60 pages
Français

Phénixmag : les jouets

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
60 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Astrid Mélite : La Pension des poupées - Christian Perrot : Déferlante asiatique - Franck Ferric : Intraspection - Claire Léger : Nuit indienne - Jean-Michel Calvez : Piles-Poils - Guillaume Thiberge : Chocolat de Noël - Richard Mespelde : Les Crasseux - Jean Effer : Hors-Jeux - Mathieu Fortin : La rencontre de Georges le Curieux et du Capitaine Jack

Informations

Publié par
Publié le 19 mars 2011
Nombre de lectures 206
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Extrait

SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» les jouets JEAN-MICHEL CALVEZ JEAN EFFER FRANCK FERRIC MATHIEU FORTIN CLAIRE LEGER ASTRID MELITE RICHARD MESPLEDE CHRISTIAN PERROT GUILLAUME THIBERGE Un scénario inédit de + Jeu de Rôles par l’équipe de Imaginez.net Phenix Mag Les jouets novembre 2007 - 6 euros 1 SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» 2 SOMMAIRE Astrid Mélite La Pension des poupées 5 Christian Perrot Déferlante asiatique 9 Franck Ferric Intraspection Illustré par Fabien Fernandez EDITO SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» Illustré par Michèle Bigot Claire Léger Nuit indien ne 19 Imaginez.net Le Coffre à jouets 23 Jean-Michel Calvez Piles-Poils 35 Guillaume Thiberge Chocolat de Noël 43 Richard Mesplede Les Crasseux 47 51 15 Les jouets ont toujours accompagné la vie des hommes. Depuis la nuit des temps. Ils ont changé, évolué, sont devenus virtuels aussi aujourd’hui. Leur côté ludique peut parfois cacher un aspect maléfique. Les écrivains de ce numéro spécial l’ont bien compris et sont allés l’explorer de différentes manières. Des poupées, des petits soldats, des jeux plus modernes, tout y passe pour vous raconter des histoires où l’aspect machaivélique a pris le pas sur le côté onirique. Notre prochain numéro sera un numéro sans thème et qui comptera de la SF, du fantastique et de la fantasy. Un choix vaste pour vous ravir. Le prochain numero N°7 Philippe Auffert Nicolas Benard William Blanc Véronique Cabon d’Angelo Catherine Garry Rachel Gibert Sylvain Lasjulliarias Patrick S. Vast Jean Effer Hors-Jeux Mathieu Fortin La rencontre de Georges le Curieux et du Capitaine Jack 57 Phénix Mag Hors Série Les Jouets, Novembre 2007. 3, rue des champs - 4287 Racour - Belgique. http://www.phenixweb.net - bailly.phenix@skynet.be. Directeur de publication et rédacteur en chef : Marc Bailly Ont collaboré : Marc Bailly, Michèle Bigot, Jean-Michel Calvez, Véronique De Laet, Jean Effer, Fabien Fernandez, Franck Ferric, Mathieu Fortin, Imaginez.net, Claire Léger, Astrid Mélite, Richard Mesplède, Christian Perrot, Guillaume Thiberge. Les textes et dessins restent la propriété de leurs auteurs. 3 SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» 4 SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» astrid melite La Pension des poupées Fantastique Astrid Mélite est née dans la deuxième moitié du dix-huitième siècle loin de toute civilisation. Elevée par les créatures de la forêt, elle est devenue trapéziste, puis a été successivement goûteuse du roi, chasseuse de prime, gratte-papier et astrologue. «La Pension de Poupées» est son premier texte publié. 22 5 a mère ne voulait pas m’acheter de Barbie. Les Barbie donnent une image irréaliste de la femme, provoquent des troubles du comportement alimentaire et promeuvent un idéal de vie matérialiste et superficiel. De plus, j’avais déjà une poupée mannequin, Lili, offerte par ma tante à ma demande, et c’était bien assez. Mais j’en voulais une deuxième, pour qu’elles puissent jouer ensemble. Elles auraient pu être sœurs, ou copines, ou les deux. Mon père était d’accord avec ma mère. M’acheter une Barbie serait contraire à leurs convictions. Si j’en voulais vraiment une, si c’était quelque chose d’important à mes yeux, je devais la payer moi-même. Il n’y avait pas d’autre solution. C’est ainsi que je me mis à travailler à la pension de poupées. La pension de poupées apparut un beau jour au coin de la rue. Des dizaines de poupées de toutes les couleurs et de toutes les marques, petites, grandes et moyennes y observaient la rue depuis la vitrine. Des poupées à la robe déchirée, des poupées auxquelles il manquait un bras, des poupées borgnes, bref des poupées en grand besoin de soins se tenaient sous l’écriteau « Clinique-pension de poupées à adopter ». Madame Mesrahel sortit me rejoindre sur le trottoir alors que j’étudiais un poupon noir à l’unique œil bleu, qui me fixait en retour. « Il le ferme quand on le couche », lança-t-elle avant de se présenter. Je lui expliquai que je ne jouais plus avec des poupons, que maintenant je préférais les Barbie et elle me fit entrer pour me montrer les poupées mannequins au fond du magasin. Elles vivaient toutes ensemble dans une immense maison de poupées, un vrai palace. « Mes pensionnaires sont à leur aise ici » Je repérai immédiatement parmi toutes les autres une poupée au regard sombre et aux habits chatoyants. «La Barbie brésilienne, dans son costume de samba. Je l’appelle Meninha. Elle a l’air charmante comme ça, mais mieux vaut pour toi qu’elle t’ait à la bonne. » Madame Mesrahel et moi discutâmes encore un peu. Je lui expliquai la position de mes parents sur les poupées mannequins et comment ils voulaient m’inculquer leurs valeurs et le goût de se battre pour ses principes, pendant qu’elle me montrait le reste de la boutique, peuplée de poupées de chiffon éventrées et de Boucle d’or aux cheveux tailladés. « Ici, je récupère les poupées que la vie a malmenées. Je les remets sur pied et je leur trouve un foyer. Si tu m’aides, tu pourras en emporter une chez toi.» Je savais déjà laquelle je souhaitais emmener. Alors je revins le lendemain et j’aidai Mme Mesrahel à prendre soin de ses pensionnaires. Il fallait les traiter avec douceur, mais fermeté. C’est qu’elles étaient capricieuses à leurs heures, mais encore effarouchées pour certaines des mauvais traitements dont elles avaient fait les frais. Je rassemblais des membres dépareillés, je cousais des yeux en boutons de culotte et je coiffais des cheveux de nylon à l’aide d’un peigne en plastique. Je regardais Meninha la Brésilienne que bientôt je pourrais ramener avec moi et je lui racontais comment était ma chambre et comme elle s’amuserait avec mon autre poupée. Et elle me souriait. Je n’avais pas à m’en faire ; elle m’avait à la bonne. J’allais à la pension à la sortie de l’école et Madame Mesrahel me raccompagnait du coin de la rue jusque chez moi une heure plus tard, pour que j’aie le temps de faire mes devoirs avant de dîner. Mes parents étaient contents. Ils avaient toujours regretté que je ne connaisse pas mes grands-parents et ils aimaient bien Madame Mesrahel. En m’appliquant, j’entendais parfois le rire des poupées, toujours d’humeur à plaisanter en échangeant des potins, mais leurs voix étaient étouffées, pas conçues pour mon oreille humaine. Ce n’était qu’un bruissement léger. Madame Mesrahel, me voyant me concentrer, sourit : « Tu essaies de connaître leurs secrets ? » Je lui répondis que je n’entendais pas très bien, à peine un murmure, mais elle hocha la tête d’un air satisfait : « Tu entends quelque chose. C’est déjà très bien. C’est important d’avoir une bonne écoute. Petit à petit, ça va devenir plus clair. » Elle m’observait du même regard que portait l’institutrice sur l’élève précoce que j’étais. Et petit à petit, sous son enseignement, cela devint plus clair. Meninha trouva également en moi une disciple appliquée. Elle savait des choses. Elle avait vécu longtemps dans une maison où elle avait pu étudier les rites. Elle avait ensuite échangé ses connaissances avec celles d’une poupée haïtienne, elle-même employée lors de cérémonies vaudoues. Dès que je sus l’entendre parler, elle commença à m’initier. Elle m’apprit les éléments, les herbes, les esprits. Je commençai à douter qu’une fois chez moi, elle puisse s’entendre avec mon autre poupée, Lili, à laquelle je faisais deux couettes blondes et qui n’aspirait qu’à faire du shopping et des randonnées. Meninha m’assura qu’elle saurait s’adapter. Elle se doutait bien, la rusée, qu’elle n’aurait aucun mal à s’imposer comme meneuse face à Lili, naïve et bonne pâte. Après tout, elle s’était imposée à moi quand bien même je la tenais dans mon poing. Elle m’apprit les dieux, les déesses et les transes. J’absorbais tout sans même prendre le temps de me demander ce que j’allais faire de tout ce savoir. Sans m’en rendre compte, j’étais devenue sorcière comme celle du placard à balais, celles de Roald Dahl, Samantha Stevens ou les sœurs Halliwell, celles de Shakespeare, la marâtre de Blanche Neige, toutes mes semblables, toutes mes sœurs. Je ramenai Meninha à la maison et elle continua à m’enseigner les mille nuances de notre art. Comment charmer, briser, relier. Comment déguiser l’aspect des choses et des êtres. Comment voir la vraie nature de ce qui est masqué. Changer de forme, infliger de la douleur. Je prenais tout sans distinction, emportée par ma seule soif de savoir toujours plus. Il était inévitable que je me mettre à appliquer ma science nouvelle à des objets et des sujets concrets. Je voulais observer comment mes pouvoirs fonctionneraient placés devant un cas réel. Jeter un sort, oui, mais à qui et lequel ? Puisque aucune réponse ne venait, je me tournai vers celle qui m’avait tout appris, elle me répondit qu’en de telles circonstances, il était naturel que le hasard décide pour moi. Je choisis donc de porter mon dévolu sur le premier être qui croiserait ma route. Le sort en était jeté. Le chat de la maison vint se frotter à mes jambes. Je ne fus pas cruelle avec ma victime. Puisque j’étais sorcière, je décidais d’en faire mon familier. Je récitai la formule, j’effectuai les gestes et il fut sous ma coupe. Toute sorcière digne de ce nom a besoin d’un animal familier pour l’assister. Les chats se prêtent très bien à cette fonction. On dit que les familiers se nourrissent de sang aux mamelons des sorcières, mais le chat continua de laper gentiment son lait. Il est vrai cependant que je ne l’avais pas obtenu de Satan. C’est moi seule qui l’avait créé et sur un mot, un geste, un regard de ma part, il accomplissait mes menues besognes. Il m’aida dès le lendemain à jeter mon deuxième sort. M SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» 6 SPECIAL NOUVELLES «Les Jouets» C’est le facteur que je vis au matin en ouvrant la fenêtre et, lui qui ne faisait que passer de boîte aux lettres en boîte aux lettres, je me résolus à l’attacher à notre maison, à l’attacher fermement, qu’il ne puisse plus la
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text