61 pages
Français

Phénixmag nouvelles n°10

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
61 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Philippe Deniel : La lignée - Freddy François : Le dévoreur d’âmes - Joby Gulzar : Otoshimono - Adriana Lorusso : l’enfant sauvage - Christian Perrot : La voie du sang - Denis Roditi : Lifecoaching - Guillaume Thiberge : La lettre piégée

Informations

Publié par
Publié le 24 mars 2011
Nombre de lectures 168
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Extrait

N°10 Deniel Philippe François Freddy Gulzar Joby Lorusso Adriana Perrot Christian Roditi Denis Thiberge Guillaume 1 Phénix Mag Nouvelles n°10 Avril 2010 N°10 2 - Christian Perrot La voie du sang - Philippe Deniel La lignée - Joby Gulzar Otoshimono SOMMAIRE 5 9 15 27 N°10 - Adriana Lorusso L’enfant sauvage - Guillaume Thiberge La lettre piégée Illustré par Emmanuelle Bonnefons 35 39 51 Illustration de couverture : Emmanuelle Bonnefons - Freddy François Le dévoreur d’âmes - Denis Roditi Lifecoaching Phénix Mag Nouvelles n°10, avril 2010. 3, rue des champs - 4287 Racour - Belgique. http://www.phenixweb.net - bailly.phenix@skynet.be. Directeur de publication et rédacteur en chef : Marc Bailly Ont collaboré : Emmanuelle Bonnefons, Véronique De Laet, Philippe Deniel, Freddy François, Joby Gulzar, Adriana Lorusso, Christian Perrot, Denis Roditi, Guillaume Thiberge. Les textes et dessins restent la propriété de leurs auteurs. 3 N°10 4 N°10 christian perrot La voie du sang Constamment en équilibre entre le monde réel et celui, plus onirique, de son inspiration, Christian Perrot vit sa passion littéraire à la manière d’un explorateur découvrant sans cesse de nouveaux horizons. Ecrivain autodidacte, il affectionne tout particulièrement la Fantasy, la Science-fiction et le Fantastique. Toujours à l’affût d’avis de lecteurs sur ses textes, Christian Perrot a apprécié à juste titre la confiance que plusieurs fanzines et anthologies lui ont accordé en lui permettant de se trouver dans leurs pages. Phénix Mag, bien évidemment. Mais aussi les Québécois Nocturne et Brins d’Eternité, grâce auxquels ses récits ont traversé les océans. En parallèle de son parcours de nouvelliste, Christian Perrot goûte au plaisir de la publication « pro » depuis fin 2007, date de sortie de son premier roman « Zone d’Ombre » aux Editions Terriciaë, en attendant la parution prochaine de sa saga de Fantasy en quatre tomes chez le même éditeur. Grâce à un artéfact lui permettant de vivre des journées de 72 heures, Christian Perrot arrive également à cumuler un poste de chroniqueur bénévole pour le magazine Khimaira avec son travail et sa passion littéraire. Il est même parvenu à participer et à faire partie des vainqueurs des NaNoWriMo de novembre 2008 et 2009 ! L’année 2010 devrait voir d’autres textes de sa main publiés par Malpertuis et Rivière Blanche. Mais… chut… nous en reparlerons en temps voulu… 22 5 a porte de la cellule s’ouvrit en grand, éclaboussant de lumière la forme accroupie à l’intérieur. Deux gardes entrèrent rapidement, empoignèrent brutalement le prisonnier, lui passèrent des menottes aux poignets et des chaînes aux chevilles avant de l’entraîner sans ménagement à l’extérieur. Dans la cellule vide, un plateau repas – le dernier – côtoyait un paquet de cigarettes froissé. Dans le couloir, le prisonnier essayait de suivre le rythme des gardes, pressés d’en finir. Les battements de ses jambes entravées par les chaînes les faisaient cliqueter lugubrement à chaque pas. À sa hauteur marchait un prêtre récitant, d’une voix monocorde, des prières destinées à sauver son âme. Mais, le cœur n’y était pas. Le prêtre se contentait de faire son travail sans espérer une réponse ou plutôt en priant pour qu’il n’y en ait aucune. Louis ricana intérieurement. Son âme ne pouvait être sauvée de toute façon. Il avait bien trop de sang sur les mains. Trop d’innocents avaient perdu la vie à cause de lui. Trop de tortures, de viols et de meurtres entachaient son âme, sans doute plus noire que du pétrole ou les ailes d’un corbeau. Le poids de ses crimes l’alourdirait tant qu’elle s’enfoncerait irrémédiablement au plus profond des Enfers dès son dernier soupir. Louis haussa les épaules, il allait payer le prix de ces exactions criminelles. Il l’avait mérité, probablement. Enfin, c’est ce que lui avaient dit ses juges. Le groupe passa dans un autre couloir, moins utilisé mais plus éclairé. Au bout s’ouvrait une pièce sordide où de nombreux prisonniers s’étaient définitivement échappés en rendant des comptes à Dieu. Et c’était au tour de Louis, à présent. Le prêtre demeura en arrière, sa tâche enfin terminée, à son grand soulagement. Les gardes forcèrent Louis à s’asseoir sur le fauteuil métallique : unique mobilier de la pièce létale. Ils lui lièrent les poignets et les chevilles aux montants de cette chaise inconfortable. Un bandeau enserrant le front du prisonnier compléta le tableau. Leur travail achevé, les gardes quittèrent rapidement la pièce, non sans oublier de refermer consciencieusement la porte étanche. L’un des murs de la pièce s’avéra être une vitre blindée. Derrière se tenaient diverses personnes, dont le prêtre, l’opérateur de la salle, le juge et d’autres visages inconnus. Pour tromper sa peur, Louis repensa aux rares moments heureux de sa vie. Avant que sa soif de sang ne l’incite à se tracer un chemin sanguinolent dans le vaste monde. Hélas, même ses souvenirs lui faisaient défaut. Etait-il irrémédiablement damné ? N’y avait-il donc aucune place pour la joie ou l’amour dans son esprit ? Non, sans aucun doute ! Evidemment, sinon il ne se trouverait pas assis sur ce siège mortel. Un déclic lui fit tourner la tête, autant que lui permettait le bandeau serré sur son front moite. Une plaque venait de glisser au sol, dévoilant un petit bac empli de liquide. Un bras mécanique se déplia, renversant de la poudre dans le fluide qui se mit immédiatement à bouillonner en émettant un poison volatil. Dans un instant, la pièce serait emplie par ce gaz mortel. Louis payerait alors ses crimes à l’humanité avant de comparaître devant Dieu… ou plutôt devant le Diable et son cortège démoniaque. Louis inspira profondément pour en finir rapidement. Comme dans un cauchemar, il sentit son corps se raidir, ses poumons protester et son cœur s’accélérer une dernière fois avant d’émettre son ultime battement. Un voile noir chuta devant ses yeux soudain emplis de larmes amères. * * * Louis battit des paupières, étonné de posséder encore le sens de la vue. Un instant, son regard détailla la pièce. Quelque chose lui paraissait bizarre. Il était toujours en vie alors qu’il aurait dû être mort, d’accord, mais autre chose le dérangeait. Sa position était différente. C’est cela, il était plus près de la porte. Il se retourna, surpris de pouvoir se mouvoir normalement. Sa raison chancela soudain. Il se trouvait là, toujours attaché sur la chaise… Enfin, son corps était là. Mort, sans aucun doute : ses yeux étaient révulsés et sa langue pendait de sa bouche aux lèvres noircies par le poison gazeux. Pourtant, il voyait et bougeait dans la pièce. Mais, était-ce bien lui ou… son âme. Louis se souvenait d’un film – vu des années auparavant – où un homme mort se retrouvait sous la forme d’un esprit rôdant sur les lieux de son trépas. Etait-ce donc cela la mort ? Etait-il condamné à devenir une âme errante à cause de son passé ? La porte de la pièce s’ouvrit et les gardes vinrent détacher son corps avant de l’amener vers la morgue. Pris d’une curiosité malsaine, Louis leur emboîta le pas. Il n’avait pas fait cinq mètres qu’une silhouette s’interposait, l’arrêtant d’un signe de la main. Ne se trouvant pas là un instant plus tôt, le nouveau venu portait un justaucorps gris métallisé. Un étrange insigne en forme d’éclair ornait son épaule. Surpris de cette apparition qui lui barrait le chemin, Louis l’apostropha : – Vous me voyez ? – Bien entendu, comment ferai-je, autrement, pour vous arrêter ! – Qui êtes-vous ? Et comment est-il possible que je puisse vous parler si je suis mort ? Etes-vous, vous aussi, un… un fantôme ? Louis avait buté sur le dernier mot, étonné d’employer ce terme à son encontre. L’inconnu eut un sourire indulgent, comme celui d’un professeur face à un élève particulièrement inculte. – Chaque réponse en son temps ! Pour l’heure, vous avez un choix à faire. De votre réponse dépendra votre futur et les L N°10 6 N°10 explications qui y correspondent. – Un choix ? s’étonna Louis. J’ignorais qu’un être tel que moi pouvait choisir entre l’Enfer et le Paradis. L’inconnu eut de nouveau son sourire dominant. Il hocha la tête avant de répondre : – Désolé de vous décevoir, mais ce n’est pas le choix auquel je pensais. – Je vous écoute en ce cas ! – Vous êtes mort, je ne vous le cacherai pas… Physiquement tout au moins… – Ça, je l’avais compris ! Quoi d’autre ? – Vous avez le choix entre demeurer mort et laisser votre âme s’enfoncer dans les affres de la damnation éternelle ou préférer une nouvelle existence dans un nouveau corps. – C’est une réincarnation que vous me proposez ? Un rictus amusé se dessina derechef sur le visage de l’inconnu. – Intéressante idée ! Fausse, bien évidemment… Ceci dit… À tout bien y réfléchir, il est possible que cette croyance religieuse soit fondée sur nos habitudes. Non, vous n’y êtes pas du tout ! Voyez-vous, je ne suis pas, à proprement parlé, un être humain. Enfin, je ne suis pas né sur votre terre, bien que nos deux races soient parentes. Je viens d’une autre planète, située dans le futur de votre continuum spatio-temporel. Chez nous, l’esprit est immortel, tout comme ici. La seule différence est qu’il nous est possible de, comment dire… de changer de corps lorsque le précédent est trop vieux ou s’il a subi trop de traumas. – Et vous croyez peut-être que je vais gober ces inepties ? C’est absurde ! – Allons, calmez-vous ! Imaginez un instant que quelqu’un soit venu vous dire, disons ce matin, que vous alliez converser, une fois mort, avec un extraterrestre venu du futur, l’auriez-vous cru ? Louis hésita à répondre. Tout cela était si fantastique. – Si vous choisissez la vie, reprit son étrange interlocuteur, sachez qu’elle ne sera pas de tout repos. Voyez-vous, nous sommes en guerre contre une autre race, beaucoup moins humanoïde et énormément plus belliqueuse. S’il nous est possible de créer des corps pour abriter les âmes de nos morts, nous ne pouvons récupér
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text