146 pages
Français

Un capitaine de quinze ans

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
146 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Un capitaine de quinze ansJules Verne1878PREMIÈRE PARTIEI. Le brick-goëlette P i l g r i m.II. Dick Sand.III. L’épave.IV. Les survivants du W a l d e c k.V. S. V.VI. Une baleine en vue.VII. Préparatifs.VIII. La jubarte.IX. Capitaine Sand.X. Les quatre jours qui suivent.XI. Tempête.XII. À l’horizon.XIII. Terre ! Terre !XIV. Ce qu’il convient de faire.XV. Harris.XVI. En route.XVII. Cent milles en dix jours.XVIII. Le mot terrible !DEUXIÈME PARTIEI. La traite.II. Harris et Negoro.III. En marche.IV. Les mauvais chemins de l’Angola.V. Leçon sur les fourmis dans une fourmilière.VI. La cloche à plongeurs.VII. Un campement sur les bords de la Coanza.VIII. Quelques notes de Dick Sand.IX. Kazonndé.X. Un jour de grand marché.XI. Un punch offert au roi de Kazonndé.XII. Un enterrement royal.XIII. L’intérieur d’une factorerie.XIV. Quelques nouvelles du docteur Livingstone.XV. Où peut conduire une manticore.XVI. Un mgannga.XVII. À la dérive.XVIII. Divers incidents.XIX. S. V.XX. Conclusion.Un capitaine de quinze ans : I : 1Le 2 février 1873, le brick-goélette P i l g r i m se trouvait par 43° 57’ de latitude sud, et par 165° 19’ de longitude ouest du méridien deGreenwich.Ce bâtiment, de quatre cents tonneaux, armé à San-Francisco pour la grande pêche des mers australes, appartenait à James-W.Weldon, riche armateur californien, qui en avait confié, depuis plusieurs années, le commandement au capitaine Hull.Le P i l g r i m était l’un des ...

Informations

Publié par
Nombre de lectures 86
Langue Français
Poids de l'ouvrage 12 Mo

Extrait

Un capitaine de quinze ans
Jules Verne
1878
PREMIÈRE PARTIE
I. Le brick-goëlette P i l g r i m.
II. Dick Sand.
III. L’épave.
IV. Les survivants du W a l d e c k.
V. S. V.
VI. Une baleine en vue.
VII. Préparatifs.
VIII. La jubarte.
IX. Capitaine Sand.
X. Les quatre jours qui suivent.
XI. Tempête.
XII. À l’horizon.
XIII. Terre ! Terre !
XIV. Ce qu’il convient de faire.
XV. Harris.
XVI. En route.
XVII. Cent milles en dix jours.
XVIII. Le mot terrible !
DEUXIÈME PARTIE
I. La traite.
II. Harris et Negoro.
III. En marche.
IV. Les mauvais chemins de l’Angola.
V. Leçon sur les fourmis dans une fourmilière.
VI. La cloche à plongeurs.
VII. Un campement sur les bords de la Coanza.
VIII. Quelques notes de Dick Sand.
IX. Kazonndé.
X. Un jour de grand marché.
XI. Un punch offert au roi de Kazonndé.
XII. Un enterrement royal.
XIII. L’intérieur d’une factorerie.
XIV. Quelques nouvelles du docteur Livingstone.
XV. Où peut conduire une manticore.
XVI. Un mgannga.
XVII. À la dérive.
XVIII. Divers incidents.
XIX. S. V.
XX. Conclusion.
Un capitaine de quinze ans : I : 1
Le 2 février 1873, le brick-goélette P i l g r i m se trouvait par 43° 57’ de latitude sud, et par 165° 19’ de longitude ouest du méridien de
Greenwich.Ce bâtiment, de quatre cents tonneaux, armé à San-Francisco pour la grande pêche des mers australes, appartenait à James-W.
Weldon, riche armateur californien, qui en avait confié, depuis plusieurs années, le commandement au capitaine Hull.
Le P i l g r i m était l’un des plus petits, mais l’un des meilleurs navires de cette flottille, que James-W. Weldon envoyait, chaque saison,
aussi bien au-delà du détroit de Behring, jusqu’aux mers boréales, que sur les parages de la Tasmanie ou du cap Horn, jusqu’à
l’Océan antarctique. Il marchait supérieurement. Son gréement, très maniable, lui permettait de s’aventurer, avec peu d’hommes, en
vue des impénétrables banquises de l’hémisphère austral. Le capitaine Hull savait se « débrouiller », comme disent les matelots, au
milieu de ces glaces qui, pendant l’été, dérivent par le travers de la Nouvelle-Zélande ou du cap de Bonne-Espérance, sous une
latitude beaucoup plus basse que celle qu’elles atteignent dans les mers septentrionales du globe. Il est vrai qu’il ne s’agissait là que
d’icebergs de faible dimension, déjà usés par les chocs, rongés par les eaux chaudes, et dont le plus grand nombre va fondre dans le
Pacifique ou l’Atlantique.
Sous les ordres du capitaine Hull, bon marin, et aussi l’un des plus habiles harponneurs de la flottille, se trouvait un équipage
composé de cinq matelots et d’un novice. C’était peu pour cette pêche de la baleine, qui exige un personnel assez nombreux. Il faut
du monde, aussi bien pour la manœuvre des embarcations d’attaque que pour le dépeçage des animaux capturés. Mais, à l’exemple
de certains armateurs, James-W. Weldon trouvait beaucoup plus économique de n’embarquer à San-Francisco que le nombre de
matelots nécessaires à la conduite du bâtiment. La Nouvelle-Zélande ne manquait point de harponneurs, marins de toutes
nationalités, déserteurs ou autres, qui cherchaient à se louer pour la saison et faisaient habilement le métier de pêcheurs. La période
utile une fois achevée, on les payait, on les débarquait, et ils attendaient que les baleiniers de l’année suivante vinssent réclamer leurs
services. Il y avait, à cette méthode, meilleur emploi des marins disponibles, et plus grand profit à retirer de leur coopération. Ainsi
avait-on agi à bord du P i l g r i m.
Le brick-goélette venait de faire sa saison sur la limite du cercle polaire antarctique. Mais il n’avait pas son plein de barils d’huile, de
fanons bruts et de fanons coupés. À cette époque déjà, la pêche devenait difficile. Les cétacés, pourchassés à l’excès, se faisaient
rares. La baleine franche, qui porte le nom de « Nord-caper » dans l’Océan boréal, et celui de « Sulpher-boltone » dans les mers du
Sud, tendait à disparaître. Les pêcheurs avaient dû se rejeter sur le « fin-back » ou jubarte, gigantesque mammifère, dont les
attaques ne sont pas sans danger.
C’est ce qu’avait fait le capitaine Hull pendant cette campagne, mais, à son prochain voyage, il comptait bien s’élever plus haut en
latitude, et, s’il le fallait, aller jusqu’en vue de ces terres Clarie et Adélie, dont la découverte, contestée par l’Américain Wilkes,
appartient définitivement à l’illustre commandant de l ’ A s t r o l a b e et de la Z é l é e, au Français Dumont d’Urville.
En somme, la saison n’avait pas été heureuse pour le P i l g r i m. Au commencement de janvier, c’est-à-dire vers le milieu de l’été
austral, et bien que l’époque du retour ne fût pas encore venue pour les baleiniers, le capitaine Hull avait été contraint d’abandonner
les lieux de pêche. Son équipage de renfort, – un ramassis d’assez tristes sujets, – lui « chercha des raisons », comme on dit, et il dut
songer à s’en séparer.
Le P i l g r i m mit donc le cap au nord-ouest, sur les terres de la Nouvelle-Zélande, dont il eut connaissance le 15 janvier. Il arriva à
Waitemata, port d’Auckland, situé au fond du golfe de Chouraki, sur la côte est de l’île septentrionale, et il débarqua les pêcheurs qui
avaient été engagés pour la saison.
L’équipage n’était pas content. Il manquait au moins deux cents barils d’huile au chargement du P i l g r i m. Jamais on n’avait fait plus
mauvaise pêche. Le capitaine Hull rentrait donc avec le désappointement d’un chasseur émérite, qui, pour la première fois, revient
bredouille, – ou à peu près. Son amour-propre, très surexcité, était en jeu, et il ne pardonnait pas à ces gueux dont l’insubordination
avait compromis les résultats de sa campagne.
Ce fut en vain qu’on essaya de recruter à Auckland un nouvel équipage de pêche. Tous les marins disponibles étaient embarqués sur
les autres navires baleiniers. Il fallut donc renoncer à l’espoir de compléter le chargement du P i l g r i m, et le capitaine Hull se disposait
à quitter définitivement Auckland, lorsqu’une demande de passage lui fut faite, à laquelle il ne pouvait refuser d’acquiescer.
Mrs. Weldon, femme de l’armateur du P i l g r i m, son jeune fils Jack, âgé de cinq ans, et l’un de ses parents, qu’on appelait le cousin
Bénédict, se trouvaient alors à Auckland. James-W. Weldon, que ses opérations de commerce obligeaient quelquefois à visiter la
Nouvelle-Zélande, les y avait amenés tous trois, et comptait bien les reconduire à San-Francisco.
Mais, au moment où toute la famille allait partir, le petit Jack tomba assez grièvement malade, et son père, impérieusement réclamé
par ses affaires, dut quitter Auckland, en y laissant sa femme, son fils et le cousin Bénédict.
Trois mois s’étaient écoulés, – trois longs mois de séparation, qui furent extrêmement pénibles pour Mrs. Weldon. Cependant, son
jeune enfant se rétablit, et elle était en mesure de pouvoir partir, lorsqu’on lui signala l’arrivée du P i l g r i m.
Or, à cette époque, pour retourner à San-Francisco, Mrs. Weldon se trouvait dans la nécessité d’aller chercher en Australie l’un des
bâtiments de la Compagnie de transocéanique du « Golden Age », qui font le service de Melbourne à l’isthme de Panama par
Papéiti. Puis, une fois rendue à Panama, il lui faudrait attendre le départ du steamer américain, qui établit une communication
régulière entre l’isthme et la Californie. De là, des retards, des transbordements, toujours désagréables pour une femme et un enfant.
Ce fut à ce moment que le P i l g r i m vint en relâche à Auckland. Elle n’hésita pas et demanda au capitaine Hull de la prendre à son
bord pour la reconduire à San-Francisco, elle, son fils, le cousin Bénédict et Nan, une vieille négresse qui la servait depuis son
enfance. Trois milles lieues marines à faire sur un navire à voiles ! mais le bâtiment du capitaine Hull était si proprement tenu, et la
saison si belle encore des deux côtés de l’Équateur ! Le cap

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text