58 pages
Français

Une famille parisienne à Madagascar avant et pendant l’Expédition

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
58 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Une famille parisienne à Madagascar avant et
pendant l'Expédition
Adolphe Badin
1897
Avant l’Expédition
CHAPITRE I – Une victime de la Bourse
CHAPITRE II – Lettre d’un revenant
CHAPITRE III – Départ pour Madagascar
CHAPITRE IV – L’oncle Daniel chez lui
CHAPITRE V – Installation à Maevasamba
CHAPITRE VI - Un enterrement chez les Sakalaves
CHAPITRE VII – La fièvre à Madagascar
CHAPITRE VIII – Pauvres petits !
CHAPITRE IX – Assassinat de Michel
Pendant l’Expédition
CHAPITRE I – Au quartier général
CHAPITRE II – La revanche de l’oncle David
CHAPITRE III – Mort du colonel Gillon
CHAPITRE IV – Une ambulance improvisée
CHAPITRE V – Infirmière et capitaine
CHAPITRE VI – Henri retrouve les assassins de son père
CHAPITRE VII – Les grandes colères de l’oncle Daniel
CHAPITRE VIII – Prise de Mavetanana
CHAPITRE IX – Le 14 juillet à Suberbieville
CHAPITRE X – Une lettre de Henri
CHAPITRE XI – Le premier mort de Marguerite
CHAPITRE XII – Rencontre inattendue
CHAPITRE XIII – A Tananarive
CHAPITRE XIV – Retour de Henri et du Capitaine
CHAPITRE XV – Et l’histoire finit par un mariage
Une famille parisienne à Madagascar avant et pendant
l’Expédition : Partie I : Chapitre 1 Il était près de huit heures lorsque Michel Berthier-Lautrec rentra. Sa femme commençait à s’inquiéter.
« Pourquoi ne vous êtes-vous pas mis à table sans moi ? dit Michel avec humeur.
– Nous avons préféré t’attendre, dit Mme Berthier-Lautrec de sa voix douce. D’ailleurs, les enfants n’avaient pas faim, ni moi non plus.
– ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 130
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Extrait

Une famille parisienne à Madagascar avant etpendant l'ExpéditionAdolphe Badin1897Avant l’ExpéditionCHAPITRE I – Une victime de la BourseCHAPITRE II – Lettre d’un revenantCHAPITRE III – Départ pour MadagascarCHAPITRE IV L’oncle Daniel chez luiCHAPITRE V – Installation à MaevasambaCHAPITRE VI - Un enterrement chez les SakalavesCHAPITRE VII La fièvre à MadagascarCHAPITRE VIII – Pauvres petits !CHAPITRE IX Assassinat de MichelPendant l’ExpéditionCHAPITRE I – Au quartier généralCHAPITRE II – La revanche de l’oncle DavidCHAPITRE III – Mort du colonel GillonCHAPITRE IV – Une ambulance improviséeCHAPITRE V – Infirmière et capitaineCHAPITRE VI – Henri retrouve les assassins de son pèreCHAPITRE VII – Les grandes colères de l’oncle DanielCHAPITRE VIII – Prise de MavetananaCHAPITRE IX – Le 14 juillet à SuberbievilleCHAPITRE X – Une lettre de HenriCHAPITRE XI – Le premier mort de MargueriteCHAPITRE XII – Rencontre inattendueCHAPITRE XIII – A TananariveCHAPITRE XIV – Retour de Henri et du CapitaineCHAPITRE XV – Et l’histoire finit par un mariageUne famille parisienne à Madagascar avant et pendantl’Expédition : Partie I : Chapitre 1
Il était près de huit heures lorsque Michel Berthier-Lautrec rentra. Sa femme commençait à s’inquiéter.« Pourquoi ne vous êtes-vous pas mis à table sans moi ? dit Michel avec humeur.– Nous avons préféré t’attendre, dit Mme Berthier-Lautrec de sa voix douce. D’ailleurs, les enfants n’avaient pas faim, ni moi non plus.– N’importe ! Une fois pour toutes, je t’ai dit que je ne voulais pas qu’on m’attendît.– Bien, mon ami. On ne t’attendra plus. Mon petit Henri, veux-tu sonner pour qu’on serve ? »Ce n’était pas la première fois que pareille scène de ménage se passait chez les Berthier-Lautrec. Depuis quelque temps, lecaractère de Michel, plutôt gai, s’était aigri. Presque chaque soir il rapportait à la maison un front assombri, dînait sans prononcerune parole, puis, le café pris, il se levait de table et allait s’enfermer dans son cabinet, où il restait à veiller jusqu’à une heure avancéede la nuit.Sa femme, qui l’adorait, souffrait de ce changement ; mais elle feignait de ne pas s’en apercevoir, espérant d’ailleurs que ce n’étaitqu’un moment à passer, qu’un jour ou l’autre, l’ancienne égalité d’humeur de son mari reviendrait.Ce soir-là cependant le front de Michel était si morose, ses yeux se dérobaient avec un parti pris si évident, comme pour empêcherd’y lire le secret des préoccupations qui le tourmentaient, que la pauvre femme n’y tint plus. Au risque de se faire rabrouer, elle alla,dès que les enfants furent couchés, rejoindre son mari dans son cabinet.Comme il la regardait, surpris de cette visite inaccoutumée, elle ne lui laissa pas le temps de la questionner, et, passant derrière sonfauteuil, elle lui glissa les bras autour du cou en disant :« Écoute, Michel. Depuis dix-huit ans bientôt que je suis ta femme, est-ce que tu peux me reprocher d’avoir jamais manqué deconfiance envers toi ?– Jamais ! répondit Michel, remué par l’accent ému et tendre à la fois de sa femme.– Eh bien ! pourquoi n’agis-tu point de même à mon égard ? Pourquoi manques-tu de confiance envers moi ?– Où as-tu vu cela ? dit un peu brusquement Michel, en essayant de se dégager du collier caressant que lui faisaient les deux bras desa femme.– Laisse-moi encore un peu ainsi et réponds franchement. Pourquoi ne veux-tu pas me dire ce qui te rend si triste depuis quelquetemps ? –D’abord où prends-tu que je sois plus triste qu’à l’ordinaire ? Je n’ai jamais été bien gai de ma nature, et…– N’essaie pas de me tromper, Michel. Je t’aime trop et depuis trop longtemps pour ne pas te connaître. Je sens parfaitement que tuas des préoccupations, des inquiétudes. Ces préoccupations, ces inquiétudes, je te supplie de ne pas me les cacher plus longtemps.– Je ne te cache rien du tout.– Voyons ! Tu as perdu de l’argent à la Bourse ? Beaucoup d’argent ? Nous sommes ruinés ?– Ruinés ! Tu es folle !– Si cela était, tu ne m’en verrais pas autrement émue. Je m’arrangerais très bien de la pauvreté avec toi, et jamais tu n’entendraisde ma bouche le moindre reproche.– Ma chère Marie ! fit Michel enfin désarmé, en se retournant pour serrer sa femme entre ses bras.Voyant qu’elle gagnait du terrain, celle-ci continua à presser son mari de ses questions.« Allons ! Confessez-vous à votre femme. C’est donc difficile à avouer, ce gros secret ?– Tu as raison, Marie, répondit Michel, renonçant à résister davantage au charme enveloppant de la douce créature. Je n’ai pas àfaire de mystères avec toi et tu vas savoir pourquoi je t’ai semblé ces derniers temps triste et préoccupé. Je voulais garder pour moices misères, sans réfléchir qu’un jour ou l’autre il faudrait bien te les apprendre. Nous ne sommes pas ruinés, tant s’en faut ; etcependant tu avais deviné juste en supposant que notre fortune avait été sérieusement entamée à la suite de liquidationsdésastreuses en Bourse. Voici plus d’un an qu’une malchance persistante semble s’acharner sur moi. Il suffit que je me lance dansune affaire pour qu’elle tourne mal. Quelque bonnes que soient les valeurs sur lesquelles je prends position, un incident arrive à pointnommé pour amener un revirement des cours et me voilà découvert. Ce matin encore une affaire excellente sur le Turc, dans laquellel’homme le plus timoré n’eût pas hésité à s’engager les yeux fermés, s’est effondrée brusquement à la suite d’une dépêche deLondres que rien au monde ne pouvait faire prévoir. Ce dernier coup, je l’avoue, m’a accablé. Je n’ai plus le ressort nécessaire pourréagir et l’avenir me fait peur.– Ce n’est que cela ? dit la vaillante femme. Voilà le terrible mystère que tu me cachais ? Grand enfant, va, qui perds courage pourune opération manquée ! Je te croyais plus d’estomac, comme vous dites à la Bourse.– De l’estomac ! Je pensais en avoir autant qu’homme du monde. Depuis plus de vingt ans que je suis dans les affaires, j’ai eu
souvent des différences considérables qui ne m’ont pas plus démonté que les gros bénéfices ne m’éblouissaient. Mais cetteincroyable déveine qui ne me laisse aucun répit m’a cassé bras et jambes. Il y a des moments où j’ai envie de tout planter là et dem’en aller au bout du monde.– Et moi ? Et les enfants ?– Mais justement, c’est pour toi, c’est pour Henri et Marguerite que je me désole et que je m’inquiète. Qui sait si, moi disparu, lafatalité ne cessera pas de vous poursuivre ?– Tais-toi ! Ne parle pas ainsi !– A quoi vous suis-je bon, sinon à vous entraîner avec moi dans ma ruine ?– D’abord nous ne sommes pas ruinés, tu l’as dit toi-même. Et quand cela serait, au surplus ? Tant que rien ne nous séparera les unsdes autres, quoi qu’il arrive, nous ne pourrons jamais être malheureux. S’il nous faut réduire notre train de maison, vendre notrecampagne de Nangis, nos chevaux et nos voitures, supprimer enfin de notre vie les dépenses de luxe et de fantaisie, eh bien ! nousle ferons, en attendant des jours meilleurs. Tout cela n’est rien. Je n’ai donc pas su te faire comprendre ce que j’ai voulu être pour toi :la compagne, l’associée, l’amie, dont le rôle est de soutenir son mari dans la lutte de la vie, et, lorsque les jours sombres arrivent, delui tendre les bras pour qu’il y repose son front fatigué ?– Chère femme ! dit Michel. Tu es mon courage et ma force. Je te promets de n’avoir plus de défaillance. Dès demain je me remets àla besogne. Espérons que le sort se lassera de s’acharner sur moi.– Et dorénavant, dit Marie en levant le doigt avec un gracieux geste de menace, plus de secrets entre nous, n’est-ce pas ?– Jamais plus ! » répondit Michel en baisant le petit doigt rose, comme pour sceller l’engagement qu’il prenait.Une famille parisienne à Madagascar avant et pendantl’Expédition : Partie I : Chapitre 2Quelques jours après, Michel Berthier trouva dans son courrier du matin la lettre suivante :Manakarana, province du Boueni, Madagascar,17 août 1892.Mon cher Michel,C’est un revenant qui t’écrit. Tu ne te souviens peut-être plus de ce cerveau brûlé d’oncle Daniel qui fut, de tout temps, l’épouvantailde la famille ? Si par hasard tu ne m’as pas complètement oublié, tu dois penser que je dors depuis belles années au fond dequelque trou tropical, sous une latitude extravagante. Quant à moi, j’ai conservé un souvenir très précis de ta physionomie, et il mesemble que je te reconnaîtrais tout de suite si je me trouvais nez à nez avec toi, bien qu’il y ait quelque chose comme vingt-huit ans, sije sais compter, que nous nous sommes quittés. Je te vois encore avec ton képi et ta tunique de collégien et je t’entends mequestionner avidement sur les « pays de sauvages » que j’avais déjà visités. Tu étais à peu près le seul qui paraissais t’intéresser àl’éternel voyageur, au Juif errant de la famille ; c’est pour cela probablement que j’ai emporté de toi une meilleure impression que desautres. Ce n’est pas, du reste, que j’aie gardé rancune à tous ces braves gens qui me jugeaient d’après leurs idées européennes.Toi, grâce à ton âge, tu n’écoutais que ton instinct ; et ton instinct te disait que je n’étais pas l’original excentrique et égoïste que toutle monde imaginait autour de toi. Peut-être, il est vrai, si tu avais eu quelque dix ans de plus, ne m’aurais-tu pas jugé moinssévèrement que tes parents. Quoi qu’il en soit, avant de te faire part du motif de cette lettre, il faut que tu saches tout d’abord ce queje suis devenu depuis que tu n’as entendu parler de moi. Après avoir fait l’élevage des bœufs et des moutons en Australie pendant delongues années avec des fortunes diverses, j’allai au Japon pour le compte d’une forte maison d’opium de Calcutta, puis à Bangkokoù je gagnai pas mal d’argent dans le commerce des bois. En mai 1883, un peu las d’avoir roulé du nord au sud et de l’est à l’ouest,je rentrais en France avec un magot de taille raisonnable, lorsque les hasards d’une relâche forcée en rade de Diégo-Suarez medonnèrent l’idée d’explorer les parties les plus intéressantes de l’île de Madagascar. Je n’avais point annoncé mon retour en Franceet personne ne m’attendait ; j’étais donc parfaitement libre d’interrompre mon voyage à mon gré. Je l’interrompis. J’avais la chancede tomber dans la bonne saison, la saison sèche ; je pus donc visiter l’île presque d’un bout à l’autre dans les meilleures conditions.Au cours de mes excursions j’eus maintes fois l’occasion de remarquer des richesses naturelles de toute sorte qui demeuraientstériles et improductives par suite du manque de bras et de voies de communication. Après avoir passé quelques semaines àTananarive, la capitale, je regagnai la côte occidentale par Majunga et Manakarana où, à la suite d’une imprudence, je tombaigravement malade de la fièvre. Heureusement pour moi, je fus très bien soigné par un ancien chirurgien de marine de passage dansla région, et j’eus la chance de me rétablir assez vite. Une fois convalescent, en attendant le prochain bateau de Maurice, j’employaimes loisirs forcés à battre les environs. Là encore je fus frappé des ressources merveilleuses qui demeuraient inexploitées. Et,
comme je ne pouvais me retenir de gourmander à ce propos les amis que j’avais à Manakarana, ceux-ci m’offrirent aussitôt de mefaire apporter contre une rétribution insignifiante tous les produits naturels ou autres de la région, si je voulais me charger d’en trouverle placement. Je n’étais pas venu à Madagascar pour faire le commerce ; j’hésitai donc longtemps ; mais enfin, sur les instancesrépétées de mes amis, je cédai. Bientôt le bruit se répandit de village en village qu’un vazaha (c’est le nom qu’on donne auxétrangers à Madagascar) établi à Manakarana achetait toutes les productions du pays, quelles qu’elles fussent. En moins d’un mois,je fus envahi, débordé. Tout ce qui était susceptible d’être acheté dans un rayon assez étendu m’arriva à la fois : caoutchouc, gommecopal, bois d’ébène et de palissandre, maïs, riz, orseille, pois du Cap, cire, vanille, cuirs de bœuf salés et jusqu’à des tortues de terrepesant de trois à cinq kilos. Je fus obligé d’improviser des dépôts provisoires, de louer ou d’acheter toutes les cases qui setrouvaient disponibles autour de moi. Au lieu d’argent, mes vendeurs indigènes préféraient être payés en denrées de provenanceeuropéenne. Or, une heureuse coïncidence voulut qu’à ce moment même un brick de commerce du port de Marseille, chargéprécisément d’articles d’échange, le San Thomé, capitaine Marius Richard, à destination de Port-Natal, dût relâcher à Majunga enattendant la fin de je ne sais quelle épidémie qui ravageait la côte orientale sud d’Afrique ; cette épidémie menaçant de se prolonger,le capitaine cherchait à se défaire de sa cargaison à n’importe quel prix, afin de pouvoir regagner son port d’attache dans les délaisvoulus. C’était justement mon affaire, j’achetai le tout en bloc et, comme je payais comptant, je l’eus pour peu de chose. Je me trouvaiainsi à la tête d’un stock considérable de faïence, de quincaillerie, de verroteries, d’armes à feu, de poudre de chasse, de miroirs, decolliers en cornaline, de toiles de Madapolam, de toiles écrues d’Amérique, de guinées de l’Inde, de tissus imprimés, etc., qui mepermit de régler en empochant des bénéfices considérables mes opérations avec les indigènes. En même temps, le capitaineMarius Richard me proposa de m’acheter une partie de mes marchandises du pays, pour constituer au San Thomé un chargementde retour. Seulement les habitudes de la maison Tallard, Breton et Cie, pour le compte de laquelle il naviguait, étaient de n’effectuerses paiements qu’à trois mois. Je ne connaissais ni la maison Tallard, Breton et Cie, ni le capitaine Marius Richard ; je risquais doncgros en acceptant. Je n’hésitai pas cependant. Sous ses allures volontiers bruyantes, surtout quand il avait bu sa double ration derhum, j’avais deviné que Marius Richard était un très honnête homme. Je ne devais pas me repentir d’avoir eu confiance en lui ; car àla date fixée je reçus mon argent. En attendant, j’avais écoulé presque entièrement mon stock d’articles d’échange européens ; etsimultanément un nouvel approvisionnement de produits indigènes m’avait été apporté de plus de vingt lieues à la ronde. J’écrivisalors à la maison Tallard, Breton et Cie, pour lui proposer de faire avec elle une nouvelle opération dans les mêmes conditions que lapremière, en stipulant que la cargaison du nouveau bateau à moi destiné serait composée des articles qui m’étaient le plusdemandés, à savoir outre les porcelaines, les faïences, la verrerie, la mercerie, la quincaillerie, la bimbeloterie, la bijouterie, lesarticles de Paris, qui sont de vente courante, des toileries diverses imprimées et unies – pas les trop belles qualités, car celles-cis’écoulaient plus difficilement, – des vins et des spiritueux divers, champagne, amers, absinthe, etc., des médicaments, de l’huiled’olive, du savon, du sel marin de Marseille, du sucre raffiné, des conserves alimentaires et autres comestibles du même genre.Cette seconde opération m’ayant rapporté les mêmes bénéfices que la première, j’en fis une troisième, puis une quatrième, toujoursavec la même maison ; si bien que pendant huit ans le San Thomé accomplit plusieurs voyages par an pour m’apporter une pleinecargaison d’articles d’échange, qu’il remplaçait par une autre cargaison, non moins pleine, de produits malgaches. Enfin, il y a deuxans, la maison Tallard, Breton et Cie ayant liquidé, j’achetai le San Thomé pour mon propre compte, et le brave Marius Richardpassa à mon service.Depuis ce moment, mes affaires ont pris un développement qui ne peut que s’accroître dans l’avenir. Malheureusement je commenceà me fatiguer, et je prévois que d’ici quelques années je serai forcé de m’arrêter. En même temps je me demande pourquoi je medonne la peine de travailler ainsi, et pour qui. Si encore j’avais quelqu’un, un enfant, un parent quelconque, pour partager avec moi ladirection et les bénéfices de ma maison de commerce, et la reprendre plus tard, quand je ne serai décidément bon à rien ! C’estalors que j’ai pensé à toi, mon cher Michel. Si rien ne te retient en France, pourquoi ne viendrais-tu pas me retrouver ici, où ton avenirserait assuré et où, dès à présent, tu pourrais compter sur une existence des plus larges et des plus agréables ? Quand je pense à lavie mesquine que vous menez là-bas, alors même que votre fortune vous permet un certain luxe ; et surtout au milieu de quellestracasseries, de quelles vexations de tout genre vous vous débattez, j’en hausse les épaules de pitié. Et dire que si j’avais écoutémes parents, qui certes ne voulaient que mon bien, mais dont la nature timorée s’effarait de la moindre initiative, je serais sans douteaujourd’hui un sous-chef de bureau en retraite, ou un ancien commerçant retiré des affaires, avec trois mille francs de revenusamassés péniblement à force d’économies et de privations ! Et encore rien de moins certain. Avec mon humeur indépendante, il estprobable que je n’aurais fait que des bêtises, et que je serais devenu une espèce de meurt-de-faim, inutile ou plutôt nuisible auxautres et à moi-même ; tandis qu’aujourd’hui j’ai un comptoir d’échanges qui me rapporte bon an mal an, presque sans risques sinonsans peine, une soixantaine de mille francs, et mon compte à la banque Roux et Frayssinet frères s’élevait à la fin du mois dernier àdeux millions tout ronds qui ne demandent qu’à faire des petits. Avec un peu plus de fatuité, je pourrais me dire en outre que j’ai créédans un pays perdu, ou à peu près, un établissement qui n’est pas sans intérêt, et travaillé dans mon petit coin au développement ducommerce et de la prospérité de la France. Ah ! pourquoi manquons-nous si souvent, nous autres Français, de cet esprit d’initiativequi fait la fortune de tant d’Anglais, d’Américains, d’Allemands même ? Je crois bien que si par aventure je me trouvais en cemoment à Paris, j’aurais des envies folles d’arrêter les passants sur le boulevard pour leur crier : « Qu’est-ce que vous faites là,espèces de serins, à vous promener la canne à la main, en vous plaignant que les alouettes ne viennent pas vous tomber toutesrôties dans la bouche ? Vendez bien vite tout ce que vous avez, mettez votre argent dans un portefeuille, ledit portefeuille dans lapoche de côté de votre veston, et courez à Marseille vous embarquer sur le premier bateau pour Madagascar. C’est la fortune à brefdélai pour vous et pour les vôtres. Seulement n’attendez pas qu’il soit trop tard. Si vous ne vous hâtez pas, vous trouverez la placeprise, et ce sera tant pis pour vous. »Ne crois pas que j’exagère, mon cher Michel. C’est peut-être le salut de notre pays que cette question de l’expansion coloniale. EnFrance, on passe son temps à s’entre-dévorer pour des misères, des mots, des utopies, ou pour des convoitises, pour des appétits.Au lieu d’ouvrir la porte toute grande aux efforts individuels, vous ne savez quelles barrières inventer pour les refouler ; au lieu dechercher à vous entendre pour vaincre les difficultés sociales, vous en inventeriez plutôt d’imaginaires. Aussi aboutissez-vous à dejolis résultats aux scandales de Panama, de Cornelius Herz, du baron de Reinach ! Vous vous donnez un mal du diable pour arriver àfabriquer des bacheliers ; et qu’est-ce que vous en faites ensuite ? Des oisifs forcés, que la lutte pour la vie sur le sol natal tropencombré élimine et étouffe, ou des déclassés que trop souvent la faim pousse au crime. Envoyez-nous tous ces gens-là ; nous vousrendrons des hommes honnêtes et utiles qui auront gagné une fortune à leurs enfants, tout en ajoutant au domaine colonial de laFrance. Le voilà, le moyen de vous sauver de votre pourriture ! La voilà, la vraie solution de la question sociale !Mais je m’emballe, moi, et les feuillets s’entassent sur les feuillets. Il est vrai qu’une fois n’est pas coutume, et que je ne t’ai jamais
beaucoup fatigué de ma prose. Enfin je me résume et j’en reviens à ma proposition. Je ne sais pas quel est l’état de tes affaires. Jem’imagine seulement qu’à sa mort, mon pauvre Victor, ton père, n’a guère dû te laisser qu’une aisance à peine suffisante pour vivre,comme celle qu’on peut acquérir à Paris après trente ou quarante ans passés au service de l’État. Il me semble bien aussi mesouvenir que tu devais entrer dans la banque ou dans l’industrie. Enfin, n’importe ! De deux choses l’une : ou tu es riche, heureux, bienposé, et alors déchire ma lettre et n’en parlons plus ; ou ta situation, au contraire, est plutôt modeste, aléatoire, rien moins quebrillante. Dans ce cas fais tes paquets et viens me rejoindre au plus vite. Si tu as un capital disponible, je t’offre de te prendre tout desuite comme associé et de t’abandonner ensuite l’affaire le jour où je me retirerai ; si tu n’as pas le sou, tu entreras chez moi commeemployé privilégié avec une large participation aux bénéfices, et, pour l’avenir, tu n’auras pas à regretter de m’avoir écouté.Réponds-moi le plus tôt possible, j’aime les choses qui ne traînent pas. Prends cependant le temps de réfléchir. Si par hasard lecommerce ne te dit rien, il y a ici d’autres voies ouvertes à l’activité des gens qui ne craignent pas leur peine, l’agriculture parexemple. Évidemment toutes les parties de l’île ne sont pas également fertiles. A côté de forêts magnifiques, de plateaux propices àla culture et qu’il serait aisé de rendre admirablement productifs, on trouve des terrains complètement arides, avec un sol ingrat,rocailleux, d’où l’on ne saurait rien tirer. Mais, en somme, avec ses bons et ses mauvais côtés, Madagascar, qui a une superficie plusgrande que celle de la France, nous offre autant de chances d’avenir, au moins, que les meilleures de nos colonies. Une difficulté, ilest vrai, qui retardera longtemps encore le développement de l’île, c’est le manque de bras. Dans la région que j’habite, notamment,les indigènes sont d’un caractère nomade et se soucient peu de cultiver la terre ; pour les remplacer, on est obligé d’aller chercherdes travailleurs en Afrique, et jusque dans l’Inde. L’absence de voies de communication praticables pour relier entre eux et aux portsprincipaux les divers centres de production est également un obstacle sérieux. Mais tout cela pourra s’arranger à la longue ; c’est unesimple affaire de temps et d’argent. La preuve en est qu’on compte déjà à l’intérieur de l’île un certain nombre d’exploitations enpleine prospérité et d’un rendement merveilleux. J’ai eu occasion de voir dans le Sud des plantations de café, de canne à sucre, decoton, de vanille et de tabac qui étaient tout simplement admirables. Il y a aussi des forêts de caoutchouc en pleine exploitation, àcôté d’autres bois immenses où se trouvent des arbres d’essence supérieure, aptes à toutes sortes d’usages, comme l’ébène, lepalissandre, le bois de rose, le tamarin, et d’autres arbres propres au pays. Ajoute à cela l’élevage des bêtes à cornes et des bêtes àlaine, qui se fait dans des conditions tout particulièrement favorables ; et des mines de cuivre, de fer, de plomb argentifère, d’argentet d’or, comme l’exploitation aurifère de M. Suberbie, dans la région du Betsiboka et de l’Ikopa, au-dessous de Mavetanana. Tun’auras donc que l’embarras du choix, si tu préfères l’industrie, ou la culture, au commerce.Quant aux habitants du pays, ils n’aiment guère le travail, mais ils sont doux et faciles à vivre. Il y a bien quelques bandes demaraudeurs – on les appelle des Fahavalos, – mais ils ne s’attaquent qu’aux gens isolés et désarmés. Enfin les autorités de l’île nesont guère gênantes, surtout à la distance où nous sommes de la capitale. De temps à autre on voit apparaître un particulier couleurde pain d’épice et habillé comme un général anglais ou comme un chef de gare ; c’est le gouverneur hova de la ville voisine qui vientessayer de mettre son nez camard dans vos affaires. Mais avec quelques pièces de cent sous en argent et deux ou trois litres derhum on a raison assez facilement des velléités vexatoires de ce vilain monsieur. Reste le climat. Pas fameux, le climat, surtout sur lacôte et pendant les six mois de la saison pluvieuse, de novembre à mai. Mais il ne faut pas exagérer, non plus. En somme, j’ai vu desEuropéens établis depuis des vingt et des trente ans aux Indes et dans l’Extrême-Orient, où il fait beaucoup plus chaud qu’àMadagascar, et qui ne s’en portaient pas plus mal. A plus forte raison peut-on vivre, et vivre très vieux, ici, à condition de se garder duvoisinage des marais et des eaux stagnantes et de ne pas s’exposer directement aux rayons du soleil qui sont mortels. En adoptantle casque colonial de moelle de sureau, les costumes de laine blanche, les manteaux de caoutchouc ; en ne faisant qu’un usageextrêmement modéré des alcools ; enfin en observant avec soin toutes les pratiques hygiéniques, on n’a pas grand’chose à craindre,sauf bien entendu le chapitre des accidents toujours possibles. La meilleure preuve, c’est que depuis dix ans ma seule maladie a étél’attaque de fièvre qui fut la cause première de mon installation à Manakarana et qu’avec mes soixante-deux ans bien sonnés j’aiencore, Dieu merci ! bon pied, bon œil, bonnes dents et bon estomac. Tu vois que la proposition que je te fais de venir vivre avec moin’offre guère que des avantages. Ne te décide pas toutefois sans y avoir réfléchi mûrement. Je n’ai pas besoin d’ajouter combien tonacceptation me rendrait heureux. Tu es à toi seul toute ma famille, que je sache, et je ne voudrais pas partir pour mon dernier voyagesans t’avoir revu. Aussi le jour où j’assisterai à ton débarquement sur notre petite plage, en face de mon comptoir, je t’embrasseraide bon cœur, tu peux en croire ton vieil oncle affectionné.DANIEL BERTHIER-LAUTREC.P.-S. – J’y pense, en me relisant. Depuis le temps que je n’ai entendu parler de toi, peut-être t’es-tu marié, peut-être as-tu desenfants. Si cela est, amène tout ton monde avec toi ; la place ne manque pas ici, et plus j’aurai de neveux, de nièces, de petits-neveuxet de petites-nièces à aimer et à dorloter, plus je serai content.Une famille parisienne à Madagascar avant et pendantl’Expédition : Partie I : Chapitre 3Cette réapparition inattendue d’un oncle qui n’avait point donné signe de vie depuis si longtemps surprenait Michel au lendemainmême de ses récentes déconvenues en Bourse. Un instant il se demanda s’il n’était pas l’objet de quelque mystification, ou bien si unhasard tout à fait invraisemblable n’avait point mis le vieux Daniel au courant de sa situation exacte. Comment imaginer cependantqu’à cinq mille kilomètres de Paris le colon-négociant de Manakarana eût pu deviner ce que Michel avait si soigneusement caché àses plus intimes amis ?C’est à peine, du reste, si Michel se rappelait cet oncle Daniel. Vingt-huit ans d’absence ne laissent pas de jeter dans les mémoires
les plus fidèles une ombre assez épaisse. Il lui fallut faire un gros effort de réflexion pour se représenter un homme de grande taille,haut en couleur, dont les allures quelque peu fantaisistes l’avaient frappé jadis, en raison surtout du contraste formel qu’elles offraientavec les manières réservées jusqu’au scrupule de son père. Il se souvint aussi que le voyageur lui avait témoigné beaucoup desympathie, et raconté très patiemment ses lointains voyages.Quant à la proposition en elle-même, si affectueusement qu’elle fût formulée, elle lui parut au premier abord extravagante. Il était deces parisiens qui ne s’imaginent pas qu’on puisse vivre ailleurs qu’à Paris. Il ne se voyait pas du tout dans le rôle classique du colon,tout de blanc habillé avec un gigantesque chapeau de paille, fouaillant à coups de fouet une équipe de travailleurs noirs comme destaupes et nus comme des vers. Jamais d’ailleurs il ne s’était occupé de culture, grande ou petite, et à peine eût-il été capable dedistinguer un pied de haricots d’un pied de petits pois. Le commerce ne lui était guère moins étranger ; et, quant aux mines d’or,d’argent ou de n’importe quoi, il ne les connaissait que pour avoir joué dessus à la Bourse. Dans ces conditions, qu’eût-il été faire àMadagascar, loin de tout ce qui avait été jusque-là ses occupations, ses goûts, sa vie en un mot ?Il remuait toutes ces réflexions lorsqu’un léger coup frappé à la porte de son cabinet le rappela à la réalité. C’était Mme Berthier qui,prise d’inquiétude en entendant son mari marcher à grands pas, accourait s’assurer si quelque nouvel incident fâcheux ne venait pastroubler encore une fois la paix de leur intérieur. Ses inquiétudes à peine apaisées par l’explication qu’elle avait eue avec Michel,allait-elle être forcée de trembler de nouveau pour l’avenir et de voir se rassombrir le front de l’homme qu’elle aimait si tendrement ?« Tu arrives à propos, Marie ! dit Michel en montrant à sa femme la lettre restée ouverte sur le bureau. Tiens ! lis : tu vas bien rire. »Mme Berthier lut les nombreux feuillets du vieux Daniel ; mais, à la surprise de Michel, cette lecture sembla vivement l’intéresser.« Comment trouves-tu ce brave homme d’oncle qui nous attend tranquillement par le premier bateau dans son pays de caïmans ?demanda celui-ci.– Eh bien ! mais, répondit Marie Berthier, ne parlais-tu pas toi-même, il y a quelques jours à peine, d’aller au bout du monde pour fuirla déveine qui semblait s’acharner ici sur toi ?–Ce sont des paroles en l’air qu’on laisse échapper sans réflexion dans un moment de découragement et de folie, et qu’on oublie une heure après.– A en croire ton oncle, ce pays de Madagascar offrirait des chances sérieuses de fortune à ceux qui auraient le courage d’y allervoir.– Si j’étais plus jeune, je ne dis pas que je ne me laisserais pas tenter.– Bah ! On est jeune tant qu’on a la force et la santé.– Oui, mais quand on a femme et enfants on n’a pas le droit de se lancer dans de semblables aventures.– Oh ! ce n’est jamais moi qui t’empêcherais de faire ce que tu jugerais utile. Si tu te décidais un jour à quitter Paris…– Tu me laisserais aller à Madagascar ?– Sans moi, non ; mais j’irais très bien avec toi.– Tu ne parles pas sérieusement ?– Très sérieusement.– Tu partirais avec moi bras dessus bras dessous pour Tananarive, comme s’il s’agissait de Saint-Germain ou de Fontainebleau ?– Parfaitement, les yeux fermés.– Et tes enfants ?– Qui nous empêcherait de les emmener ? Henri aura dix-huit ans le mois prochain ; Marguerite vient d’en avoir seize ; ils sont tousles deux bien portants et ne courraient certainement pas plus de risques que nous-mêmes.– Mais alors, vraiment, tu me conseilles d’accepter la proposition de l’oncle Daniel ?– Je ne te conseille ni de l’accepter, ni de la refuser. Je t’engage seulement, avant de prendre un parti, à réfléchir mûrement ; voilàtout. Ce que tu auras décidé sera bien ; seulement, si tu pars je pars avec toi.– Mais, ma pauvre Marie, te doutes-tu de ce que peut être pour une femme de se voir brusquement arrachée à son intérieur, à sesamis, au pays qu’on n’a jamais quitté pour ainsi dire, au climat même auquel on est habitué depuis l’enfance ?– Hésiterais-tu cependant à quitter tout cela, s’il le fallait ? Non. Pourquoi donc aurais-je moins de courage ? N’est-ce pas mondevoir, d’ailleurs, de te suivre ? et, en même temps, n’est-ce pas le parti le plus raisonnable et le plus sage ? Où que nous allions, netrouverons-nous pas toujours le moyen de nous créer un nouveau foyer, moins élégant, moins confortable sans doute que le nôtre,mais qui nous suffirait, puisque nous serions ensemble ?– Tiens ! tu es un ange, Marie, et tu me donnerais presque envie d’accepter, pour avoir la joie de te voir sous cet aspect, demaîtresse de maison malgache dans une case en paillote, avec, pour tout personnel, deux ou trois négresses habillées à peu prèsuniquement de leurs cheveux graisseux, et quelques négrillons dévorés de vermine ! »
Mais Michel avait beau railler, l’idée du départ ne quittait plus son esprit. Quel soulagement s’il pouvait rompre pour toujours avec lestracas qui le poursuivaient depuis si longtemps et recommencer sa vie dans des conditions toutes nouvelles ! La bonne grâce aveclaquelle sa femme envisageait la perspective de ce changement radical d’existence avait donné comme un coup de fouet à sonirrésolution. Se montrerait-il moins courageux qu’elle ?A force d’y penser, cette expatriation, qui tout d’abord lui avait paru absurde, commençait à prendre à ses yeux des couleurs plusacceptables. Après tout, pourquoi ce qui avait réussi à son oncle et à tant d’autres ne lui réussirait-il pas à lui-même ?Il s’habitua de plus en plus à cette idée, sans en reparler encore à sa femme. Peut-être attendait-il que celle-ci revînt la première surce sujet ; mais Mme Berthier semblait mettre de la malice à ne plus vouloir se souvenir de leur dernière conversation ; elle feignaitmême de ne point s’apercevoir que son mari sortait beaucoup moins maintenant, et qu’il lisait beaucoup plus, principalement desbrochures sur les questions coloniales et sur Madagascar.Un matin Michel demanda d’un air indifférent à sa femme si elle était toujours dans les mêmes dispositions au sujet de l’offre del’oncle Daniel.« Toujours, répondit-elle en réprimant un léger sourire. Comme je te l’ai dit, je suis prête à partir avec toi, ou à rester ici, selon ce quetu auras résolu. La seule chose à laquelle je me refuse, c’est de nous séparer.– Comme tu ne me parlais plus de ce départ, je supposais que peut-être tu avais renoncé à le prendre au sérieux.– Je n’ai renoncé à rien du tout. Mais toi-même, es-tu donc décidé ?– Ma foi ! presque. Bien vrai ?– Bien vrai !– Alors je n’ai plus de raison de te cacher que j’en suis ravie. Je ne voulais pas t’influencer ; mais ça aurait été pour moi une grossedésillusion, si finalement tu n’avais pas pu te résigner à quitter Paris.– Voilà qui est singulier, par exemple ! Car enfin c’est pour toi surtout que je redoutais cette grave résolution. J’étais loin de penserque tu serais la première à l’accepter de bon cœur.– C’est que tu ne te doutes pas combien j’ai souffert des transes continuelles que m’occasionnait ton métier de spéculateur. Oh !cette Bourse, que de nuits blanches elle m’a fait passer ! A chaque liquidation, je te voyais si agité, si nerveux, que je tremblais pournotre situation, pour l’avenir de nos enfants. Aussi la pensée que tu pouvais en finir une fois pour toutes avec cette dangereuseprofession a-t-elle été pour moi une véritable délivrance ; et ce départ pour Madagascar sera le bienvenu, puisqu’il mettra un termedéfinitif à toutes mes inquiétudes. »A partir de ce jour, les ouvrages spéciaux sur la grande île, qui s’étaient glissés timidement jusque-là par la porte entrebâillée ducabinet de Michel, s’étalèrent ouvertement sur son bureau, voire sur la table du salon. Flacourt, Grandidier, Laverdant, Leguevel deLacombe, le père Abinal firent successivement leur apparition, avec les cartes du Ministère de la Marine et du père Roblet.Michel passait maintenant de longues journées à la Bibliothèque Nationale ou dans les bureaux des Colonies, pour contrôler etcompléter son stock de renseignements. Et le soir, autour de la lampe de famille, on ne parlait plus que des machines à décortiquerle riz, des meilleurs procédés de culture pour le café, ou de l’art de conserver les bœufs et les moutons par la congélation. Mis aucourant des projets de leurs parents, les enfants avaient sauté de joie ; loin de les effrayer, la perspective d’un long voyage dans despays si peu connus les ravissait.Enfin un beau jour Michel, tout à fait décidé, écrivit à son oncle Daniel Berthier en son comptoir de Manakarana, province du Boueni,Madagascar, qu’il le remerciait de ses affectueuses propositions, et qu’il était disposé à les accepter.Un mois plus tard, jour pour jour, une dépêche lui arrivait par la voie de Mozambique et Aden : l’oncle, enchanté de la décision de sonneveu, l’attendait impatiemment avec sa famille.Si Michel avait hésité quelque temps avant de prendre son parti, il ne fut pas long en revanche à faire ses dispositions de départ. Enmoins de six semaines il eut réglé toutes ses affaires, résilié le bail de son appartement, vendu son mobilier, ses chevaux, sa voiture,sa maison de campagne de Nangis. Tout son capital réalisé, il le déposa au Comptoir d’Escompte, le seul établissement français quiait des succursales à Tamatave, à Tananarive et à Majunga, ce qui lui permettait de garder son argent à sa disposition, sans couriraucun risque.Le 9 avril 1893, Michel Berthier prenait congé de ses amis de Paris et partait par l’express de Marseille avec sa femme et ses deuxenfants. Trois jours après, le 12, à quatre heures du soir, il embarquait sur l’Ava, des Messageries Maritimes, à destination deTamatave.Une famille parisienne à Madagascar avant et pendantl’Expédition : Partie I : Chapitre 4
Naguère, par la voie du Cap de Bonne-Espérance, le trajet de Marseille à Madagascar ne durait pas moins de trois mois ;aujourd’hui, par le canal de Suez, il dure vingt-quatre ou vingt-cinq jours seulement. C’était la première navigation des jeunes Berthier-Lautrec ; aussi fut-elle un véritable enchantement pour eux, d’autant plus qu’à part un coup de vent assez fort qui vint assaillir l’Ava à lasortie du golfe d’Aden, le temps se maintint au beau fixe pendant toute la traversée. Le vingt-quatrième jour de son départ du quai dela Joliette, le paquebot s’engageait dans un étroit chenal pratiqué à travers la ligne des brisants qui bordent la côte nord-est deMadagascar et faisait majestueusement son entrée en rade de Tamatave.Après une semaine de repos au Grand Hôtel de Tamatave, qui ne rappelle que de très loin celui du boulevard des Capucines, nosvoyageurs montèrent dans des filanzanes – sortes de palanquins malgaches formés d’une chaise en cuir suspendue entre deuxlongs brancards de bois, avec un dossier et une planchette pour les pieds, – en compagnie de quarante-quatre porteurs, oubourjanes, dont huit pour chaque filanzane, la relève comprise, et douze pour les bagages.La distance qui sépare Tamatave de Tananarive est de deux cent quatre-vingt-deux kilomètres (quatorze de moins que la distancede Paris à Boulogne). La route, ou plutôt le sentier, traverse successivement trois zones très distinctes les unes des autres : lapremière formée de grandes plaines sablonneuses et malgré cela merveilleusement cultivées et plantées d’arbres superbes, laseconde tout entière en forêts, la troisième enfin, celle des hauts plateaux, des pâturages et des terrains miniers. La petite caravanene mit que huit jours à faire le trajet, vivant des provisions de route emportées par les bourjanes et couchant la nuit dans les casesdes indigènes.La première visite de Michel Berthier, en arrivant à Tananarive, fut pour le Résident général de France, qui s’empressa de lui obtenirune audience du Premier Ministre. Fort gracieusement accueilli par Rainilaïarivony, Michel croyait déjà sa cause gagnée, mais il neconnaissait pas la politique de dissimulation et d’atermoiements des Malgaches. Quinze jours, un mois se passèrent sans qu’il vîtrien venir. Il retourna à la Résidence Générale, où on l’exhorta fort à prendre patience. Désespérant d’aboutir, il changea de tactiqueet, sur le conseil d’un colon établi depuis longtemps à Tananarive, il distribua sans compter de larges commissions à l’entourage duPremier Ministre. Très peu de jours après, il recevait des mains mêmes de l’illustre Rainilaïarivony une expédition en malgache et enfrançais d’un contrat qui lui concédait, au nom de la Reine, un territoire de quarante mille mètres carrés de superficie, sur la côtenord-ouest de l’île, entre la baie de Narinda et le village de Befandriana, dans le Gouvernement du Boueni, moyennant le versementpréalable d’un cautionnement de cinquante mille francs et l’engagement de payer annuellement au Premier Ministre cinquante-cinqpour cent des produits de l’exploitation, en retour de la main-d’œuvre que ledit Premier Ministre s’engageait à fournir.Son contrat en poche, Michel Berthier ne songea plus qu’à partir pour le Boueni. Remontant en filanzane avec sa femme et ses deuxenfants, il prit la route de la côte nord-ouest par Andriba, Suberbieville et Majunga. Là il fut reçu par l’oncle Daniel, qui était venu lesattendre au débarqué et qui les emmena le jour même chez lui sur son brick marchand, la Ville de Paris.A Manakarana même, le vieux Daniel Berthier n’avait que son comptoir, ses magasins et entrepôts. Quant à sa résidenceparticulière, il l’avait établie sur un plateau élevé du voisinage. Avec sa grande pratique des pays chauds, il avait admirablementaménagé tous les détails de son installation, de façon à se créer un intérieur à la fois très sain et très agréable. Trop souvent l’idéaldes Européens, transplantés par les circonstances en pays exotique, est une grande maison en pierre à trois ou quatre étages, plusou moins semblable à celles qui ornent nos boulevards. Daniel Berthier s’était bien gardé de donner dans ce travers. Son habitation,moitié bois, moitié briques, était du haut en bas, intérieurement et extérieurement, construite de façon à répondre aux besoins dupays ; les pièces servant de chambre à coucher étaient hautes et larges avec des vérandas qui, tout en laissant entrer la lumière,protégeaient l’intérieur contre les ardeurs du soleil ; une vaste salle de bain, bien aérée, garnie d’appareils très suffisants, sinonluxueux, les complétait. La salle à manger, très grande elle aussi, ouvrait par une large baie sur un jardin un peu sauvage, où le vieuxcolon s’était amusé à réunir les arbres et les plantes des Tropiques et de l’Europe, les palmiers et les châtaigniers, les bananiers àcôté des pêchers, le caféier et la pomme de terre, la canne à sucre et la vigne, et, côte à côte avec les choux, les haricots et lescarottes, le riz, le maïs et le manioc ; tout cela faisait assez bon voisinage, et poussait tant bien que mal, plutôt bien que mal.A gauche, en contre-bas du jardin, des communs vastes et commodes, écuries, remises, étables, basse-cour où poules, canards,oies, dindons, picotaient, gloussaient, barbotaient à qui mieux mieux, à côté des porcs noirs de Madagascar, une des futuresrichesses de l’île. Puis, prolongeant indéfiniment la perspective du jardin, s’étendaient d’interminables pâturages, où broutaientpaisiblement plusieurs milliers de ces bœufs zébus, qui portent sur le dos, à la naissance du cou, une grosse proéminencegraisseuse, et d’innombrables moutons choisis parmi les espèces les plus vigoureuses.L’eau, première condition de toute exploitation agricole, était abondante et très pure. Un affluent de la petite rivière qui va se jeterdans la baie de Mazamba, au-dessous de Manakarana, courait à vingt mètres à peine du jardin, alimentant largement tous lesservices de l’habitation, depuis les chambres, la salle de bain, la cuisine, jusqu’à la mare de la basse-cour.Michel était émerveillé de tout ce qu’il voyait. Et, comme il exprimait son admiration au vieux Daniel, celui-ci lui dit :« N’est-ce pas la meilleure réponse à faire à ceux qui nient que Madagascar puisse devenir une colonie avantageuse etrémunératrice ? Quelques points mis à part, la terre, composée d’un terrain silico-argileux qui se laisse manier facilement, est bonne ;le jour où la culture sera mieux dirigée et plus étendue, les produits seront facilement décuplés. Le malheur c’est que dans l’île, plusque partout ailleurs, l’agriculture manque de bras, pour employer la formule classique. Sur notre côte particulièrement, nous sommesassez mal partagés à cet égard ; les Sakalaves ont peu de goût pour le travail de la terre, et je suis obligé de recruter presque toutmon personnel parmi les indigènes venus d’Afrique, de l’Inde ou d’ailleurs ; pour certaines besognes importantes et délicates, il mefaut même engager des créoles de Maurice, voire des Européens. C’est en grande partie pour cela que, malgré ses baiesnombreuses et ses magnifiques cours d’eau, notre côte ouest est généralement abandonnée des colons. Et cependant, si leshommes ne faisaient pas défaut, quels beaux caféiers on obtiendrait ! Quelles plantations de cannes, de vanille, sans parler du riz etdu maïs ! Il y a des fortunes à gagner, avec une seule de ces cultures, sans compter que rien n’empêche d’en entreprendre plusieursà la fois. Si les Hovas, qui ne sont pas des aigles, ont réussi à transformer en magnifiques rizières de grands espaces complètement
stériles, que ne ferait-on pas en appliquant logiquement dans ce pays nos méthodes européennes ? C’est comme pour l’élevage desbœufs qui n’existe ici qu’à l’état embryonnaire, ou pour l’exploitation des forêts moins avancée encore ; que de millions n’y a-t-il pas àgagner avec une direction intelligente et méthodique ! Tu vois, mon cher Michel, que tu n’auras que l’embarras du choix pour exercerton activité et faire largement fructifier ton capital.– Et les mines ? dit Michel encore sous l’impression de la belle exploitation aurifère de Suberbieville, dont il avait parlé avecenthousiasme à son oncle.– Nous en avons certainement, nous aussi, dans la région, répondit Daniel, mais personne ne s’est encore soucié de les chercher. Ilnous faudrait un homme comme Léon Suberbie. Je le connais. J’étais à Tananarive quand il est arrivé comme directeur du comptoirde la maison Roux et Frayssinet de Marseille, un poste qui par parenthèse avait été occupé avant lui par Laborde, le fameuxLaborde. Non seulement il sut faire prospérer les intérêts commerciaux de sa maison, mais il réussit en même temps à nouer desrelations amicales avec le Premier Ministre, et à acquérir ainsi une véritable influence à la Cour d’Imerina. C’est grâce à cetteinfluence qu’il put obtenir sa concession en 1886. Dans les débuts, il n’eut pas trop de difficultés. Si le Premier Ministre ne fournissaitpoint tous les travailleurs qu’il s’était engagé à fournir, du moins le pays était assez tranquille et les faits de brigandage étaient rares.Mais bientôt la situation se gâta. Rainilaïarivony n’envoya plus du tout de travailleurs à son excellent ami, au mépris de sesengagements ; et en même temps, avec la complicité certaine des gouverneurs hovas, peut-être même avec celle du gouvernementcentral lui-même, le brigandage se généralisa. Un autre moins tenace se fût découragé et eût tout envoyé promener ; Suberbie tintbon ; malgré les résistances et les mauvaises volontés qui s’accumulaient de jour en jour autour de lui, il parvint à recruter tout unpersonnel de travailleurs libres, à la tête duquel il plaça des ingénieurs et des employés français. L’œil à tout, mettant volontiers lamain à la pâte, il déploya une telle activité qu’il réussit non seulement à se maintenir, mais encore à obtenir les résultats que tu asadmirés toi-même l’autre jour. Voilà un exemple qui est encourageant, n’est-ce pas ? Maintenant, si tu veux, nous allons rentrer à lamaison. Tu n’as sans doute pas remarqué encore que tout mon ameublement et mon aménagement, depuis le plus petit ustensilejusqu’aux plus gros meubles, ont été tirés de l’île même. Je l’ai voulu ainsi, d’abord parce que tout ce que nous recevons d’Europe ence genre n’est guère que des articles de rebut, de la véritable camelote, et ensuite parce que j’avais la coquetterie de montrer, parmon exemple, que nous pouvions à la rigueur nous suffire dès à présent, bien que l’industrie soit passablement en retard. Sur notrecôte Est particulièrement elle en est encore à l’enfance de l’art, mais il y a d’autres provinces où elle commence à faire assez bonnefigure. Pour parler de ce qui est spécial à l’île, tu as vu sans doute dans ton voyage, au passage des cours d’eau, les pirogues de lareine, comme on les appelle : eh bien ! ces longues embarcations à peu près insubmersibles sont creusées par les indigènes dansun seul tronc d’arbre, à la hache d’abord, puis au feu ; d’autres pirogues, qui servent au chargement et au déchargement des navireset qui supportent fort bien la mer, sont formées tout simplement de planches cousues très adroitement ensemble avec des lianes. Il ya aussi les rabanes en rafia et les nattes en jonc, dont la confection est particulière à l’Ile. Les rabanes, tu le sais déjà sans doute, cesont des pièces d’étoffe fabriquées avec les fibres intérieures d’une espèce de rafia, la vacana, lesquelles se détachent dans touteleur longueur en filaments aussi minces qu’on le désire. Avec ces rabanes on fait des vêtements de travail et des tentures pourl’intérieur des cases et des maisons. Tiens ! entrons : tu vas voir quel parti j’en ai tiré. Regarde : y a-t-il rien de plus frais, de plus douxà l’œil ? Et ces nattes, toutes grossières qu’elles te paraissent, ne remplacent-elles pas avantageusement vos planchers froids etglissants ? On les fabrique avec ce que nous appelons du zozoro ; c’est une espèce de jonc, fin, souple et tenace, qu’on trouve aubord des marais et dans les bas-fonds. Ils servent à mille usages différents : la nappe sur laquelle nous avons déjeuné ce matin, duzozoro ; les draps du lit dans lequel tu as dormi cette nuit, du zozoro encore ; seulement ces nattes-là sont les plus fines et les pluschères, elles sont d’un travail véritablement remarquable ; il n’y a que les Betsileos et les Betsimisarakas qui soient capables de lesfabriquer. Mais ce n’est pas tout : avec ce même zozoro on fait des chapeaux ; je n’en porte pas d’autres ; regarde-moi celui-ci, n’est-il pas aussi souple, aussi doux sous le doigt que le panama ou la paille d’Italie ? Voici encore de la sparterie, des corbeilles assezcoquettes ma foi ! des petites bottes enluminées qui entrent les unes dans les autres, et tout cela est fabriqué dans l’Imerina avec deszozoros découpés en lanières très minces.Maintenant, un autre produit de l’industrie malgache. Vois un peu mes cuillères, mes fourchettes, mes assiettes et jusqu’à mes verresà liqueur. En corne, oui, mon cher, tout en corne. Dame ! tu penses bien que ce n’est pas chez Chrislofle que je me fournis, maisenfin, tel quel, tout cela fait parfaitement mon affaire. Et si tu savais avec quelle adresse nos indigènes arrivent à donner les formesqu’ils veulent à cette matière première assez réfractaire, en la découpant d’abord en lames plus ou moins épaisses, puis enl’enfermant dans des moules en bois après l’avoir fait chauffer pour l’amollir ! Nous avons également nos poteries ; mon Dieu ! ellesne sont pas bien extraordinaires, mais enfin elles nous suffisent tant bien que mal pour les usages de la vie courante ; la terre en estexcellente, c’est plutôt la cuisson qui laisse à désirer, nos potiers visant à l’économie et ménageant leur combustible ; aussi est-onobligé de renouveler assez fréquemment son approvisionnement. Tu peux remarquer qu’en général ces poteries ne sont pasvernissées ; voilà toutefois des assiettes à pied qui sont revêtues d’une couche de manga-rans, c’est-à-dire en bon français de minede plomb. Les formes ne sont pas très originales, je l’avoue ; cependant voici une grande cruche au col un peu étranglé qui nemanque pas d’un certain caractère, elle sert à renfermer la provision d’eau pour la journée ; en voici encore d’autres qui ne sont paslaides, une de moyenne grandeur pour aller puiser de l’eau à la fontaine, un petit broc qui nous tient lieu de carafe à table, un vase àl’ouverture évasée pour cuire le riz. Maintenant, si tu veux passer dans mon cabinet, je vais te faire voir une collection d’un autre genreque tu ne t’attendais pas sans doute à rencontrer à Madagascar. Regarde dans cette vitrine en palissandre – du palissandre de mesbois, par parenthèse – ces chaînes d’or et d’argent, ces anneaux, ces pendants d’oreille, ces bracelets. On ne travaille pas mieux enEurope ; eh bien ! si tu voyais avec quels instruments rudimentaires nos orfèvres indigènes les fabriquent, tu ne voudrais pas lecroire. Ce qui leur manque le plus, c’est la matière première ; les exploitations aurifères ne produisant pas encore de quoi fournir àleurs besoins, ils se servent uniquement de nos pièces de vingt francs, qu’ils se procurent non sans peine et surtout non sans de grosfrais. Quoi qu’il en soit, l’orfèvrerie est une des industries qui se développeront certainement le plus vite à Madagascar, à mesure queles minerais d’or seront mieux exploités. Mais nous avons aussi nos forgerons, nos ferblantiers indigènes, et je t’assure que cesderniers surtout sont loin d’être maladroits ; c’est chez eux que je prends mes baignoires, mes arrosoirs, mes chéneaux, mescaisses, mes boîtes de tout genre et de toute dimension, voire mes assiettes communes. Ce n’est pas tout ; nous avons encore nostailleurs, nos cordonniers, nos tanneurs, nos verriers, nos porcelainiers, nos fabricants de savon, nos fabricants de poudre, nosfondeurs de canons et de mortiers. La plupart de ces industries, il est vrai, ont été importées à Madagascar, il n’y a pas trèslongtemps, par l’anglais Cameron, et surtout par le français Laborde. Une chose, en revanche, qui appartient bien en propre auxMalgaches, c’est leur procédé d’extraction de la pierre sans poudre ni dynamite, rien qu’en étalant sur la surface du bloc à extraireune couche d’herbe pressée et en la faisant brûler lentement. Une industrie encore que j’oubliais parmi celles de l’île, c’est l’industrie
des produits chimiques et organiques, potasse, huile de ricin, huile de pied de bœuf. En somme, nous pouvons dire que nouspossédons, en germe au moins, toutes les productions indispensables à la vie et bon nombre de celles qui la rendent facile etagréable. Si dès à présent Madagascar a pris rang parmi les nations commerciales, que sera-ce lorsqu’une culture plus étendue etmieux dirigée aura décuplé ses produits naturels, lorsque son industrie se sera développée normalement, et que les points les pluséloignés de l’intérieur auront été reliés aux ports de la côte Est ou de la côte Ouest par des voies de communication suffisantes ?Placée sur le chemin du Cap, qui redeviendra bientôt sans doute une des grandes voies du commerce universel, elle offre à l’activitéde nos commerçants, de nos industriels, de nos colons, un champ d’action incomparable. Quant aux indigènes, je les connais pourles avoir longtemps pratiqués ; mon avis est qu’on les juge souvent trop sévèrement. C’est un peuple en voie de formation ; il ne fautdonc pas trop s’étonner d’y trouver un amalgame assez hétéroclite de sauvagerie et de civilisation. Le seul fait de sa tendance,poussée parfois, à copier nos institutions, nos procédés et nos modes, ne suffit-il point à démontrer qu’il est loin d’être rebelle auxidées de progrès ? S’il pouvait s’assimiler en même temps notre énergie et notre goût du travail, on aurait les meilleures raisons decroire qu’avec ses qualités natives, son intelligence, son habileté de main, sa souplesse naturelle, il est appelé à un bel avenir. Avecnotre aide, ces prévisions se réaliseront peut-être plus tôt qu’on ne le pense.Une famille parisienne à Madagascar avant et pendantl’Expédition : Partie I : Chapitre 5Tout ce que voyait Michel, et tout ce que son oncle lui disait des richesses et de l’avenir de l’île, lui avaient mis au cœur une extrêmeimpatience d’aller prendre possession de sa concession. Quant à ce qu’il y ferait, cela devait dépendre de la nature du terrain, deses ressources naturelles et aussi de la facilité plus ou moins grande que la région lui fournirait pour l’écoulement de ses futursproduits. Avant de se décider, il se réservait de voir sur place le fort et le faible de la position. L’oncle Daniel l’engagea donc à allervisiter tout d’abord son futur domaine et s’offrit à l’accompagner dans cette première reconnaissance.Les deux hommes partirent un matin de très bonne heure, avec une dizaine de bourjanes pour eux et autant pour leurs bagages ; carleur exploration pouvait durer cinq à six jours, et en pays sakalave aussi bien qu’en pays hova non seulement il n’y a point de routepraticable à un Européen, mais il est indispensable d’emporter avec soi tout ce dont on peut avoir besoin au cours du voyage.En quittant Manakarana, le sentier franchit successivement quatre ou cinq petites collines avant d’arriver à la première étape, auvillage de Daany ; une deuxième étape de quatre heures, à travers un pays moins accidenté mais peu intéressant, mena les deuxvoyageurs à un autre village, nommé Antsingo, où ils passèrent la nuit. Le lendemain matin, après avoir traversé en pirogue la petiterivière d’Antsingo, ils atteignirent Langa, le premier village situé sur le territoire concédé à Michel ; ils y déjeunèrent, puis ilsrepartirent et eurent encore le temps d’arriver, avant la nuit, au village de Maevasamba, le point central de ladite concession.Suivant l’usage établi dans l’île entière, les bourjanes déposèrent les deux filanzanes devant la plus grande case du village, dont lepropriétaire s’empressa de déguerpir, sa casserole de riz à la main.Dès le lendemain Michel et son oncle se mirent en campagne. Le village lui-même était situé dans de très bonnes conditions desalubrité, à mi-côte d’une colline. Quant à la région avoisinante, elle paraissait partagée à peu près également en terrains plats et enterrains montagneux, pouvant par conséquent se prêter à divers modes d’exploitation. Elle était copieusement arrosée par desruisseaux d’une eau courante et pure qui ne rappelait en rien l’eau saumâtre des ruisseaux trop voisins de la mer, notamment par leDroa, qui prend sa source dans le nord et va se perdre à quelques kilomètres de Maevasamba, dans un petit lac, le lac Solipana ;plus à l’est par l’Antsingo que nos voyageurs avaient traversé la veille en pirogue et qui va se jeter dans la baie de Narinda ; et enfin,au sud, par un affluent de la rivière Sofia, dont l’embouchure est au fond de la baie Mahajamba. Malgré l’abondance de cette eaubienfaisante sans laquelle il n’est pas de pays fertile, il n’y avait pour ainsi dire pas de culture, les indigènes préférant se livrer àl’élevage des bœufs qui, se nourrissant et se reproduisant tout seuls, n’exigent par conséquent de leurs propriétaires d’autre peineque d’envoyer marquer de temps en temps à l’oreille les nouveaux venus du troupeau. En somme, un pays absolument neuf, où toutétait à créer, où jamais aucune exploitation sérieuse n’avait été entreprise.Pendant cinq jours, nos explorateurs parcoururent en tous sens dans leur filanzane les quarante kilomètres de la concession, revenantchaque soir à leur quartier général de Maevasamba. Un soir cependant ils furent retenus au village de Befandriana, à l’extrême limiteouest de la concession, et ils y passèrent la nuit. Le vieux Daniel y avait quelques relations qui pouvaient être utiles un jour ou l’autre àson neveu. A la tombée de la nuit, au moment où ils s’apprêtaient tous deux à prendre leur repas, le gouverneur de Befandriana seprésenta à la porte de la case où ils étaient installés pour leur faire visite. C’était un gros homme d’aspect assez vulgaire, vêtu d’unefaçon ridicule, moitié à l’européenne et moitié à la malgache, les pieds nus dans un pantalon noir à bande d’argent et un grand lambarayé noir et blanc par-dessus un dolman de chasseur à cheval. II amenait avec lui un veau dont il voulait faire hommage aux deuxVasahas. A la grande stupéfaction de Michel, le vieux Daniel, loin d’accueillir la gracieuseté du fonctionnaire hova avec la gratitudequ’elle semblait mériter, le reçut comme un chien dans un jeu de quilles. – « Un veau ! lui dit-il avec hauteur ; un veau, quand des genscomme nous se présentent dans ton gouvernement ! Va nous chercher ton plus gros bœuf tout de suite, ou tu entendras parler denous ! » Jamais sans doute le pauvre gouverneur ne s’était entendu parler sur un ton pareil dans ce pays où le blanc, toujours isolé,se présente plutôt avec des formes insinuantes et diplomatiques, pour ne rien dire de plus. Impressionné cependant par l’assurancedu Vasaha, il s’empressa d’obtempérer à son impérieuse mise en demeure. Pendant qu’il allait chercher son bœuf, le vieux Danieldit à son neveu :« C’est comme cela qu’il faut parler à ces gens-là, si l’on veut qu’ils vous respectent. Comme il peut se faire que tu aies besoinquelque jour de ce grotesque personnage, j’ai voulu lui donner une haute idée de ton importance. »
Le gouverneur étant revenu peu après avec un bœuf superbe, l’oncle Daniel daigna cette fois accueillir son hommage et riposta parun litre de rhum et une vieille casaque de jockey rouge cerise à manches jaunes. Puis après un kabary, qui fort heureusement ne seprolongea pas trop tard, le délicieux fonctionnaire se retira enchanté et nos deux voyageurs purent s’endormir, la consciencetranquille, sur leur couchette de campement.En rentrant le lendemain à Maevasamba, l’oncle Daniel engagea vivement son neveu à ne pas se hâter de choisir l’emplacement où ildevait établir son installation définitive avant d’avoir étudié soigneusement le terrain dudit emplacement et même celui de sesenvirons immédiats.« La fièvre paludéenne sévissant généralement partout où le terrain est glaiseux et plat, et où par conséquent l’eau séjourne, lui dit-il,il est de toute importance de se loger sur la montagne, ou tout au moins sur un terrain essentiellement perméable, sur le sable, parexemple, ou sur une terre calcaire. Avant de te décider, il sera prudent de faire faire des fouilles pour mettre à découvert une coupedu terrain et constater ainsi l’épaisseur du dépôt sablonneux, si c’en est un ; car souvent il arrive que sous une mince couche de sableil y a de la glaise qui retient l’eau en nappe ; souvent encore il y a du sable ici, et un demi-kilomètre plus loin il y a de la vase. Enfin tuverras tout cela plus tard, quand le moment sera arrivé de t’installer. En attendant, nous pouvons dire que nous n’avons pas perdunotre temps, puisque nous avons pu nous assurer que la concession se présente admirablement à tous les points de vue. Si j’ai unconseil à te donner, c’est de procéder méthodiquement et de commencer la première année par planter des caféiers sur un plateaud’un demi-hectare environ, à proximité de la rivière d’Antsingo, de façon à pouvoir envoyer presque sans frais ta récolte dans despirogues jusqu’à la baie de Narinda. »Quarante-huit heures après, nos deux voyageurs étaient de retour à Manakarana. Michel retrouva sa femme et ses enfants enexcellente santé. Mais Mme Berthier se reprochait d’avoir laissé son mari partir seul et commençait à s’inquiéter de son absence.N’avait-il pas été convenu qu’ils ne se sépareraient jamais, qu’ils affronteraient côte à côte les fatigues, les dangers, les difficultés detout genre qui se rencontreraient sur leur route ? Aussi, malgré les protestations de l’oncle Daniel qui voulait que les deux femmesattendissent chez lui qu’une installation convenable leur eût été assurée, fut-il décidé qu’aussitôt que Michel aurait pu se procurer unstock suffisant de provisions et de matériaux, avec le chiffre d’hommes nécessaire pour engager les premiers travaux et construireleur future maison d’habitation, nos quatre Parisiens partiraient pour Maevasamba et s’établiraient provisoirement dans la grandecase où Michel et son oncle avaient trouvé l’hospitalité. Celui-ci se chargea de procurer à son neveu et de lui envoyer directement àMaevasamba une quintuple équipe d’ouvriers maçons, charpentiers, menuisiers, couvreurs et terrassiers, sous la direction d’unarchitecte fort adroit, un créole de Bourbon qui habitait Majunga. Ce fut aussi lui qui trouva les six domestiques indigènes qu’il fallait àMme Berthier pour tenir sa maison, quatre Comoriens dont un parlait à peu près le français, et deux femmes makoas habituées déjàau service des Européens.Grâce à l’intervention du vieux Daniel, toutes les difficultés s’étant trouvées aplanies comme par enchantement, les futurs colonspurent se mettre en route plus tôt même qu’ils ne l’avaient espéré. Avec leurs lits, leurs literies, et leur batterie de cuisine, Micheln’emportait que des caisses de vivres et quelques meubles indispensables, se réservant de faire venir plus tard le complément deleur ameublement lorsqu’ils seraient en mesure de s’installer définitivement. L’oncle Daniel insista cependant pour joindre auxbagages de la petite caravane une pharmacie volante très complète et choisie spécialement en vue des dangers du climat.Il parlait même d’accompagner au moins jusqu’à mi-chemin sa nouvelle famille, qu’il ne pouvait se décider à quitter ; mais Michel, enle remerciant de toutes ses bontés, s’excusa de lui avoir déjà fait perdre beaucoup de temps au détriment de ses affairespersonnelles, et prit congé en promettant de lui donner fréquemment de leurs nouvelles.Le voyage de Manakarana à Maevasamba eut lieu sans encombre, par un beau temps et une température très supportable ; aussipersonne n’était-il sérieusement fatigué lorsque le soir du second jour les filanzanes s’arrêtèrent devant la grande case du village oùnos colons allaient se fixer provisoirement. Comme la première fois, le propriétaire de la case ne fit aucune difficulté pour céder laplace aux Vasahas ; d’autant que, Michel s’étant montré fort généreux lors de son premier passage, l’intéressant et intéresséRaleidama – tel était le nom du propriétaire susdit– flairait une seconde aubaine non moins copieuse. Cette grande case, grande relativement pour le village, ne comportait que deux pièces ; la plus vaste fut abandonnée à Mme Berthieret à sa fille, Michel et Henri se contentèrent de l’autre. Quant aux bagages, sauf les couchettes et quelques objets de valeur, ils furententassés provisoirement dans une seconde case voisine de la grande et confiés à la garde des six domestiques indigènes.Le premier repas des futurs colons fut dressé, vu l’extrême douceur de la température, sur le devant de leur nouvelle habitation, enprésence de tous les habitants du village attirés par la curiosité. Les femmes surtout étaient accourues en foule ; plus sédentaires queles hommes, elles ne descendaient pas souvent à la côte et n’avaient pas encore eu l’occasion d’apercevoir des blancs. La vue dechacun des ustensiles dont se servaient ceux-ci pour manger leur arrachait des cris de surprise ; les allumettes surtout eurent un vifsuccès auprès d’elles, car les Sakalaves allument encore le feu en frottant rapidement deux morceaux de bois l’un contre l’autre. Cesgens semblaient d’ailleurs d’humeur douce et sociable, et leur attitude était plutôt sympathique aux étrangers. Marguerite ayant eul’idée de distribuer à des petites filles qui les regardaient avec de grands yeux ahuris une pleine assiettée de gâteaux secs, la foulefinit par s’apprivoiser tout à fait.Malgré l’improvisation de l’installation, la nuit fut assez bonne et se passa sans autre incident que l’invasion d’une nuée demoustiques, maringouins et autres bestioles du même genre.Dès le lendemain, par l’intermédiaire de celui de ses Comoriens qui parlait français et qui avait été promu en conséquence à ladignité d’interprète, Michel traita définitivement de la location des deux cases qu’il occupait avec sa famille et ses bagages. Il putalors procéder à des arrangements un peu moins provisoires. Des fumigations répétées eurent pour effet de relancer jusque dansleurs repaires les désagréables insectes qui y tenaient garnison ; pour compléter ce système de défense, d’impénétrablesmoustiquaires furent installés à demeure autour des couchettes. Puis Marguerite et sa mère s’amusèrent à décorer leur appartementsakalave avec cette ingéniosité et ce goût propres à toutes les françaises.De son côté, Michel, aidé par son fils Henri, s’occupa, sans plus attendre, de choisir l’emplacement où il construirait sa maison. Il
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text