’îlot à demi estompé dans les brumes. Il seprésentait par l’avant, ayant évité au flot ; mais bientôt le tender prit du tour, et lesteam-ship se montra dans toute sa longueur. Il me parut ce qu’il était : énorme !Trois ou quatre « charbonniers », accostés à ses flancs, lui versaient par sessabords percés au-dessus de la ligne de flottaison leur chargement de houille. Prèsdu Great-Eastern, ces trois-mâts ressemblaient à des barques. Leurs cheminéesn’atteignaient même pas la première ligne des hublots évidés dans sa coque ; leursbarres de perroquet ne dépassaient pas ses pavois. Le géant aurait pu hisser cesnavires sur son porte manteau, en guise de chaloupes à vapeur.Cependant le tender s’approchait ; il passa sous l’étrave droite du Great-Eastern,dont les chaînes se tendaient violemment sous la poussée du flot ; puis, le rangeantà bâbord, il stoppa au bas du vaste escalier qui serpentait sur ses flancs. Danscette position, le pont du tender affleurait seulement la ligne de flottaison du steam-ship, cette ligne qu’il devait atteindre en pleine charge, et qui émergeait encore dedeux mètres.Cependant les ouvriers débarquaient en hâte et gravissaient ces nombreux étagesde marches qui se terminaient à la coupée du navire. Moi, la tête renversée, lecorps rejeté en arrière, comme un touriste qui regarde un édifice élevé, jecontemplais les roues du Great-Eastern.
Vues de côté, ces roues paraissaient maigres, émaciées, bien que la longueur deleurs pales fût de quatre mètres ; mais de face, elles avaient un aspect monumental.Leur élégante armature, la disposition du solide moyeu, point d’appui de tout lesystème, les étrésillons entrecroisés, destinés à maintenir l’écartement de la triplejante, cette auréole de rayons rouges, ce mécanisme à demi perdu dans l’ombredes larges tambours qui coiffaient l’appareil, tout cet ensemble frappait l’esprit etévoquait l’idée de quelque puissance farouche et mystérieuse.Avec quelle énergie ces pales de bois, si vigoureusement boulonnées, devaientbattre les eaux que le flux brisait en ce moment contre elles ! Quels bouillonnementsdes nappes liquides, quand ce puissant engin lesUne ville flottante : IIdeux larges rues ou plutôt deux boulevards qu’une foule compacte encombrait.J’arrivai ainsi au centre même du bâtiment, entre les tambours réunis par un doublesystème de passerelles.Là, s’ouvrait le gouffre destiné à contenir les organes de la machine à roues.J’aperçus alors cet admirable engin de locomotion. Une cinquantaine d’ouvriersétaient répartis sur les claires-voies métalliques du bâti de fonte, les uns accrochésaux longs pistons inclinés sous des angles divers, les autres suspendus aux bielles,ceux-ci ajustant l’excentrique, ceux-là boulonnant au moyen d’énormes clefs lescoussinets des tourillons. Ce tronc de métal qui descendait lentement par l’écoutille,c’était un nouvel arbre de couche destiné à transmettre aux roues le mouvementdes bielles. De cet abîme sortait un bruit continu, fait de sons aigres et discordants.Après avoir jeté un rapide coup d’œil sur ces travaux d’ajustage, je repris mapromenade et j’arrivai sur l’avant. Là, des tapissiers achevaient de décorer unassez vaste rouffle désigné sous le nom de « smoking-room », la chambre à fumer,le véritable estaminet de cette ville flottante, magnifique café éclairé par quatorzefenêtres, plafonné blanc et or et lambrissé de panneaux en citronnier. Puis, aprèsavoir traversé une sorte de petite place triangulaire que formait l’avant du pont,j’atteignis l’étrave qui tombait d’aplomb à la surface des eaux.De ce point extrême, me retournant, j’aperçus dans une déchirure des brumes,l’arrière du Great-Eastern à une distance de plus de deux hectomètres. Ce colossemérite bien qu’on emploie de tels multiples pour en évaluer les dimensions.Je revins en suivant le boulevard de tribord, passant entre les rouffles et les pavois,évitant le choc des poulies qui se balançaient dans les airs et le coup de fouet desmanœuvres que la brise cinglait çà et là, me dégageant ici des heurts d’une gruevolante, et plus loin des scories enflammées qu’une forge lançait comme unbouquet d’artifice. J’apercevais à peine le sommet des mâts, hauts de deux centspieds, qui se perdaient dans le brouillard, auquel les tenders de service et les« charbonniers » mêlaient leur fumée noire. Après avoir dépassé la grandeécoutille de la machine à roues, je remarquai un « petit hôtel » qui s’élevait sur magauche, puis la longue façade latérale d’un palais surmonté d’une terrasse dont onfourbissait les garde-fous. Enfin j’atteignis l’arrière du steam-ship, à l’endroit oùs’élevait l’échafaudage que j’ai déjà signalé. Là, entre le dernier roufle et le vastecaillebotis au-dessus duquel se dressaient les quatre roues du gouvernail, desmécaniciens achevaient d’installer une machine à vapeur. Cette machine secomposait de deux cylindres horizontaux et présentait un système de pignons, deleviers, de déclics qui me sembla très compliqué. Je n’en compris pas d’abord ladestination, mais il me parut qu’ici, comme partout, les préparatifs étaient loind’être terminés.Et maintenant, pourquoi ces retards, pourquoi tant d’aménagements nouveaux àbord du Great-Eastern, navire relativement neuf ? C’est ce qu’il faut dire enquelques mots.Après une vingtaine de traversées entre l’Angleterre et l’Amérique, et dont l’une futmarquée par des accidents très-graves, l’exploitation du Great-Eastern avait étémomentanément abandonnée. Cet immense bateau, disposé pour le transport desvoyageurs, ne semblait plus bon à rien et se voyait mis au rebut par la race défiantedes passagers d’outre-mer. Lorsque les premières tentatives pour poser le câblesur son plateau télégraphique eurent échoué, – insuccès dû en partie à
l’insuffisance des navires qui le transportaient, – les ingénieurs songèrent au Great-Eastern. Lui seul pouvait emmagasiner à son bord ces trois mille quatre centskilomètres de fil métallique, pesant quatre mille cinq cents tonnes. Lui seul pouvait,grâce à sa parfaite indifférence à la mer, dérouler et immerger cet immense grelin.Mais pour arrimer ce câble dans les flancs du navire, il fallut des aménagementsparticuliers. On fit sauter deux chaudières sur six et une cheminée sur trois,appartenant à la machine de l’hélice. À leur place, de vastes récipients furentdisposés pour y loger le câble qu’une nappe d’eau préservait des altérations del’air. Le fil passait ainsi de ces lacs flottants à la mer sans subir le contact descouches atmosphériques.L’opération de la pose du câble s’accomplit avec succès, et, le résultat obtenu, leGreat-Eastern fut relégué de nouveau dans son coûteux abandon. Survint alorsl’Exposition universelle de 1867. Une Compagnie française, dite Société desAffréteurs du Great-Eastern, à responsabilité limitée, se fonda au capital de deuxmillions de francs, dans l’intention d’employer le vaste navire au transport desvisiteurs transocéaniens. De là nécessité de réapproprier le steam-ship à cettedestination, nécessité de combler les récipients et de rétablir les chaudières,nécessité d’agrandir des salons que devaient habiter plusieurs milliers devoyageurs et de construire ces roufles contenant des salles à mangersupplémentaires ; enfin, aménagement de trois mille lits dans les flancs de lagigantesque coque.Le Great-Eastern fut affrété au prix de vingt-cinq mille francs par mois. Deuxcontrats furent passés avec G. Forrester & Co., de Liverpool : le premier, au prixde cinq cent trente-huit mille sept cent cinquante francs, pour l’établissement desnouvelles chaudières de l’hélice ; le second, au prix de six cent soixante-deux millecinq cents francs, pour réparations générales et installations du navire.Avant d’entreprendre ces derniers travaux, le Board of Trade exigea que le navirefût passé sur le gril, afin que sa coque pût être rigoureusement visitée. Cettecoûteuse opération faite, une longue déchirure du bordé extérieur futsoigneusement réparée à grands frais. On procéda alors à l’installation desnouvelles chaudières. On dut changer aussi l’arbre moteur des roues, qui avait étéfaussé pendant le dernier voyage ; cet arbre, coudé en son milieu pour recevoir labielle des pompes, fut remplacé par un arbre muni de deux excentriques, ce quiassurait la solidité de cette pièce importante sur laquelle porte tout l’effort. Enfin etpour la première fois, le gouvernail allait être mû par la vapeur.C’est à cette délicate manœuvre que les mécaniciens destinaient la machine qu’ilsajustaient à l’arrière. Le timonier, placé sur la passerelle du centre, entre lesappareils à signaux des roues et de l’hélice, avait sous les yeux un cadran pourvud’une aiguille mobile, qui lui donnait à chaque instant la position de sa barre. Pourla modifier, il se contentait d’imprimer un léger mouvement à une petite rouemesurant à peine un pied de diamètre et dressée verticalement à portée de samain. Aussitôt des valves s’ouvraient ; la vapeur des chaudières se précipitait parde longs tuyaux de conduite dans les deux cylindres de la petite machine ; lespistons se mouvaient avec rapidité, les transmissions agissaient, et le gouvernailobéissait instantanément à ses drosses irrésistiblement entraînées. Si ce systèmeréussissait, un homme gouvernerait, d’un seul doigt, la masse colossale du Great-Eastern.Pendant cinq jours, les travaux continuèrent avec une activité dévorante. Cesretards nuisaient considérablement à l’entreprise des affréteurs ; mais lesentrepreneurs ne pouvaient faire plus. Le départ fut irrévocablement fixé au 26mars. Le 25, le pont du steam-ship était encore encombré de tout l’outillagesupplémentaire.Enfin, pendant cette dernière journée, les passavants, les passerelles, les roufles sedégagèrent peu à peu ; les échafaudages furent démontés ; les grues disparurent ;l’ajustement des machines s’acheva ; les dernières chevilles furent frappées, et lesderniers écrous vissés ; les pièces polies se couvrirent d’un enduit blanc qui devaitles préserver de l’oxydation pendant le voyage ; les réservoirs d’huile se remplirent ;la dernière plaque reposa enfin sur sa mortaise de métal. Ce jour-là, l’ingénieur enchef fit l’essai des chaudières. Une énorme quantité de vapeur se précipita dans lachambre des machines. Penché sur l’écoutille, enveloppé dans ces chaudesémanations, je ne voyais plus rien ; mais j’entendais les longs pistons gémir àtravers leurs boîtes à étoupes, et les gros cylindres osciller avec bruit sur leurssolides tourillons. Un vif bouillonnement se produisait sous les tambours, pendantque les pales frappaient lentement les eaux brumeuses de la Mersey. À l’arrière,l’hélice battait les flots de sa quadruple branche. Les deux machines, entièrementindépendantes l’une de l’autre, étaient prêtes à fonctionner.
Vers cinq heures du soir, une chaloupe à vapeur vint accoster. Elle était destinée auGreat-Eastern. Sa locomobile fut détachée d’abord et hissée sur le pont au moyendes cabestans. Mais, quant à la chaloupe elle-même, elle ne put être embarquée.Sa coque d’acier était d’un poids tel que les pistolets sur lesquels on avait frappéles palans plièrent sous la charge, effet qui ne se fût pas produit, sans doute, si onles eût soutenus au moyen de balancines. Il fallut donc abandonner cette chaloupe ;mais il restait encore au Great-Eastern un chapelet de seize embarcationsaccrochées à ses portemanteaux.Ce soir-là, tout fut à peu près terminé. Les boulevards nettoyés n’offraient plus tracede boue ; l’armée des balayeurs avait passé par là. Le chargement étaitentièrement achevé. Vivres, marchandises, charbon occupaient les cambuses, lacale et les soutes. Cependant, le steamer ne se trouvait pas encore dans ses lignesd’eau et ne tirait pas les neuf mètresUne ville flottante : IIItranspirait à travers les puits profonds qui donnaient accès dans les machines.Quelques matelots fourbissaient les quatre gros canons qui devaient saluerLiverpool à notre passage. Des gabiers couraient sur les vergues et dégageaientles manœuvres. On raidissait les haubans sur leurs épais caps de mouton crochésà l’intérieur des bastingages. Vers onze heures, les tapissiers finissaient d’enfoncerleurs derniers clous et les peintres d’étendre leur dernière couche de peinture. Puistous s’embarquèrent sur le tender qui les attendait. Dès qu’il y eut pressionsuffisante, la vapeur fut envoyée dans les cylindres de la machine motrice dugouvernail, et les mécaniciens reconnurent que l’ingénieux appareil fonctionnaitrégulièrement.Le temps était assez beau. De grandes échappées de soleil se prolongeaient entreles nuages qui se déplaçaient rapidement. À la mer, le vent devait être fort etsouffler en grande brise, ce dont se préoccupait assez peu le Great-Eastern.Tous les officiers étaient à bord et répartis sur les divers points du navire, afin depréparer l’appareillage. L’état-major se composait d’un capitaine, d’un second, dedeux seconds officiers, de cinq lieutenants, dont un Français, M. H…, et d’unvolontaire, Français également.Le capitaine Anderson est un marin de grande réputation dans le commerceanglais. C’est à lui que l’on doit la pose du câble transatlantique. Il est vrai que s’ilréussit là où ses devanciers échouèrent, c’est qu’il opéra dans des conditions bienautrement favorables, ayant le Great-Eastern à sa disposition. Quoi qu’il en soit, cesuccès lui a mérité le titre de « sir », qui lui a été octroyé par la reine. Je trouvai enlui un commandant fort aimable. C’était un homme de cinquante ans, blond fauve,de ce blond qui maintient sa nuance en dépit du temps et de l’âge, la taille haute, lafigure large et souriante, la physionomie calme, l’air bien anglais, marchant d’unpas tranquille et uniforme, la voix douce, les yeux un peu clignotants, jamais lesmains dans les poches, toujours irréprochablement ganté, élégamment vêtu, avecce signe particulier, le petit bout de son mouchoir blanc sortant de la poche de saredingote bleue à triple galon d’or.Le second du navire contrastait singulièrement avec le capitaine Anderson. Il estfacile à peindre ; un petit homme vif, la peau très-hâlée, l’œil un peu injecté, de labarbe noire jusqu’aux yeux, des jambes arquées qui défiaient toutes les surprisesdu roulis. Marin actif, alerte, fort au courant du détail, il donnait ses ordres d’une voixbrève, ordres que répétait le maître d’équipage avec ce rugissement de lionenrhumé qui est particulier à la marine anglaise. Ce second se nommait W… Jecrois que c’était un officier de la flotte, détaché, par permission spéciale, à bord duGreat-Eastern. Enfin, il avait des allures de « loup de mer », et il devait être del’école de cet amiral français – un brave à toute épreuve – qui, au moment ducombat, criait invariablement à ses hommes : « Allons, enfants, ne bronchez pas,car vous savez que j’ai l’habitude de me faire sauter ! »En dehors de cet état-major, les machines étaient sous le commandement d’unchef-ingénieur, aidé de huit ou dix officiers mécaniciens. Sous ses ordresmanœuvrait un bataillon de deux cent cinquante hommes, tant soutiers quechauffeurs ou graisseurs, qui ne quittaient guère les profondeurs du bâtiment.
D’ailleurs, avec dix chaudières ayant dix fourneaux chacune, soit cent feux àconduire, ce bataillon était occupé nuit et jour.Quant à l’équipage proprement dit du steamship, maîtres, quartiers-maîtres,gabiers, timoniers et mousses, il comprenait environ cent hommes. De plus, deuxcents stewards étaient affectés au service des passagers.Tout le monde se trouvait donc à son poste. Le pilote qui devait « sortir » le Great-Eastern des passes de la Mersey était à bord depuis la veille. J’aperçus aussi unpilote français, de l’île de Molène, près d’Ouessant, qui devait faire avec nous latraversée de Liverpool à New York, et, au retour, rentrer le steam-ship dans la radede Brest.« Je commence à croire que nous partirons aujourd’hui ? dis-je au lieutenant H…— Nous n’attendons plus que nos voyageurs, me répondit mon compatriote.— Sont-ils nombreux ?— Douze ou treize cents. »C’était la population d’un gros bourg.À onze heures et demie, on signala le tender, encombré de passagers enfouisdans les chambres, accrochés aux passerelles, étendus sur les tambours, juchéssur les montagnes de colis qui surmontaient le pont. C’était, comme je l’apprisensuite, des Californiens, des Canadiens, des Yankees, des Péruviens, desAméricains du Sud, des Anglais, des Allemands, et deux ou trois Français. Entretous se distinguaient le célèbre Cyrus Field, de New York ; l’honorable John Rose,du Canada ; l’honorable Mac Alpine, de New York ; Mr et Mrs Alfred Cohen, de SanFrancisco ; Mr et Mrs Whitney, de Mont-Réal ; le capitaine Mac Ph… et sa femme.Parmi les Français se trouvait le fondateur de la Société des Affréteurs du Great-Eastern, M. Jules D…, représentant de cette Telegraph Construction andMaintenance Company, qui avait apporté dans l’affaire une contribution de vingtmille livres.Le tender se rangea au pied de l’escalier de tribord. Alors commença l’interminableascension des bagages et des passagers, mais sans hâte, sans cris, ainsi que fontdes gens qui rentrent tranquillement chez eux. Des Français, eux, auraient crudevoir monter là comme à l’assaut, et se comporter en véritables zouaves.Dès que chaque passager avait mis le pied sur le pont du steam ship, son premiersoin était de descendre dans les salles à manger et d’y marquer la place de soncouvert. Sa carte ou son nom, crayonné sur un bout de papier, suffisait à lui assurersa prise de possession. D’ailleurs, un lunch était servi en ce moment, et, enquelques instants, toutes les tables furent garnies de convives, qui, lorsqu’ils sontAnglo-Saxons, savent parfaitement combattre à coups de fourchette les ennuisd’une traversée.J’étais resté sur le pont afin de suivre tous les détails de l’embarquement. À midi etdemi, les bagages étaient transbordés. Je vis là, pêle-mêle, mille colis de toutesformes, de toutes grandeurs, des caisses aussi grosses que des wagons, quipouvaient contenir un mobilier, de petites trousses de voyage d’une éléganceparfaite, des sacs aux angles capricieux, et ces malles américaines ou anglaises,si reconnaissables au luxe de leurs courroies, à leur bouclage multiple, à l’éclat deleurs cuivres, à leurs épaisses couvertures de toile sur lesquelles se détachaientdeux ou trois grandes initiales brossées à travers des découpages de fer-blanc.Bientôt tout ce fouillis eut disparu dans les magasins, j’allais dire dans les gares del’entrepont, et les derniers manœuvres, porteurs ou guides, redescendirent sur letender, qui déborda après avoir encrassé les pavois du Great-Eastern des scoriesde sa fumée.Je retournais vers l’avant ; quand soudain je me trouvai en présence de ce jeunehomme que j’avais entrevu sur le quai de New Prince. Il s’arrêta en m’apercevant, etme tendit une main que je serrai aussitôt avec affection.« Vous, Fabian ! m’écriai-je, vous, ici ?— Moi-même, cher ami.— Je ne m’étais donc pas trompé, c’est bien vous que j’ai entrevu, il y a quelquesjours, sur la cale de départ ?— C’est probable, me répondit Fabian, mais je ne vous ai pas aperçu.
— Et vous venez en Amérique ?— Sans doute ! Un congé de quelques mois, peut-on le mieux passer qu’à courir lemonde ?— Heureux le hasard qui vous a fait choisir le Great-Eastern pour cette promenadede touriste.— Ce n’est point un hasard, mon cher camarade. J’ai lu dans un journal que vouspreniez passage à bord du Great-Eastern, et, comme nous ne nous étions pasrencontrés depuis quelques années, je suis venu trouver le Great-Eastern pour fairela traversée avec vous.— Vous arrivez de l’Inde ?Une ville flottante : IVLe steam-ship commença de venir sur ses ancres. Mais le travail se faisaitlentement ; les maillons cliquetaient, non sans peine, dans les écubiers de l’étrave,et, à mon avis, on aurait pu soulager les chaînes en donnant quelques tours deroues, de manière à les embarquer plus aisément.J’étais à ce moment sur la dunette de l’avant, avec un certain nombre depassagers. Nous observions tous les détails de l’opération et les progrès del’appareillage. Près de moi, un voyageur, impatienté sans doute des lenteurs de lamanœuvre, haussait fréquemment les épaules, et n’épargnait pas à l’impuissantemachine ses moqueries incessantes. C’était un petit homme maigre, nerveux, àmouvements fébriles, dont on voyait à peine les yeux sous le plissement de leurspaupières. Un physionomiste eût reconnu, dès l’abord, que les choses de la viedevaient apparaître par leur côté plaisant à ce philosophe de l’école de Démocrite,dont les muscles zygomatiques, nécessaires à l’action du rire, ne restaient jamaisen repos. Au demeurant, – je le vis plus tard, – un aimable compagnon de voyage.« Monsieur, me dit-il, jusqu’ici j’avais cru que les machines étaient faites pour aiderles hommes, et non les hommes pour aider les machines ! »J’allais répondre à cette juste observation, quand des cris retentirent. Moninterlocuteur et moi, nous étions précipités vers l’avant. Sans exception, tous leshommes disposés sur les barres avaient été renversés ; les uns se relevaient ;d’autres gisaient sur le pont. Un pignon de la machine ayant cassé, le cabestanavait déviré irrésistiblement sous la traction effroyable des chaînes. Les hommes,pris à revers, avaient été frappés avec une violence extrême à la tête ou à lapoitrine. Dégagées de leurs rabans cassés, les barres, faisant mitraille autourd’elles, venaient de tuer quatre matelots et d’en blesser douze. Parmi ces derniers,le maître d’équipage, un Écossais de Dundee.On se précipita vers ces malheureux. Les blessés furent conduits au poste desmalades, situé à l’arrière. Quant aux quatre morts, on s’occupa de les débarquerimmédiatement. D’ailleurs, les Anglo-Saxons ont une telle indifférence pour la viedes gens, que cet événement ne provoqua qu’une médiocre impression à bord.Ces infortunés, tués ou blessés, n’étaient que les dents d’un rouage que l’onpouvait remplacer à peu de frais. On fit le signal de revenir au tender, déjà éloigné.Quelques minutes après, il accostait le navire.Je me dirigeai vers la coupée. L’escalier n’avait pas encore été relevé. Les quatrecadavres, enveloppés de couvertures, furent descendus et déposés sur le pont dutender. Un des médecins du bord s’embarqua afin de les accompagner jusqu’àLiverpool, avec recommandation de rejoindre ensuite le Great-Eastern en toutediligence. Le tender s’éloigna aussitôt,Une ville flottante : V
Bientôt le Great-Eastern se trouva par le travers des cales d’embarquement deLiverpool. Les quatre canons qui devaient saluer la ville se turent, par respect pources morts que le tender débarquait en ce moment. Mais des hurras formidablesremplacèrent ces détonations qui sont la dernière expression de la politessenationale. Aussitôt les mains de battre, les bras de s’agiter, les mouchoirs de sedéployer avec cet enthousiasme dont les Anglais sont si prodigues au départ detout navire, ne fût-ce qu’un simple canot qui va faire une promenade en baie. Maiscomme on répondait à ces saluts ! Quels échos ils provoquaient sur les quais ! Desmilliers de curieux couvraient les murs de Liverpool et de Birkenhead. Les boats,chargés de spectateurs, fourmillaient sur la Mersey. Les marins du Lord Clyde,navire de guerre, mouillé devant les bassins, s’étaient dispersés sur les hautesvergues et saluaient le géant de leurs acclamations. Du haut des dunettes desvaisseaux ancrés dans la rivière, les musiques nous envoyaient des harmoniesterribles que le bruit des hurras ne pouvait couvrir. Les pavillons montaient etdescendaient incessamment en l’honneur du Great-Eastern. Mais bientôt les criscommencèrent à s’éteindre dans l’éloignement. Notre steam-ship rangea de près leTripoli, un paquebot de la ligne Cunard, affecté au transport des émigrants, et qui,malgré sa jauge de deux mille tonneaux, paraissait n’être qu’une simple barque.Puis, sur les deux rives, les maisons se firent de plus en plus rares. Les fuméescessèrent de noircir le paysage. La campagne trancha sur les murs de briques.Encore quelques longues et uniformes rangées de maisons ouvrières. Enfin desvillas apparurent, et sur la rive gauche de la Mersey, de la plate-forme du phare etde l’épaulement du bastion, quelques derniers hourras nous saluèrent une dernière.siofUne ville flottante : VIEntre la côte et nous, la mer présentait une nuance d’un vert sale, comme uneplaque irrégulièrement tachée de sulfate de cuivre. Le vent tendait encore à fraîchir ;quelques embruns volaient comme une poussière ; de nombreux bâtiments, bricksou goélettes, cherchaient à s’élever de la terre ; des steamers passaient encrachant leur fumée noire ; le Great-Eastern, bien qu’il ne fût pas encore animéd’une grande vitesse, les distançait sans peine.Bientôt nous eûmes connaissance de Queen’s-Town, petit port de relâche devantlequel manœuvrait une flottille de pêcheurs. C’est là que tout navire, venant del’Amérique ou des mers du Sud – bateau à vapeur ou bateau à voiles,transatlantique ou bâtiment de commerce, – jette en passant ses sacs à dépêches.Un express, toujours en pression, les emporte à Dublin en quelques heures. Là, unpaquebot, toujours fumant, un steamer pur sang, tout en machines, vrai fuseau àroues qui passe au travers des lames, bateau de course autrement utile queGladiateur ou Fille de l’Air, prend ces lettres, et, traversant le détroit avec unevitesse de dix-huit milles à l’heure, il les dépose à Liverpool. Les dépêches, ainsientraînées, gagnent un jour sur les plus rapides transatlantiques.Vers neuf heures, le Great-Eastern remonta d’un quart dans l’ouest-nord-ouest. Jevenais de descendre sur le pont, lorsque je fus rejoint par le capitaine Mac Elwin.Un de ses amis l’accompagnait, un homme de six pieds, à barbe blonde, dont leslongues moustaches, perdues au milieu des favoris, laissaient le menton àdécouvert, suivant la mode du jour. Ce grand garçon présentait le type de l’officieranglais : il avait la tête haute, mais sans raideur, le regard assuré, les épaulesdégagées, aisance et liberté dans sa marche, en un mot tous les symptômes de cecourage si rare qu’on peut appeler le « courage sans colère ». Je ne me trompaispas sur sa profession.« Mon ami Archibald Corsican, me dit Fabian, comme moi capitaine au 22erégiment de l’armée des Indes. »Ainsi présentés, le capitaine Corsican et moi nous nous saluâmes.« C’est à peine si nous nous sommes vus hier, mon cher Fabian, dis-je aucapitaine Mac Elwin, dont je serrai la main. Nous étions dans le coup de feu dudépart. Je sais seulement que ce n’est point au hasard que je dois de vousrencontrer à bord du Great-Eastern. J’avoue que si je suis pour quelque chosedans la décision que vous avez prise…— Sans doute, mon cher camarade, me répondit Fabian. Le capitaine Corsican etmoi, nous arrivions à Liverpool avec l’intention de prendre passage à bord du
China, de la ligne Cunard, quand nous apprîmes que le Great-Eastern allait tenterune nouvelle traversée entre l’Angleterre et l’Amérique : c’était une occasion.J’appris que vous étiez à bord : c’était un plaisir. Nous ne nous étions pas revusdepuis trois ans, depuis notre beau voyage dans les États scandinaves. Jen’hésitai pas, et voilà pourquoi le tender nous a déposés hier en votre présence.— Mon cher Fabian, répondis-je, je crois que ni le capitaine Corsican ni vous neregretterez votre décision. Une traversée de l’Atlantique sur ce grand bateau nepeut manquer d’être fort intéressante, même pour vous, si peu marins que voussoyez. Il faut avoir vu cela. Mais parlons de vous. Votre dernière lettre – et elle n’apas six semaines de date – portait le timbre de Bombay. J’avais le droit de vouscroire encore à votre régiment.— Nous y étions, il y a trois semaines, répondit Fabian. Nous y menions cetteexistence moitié militaire, moitié campagnarde des officiers indiens, pendantlaquelle on fait plus de chasses que de razzias. Je vous présente même lecapitaine Archibald comme un grand destructeur de tigres. C’est la terreur desJungles. Cependant, bien que nous soyons garçons et sans famille, l’envie nous apris de laisser un peu de repos à ces pauvres carnassiers de la péninsule, et devenir respirer quelques molécules de l’air européen. Nous avons obtenu un congéd’un an, et aussitôt, par la mer Rouge, par Suez, par la France, nous sommesarrivés avec la rapidité d’un express dans notre vieille Angleterre.— Notre vieille Angleterre ! répondit en souriant le capitaine Corsican, nous n’ysommes déjà plus, Fabian. C’est un navire anglais qui nous emporte, mais il estaffrété par une compagnie française, et il nous conduit en Amérique. Trois pavillonsdifférents flottent sur notre tête, et prouvent que nous foulons du pied un sol franco-anglo-américain.— Qu’importe ! répondit Fabian, dont le front se rida un instant sous une impressiondouloureuse, qu’importe, pourvu que notre congé se passe ! Il nous faut dumouvement. C’est la vie. Il est si bon d’oublier le passé, et de tuer le présent par lerenouvellement des choses autour de soi ! Dans quelques jours, nous serons à NewYork, où j’embrasserai ma sœur et ses enfants que je n’ai pas vus depuis plusieursannées. Puis nous visiterons les grands lacs. Nous redescendrons le Mississippijusqu’à la Nouvelle-Orléans. Nous ferons une battue sur l’Amazone. De l’Amériquenous sauterons en Afrique, où les lions et les éléphants se sont donné rendez-vousau Cap, pour fêter l’arrivée du capitaine Corsican, et de là, nous reviendronsimposer aux Cipayes les volontés de la métropole ! »Fabian parlait avec une volubilité nerveuse, et sa poitrine se gonflait de soupirs. Il yavait évidemment dans sa vie un malheur que j’ignorais encore, et que ses lettresmêmes ne m’avaient pas laissé pressentir. Archibald Corsican me parut être aucourant de cette situation. Il montrait une très-vive amitié pour Fabian, plus jeuneque lui de quelques années. Il semblait être le frère aîné de Mac Elwin, ce grandcapitaine anglais, dont le dévouement, à l’occasion, pouvait être porté jusqu’àl’héroïsme. En ce moment notre conversation fut interrompue. La trompette retentità bord. C’était un steward joufflu qui annonçait, un quart d’heure d’avance, le lunchde midi et demi. Quatre fois par jour, à la grande satisfaction des passagers, cerauque cornet résonnait ainsi : à huit heures et demie pour le déjeuner, à midi etdemi pour le lunch, à quatre heures pour le diner, à sept heures et demie pour lethé. En peu d’instants les longs boulevards furent déserts, et bientôt tous lesconvives étaient attablés dans les vastes salons, où je parvins à me placer près deFabian et du capitaine Corsican.Quatre rangs de tables meublaient ces salles à manger. Au-dessus, les verres etles bouteilles, disposés sur leurs planchettes de roulis, gardaient une immobilité etune perpendicularité parfaite. Le steam-ship ne ressentait aucunement lesondulations de la houle. Les convives, hommes, femmes ou enfants, pouvaientluncher sans crainte. Les plats, finement préparés, circulaient. De nombreuxstewards s’empressaient à servir. À la demande de chacun, mentionnée sur unepetite carte ad hoc, ils fournissaient les vins, liqueurs ou ales, qui faisaient l’objetd’un compte à part. Entre tous, les Californiens se distinguaient par leur aptitude àboire du champagne. Il y avait là, près de son mari, ancien douanier, uneblanchisseuse enrichie dans les lavages de San-Francisco, qui buvait du clicquot àtrois dollars la bouteille. Deux ou trois jeunes misses, frêles et pâles, dévoraient destranches de bœuf saignant. De longues mistresses, à défenses d’ivoire, vidaientdans leurs petits verres le contenu d’un œuf à la coque. D’autres dégustaient avecune évidente satisfaction les tartes à la rhubarbe ou les céleris du dessert. Chacunfonctionnait avec entrain. On se serait cru dans un restaurant des boulevards, enplein Paris, non en plein océan.
Le lunch terminé, les roufles se peuplèrent de nouveau. Les gens se saluaient aupassage ou s’abordaient comme des promeneurs de Hyde-Park. Les enfantsjouaient, couraient, lançaient leurs ballons, poussaient leurs cerceaux, ainsi qu’ilsl’eussent fait sur le sable des Tuileries. La plupart des hommes fumaient en sepromenant. Les dames, assises sur des pliants, travaillaient, lisaient ou cousaientensemble. Les gouvernantes et les bonnes surveillaient les bébés. Quelques grosAméricains pansus se balançaient sur leurs chaises à bascule. Les officiers dubord allaient et venaient, les uns faisant leur quart sur les passerelles et surveillant lecompas, les autres répondant aux questions souvent ridicules des passagers. Onentendait aussi, à travers les accalmies de la brise, les sons d’un orgue placé dansle grand roufle de l’arrière, et les accords de deux ou trois pianos de Pleyel qui sefaisaient une déplorable concurrence dans les salons inférieurs.Vers trois heures, de bruyants hourras éclatèrent. Les passagers envahirent lesdunettes. Le Great-Eastern rangeait à deux encablures un paquebot qu’il avaitgagné main sur main. C’était le Propontis, faisant route sur New York, qui salua legéant des mers en passant, et le géant des mers lui rendit son salut.À quatre heures et demie, la terre était toujours en vue et nous restait à trois millessur tribord. On la voyait à peine à travers les embruns d’un grain qui s’étaitsubitement déclaré. Bientôt un feu apparut. C’était le phare de Fastnet, placé sur unroc isolé, et la nuit ne tarda pas à se faire, pendant laquelle nous devions doubler lecap Clear, dernière pointe avancée de la côte d’Irlande.Une ville flottante : VIIIIVJ’ai dit que la longueur du Great Eastern dépassait deux hectomètres. Pour lesesprits friands de comparaison, je dirai qu’il est d’un tiers plus long que le pont desArts. Il n’aurait donc pu évoluer dans la Seine. D’ailleurs, vu son tirant d’eau, il n’yflotterait pas plus que ne flotte le pont des Arts. En réalité, le steamship mesuredeux cent sept mètres cinquante à la ligne de flottaison entre ses perpendiculaires.Il a deux cent dix mètres vingt-cinq sur le pont supérieur, de tête en tête, c’est-à-direque sa longueur est double de celle des plus grands paquebots transatlantiques.Sa largeur est de vingt-cinq mètres trente à son maître couple, et de trente-sixmètres soixante-cinq en dehors des tambours.La coque du Great Eastern est à l’épreuve des plus formidables coups de mer. Elleest double et se compose d’une agrégation de cellules disposées entre bord etserre, qui ont quatre-vingt-six centimètres de hauteur. De plus, treizecompartiments, séparés par des cloisons étanches, accroissent sa sécurité aupoint de vue de la voie d’eau et de l’incendie. Dix mille tonneaux de fer ont étéemployés à la construction de cette coque, et trois millions de rivets, rabattus àchaud, assurent le parfait assemblage des plaques de son bordé.Le Great Eastern déplace vingt-huit mille cinq cents tonneaux, quand il tire trentepieds d’eau. Lège, il ne cale que six mètres dix. Il peut transporter dix millepassagers. Des trois cent soixante-treize chefs-lieux d’arrondissement de laFrance, deux cent soixante-quatorze sont moins peuplés que ne le serait cettesous-préfecture flottante avec son maximum de passagers.Les lignes du Great Eastern sont très allongées. Son étrave droite est percéed’écubiers par lesquels filent les chaînes des ancres. Son avant, très pincé, neprésentant ni creux ni bosses, est fort réussi. Son arrière rond tombe un peu etdépare l’ensemble.De son pont s’élèvent six mâts et cinq cheminées. Les trois premiersmâts sur l’avant sont le « fore-gigger » et le « fore-mast », tous deux mâts demisaine, et le « main-mast », ou grand mât. Les trois derniers sur l’arrière sontappelés « after-main-mast, mizenne-mast et after-gigger ». Le « foremast » et le« main-mast » portent des goëlettes, des huniers et des perroquets. Les quatreautres mâts ne sont gréés que de voiles en pointe ; le tout formant cinq mille quatrecents mètres carrés de surface de voilure, en bonne toile de la fabrique royaled’Edimbourg. Sur les vastes hunes du second et du troisième mât, une compagniede soldats pourrait manœuvrer à l’aise. De ces six mâts, maintenus par deshaubans et des gal-haubans métalliques, le second, le troisième et le quatrième
sont faits de tôles boulonnées, véritables chefs-d’œuvre de chaudronnerie. Àl’étambrai, ils mesurent un mètre dix de diamètre, et le plus grand, le « main-mast »,s’élève à une hauteur de deux cent sept pieds français, qui est supérieure à celledes tours de Notre-Dame.Quant aux cheminées, deux en avant des tambours desservent la machine à aubes,trois en arrière desservent la machine à hélice ; ce sont d’énormes cylindres, hautsde trente mètres cinquante, maintenus par des chaînes frappées sur les roufles.À l’intérieur du Great-Eastern, l’aménagement de la vaste coque a étéjudicieusement compris. L’avant renferme les buanderies à vapeur et le poste del’équipage. Viennent ensuite un salon de dames et un grand salon décoré delustres, de lampes à roulis, de peintures recouvertes de glaces. Ces magnifiquespièces reçoivent le jour à travers des claires-voies latérales, supportées surd’élégantes colonnettes dorées, et elles communiquent avec le pont supérieur parde larges escaliers à marches métalliques et à rampes d’acajou. En abord sontdisposés quatre rangs de cabines que sépare un couloir, les unes communiquantpar un palier, les autres placées à l’étage inférieur, auxquelles donne accès unescalier spécial. Sur l’arrière, les trois vastes « dining-rooms » présentaient lamême disposition pour les cabines. Des salons de l’avant à ceux de l’arrière, onpassait en suivant une coursive dallée qui contourne la machine des roues entreses parois de tôle et les offices du bord.Les machines du Great-Eastern sont justement considérées comme des chefs-d’œuvre, – j’allais dire des chefs-d’œuvre d’horlogerie. Rien de plus étonnant quede voir ces énormes rouages fonctionner avec la précision et la douceur d’unemontre. La puissance nominale de la machine à aubes est de mille chevaux. Cettemachine se compose de quatre cylindres oscillants, d’un diamètre de deux mètresvingt-six, accouplés par paires, et développant quatre mètres vingt-sept de courseau moyen de leurs pistons directement articulés sur les bielles. La pressionmoyenne est de vingt livres par pouce, environ un kilogramme soixante-seize parcentimètres carré, soit une atmosphère deux tiers. La surface de chauffe des quatrechaudières réunies est de sept cent quatre-vingts mètres carrés. Cet « engine-paddle » marche avec un calme majestueux ; son excentrique, entraîné par l’arbrede couche, semble s’enlever comme un ballon dans l’air. Il peut donner douze toursde roues par minute, et contraste singulièrement avec la machine de l’hélice, plusrapide, plus rageuse, qui s’emporte sous la poussée de ses seize cents chevaux-vapeur.Cet « engine-screw » compte quatre cylindres fixes, disposés horizontalement. Ilsse font tête deux par deux, et leurs pistons, dont la course est de un mètre vingt-quatre, agissent directement sur l’arbre de l’hélice. Sous la pression produite parses six chaudières, dont la surface de chauffe est de onze cent soixante-quinzemètres carrés, l’hélice, pesant soixante tonneaux, peut donner jusqu’à quarante-huitrévolutions par minute ; mais alors, haletante, pressée, éperdue, cette machinevertigineuse s’emporte, et ses longs cylindres semblent s’attaquer à coups depistons, comme d’énormes ragots à coups de défenses.Indépendamment de ces deux appareils, le Great-Eastern possède encore sixautres machines auxiliaires pour l’alimentation, les mises en train et les cabestans.La vapeur, on le voit, joue à bord un rôle important dans toutes les manœuvres.Tel est ce steam-ship sans pareil et reconnaissable entre tous. Ce qui n’empêchapas un capitaine français de porter un jour cette mention naïve sur son livre debord : « Rencontré navire à six mâts et cinq cheminées. Supposé Great-Eastern. »Une ville flottante : VIIILa nuit du mercredi au jeudi fut assez mauvaise. Mon cadre s’agitaextraordinairement, et je dus m’accoter des genoux et des coudes contre saplanche de roulis. Sacs et valises allaient et venaient dans ma cabine. Un tumulteinsolite emplissait le salon voisin, au milieu duquel deux ou trois cents colis,provisoirement déposés, roulaient d’un bord à l’autre, heurtant avec fracas lesbancs et les tables. Les portes battaient, les ais craquaient, les cloisons poussaientces gémissements particuliers au bois de sape, les verres et les bouteilles
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text