80 pages
Français

Phénixmag nouvelles n°7

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
80 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Gulzar Jobi : Marie-Madeleine - Patrick S. Vast : Chadoogie -
Annette Luciani : Le Missionnaire - Céline Guillaume : La Châtelaine de l’Au-Delà - Sylvain Lasjulliarias : La planète aux mille questions (3e épisode) - Nicolas Benard : Le Puzzle - Catherine Garry : Ce matin-là - William Blanc : Question de portée
Véronique Cabon d’Angelo : Au sadisme de l’écriture - Philippe Auffret : Réalité du Comte Ouar - Rachel Gibert : Morbe - Freddy François : La solution finale

Informations

Publié par
Publié le 19 mars 2011
Nombre de lectures 221
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Extrait

SPECIAL NOUVELLES N°7 NOUVELLES Philippe Auffret Nicolas Benard William Blanc Véronique Cabon d’Angelo Freddy François Catherine Garry Rachel Gibert Céline Guillaume Gulzar Joby Sylvain Lasjulliarias Annette Luciani Patrick S. Vast Phenix Mag Nouvelles N°7 fevrier 2008 - 6 euros 1 SPECIAL NOUVELLES N°7 2 Gulzar Jobi Marie-Madeleine Pat rick S. Vast Chadoogie Annette Luciani Le Missionnaire SOMMAIRE 5 9 17 Illustré par Annick de Clercq Illustré par Emmanuelle Nuncq Céline Guillaume La Châtelaine de l’Au-Delà 21 Sylvain Lasjulliarias La planète aux mille questions (3e épisode) 25 Nicolas Benard Le Puzzle 39 Catherine Garry Ce matin-là Illustré par Catherine Garry 43 William Blanc Question de portée 49 Véronique Cabon d’Angelo Au sadisme de l’écriture 55 Philippe Auffret Réalité du Comte Ouar Illustré par Stéphane Poinsot 59 Rachel Gibert Morbe 69 Freddy François La solution finale 75 Phénix a commencé à publier des nouvelles en 1985, si si... Et depuis, nous n’avons jamais cessé de vous présenter des textes. Cela signifie des centaines de nouvelles depuis 23 ans. Des auteurs débutants ou confirmés, des auteurs de langue française, anglo-saxonne ou autre. Notre plaisir à sélectionner des textes de tout ordre ne s’est jamais démenti et notre satisfaction est toujours aussi grande de vous présenter des écrivains qui ont envie de vous raconter une histoire. La nouvelle est un genre difficile mais quelle joie de lire ou d’écrire des histoires qui passionnent, qui ennivrent, qui vous délivrent du quotidien. Et dire que nos prochains numéros sont déjà en préparation. Marc Bailly EDITO SPECIAL NOUVELLES N°7 Le prochain numero Les Chutes Lionel Allorge Willy AmShani Nicolas Bally Henri Baudassé Franck Boulègue Jean-Michel Calvez Yves Crouzet Paul Demoulin Gaël Dubreuil Vivianne Etrivert Gauthier Randal Flagg Ben Framery Elise Jeusel Marc Metziger Timothée Rey Joël Verbauwhede + un scénario de jeu de rôles Phénix Mag Nouvelles n°7, février 2008. 3, rue des champs - 4287 Racour - Belgique. http://www.phenixweb.net - bailly.phenix@skynet.be. Directeur de publication et rédacteur en chef : Marc Bailly Ont collaboré : Philippe Auffret, Marc Bailly, Nicolas Benard, William Blanc, Véronique Cabon d’Angelo, Annick de Clercq, Véronique De Laet, Freddy François, Catherine Garry, Rachel Gibert, Céline Guillaume, Gulzar Joby, Sylvain Lasjulliarias, Annette Luciani, Emmanuelle Nuncq, Stéphane Poinsot, Patrick S. Vast. Les textes et dessins restent la propriété de leurs auteurs. 3 SPECIAL NOUVELLES N°7 4 SPECIAL NOUVELLES N°7 Jobi Gulzar Marie-Madeleine Science-Fiction Auteur et animateur d’abribus éditions;, maison d’édition associative de textes courts, depuis 2003. Début écriture d’anticipation et de science-fiction depuis janvier 2006, avec l’aide de deux correcteurs. Envois réguliers à «Phénix», «Galaxie», «Bifrost», «Solaris», sans se décourager! Première nouvelle publiée «Marie-Madeleine» chez Phénix. Romans en préparation Livres pour enfants sur des sujets d’anticipation, la science, la technique depuis novembre 2007. Fiction populaire et reportages pour les journaux Romans populaires Réalisation de courts métrages, fiction et documentaire. Courts métrages muets contemporains depuis 2006 Pratique de la photographie. 22 5 SPECIAL NOUVELLES N°7 arie-Madeleine descend avec peine l’escalier de pierre. L’accès à la cave moyenâgeuse creusée sous le pavillon est rude. Les marches un peu trop hautes semblent taillées pour un géant. Le froid l’a saisie immédiatement après avoir ouvert la lourde porte blindée qui sépare le couloir de la cave. Elle descend et abandonne la douce chaleur entretenue par la chaudière dans les douze pièces et la véranda en surface. L’ampoule éclaire ses pas hésitants, juste assez pour ne pas tomber. Son gros ventre la gêne. Elle a peur de basculer en avant, de se blesser, de souffrir le martyr, de perdre son enfant. Ce n’était déjà pas prudent d’oser se rendre à la cave en l’absence de son époux. Mais elle s’ennuie tant. Le séjour, le salon, la cuisine, la chambre ne comportent pas de téléviseur, ni de radio. L’unique étagère du salon présente la Bible en sept volumes reliés plein cuir et illustrés, ainsi que L’Encyclopédie des Saints, des Miracles et de la Félicité ; Venir en aide aux Impies ; Le Guide Spirituel de l’Epouse Catholique ; Face au Jugement Dernier, prières et prophéties ; Créations de Dieu sur Terre et dans le Ciel ; Guérison des déviances par la prière ; Repentances, Foi et Rédemption. Elle les connaît tous par cœur. Chaque fois qu’elle lève les yeux, elle sait que la vérité est sur l’étagère. Le prêtre itinérant du dimanche matin s’en sert bien souvent pour la messe à domicile dans la chapelle du pavillon. Sobre chapelle dont le toit thermoformé repose élégamment sur trois murs de briques ancestraux qui se trouvaient là bien avant la construction du pavillon. Sur le quatrième côté, une baie vitrée pivotante, faisant office de porte, donne sur les massifs de fleurs du jardin. Trois petites chaises de paille constituent le seul mobilier, avec une croix et un prie-dieu. Dans ce lieu qu’elle affectionne particulièrement, le prêtre lui rappelle chaque semaine l’utilité de telles lectures, apaisantes pour l’âme et revigorantes pour son esprit de femme chrétienne. Et lorsqu’il repart visiter une autre famille, elle reste avec son époux à écouter les oiseaux, à couper quelques fleurs pour agrémenter leur chambre, à jouer avec leur chien sur la pelouse en attendant le dîner. Parfois, elle écoute un Requiem de Mozart, sous la direction de Herbert von Karajan, tout en feuilletant les fiches cuisines d’une revue féminine paroissiale. Le vidéophone se trouve à l’entrée, dans un placard fermé à clé. De toute façon, à qui parler ? Après leur déménagement pour ce lotissement auvergnat dernier cri, elle avait perdu le contact avec ses quelques rares amies du pensionnat de jeunes filles de Dunkerque. Ses parents étaient enterrés à Paris, 11ème arrondissement, victimes des dernières émeutes du siècle, pourchassés sur les Champs Elysées, embarqués dans des bus municipaux et finalement pendus aux arbres du bois de Vincennes. Son époux et elle avaient survécu un temps à Paris 16ème arrondissement, protégés par l’Armée Nationale de Sécurité et soutenus par leur foi en leur Dieu protecteur. Puis il avait fallu abandonner la Capitale envahie par des hordes de sauvages impies pour un coin de France plus paisible, plus sûr. Désormais les pauvres, sales et analphabètes régnaient sur les villes, heureusement vidées à temps de leurs musées, de leur bibliothèques, de toutes les beautés de la civilisation qu’il ne pouvait être question d’abandonner entre leurs mains incultes et dévastatrices. Peut-être aurait-il fallu les exterminer ? Les stériliser tout du moins. Mais ce n’était pas chrétien. Ces gens, retournés à l’état de bêtes sauvages, aveuglés de haine et d’Egalitarisme rampant, étaient des créatures de Dieu, et l’on ne pouvait détruire l’œuvre de Dieu, le Puissant Créateur de toutes choses sur Terre et dans l’Univers. On construisit alors de solides Murs autour des villes. Et l’on partit vivre à la campagne, dans des résidences sécurisés, dans un calme reposant, au milieu d’une nature transformée en un immense jardin d’agrément, sans ours, sans loups, sans chiens errants, sans vipères, sans moustiques, sans orties. En fin d’après-midi, elle attend patiemment six heures et demi pour assister aux préparatifs du souper. La bonne d’origine calédonienne, arrivée par le chemin de terre vers trois heures, a fini le ménage et le repassage. Sous les ordres de sa maîtresse, elle épluche les légumes du jardin, prépare un poisson. Marie-Madeleine n’oublie jamais dans sa poche son arme de défense, un pistolet électrique Winchelec. Tant de gens ont des problèmes de domesticité, du simple vol aux agressions. Son époux tient à ce qu’elle puisse se défendre seule. La Police Régionale ne peut pas être partout à la fois, chaque citoyen le comprend bien. A huit heures moins le quart, la bonne s’en va dans la pénombre, son manteau fluorescent luisant sous la pluie fine. Sa lanterne à huile allumée dans une main, elle pousse son vélo de l’autre. Lorsqu’elle arrive devant le portillon, Marie-Madeleine, guettant par la fenêtre, appuie sur un bouton vert. Le portillon s’ouvre, la bonne disparaît pour regagner son lotissement réservé à la domesticité de la région. Puis le portillon se referme, les alarmes s’enclenchent à nouveau. Le couvert est mis. Sur les deux plateaux d’argent, les deux repas sentent bon. L’énorme pain complet attend près du couteau dans son panier en osier. Son époux, rentré par l’hélicoptère du soir de son travail de Directeur de la Maintenance Electrique du Mur Lyon-Ouest, choisira le vin dans le meuble réfrigéré en forme de globe terrestre. Au mur, du sol au plafond et sur une largeur de six mètres, une image lumineuse de leur mariage éclaire le séjour. Leurs deux visages, encadrés à droite par celui du prêtre et à gauche par ceux des parents de son époux, lui rappelle le plus beau jour de sa vie. Seuls les hauts de forme et les chapeaux à voilette sont coupés par le plafond en marqueterie. Dès l’aube, les volets s’ouvrent automatiquement et laissent entrer le soleil par l’immense baie vitrée blindée. La photo perd alors sa luminescence et contraste avec les teintes enjouées de la tapisserie aux motifs végétaux, qui se confondent avec les vraies plantes vertes débordantes de leurs vasques en terre cuite, splendeurs datant du Bas-Empire Romain. Marie-Madeleine n’oublie jamais de les arroser à la fin de chaque semaine. Ce devrait être le travail de la bonne, tout comme c’est celui du jardinier à l’extérieur, mais pourtant elle se le réserve. Sur le long mur face aux baies vitrées, un Velásquez et un Delacroix resplendissent. Son époux a été désigné à la Loterie Artistique pour conserver chez eux ces deux chefs-d’œuvre rescapés des musées
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text